Eventualité cinq

Dans Eventualité by Edouard Broussalian1 commentaire

Eventualité 5 Les symptômes physiques s’améliorent après qu’ils se soient aggravés au début du traitement mais il n’y aucune réaction au niveau émotionnel/mental ni sur le plan énergétique général. Niveaux : A et B sans troubles émotionnels / mentaux. C nécessitant plusieurs remèdes successifs. Diagnostic : homéopathicité parcellaire. A part les niveaux de santé élevés où le niveau d’énergie est tel que …

Eventualité six

Dans Eventualité by Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Eventualité 6 Absence d’aggravation initiale, le patient se dit mieux, mais ne l’est pas réellement. (Miroir de l’éventualité 20 et surtout 21). Niveaux : A et B, et en dessous. Diagnostic : prescription parcellaire. Dans les hauts niveaux de santé, vous avez prescrit un simile, dans les bas niveaux de santé au tableau peu apparent c’est une situation normale qui demandera de …

Eventualité sept

Dans Eventualité by Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Eventualité 7 L’affection principale s’est améliorée sans aggravation, mais apparaît maintenant un nouveau symptôme. Niveaux : A à D. Diagnostic : suppression de symptôme. Dans un niveau de santé élevé, il est difficile d’arriver à établir une vraie suppression, ce que vous observerez sera un déplacement de la symptomatologie, par exemple une douleur de l’épaule migrera au coude. A partir du groupe …

Eventualité huit

Dans Eventualité by Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Eventualité 8 L’affection de départ est un peu améliorée, mais de nouveaux symptômes très marqués complètent le tableau médicamenteux. Niveaux : B et C Diagnostic : la dose fait « lever le lièvre » dans un tableau qui n’est pas clair. Cette observation ressemble à première vue à la précédente mais ici nous avons affaire à l’apparition claire, marquée, de nouveaux symptômes qui vont …

Eventualité neuf

Dans Eventualité by Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Eventualité 9 Courte aggravation suivie par une amélioration locale et générale et rechute partielle malgré la répétition du médicament. C’est le cas où une seule prise du médicament semble agir magnifiquement après que le patient ait produit quelques signes réactionnels montrant l’activité du médicament, mais l’amélioration fulgurante décrite semble ne pas durer en proportion du splendide résultat initial. Niveaux : A …

Eventualité dix

Dans Eventualité by Edouard Broussalian6 commentaires

Eventualité 10 Véritable rechute après une réaction favorable qui a duré longtemps. Niveaux : A à B (C). Diagnostic : antidotage de la dose ou prescription en centésimales. Disons le tout net : cette éventualité se discute en dose sèche mais pour ainsi dire jamais avec la nouvelle posologie et encore moins avec des doses LM dont l’effet s’accumule avec les prises. Avec …

Eventualité onze

Dans Eventualité by Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Eventualité 11 Amélioration transitoire sans aggravation initiale et rechute complète très peu de temps après, c’est à dire « retour rapide à la case départ » Niveaux : A à D. Diagnostic : Dynamisation insuffisante. Médicament partiellement homéopathique. Effet placebo. Contrairement à la seconde observation, qui représente en somme le cas idéal, nous sommes placés ici devant une dose qui dure très peu de …

Eventualité douze

Dans Eventualité by Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Eventualité 12 Amélioration partielle sans aggravation notable, mais après quelques prises le patient est pire qu’avant le traitement (avec ou sans modification des symptômes). Niveaux : B ou C bas ou patient du groupe D. Diagnostic : Simile dans les niveaux B ou C (voir Eventualité 7). Très mauvais pronostic dans les groupes inférieurs. Soit il s’agit d’un cas de pathologie avancée …

Eventualité treize

Dans Eventualité by Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Eventualité 13 Pas le moindre changement. Niveaux : A à D. Diagnostic : Dose accumulée encore insuffisante. Médicament altéré. Dynamisation incorrecte. Antidotage. Homéopathicité nulle. Dans la discussion de cette éventualité, nous partons du principe que nous ne sommes pas devant un patient timide, réservé, ou très secret, ni contrôlant ses émotions (type Kali). Cette situation sera traitée avec l’Eventualité 15. Commençons par …