Voir l'article

M3T23 : ALLOPATHIE ET SYNDROME DE SUPPRESSION – Partie 1

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 52 à 62 de l’Organon Ces cours font une analyse différentielle approfondie des deux méthodes thérapeutiques énoncées par Hahnemann (homéopathie, allopathie). La matière est trop dense pour pouvoir résumer ces enseignements mais une part non négligeable du cours est centrée sur la guérison. Ce cours est un véritable réquisitoire de d’Hahnemann et de l’enseignant contre la médecine allopathique qui …

Voir l'article

M3T24 : ALLOPATHIE ET SYNDROME DE SUPPRESSION – Partie 2

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 52 à 62 de l’Organon L’homéopathie représente la mise en oeuvre du 3ème principe de Newton: Action et Réaction. C’est l’action primaire du médicament qui suscite de la part de la force vitale la réaction secondaire curative. Ainsi la médecine courante est amenée sans cesse à augmenter les doses pour maintenir l’effet primaire qui ne cesse de s’épuiser. C’est …

Voir l'article

M3T17 : LES SEMBLABLES – Théorie substitutive 05/12/2012

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 25 à 30 de l’Organon L’homéopathie repose sur les lois naturelles déduites de la seule observation. Elle ne repose sur aucune hypothèse ou spéculation creuse. Hahnemann a fondé l’homéopathie, non sur la physique ou la chimie, mais sur les lois universelles de la vie et du mouvement. La loi de similitude permet d’observer que le remède curateur guérit le …

Voir l'article

M3T18 : RECEPTIVITE ET COMBINAISONS DE PATHOLOGIES

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 31 à 34 de l’Organon Dans ces quatre paragraphes de l’Organon, Hahnemann insiste sur les notions de réceptivité et de susceptibilité. Toujours par l’observation, et confirmant en cela les textes d’Hippocrate, le Fondateur a remarqué que les influences délétères naturelles ne rendent pas malades n’importe qui et n’importe quand. Les agents pathogènes naturels ont un pouvoir très conditionnel de …

Voir l'article

M3T19 : REVISION INTERFERENCES MALADIE DISSEMBLABLES – REACTIONS MALADIES SEMBLABLES

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 43 à 50 de l’Organon « Deux maladies artificielles ou naturelles différentes par leur genre mais très analogues par leurs manifestations et leurs effets, comme par les souffrances et les symptômes que chacune détermine, s’anéantissent toujours, dès qu’elles se rencontrent dans l’organisme. » S.H Révision du cours précédent relatif aux effets de l’interaction des maladies dissemblables sur la force …

Voir l'article

M3T20 : DEUX MALADIES SEMBLABLES

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 48 à 50 de l’Organon « Similia similibus » S.Hahnemann, les semblables se traitent par les semblables, ce qui est le contraire de la doctrine dominante actuelle contrarii contrariis. Suite et fin du cours sur les maladies semblables. Le cours fait une place importante à la pratique moderne de l’homéopathie et met en garde contre les dérives actuelles au …

Voir l'article

M3T21 : PRECELLENCE DES MEDICAMENTS 20/12/12

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 51 de l’Organon 51-62 Il est possible de faire varier quasiment à l’infini la puissance dynamique des agents thérapeuthiques, nos miasmes artificiels, ce qui est loin d’être le cas des miasmes naturels, à la puissance limitée et d’autre part à l’action sujette à conditions. Le médecin peut les atténuer, diviser, dynamiser presque à l’infini. Il peut également les doser …

Voir l'article

M3T22 : LES METHODES THERAPEUTIQUES

Dans Cours d'homéopathie, Package3 par Edouard BroussalianLaisser un commentaire

Paragraphe 51 à 62 de l’Organon Rappels et révision sur la notion essentielle de réceptivité, et de notre possibiité médicale de faire varier à l’infini le nombre et la pusisance des agents médicamenteux qui ne sont finalement rien d’autre que des vecteurs pathogènes de durée limitée, d’où la notion de précellence des médicaments sur les agents pathogènes naturels. Hahnemann nous …