Etude comparative des Kalis – Frédéric SCHMITT

Dans Médicaments par Adolph LippeLaisser un commentaire

Etude comparative des Kalis
Par le Dr. Frédéric Schmitt

Introduction
Kent émettait l’hypothèse suivante : les symptômes mentaux d’un oxyde ou d’un carbonate bien expérimenté peuvent être utilisés pour les sels métalliques de ladite substance si le sel n’a pas été suffisamment expérimenté. Par exemple, si vous avez les symptômes mentaux d’Alumina et les symptômes physiques d’Alumen, vous pouvez prescrire Alumen.

Récemment, différents auteurs (Candegabe, Sankaran, Sholten) ont utilisé cette hypothèse, en l’étendant à l’ensemble des sels métalliques peu expérimentés sur le plan mental, ceci avec des succès cliniques.

Le principe est, à partir de la clinique, de déterminer quel sont les symptômes mentaux communs à l’ensemble des Kali, des Natrums, Chlorures, Arséniates, etc. et de présupposer que, par exemple, Kali Ars sera une combinaison du noyau des Kali et d’Ars. Donc d’en déduire, un nouveau tableau mental, qui ne provient pas d’une pathogénésie.

Bien sûr, ceci est un pis-aller par rapport à la réalisation d’une pathogénésie de Kali Ars. Mais cela n’empêche personne de les réaliser !

Cependant, par cette méthode, qui semble fructueuse (je commence tout juste à la mettre en pratique), les auteurs pré-cités, et d’autres, ont obtenu des résultats conformes avec les lois de guérison hahnemaniennes.

Ceci n’est pas un dogme, mais une ouverture, des pistes de recherches, et surtout des cordes supplémentaires pour soulager les malades quand nous « pataugeons ».

Récemment, j’ai vu un enfant de 12 ans pour une toux coqueluchoïde qui durait depuis 2 mois, jour et nuit, sans cause pathologique décelable. Une toux vraiment invalidante. Visiblement, l’équilibre psychologique de cet enfant était perturbé par le décès récent d’une petite fille de son entourage, et il toussait depuis. De plus, il ne supportait pas le collège dans lequel il était : « les autres collégiens sont sales ». Il est excessivement maniaque pour la propreté. Les caractéristiques de la toux correspondaient aussi au remède auquel vous pensez : Ars. Je lui ai administré en XMK. Après une aggravation de 24h, la toux s’est amendée partiellement avec légère amélioration mentale. Cependant, 2 semaines après, elle récidive, et Ars dans différentes dilutions, en sec et en forme liquide furent sans effet. Que me restait-il comme solutions ?
Une chose certaine, était qu’il avait de l’Arsenic dans sa personnalité, et qu’Ars avait amélioré partiellement et transitoirement.
Je me suis donc demandé, quel sel d’Arsenic il pouvait bien être.

En reprenant l’interrogatoire, un symptôme incontournable était l’horaire nocturne fixe de la toux : 3h. Prenez votre répertoire et regardez les remèdes, Kali ars ressort au 3°.

De plus, ce malade présente un côté psychorigide, les choses doivent être comme cela et pas autrement, confirmant la présence de Kali. Je me jetais à l’eau avec Kali Ars, et ça a marché! Physiquement et moralement.

Depuis, je creuse la question, et cela, comme je l’ai dit plus haut, s’annonce fructueux.

L’esprit des Kalis

-besoin d’être relié à un groupe de gens, une famille, etc…
-psychorigide, conservateur, correct, dogmatique, bien comme il faut, moralité : il faut, il ne faut pas, les choses sont blanches ou noires, etc.


QUELQUES SELS DE 
KALIS

KALI ARS :
Symptômes mentaux :
Je dois me méfier(ars) de ma famille(kali).
Très angoissé, se sent faible et a besoin de support (kali), et pourtant ne peut faire confiance en personne (ars).
Très organisé, méticuleux, précautionneux.
Querelleur avec sa famille, très soupçonneux.
Extrêmement angoissé pour sa santé, peur des maladies cardiaques.
Ne peut faire confiance en ses médecins.
Dort avec une main sur le cœur (Vermeulen).

Symptômes physiques :
-très frileux
-< 1-3h am
-maladies de peau chroniques et invétérées, psoriasis.
-ulcères et affections malignes
-un bruit soudain déclenche un tremblement de tout le corps
-prurit < chaleur (et patient frileux)
-œdème paupières inférieures.

KALI SULF : (suit bien PULS, kali-sulf = puls minéral)
Symptômes mentaux :
Je suis déshonoré(sulf) par ma famille(kali)
Recherche la valorisation aux yeux des autres, en faisant bcp d’efforts pour eux.
Grand manque de confiance en lui, découragé, indécis, paresseux surtout ds une pièce chaude

Symptômes physiques :
– < chaleur (idem Puls), désir de grand air.
-coloration jaune, des sécrétions.
-eczéma avec suintement jaune, prurit nocturne
-désir de sucreries marqué
-encombrement bronchique audible chez les enfants sans autres symptômes (Kent) en 200.

KALI BI :
Symptômes mentaux :
Impression d’être blessé(chrome) par sa famille (kali).
CIRCONSCRIPTION :
-Mentale :
Patients très réservés, taciturnes, gardant tous leurs sentiments pour eux- mêmes.
Évite la société.
Il donne l’impression d’avoir été blessé par quelqu’un de sa famille et de garder cela en eux, ne montrant aucune réaction.
Tout est réglé : manger, sexe, loisirs, etc…conformistes, routiniers.
Étroitesse d’esprit.

-Physique :
Ulcères (petit ulcère à l’emporte-pièce, cutané, gastrique, muqueuses)
Douleurs(la douleur a la taille classiquement d’une pulpe de doigt)

Bronson et l’école de Lièges ont mis en évidence la notion de limites chez kali-bi.
Ce sont des gens qui ont besoin de limites très marquées (= circonscrit).

Symptômes physiques :
-douleur circonscrites, erratiques, apparaissant et disparaissant graduellement
-sinusites, en se penchant, sensation d’un poids dans les sinus frontaux
-écoulement très épais et visqueux, jaune
-frilosité
-grosse inflammation de l’œil SANS photophobie (keynote, con = inverse, photophobie intense sans inflammation oculaire)
-toux résonnante, métallique
-œdèmes localisés, luette (apis)
-langue vernissée, géographique
-alternance estomac/articulations
-transpiration sur la lèvre supérieure
-brûlure du 3° degré

CAUST :
Symptômes mentaux :
Il y a un danger qui menace ma famille
Peur que quelque chose n’arrive
Peur seul soir au lit, la nuit
Grande anxiété pour les autres.
Il fait très attention à ce que rien n’arrive à aucun membre de sa famille ou de son groupe.
Caust est « anxieux pour les autres » alors que phos ressent l’anxiété des autres.
La mère caust a toujours peur que quelque chose n’arrive à son enfant.
Caust se sent solidaire de sa famille, car sa sécurité dépend du groupe ; si un membre de sa famille est menacé (ou le croit-il), la famille entière est menacée donc par extension lui aussi. Il est donc très anxieux de chacun des membres de la famille.
Grande compassion, s’inquiète du médecin.
Décrit par Vitoulkas comme souffrant de l’injustice dans la société, défendant l’opprimé. De ce point de vue, il se sent solidaire (faisant parti) d’un groupe, une minorité, et toute menace, injustice sur ce groupe est une menace à son unité, donc à lui-même.

Symptômes physiques : (grand remède rhumato et neurologique)
-frileux
-amel temps sec
-paralysie localisée
-douleur brûlante, à vif
-impression que les tendons sont trop courts (et réellement = Dupuytren, canal carpien)
-incontinence urinaire
-ne peut tousser assez profondément pour faire remonter ses mucosités bronchiques
– toux améliorée par les boissons froides
-enrouement le matin
-verrues autour des ongles

Bibliographie :
Vitoulkas, Georges : Essences, Similia éditions.
Sankaran, Rajan : the substance of homeopathy, Homeopathic Medical Publishers.
Sholten, Yan : Homéopathie et minéraux
(vous pouvez trouver ces livres chez Homéoden, Belgique).

 

Laisser un commentaire