A QUEL MÉDICAMENT APPARTIENT LE SYMPTÔME CI-DESSOUS ?

Cocculus
15
58%
Hydrastis
2
8%
Ignatia
Aucun vote
0%
Ipeca
1
4%
Lobelia
Aucun vote
0%
Phosphorus
Aucun vote
0%
Sepia
8
31%
Sanguinaria
Aucun vote
0%
Stannum
Aucun vote
0%
Veratrum album
Aucun vote
0%
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#50440
coucou,

Après une longue pause (pas d'inspiration :-( ) c'est reparti pour quelques tours avec la section Inner Head (c'est à dire la tête, tout court, dans le répertoire en français). Peut-être que les élections récentes et à venir y sont pour quelque chose ? On démarre avec une note clinique pas facile, mais j'espère que vos votes me détromperont.

Comme d'habitude lisez bien la keynote en entier, essayez de voir ce qui est caractéristique, qui prime sur tout le reste, faites appel à vos connaissances, au départ sans répertoire, comparez, évaluez, assemblez, etc. Et surtout votez, votez pour votre candidat, celui qui vous semble le plus proche, même si vous connaissez mal certains des autres. Je rappelle que ces quiz anonymes sont un moyen permettant d'évaluer ses connaissances générales en matière médicale, j'essaie de vous proposer des troisièmes degrés, utiles, peu connus, et des commentaires qui vous marquent.

Dernière petite chose, merci de ne pas indiquer la source menant à la solution...


"mal de tête avec aversion pour tous les types d’aliments, une sensation de vide et que tout s’en va au creux de l’estomac, très angoissante."
par Emile
-
#50456
Un essai de répertorisation croisée avec PcKent

GRILLE RÉPERTORIALE
Nux-v,Sil,Cocc,Nat-m,Sulph,Carb-v,Grat,Rhus-t,Coff,Hydr,Stann -> 3 ES : VIDE, creux, faiblesse, sensation de faim / aversion pour les aliments, avec
Nux-v,Sil,Cocc,Nat-m,Sulph,Carb-v,Grat,Rhus-t,Coff,Hydr,Stann -> 2 ES : ANXIÉTÉ
Nux-v,Sil,Cocc,Nat-m,Sulph,Carb-v,Grat,Rhus-t,Coff,Hydr,Stann -> 2 TE : DOULEUR, céphalée en général

Total des (symptômes couverts, occurrences des remèdes, degrés des remèdes pour les symptômes couverts)
Nux-v: 7, 3, 7, Sil: 7, 3, 7, Cocc: 7, 3, 6, Nat-m: 7, 3, 6, Sulph: 7, 3, 6, Carb-v: 7, 3, 5, Grat: 7, 3, 5, Rhus-t: 7, 3, 5, Coff: 7, 3, 4, Hydr: 7, 3, 4, Stann: 7, 3, 4
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#50757
Bon voici la réponse à la fin de mon petit commentaire, j'espère ne pas vous saouler. Ce n'est pas un exercice facile de commenter.
Merci aux 22 répondants (vraiment top peu) et bravo à ceux qui avaient trouvé.



«Headache with aversion to all kinds of food, a feeling of emptiness and goneness in pit of stomach, very distressing.» (Hering) 

« mal de tête avec aversion pour tous les types d’aliments, une sensation de vide et que “tout s’en va” au creux de l’estomac, très angoissante.»


Dans cette situation clinique (au moins) deux troubles coexistants constituent la maladie entière : la céphalée et des perturbations d’allure digestive, se dit-on . Cela ne coûte rien de jeter un œil à la rubrique :
TETE ; DOULEUR, céphalée en général/ gastrique (avec troubles gastriques)
qui doit faire envisager en premier Sanguinaria et Ipeca, puis Sulfur et ses voisins « sulfur-like », Pulsatilla, Collinsonia en cas d’hémorroïdes, Hydrastis, etc.

Et si le médecin de la Vieille Ecole pense, parce que la douleur siège à la tête, débarrasser de sa céphalée ce patient angoissé, qui l’embarrasse avec des symptômes gastriques secondaires dont il [le médecin] n’a vraiment cure ou dont il ne sait que faire, le médecin homéopathe ne s’en tient ni à la douleur ni à cette rubrique trop grossière et inappropriée, car les précieuses indications du malade ne le déroutent pas. Au contraire elles vont précisément lui donner la clé du cas en prenant le problème à l’envers.

En effet la céphalée en elle-même et l’aversion qui concerne sans distinction toutes les sortes d’aliments -c’est une aversion pour tout !- sont des éléments ou trop vagues ou trop généraux pour nous aider à démarrer l’analyse (l’aversion pour tout permettra d’éliminer dans un second temps des médicaments). Au contraire la double sensation au ventre qui semble si présente est particulière et inattendue. Or vous savez qu’une sensation en homéopathie est un symptôme qui vaut monnaie sonnante et trébuchante si je puis dire. Et vous pouvez ici soupeser davantage sa valeur car sa localisation est précise : le creux de l’estomac. C'est là et pas ailleurs, et ça reste là, sous le doigt. Il s'agit de la dépression au milieu de la région épigastrique que vous pouvez palper en dessous du cartilage ensiforme, c’est à dire la pointe du sternum. Et alors si vous reconsidérez la céphalée vous pouvez maintenant la “reléguer” au rang de concomitant ! Presque au débarras.  ;)
Il manque juste une modalité pour caractériser le symptôme avec une croix de Hering complète. On pourrait l’obtenir si on extrapolait en disant que le phénomène est amélioré/aggravé au moment des repas ou en mangeant (et c’est souvent le cas chez ce médicament), tout comme l’aversion pour les aliments qui existe également se manifeste a priori surtout quand le malade est confronté à la présence de nourriture.

Cela dit c’est sans compter la relation subtile qui connecte psychisme et « estomac » (au sens large) puisque, au-delà des impressions sensorielles (vue, odeur, goût), le simple fait de penser à manger peut déclencher l’aversion pour les aliments, ou la sensation de vide ou encore des nausées chez notre médicament mystère. D’ailleurs à la lecture de cette keynote on se demande si les nausées ne sont pas loin. D’une manière générale le médicament présente beaucoup de symptômes en relation avec l’appétit, la soif, le manger, le boire, l’estomac, etc.

La sensation de vide à l’estomac est une sensation commune à de nombreux médicaments qu’il serait long de détailler. La rubrique générale est la suivante :
ES/Vide, creux, faiblesse, sensation de faim 
On voit déjà que Ipeca et Iris sont peu concernés.
En fait plusieurs sensations apparentées ont été rassemblées pour former une rubrique mère qui comprend par conséquent un grand nombre de médicaments parmi lesquels un bon nombre de médicaments sont capables de les produire toutes. La sensation de faim est bien entendu la sensation physique que l’on peut ressentir à l’estomac quand on a faim, et ne doit pas être considéré comme étant la faim en général, et l’on peut d’ailleurs avoir faim et ne pas ressentir de sensation particulière à l’estomac (ce qui a priori n’est pas un symptôme), ou l’inverse, c’est à dire ne pas avoir faim du tout et ressentir quand même une sensation de vide, de creux à l’estomac (lach.).

Mais ce n’est pas tout. Le malade ajoute qu’il a aussi une sensation de « goneness » (« tout s’en va ») à l’estomac. Quésaco ? Vous constaterez que ce terme qui figure dans le libellé de la rubrique anglaise est absent dans l’édition française du Répertoire. Tout simplement parce qu’il est difficilement traduisible, il n’y a pas vraiment d’équivalent. De plus les définitions des dictionnaires anglo-saxons ne sont pas univoques. C’est une sensation étrange qui ne figure qu’à la section ESTOMAC. On pourrait la qualifier par un mélange d’affaissement et de faiblesse à des degrés divers, du simple malaise jusqu’à la sensation de défaillance, d’absence localisée, de dissolution (« tout s’en va »). Le goneness ne se résume donc pas à la sensation comme si l’estomac s’enfoncait, sensation voisine mais partielle, qui a sa propre rubrique dans le répertoire (on retrouve Hydrastis, Stannum, Nux-vomica).

Ces sensations peuvent bien sûr se manifester en cas de faim mais dans pareil cas rien ne vient combler ce vide, le satisfaire ; rien ne vient les faire cesser. Pire, l’effet du vide, est tellement amplifié que la sensation “viscérale” paroxystique confine chez le malade à l’évanouissement:
GE : Vide, sensation de/ évanouissement, avec sensation de
De quoi véritablement être très angoissé, c’est le sens qu’il faut donner au mot « distressing » en anglais.

Un seul remède à lui donner alors, Sepia.



La sous-rubrique appropriée au cas dont on s’est servi pour notre croix de Hering est :
ES/Vide, creux, faiblesse, sensation de faim : céphalée, pendant
cocc., nat-m, nit-ac., phos., ptel., sang., sep.
Quelques mots alors concernant les autres médicaments et ceux y figurant qui étaient proposés dans le quiz:

Cocculus possède la sensation de vide en général au plus haut degré, mais il manque la notion de faiblesse générale, de dépression, du vertige bien sûr, et nausées et vomissements ne sont pas assez marqués. Le mouvement ou l’exercice l’aggrave.

Chez phosphorus c’est davantage la sensation courante de faim qu’il faut prendre comme élément de la rubrique, sensation qui accompagne le malaise à l’estomac, alors qu’on a pas explicitement cet élément dans l’énoncé du symptôme, même si Sepia (qui contient du phosphore) peut également avoir faim pendant la céphalée. Phosphorus a aussi faim pendant un accès de fièvre, il a même faim quand il a des nausées. Nash dit aussi que Phosphorus a la sensation de vide qui s’étend à l’abdomen tout entier.

Sanguinaria n’a de l’aversion que pour le beurre et les aliments gras ou riches, il manque les sensations de chaleur caractéristiques du médicament et la céphalée serait plus typique. (A contrario il manque la sensation de froid chez Veratrum.)

Concernant Natrum muriaticum qui partage tant de symptômes avec Sepia, je n’ai pas de commentaire particulier, il n’y a pas de « keynotes dans la keynote » qui lui appartiennent pour l’évoquer. Aucun remède n’est plus affamé nous dit Nash, et s’il présente l’aversion pour les aliments il a quand même faim.

Stannum n’a de rapport qu’avec la bière ou le lait. La sensation de vide domine ou s’étend dans la poitrine.

Ptelea vient d’être discuté sur le forum dans un cas clinique d’Edouard (50 bons vieux quiz).

Pour envisager Ignatia, bien suivi par Sepia, il manque tout le côté émotionnel et nerveux, des baillements, des soupirs. Kent dit que le malade ignatia ne peut se débarrasser de la sensation qui occupe son esprit au point de ressasser dessus.

Pour Hydrastis la lecture de l’Encyclopédie indique très souvent un état de constipation associée, une lenteur extrême de la digestion, des palpitations ou des pulsations ressenties dans la région épigastrique. C’est vraiment un contexte de troubles digestifs pour le coup.

Quant à Lobelia il a la sensation de vide à l’estomac qui s’étend au cœur.


Concernant Sepia c’est une sensation bien sûr en lien avec l’état sycotique de relâchement des tissus, de ptose rencontrée notamment aux organes génitaux féminins. Elle se rencontre moins de nos jours avec la dégradation du niveau de santé de la population. Quant au creux de l’estomac c’est une localisation très caractéristique de Sepia.
Pour terminer rappelez-vous bien que la sensation de vide et de « tout s’en va » peut se manifester dans bien des situations (dyspepsie, troubles des règles, ptose de l’utérus, ténia, hémorroïdes, etc.) chez Sepia.
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#50869
Je suis content que pas mal d'entre vous aient trouvé Sepia
La correction est juste sublime ! Merci Athelas.
Avatar de l’utilisateur
par Jihem
-
#53441
une vraie leçon du répertoire artistiquement utilisé.

Merci pour vos retours! Quand bien même il […]

Mammite traînante

non ,il faut attendre il y a juste risque quelle f[…]

enfant 15 ans choree

Merci Terrassienne

Hôpitaux indiens accueillant les étudiants

Merci Isaure, je pense que c'est une très b[…]