Avatar de l’utilisateur
par Edouard Troesch
-
#9636
Allium sativum
All-s


Introduction

Description botanique
Famille :Amaryllidacées sous-famille des Alliacées (Allium sativum avait été classé traditionnellement dans la famille des Liliacées, mais plus récemment une nouvelle classification phylogénétique a été constituée).
Nom latin : Allium sativum L.
Noms communs : ail commun, ail de cuisine, ail cultivé, chapon, perdrix, thériaque des pauvres, thériaque des
paysans
Éthymologie : Sativum vient du latin serere qui signifie semer, planter, ensemencer, répandre , d'où l'on tire sata, orum, les semences, les moissons, les récoltes. Ail possède deux pluriels. Le plus ancien, « des aulx », a tendance à disparaître. On utilise plus fréquemment la forme botanique « des ails » mais les deux formes sont correctes.

C'est une plante herbacée, potagère, vivace et bulbeuse (comme le poireau, l’oignon, l’échalote, la ciboulette) assez grande à nombreuses feuilles engainant le bas de la tige. L'inflorescence est enveloppée d'une spathe en une seule pièce tombant assez rapidement. Les fleurs sont groupées en ombelles. Assez peu nombreuses, elles sont de couleur blanche ou rose et s'épanouissent en été. Le fruit est une capsule à 3 loges, mais celui-ci est rarement produit. La racine à bulbe est composée de 3 à 20 bulbilles (gousses) arquées (caïeux). On la récolte en juin-août. Les bulbes sont souvent employés comme condiment en cuisine dans de nombreuses recettes.
On distingue deux sous-espèces, qui se plantent à des époques différentes de l'année : subsp. ophioscorodon, plantée en automne et subsp. sativum, plantée au printemps. Les 2 sous-espèces sont respectivement appelées « ail d'automne » et « ail de printemps ». Indépendemmant de la couleur réelle du bulbe, l'ail dit blanc est généralement l'ail d'automne, l'ail rose est l'ail de printemps. Le premier est planté d'octobre à décembre selon le climat. Le second est mis en terre entre novembre et janvier. Dans les deux cas, la récolte a lieu en juin-août.

Dans le cas de la France, en fonction du terroir où elles sont cultivées et de leur couleur spécifique, ces
variétés sont parfois labellisées :
- IGP : ail rose de Lautrec en 1966, ail blanc de Lomagne en 1996, ail fumé d'Arleux en 2010
- Label Rouge : ail rose de Lautrec

Composition et propriétés
Principaux composants :
- minéraux : potassium, soufre, phosphore, calcium, magnésium, sodium, chlore
- glucides : fructosanes, sucres réducteurs, saccharose, inuline
- composés soufrés labiles dont le principal est l'alliine ou sulfoxyde d'allylcystéine (tous les membres de la famille des Liliacées, surtout l'oignon et l'ail, concentrent le soufre organique dans leurs bulbes). Ces produits soufrés peuvent expliquer la ressemblance homéopathique avec Sulph. Ils interfèrent avec le métabolisme des prostaglandines.
- oligo-éléments : fer, zinc, manganèse, bore, cuivre, nickel, molybdène, iode, sélénium
- vitamines : A, B1, B2, B3, B5, B6, C et E
- antibiotiques naturels : allicine (effet anti-microbien du à la réaction chimique qui s'opère avec le groupe des thiols de différentes enzymes. L'allicine a une activité inhibitrice sur Helicobacter pilori, une bactérie responsable d'ulcères gastriques) et ajoène (instable, serait retrouvé à de trop faibles doses dans l'organisme après ingestion d'ail pour avoir une réelle efficacité)
- divers : prostaglandines, saponosides stéroïdiques, acide phénoliques, phytostéroïdes, polyphénols, flavonoïdes

Le composant actif le plus important est l’alliine, qui se transforme en allicine sous l’effet de l’allinase, par une réaction enzymatique, quand l'ail est attaqué ou blessé. Puis l'allicine se transforme, après oxydation à l'air, en disulfure d'allyle. L'allicine est le thiosulfate prédominant dans l'ail qui est responsable de l’odeur caractéristique et qui a un effet antibactérien et toxique sur les insectes.
Les alliinases sont une classe d'enzymes présentes dans les plantes du genre Allium, comme l'ail et les oignons. Elles catalysent les réactions chimiques qui produisent des composés volatils qui donnent à ces plantes leurs odeurs, leurs saveurs et leurs propriétés lacrymogènes, qui font, de fait, partie des défenses de la plante contre les herbivores. Les alliinases sont normalement séquestrées dans les parois des cellules végétales, mais quand la plante est endommagée, par exemple, par des animaux qui la mangent, les alliinases sont libérées et catalysent la production de produits chimiques piquants. La même réaction se produit lorsque l'oignon ou l'ail est coupé, haché ou écrasé avec un couteau en cuisine.

L'utilisation médicinale est importante: des extraits d'ails sont ingérés pour des raisons médicales par un peu plus de 4 % de la population américaine et 10 % de la population australienne.
Principales propriétés de l'ail :
- diminution du risque de thrombose (fibrinolytique et antiagrégant plaquettaire) lié à des agents anticoagulants, pouvant potentialiser les risques de saignements en cas d'association avec des médicaments antiagrégants plaquettaires
- diminution du taux de cholestérol surtout LDL et de triglycérides
- abaissement de la tension artérielle entre autres par inhibition des catécholamines
- dilatation des artères et effet spasmolytique sur le muscle lisse des vaisseaux
- effet diurétique
- stimulation des sécrétions gastro-intestinales et du péristaltisme
- stimulation de l’appétit par un effet hypoglycémiant
- stimulation la thyroïde (riche en iode et autres halogènes)
- effet antioxydant et action sur le système immunitaire. La consommation régulière d'une gousse d'ail par jour réduirait le risque de cancer (tête, cou, poumon, sein, oesophage, estomac, côlon, rectum, prostate). L'enzyme allinase, qui produirait ces effets, nécessite d'attendre 15 minutes après avoir écrasé de l'ail cru, avant sa consommation
- propriétés anti-infectieuses
- antidote de la nicotine et prophylactique de l’intoxication au plomb
- stimulation du développement des bactéries bénéfiques de la flore intestinale (effet
prébiotique lié à l'inuline).

Ethnopharmacopée - Utilisation historique et populaire

Utilisation en phytothérapie
L'ail est originaire d'Asie centrale. On pense qu'il dérive de l'espèce asiatique Allium longicuspis. C’est un des plus vieux remèdes de l’humanité, il est employé depuis 7000 ans et de très vieux textes le mentionnent, dans les traditions chinoise, indienne, égyptienne, etc. comme une sorte de panacée, pour toutes sortes de maladies : l’angine de poitrine, les tumeurs, la malaria, les empoisonnements, la constipation, les troubles respiratoires, les fièvres, les névralgies, ...
L'ail est cultivé depuis la plus haute antiquité et les Egyptiens en ont fait une plante sacrée. Hérodote raconte que la première grève de l’histoire eut lieu lors de la construction de la pyramide de Kheops : les ouvriers refusaient de travailler après que leur ration quotidienne d’ail avait été supprimée. Le papyrus Ebers disait que pour empêcher un serpent de sortir de son trou, il suffisait de mettre une gousse d'ail à l'entrée. Il mentionne aussi l'ail dans une quarantaine d'indications.
D'après Athénée, à Rome, il était interdit de pénétrer dans le temple de Cybèle (déesse de la fécondité) pour ceux qui mangeaient de l'ail. Virgile en parle comme d'une plante utile aux moissonneurs pour augmenter leurs forces dans les grandes chaleurs et le poète Macer Floridus, rapportant l'opinion de Pline, pour les empêcher de s'endormir dans la crainte des serpents. Il nous apprend aussi que l'on guérit des morsures venimeuses par l'ail, et que celui-ci protégeait de la folie et éloignait les serpents. De même, si on mange l'ail à jeûn, on est garanti contre tous les maléfices qu'on pourrait ressentir en changeant de place ou en buvant une eau inconnue.
Les Grecs et les Romains lui prêtaient un pouvoir fortifiant et le donnaient à manger à leurs soldats en campagne. Les athlètes grecs en consommaient de grandes quantités, pour son pouvoir fortifiant (les propriétés de vasodilatation, de broncho-dilatation de l'ail revêtent effectivement un intérêt évident pour améliorer les performances sportives). Dans l'Odyssée, Hermès en donne à Ulysse qui l'utilise comme antidote pour ne pas être changé en pourceau par Circé. Dans Ploutos d'Aristophane, on apprend que l'ail servait à se torcher : « Nous ne nous torchons plus avec des cailloux, par raffinement nous n’utilisons plus que des têtes d’ail ! »
Après avoir fui l'Égypte, une partie des Hébreux regrette l'alimentation du temps de l'esclavage. Au nombre des denrées citées apparaît l'ail : « [...] et même les enfants d'Israël recommencèrent à pleurer et dirent : Qui nous donnera de la viande à manger ? Nous nous souvenons des poissons que nous mangions en Égypte, et qui ne nous coûtaient rien, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et des aulx. »
Alphonse, roi de Castille, l'avait en si grande aversion, qu'en 1330 il institua un ordre dont les statuts portaient que ceux des chevaliers qui auraient mangé de l'ail ou de l'oignon ne pourraient paraître à la cour ni communiquer avec les autres chevaliers, au moins pendant un mois.
Grâce aux croisés, qui contribuèrent à le diffuser en Europe, l'ail ne tarda pas à faire figure de panacée, même contre la peste et les possessions démoniaques.
On raconte aussi l’histoire de quatre malfaiteurs condamnés au 18 ème siècle à enterrer les cadavres des pestiférés, qui ont résisté en prenant de l’ail tous les jours.
Les conscrits employaient l'ail pour se faire réformer. Appliqué sur la peau, il provoque des rougeurs et même des excoriations.
L'ail a toujours été une plante chargée de magie, en Orient comme en Occident, ayant la faculté de repousser les âmes perdues. Dans toutes les pratiques, l'ail se révèle un agent protecteur contre les influences néfastes ou les agressions dangereuses. Dans les religions anciennes, l’ail a souvent eu un statut ambigu. Son odeur était considérée comme maléfique ou profane, par exemple les prêtres égyptiens n’avaient pas le droit d’en prendre et le Moyen Âge chrétien le considérait comme diabolique, peut-être parce qu’il est aphrodisiaque. Mais en même temps, il a souvent été employé pour combattre les esprits mauvais et par exemple pour écarter les vampires.
En sanscrit, on l'appelle bhûtagna ou tueur de monstres.
Dans les croyances populaires de l'Asie Mineure, de la Grèce, de la Scandinavie et de l'Allemagne du Nord, on attribue aussi à l'ail une propriété magique bienfaisante : si on jette de l'ail dans une boisson, on est garanti contre tout maléfice.
Au Moyen Âge, les enfants portaient des tresses d'ail au cou pour se protéger des sorcières. La légende de l'ail « anti-vampires » y prendrait ses origines.
D'anciennes superstitions de marins veulent que l'ail éloigne la malchance, les tempêtes et les monstres marins : c'est pourquoi on ne devrait jamais manquer d'en avoir à bord…
En Sibérie, selon les croyances des Bouriates, l'approche des âmes des femmes mortes en couche, et qui reviennent la nuit persécuter les vivants, se reconnaît à l'odeur d'ail qu'elles répandent.
Les Bataks de Bornéo accordent à l'ail le pouvoir de retrouver les âmes perdues.
La tradition d'Europe centrale affirme que si on accroche un bouquet d'ail tressé à la tête de son lit, les vampires seront éloignés. C'est parce que l'ail protégerait du mauvais œil que l'on retrouve en Sicile, en Italie ainsi qu'en Grèce et en Inde, des bouquets de têtes d'ail attachés avec de la laine rouge. En Grèce le simple fait de prononcer le mot « ail » (en grec le mot : skordo) conjure les mauvais sorts. Le remède serait aussi efficace qu'une traditionnelle croix.
En Italie, on mettait de l'ail près des berceaux pour éloigner les sorcières et les démons. A Bologne, l'ail est le symbole de l'abondance et à la St Jean, tout le monde en achète, pour se garantir de la pauvreté pendant toute l'année.
Les bergers des Carpates, avant de traire pour la première fois leurs brebis, se frottent les mains avec de l'ail béni, afin de protéger le troupeau contre les morsures de serpents.
A Chartres, à l'église St Pierre, où l'on adorait Ste Solenne, le 17 août, on présentait à l'offertoire de la messe une oie blanche avec une gousse d'ail attachée au cou par un fil de soie rouge. La blancheur de l'oie symbolisait la virginité, le fil, le martyre et l'ail le courage.

Utilisation en alimentation
L'une des sauces médiévales les plus employées était la « sauce d'aulx », où l'ail pilé s'alliait au persil et à l'oseille, pour accompagner les poissons, ou au vinaigre et à la mie de pain, pour les grillades.
La cuisine provençale est basée sur l'ail. Il entre pour principal condiment dans la bouillabaisse et dans les principales sauces. On en fait, écrasé avec de l'huile, une espèce de mayonnaise que l'on mange avec du poisson et des escargots. Le déjeuner des Provençaux des classes inférieures, se compose souvent d'un croûton de pain, arrosé d'huile et frotté d'ail.
L'aillet est un ail immature, qui n'a pas encore formé ses gousses et ne se trouve donc qu'au printemps. Découpé en fines rondelles, on l'utilise pour parfumer les salades, vertes ou composées. Sa saveur est assez prononcée et se rapproche de celle de l'ail. Il peut être également utilisé en cuisson, dans des plats de printemps, avec des légumes nouveaux.
Quand on cuisine de l'ail, certains conseillent de retirer le germe, qui serait moins digeste que le reste de la gousse en raison d'une plus grande concentration de produits organo-sulfurés.

Utilisation en homéopathie
La teinture mère est préparée à partir du bulbe frais. L'expérimentation a été menée en France en 1852
par Petroz et Teste.

Image


Tableau mental

Anxiété hypochondriaque
Se tracasse beaucoup pour sa santé et va consulter différents médecins, mais ne leur fait pas confiance et ne prend pas les traitements prescrits. Méfiance envers les médicaments et le système médical dans son ensemble. Patients qui refusent les médicaments parce qu'ils sont sûrs que c’est mauvais pour eux et pour cette raison ils se croient incurables.
Peurs diverses : de ne pas guérir, de ne pouvoir supporter les remèdes, d'être empoisonné (ou certitude d’avoir été empoisonné).

Hypersensibilité à l’injustice

Très critique à l’égard de la société, s’insurge contre les injustices du monde.
Personnes qui ont manqué de protection ou qui ont reçu une mauvaise protection et en compensation ils veulent protéger les autres. Ne supporte pas qu'on ne puisse pas se défendre soi-même.
Professions en rapport avec la protection souvent des enfants et des plus faibles : puéricultrice, institution pour enfants handicapés, agent d’assurance, service des réclamations pour aider les clients à se défendre contre les abus du système, association des victimes et voire même proxénète...

Portrait minute

Chez l'enfant
Faiblesse du dos et des membres inférieurs (surtout des genoux) qui retarde l'enfant pour apprendre à marcher. Défauts de croissance des membres inférieurs dans les cas de malnutrition et de constipation chez l'enfant.

Chez l'adulte
Personnes carnivores qui mangent beaucoup plus qu'ils ne boivent, « bon vivant », prédisposés aux excès de table, ayant les lèvres sèches et aggravées par le moindre écart de régime. Tendance à la calvitie, à l'obésité et aux éruptions herpétiques.
Anxiété, irritabilité, tristesse avec aggravation par la solitude.
Impatient et agité, doit bouger, impulsion à courir. Besoin de s'échapper de situations désagréables.
Difficile à satisfaire, ne sait pas ce qu'il veut.

Symptômes caractéristiques

Tropisme digestif
Convient aux gens bien en chair, habitués aux modanités, aux excès alimentaires, à la gloutonnerie. Gros mangeurs pléthoriques aimant la viande mais buvant peu. Ils aiment tout ce qu'ils mangent et se servent en grande quantité. Les excès de table et le moindre changement de régime alimentaire provoque des troubles digestifs. Sensation de ne plus tolérer aucun écart et de devoir éviter tel ou tel aliment.
Diarrhées au moindre écart de régime.
Langue pâle avec papilles rouges, plus sèche pendant la nuit ou bien lisse avec papilles effacées. Salive sucrée abondante, après les repas et pendant la nuit. Lèvres sèches.
Eructations brûlantes, pyrosis, avec salivation. Sensation de froid dans l’oesophage jusque dans la gorge.
Douleur gastrique avec pesanteur, lourdeur comme une pierre au niveau de l'estomac, dans le ventre avec sensation que le ventre est tiré vers le bas. Sommeil après les repas.
Ballonnements, flatulence, distension abdominale douleureuse avec beaucoup de gaz fétides incarcérés difficiles à évacuer. Douleurs pressives, déchirantes ou comme des torsions dans la région abdominale, du côlon transverse et descendant, souvent de dedans en dehors avec sensation comme si les intestins étaient arrachés du ventre, au point de devoir se coucher. Aggravation en marchant, à chaque pas et amélioration en se pliant en deux (assis penché en avant les mains appuyées sur le ventre), couché.
Constipation avec douleurs constuses, sourdes et constantes dans les intestins. Amélioration en marchant.

Tropisme respiratoire
Coryza avec douleurs pressives au dessus de ou à la racine du nez. Démangeaison et sensation de chaleur, de muqueuse à vif dans le larynx.
Bronchite avec oppression et expectoration épaisse, fétide, difficile à expulser. Raclements permanents de mucus dans les bronches. Aggravation le matin au lever.
Toux qui semble venir de l’estomac avec une mauvaise haleine. Expectoration muqueuse abondante ou gélatineuse, fétide et difficile à évacuer. Sensibilité à l'air froid. Aggravation le matin après avoir quitté
sa chambre, en fumant.

Tropisme articulaire et osseux

Rhumatisme des hanches avec douleurs dans le psoas (surtout le tendon) et les muscles iliaques aggravées par les moindres mouvements du membre, en croisant les jambes, en se tournant au lit, mais le mouvement passif est indolore.
Douleurs articulaires pressives, de l’intérieur vers l’extérieur. Aggravation par le mouvement, la marche, les changements de temps et de température, la chaleur humide, le temps froid et humide.

Tropisme génital

Gonflement douloureux des seins au toucher avec endolorissement et irritation de la vulve, des cuisses pendant les règles. Éruption dans le vagin, sur les seins et la vulve pendant les règles.
Gonflement des seins après sevrage. Règles en avance et trop abondante.

Tropisme cutané

Peau sèche, ridée, tendue sur les articulations. Dartres (herpès) aux chevilles. Desquamation des mains. Chaleur sèche au dos des mains; moiteur dans les paumes.

Sommeil

Sommeil agité et perturbé avec pleurs. Douleurs dans la poitrine, lourdeurs d’estomac ou simple soif qui empêchent le patient de dormir. Contraction des muscles et chocs dans les pieds en s'endormant.
Oppression thoracique ou sensation de froid pendant le sommeil, qui réveille fréquemment.
Rêves anxieux, qui continuent après le réveil. Rêve de changer de place souvent, de mouvements rapides
d’une place à une autre.

Sensations et douleurs
Sensation d’un cheveu (sur la langue, dans la gorge, sur le visage), de mucus collant dans la gorge, de froid remontant de la gorge, de chatouillements dans les dents inférieures.
Douleurs élançantes, piquantes, déchirantes, expansives (pression du dedans au dehors), augmentant et
diminuant graduellement.

Symptômes généraux
Modalités
Aggravation : après manger ; le matin au réveil ; à la marche ; en lisant ou en fixant le regard ; par le
temps froid et humide ; par le temps chaud et humide ; par les boissons froides ; par la viande
Amélioration : pendant les règles

Alimentaires
Désir : de viande ; de beurre
Aversion :pour l'ail

Etiologies

Excès alimentaires ; absorption d'eau corrompue ; injection de produit de contraste par ponction
lombaire

Indications cliniques
Céphalées
Etourdissement et battements dans les tempes. Sensation de pesanteur au front, le matin au réveil avec
difficulté pour ouvrir les yeux. Vertiges pendant la céphalée. Aggravation couché sur le dos, avant les
règles, après les règles et amélioration pendant les règles.

Vertiges
En lisant ou en fixant un objet longtemps. Amélioration pendant les règles et aggravation dès que les
règles diminuent.

Conjonctivite
Aggravation en essayant de lire la nuit.

Calculs rénaux
Sédiment abondant brun foncé. Vessie distendue avec besoin constant. L’urine sort goutte à goutte au
début de la miction puis coule librement en allant à selle.

Confusions courantes
Bry, Kali-b, Sulph, Lach, Bell

Cas cliniques

Cas 1 - Problèmes cardio-vasculaires - Dr André Dubois
Lucie, 56 ans, vient me consulter en novembre 02, pour divers problèmes :
«Je suis en bonne santé, me dit-elle, mais en juillet dernier j’ai eu des vertiges, qu’on a attribués à
l’hypertension, et depuis lors je prends du Ténormin, mais à contrecœur, car je n’aime pas les médicaments ».
Elle m’apporte des documents qui font état d’une hypothyroïdie, d’un excès de cholestérol et de ferritine ; on parle d’hémochromatose.
Elle est veuve sans enfants, a exercé la profession de logopède-orthophoniste dans l’enseignement spécial pour enfants handicapés, et est en préretraite.
Elle n’est pas inactive pour autant, car elle s’occupe de toutes sortes d'oeuvres de bienfaisance : elle est très dynamique et pleine de projets.
Lucie est ce qu’on appelle une bonne vivante, cela se voit du premier coup d'oeil : obèse (elle a certainement plus de 100 kgs bien que de petite taille), le visage rougeaud et toujours souriant, elle prend la vie du bon côté, et se méfie de la médecine et des médecins, c’est le « bon sens terre à terre », comme elle dit elle-même.
Douleurs d’arthrose des poignets, aggravées au froid, elle « tire ses manches ».
Bonne digestion et transit normal, c’est une grosse mangeuse, gourmande, qui aime surtout la viande, et pas le sucré ; ces dernières années, elle s’est assagie et mange moins et plus sainement ; elle a fort diminué le vin et la bière.
Elle a toujours chaud et se découvre la nuit, dort la fenêtre ouverte ; elle a souvent des insomnies avec sensation de chaleur. Impossible de dormir sur le dos.
Elle est très sociable, aime les activités publiques, mais supporte très bien la solitude.
Bien qu’enfant unique, elle a toujours été très ouverte et dans son enfance on lui demandait toujours si elle avait beaucoup de frères.
Visiblement très contente d’elle, elle me parle de ses symptômes en riant, mais elle me dit quand même : « J’ai peur de la maladie,… mais je fuirais plutôt les médecins ».

Après cette première consultation, je prescris Sulph, comme beaucoup d’homéopathes l’auraient probablement prescrit à ma place.
Et ce remède fonctionne très bien, on supprime le Ténormin, et elle contrôle elle-même sa tension qui restera parfaite.
L’histoire pourrait s’arrêter là, mais elle va développer progressivement de nouveaux symptômes, qui ne cèderont pas à Sulph, répété dans toutes sortes de dynamisations.
Tout d’abord sa douleur du poignet gauche ne s’améliore pas.
Elle continue à se réveiller la nuit avec des bouffées de chaleur.
Puis c’est une acidité nocturne jusque dans la gorge > en buvant de l’eau.
Irritations de l’anus, avec prurit nocturne (elle attribue cela au vin rouge qu’elle boit tous les jours).
Et surtout une douleur de la hanche droite, en étant couchée dessus, et à la marche.
Les cuisses s’engourdissent en restant debout et en marchant.
Douleurs lombaires après travaux ménagers et jardinage.
En février 2005, elle me dit entre autres : « J’adore la viande, toutes les viandes,… mais la viande n’est plus aussi bonne qu’avant ! »
Je sous-entends, en interprétant : « De nos jours on mange n’importe quoi ! »
Elle a toujours sa douleur de la hanche gauche, à début brutal et fin brutale, « comme si quelque chose se coinçait », surtout à la marche ; elle a l’impression que c’est musculaire.

Ce jour-là j’ai pensé à All-s que je venais d’entendre présenter au CLH, et je l’ai prescrit à Lucie.
L’évolution a été bonne jusque ici : la tension reste normale sans médicament, Lucie peut se permettre toutes sortes de travaux de jardinage sans plus aucune douleur de hanche ni de dos.
Elle a un meilleur sommeil.
Et en juin est apparue une éruption desquamante sur les mains.
Les chiffres du cholestérol et de la ferritine se sont bien améliorés.
Voici les éléments qui m’ont permis de reconnaître All-s :
Une « bonne vivante », obèse, qui maintenant doit faire attention à son régime.
La méfiance vis-à-vis des médicaments et de la médecine.
Moins évidente ici, la peur de la maladie, pour laquelle j’ai pris la rubrique « anxiété hypochondriaque ».
Ce sont les trois caractéristiques principales pour identifier le remède.
Les deux éléments suivants sont confirmatoires.
Un symptôme physique : la douleur de la hanche liée au mouvement.
Après le traitement, apparition d’un symptôme dont on n’est pas sûr qu’il soit réellement nouveau : éruption desquamante des mains.

Ajouts au répertoire de Kent
Attention : Les remèdes ajoutés au degré 0 sont en attente de confirmation.
PSY : AGITATION, nervosité : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : AGITATION, nervosité / interne : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : ANARCHISTE, révolutionnaire (sentiment de révolte, ne peut supporter l'injustice) : André Dubois - [0]
PSY : ANXIÉTÉ : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : ANXIÉTÉ / hypocondriaque: Georges Vithoulkas - [1]
PSY : ANXIÉTÉ / hypocondriaque / seul, étant : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : ANXIÉTÉ / seul, étant : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : CAPRICIEUX : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : COURIR ici et là : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : DÉSESPOIR / guérison, au sujet de sa : Frans Vermeulen - [1]
PSY : ILLUSIONS, imaginations, hallucinations / empoisonné / médicaments vont l', les : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : ILLUSIONS, imaginations, hallucinations / malade / incurable, il est : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : ILLUSIONS, imaginations, hallucinations / malade / pense qu'il est : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : IMPULSION / courir, à: Frans Vermeulen - [1]
PSY : IRRITABILITÉ : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : MÉCONTENT, contrarié : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : MÉCONTENT, contrarié / santé, au sujet de sa : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : OCCUPATION / amél (travail, activité, distraction) : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : PEUR / maladie, imminente, d'une / incurable, d'être : Henri Duprat - [1]
PSY : PEUR / médicaments / supporter, de ne pas pouvoir: Henri Duprat - [1]
PSY : REFUSE / médicaments, de prendre les: Georges Vithoulkas - [1]
PSY : SENSIBILITÉ , hypersensibilité : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : SUSPICIEUX, méfiant / médecins, envers les : Georges Vithoulkas - [1]
PSY : SUSPICIEUX, méfiant / santé, au sujet de sa propre: Georges Vithoulkas - [1]
PSY : TATILLON, importune pour des broutilles, etc : Georges Vithoulkas - [1]
VE : CÉPHALÉE/ pendant: Frans Vermeulen - [1]
VE : LISANT, agg en: André Dubois - [0]
TE : CHEVEUX / alopécie, calvitie: Frans Vermeulen - [1]
TE : CHEVEUX / chute des : Henri Duprat - [1]
TE : DOULEUR, céphalée en général / allongé / agg étant / dos / agg sur le: André Dubois - [0]
TE : DOULEUR, céphalée en général / règles / avant: André Dubois - [0]
TE : DOULEUR, céphalée en général / règles / pendant / amél: Georges Vithoulkas - [1]
TE : DOULEUR, céphalée en général / règles / après: Frans Vermeulen - [1]
TE : DOULEUR, céphalée en général / PRESSIVE / dedans en dehors, de: Georges Vithoulkas - [1]
TE : LOURDEUR / matin: Georges Vithoulkas - [1]
TE : LOURDEUR / règles / pendant /amél : Georges Vithoulkas - [1]
TE : LOURDEUR / Front / poids, pesanteur: Georges Vithoulkas - [1]
Y : AGGLUTINATIONdes paupières / effort visuel, après : Georges Vithoulkas - [1]
Y : AGGLUTINATIONdes paupières / lisant la nuit, en : Georges Vithoulkas - [1]
Y : INFLAMMATION / Conjonctive / catarrhale : Henri Duprat - [1]
Y : LARMES / brûlantes, cuisantes / effort visuel, après : Georges Vithoulkas - [1]
Y : LARMES / brûlantes, cuisantes / lisant la nuit, en : Georges Vithoulkas - [1]
Y : LARMOIEMENT / sommeil, pendant : Pétroz - [1]
Y : OUVERTS / incapable d'ouvrir les yeux / céphalée, pendant : Frans Vermeulen - [1]
OR : INFLAMMATION / Otite moyenne / catarrhale (nez pris, sinusite, etc) / chronique: Henri Duprat - [1]
OR : OBSTRUCTION, sensation d' / cérumen, condits auditifs bouchés par du: Georges Vithoulkas - [1]
OR : OBSTRUCTION, sensation d' / croûtes indurées, condits auditifs bouchés par des: Georges Vithoulkas - [1]
AU : SURDITÉ : Henri Duprat - [1]
AU : SURDITÉ/ gauche / catarrhe, suite de: Georges Vithoulkas - [1]
N : CORYZA / fluent (avec écoulement) : Frans Vermeulen - [1]
N : DOULEUR / PRESSIVE / Racine / AU-DESSUS, de la: Georges Vithoulkas - [1]
N : ÉTERNUEMENT / air / froid: Georges Vithoulkas - [1]
N : ÉTERNUEMENT / air / humide: Georges Vithoulkas - [1]
N : ÉTERNUEMENT / brouillard, agg: Georges Vithoulkas - [1]
N : ÉTERNUEMENT / humidité, agg : Georges Vithoulkas - [1]
N : ÉTERNUEMENT / temps froid et humide, agg : Georges Vithoulkas - [1]
N : OBSTRUCTION : Georges Vithoulkas - [1]
N : SINUSITE / frontale : Georges Vithoulkas - [1]
VIG : CHEVEUX sur le visage, sensation de : Frans Vermeulen - [1]
B : CHEVEU / Langue, sur la, sensation d'un / matin: Georges Vithoulkas - [1]
B : CHEVEU / Langue, sur la, sensation d'un / matin / réveil, au: Georges Vithoulkas - [1]
B : CHEVEU / Langue, sur la, sensation d'un / nuit: Georges Vithoulkas - [1]
B : CHEVEU / Langue, sur la, sensation d'un / lisant, en, agg: Georges Vithoulkas - [1]
B : COLORATION / Langue / Rouge / pâle: Frans Vermeulen - [1]
B : COLORATION / Langue / Pâle : William Boericke - [1]
B : HALEINE / nauséabonde / règles / pendant / toux, pendant : Pierre Schmidt- [1]
B : HALEINE / putride / toux, pendant : Pierre Schmidt- [1]
B : INFLAMMATION / gencives : Henri Duprat - [1]
B : LISSE, luisante, vernissée, brillante, etc / Langue: Georges Vithoulkas - [1]
B : MUQUEUSE / Langue, excoriée : Frans Vermeulen - [1]
B : PAPILLES / aplaties : Georges Vithoulkas - [1]
B : PAPILLES / effacées: Frans Vermeulen - [1]
B : PAPILLES / rougies: William Boericke - [1]
B : SALIVATION / nuit: Georges Vithoulkas - [1]
B : SALIVE / abondante/ manger, après: Frans Vermeulen - [1]
B : SALIVE / sucrée / nuit: William Boericke - [1]
B : SALIVE / sucrée / manger, après: Frans Vermeulen - [1]
B : STOMATITE putride et ulcérée : Henri Duprat - [1]
B : TUMÉFACTION, gonflement / Gencives / inférieures : Pétroz - [1]
B : TUMÉFACTION, gonflement / Gencives / lisant, en, agg: Georges Vithoulkas - [1]
G : CHALEUR / Oesophage / brûlant et piquant remonte l', quelque chose de : Georges Vithoulkas - [1]
G : CORPS étranger, sensation de / cheveu, sensation de : William Boericke - [1]
G : FROIDEUR, sensation de / monte à la gorge, qui : Pétroz - [1]
G : FROIDEUR, sensation de / œsophage / remonte l', qui: Georges Vithoulkas - [1]
ES : APPÉTIT / ABSENT / faim, avec (mange sans appétit) : Georges Vithoulkas - [1]
ES : APPÉTIT / DÉVORANT, excessif, faim canine : Henri Duprat - [1]
ES : AVERSION / ail : André Dubois - [0]
ES : AVERSION / viande : Frans Vermeulen - [1]
ES : DÉSIR / crus, d'aliments / oignons : Frans Vermeulen - [1]
ES : DÉSIR / mets fins (bon vivant) : J.H. Clarke - [1]
ES : DÉSIR / viande : Frans Vermeulen - [1]
ES : DOULEUR / PRESSIVE / épigastre, dans l': Frans Vermeulen - [1]
ES : ÉRUCTATIONS, renvois de toute nature en général : Georges Vithoulkas - [1]
ES : ÉRUCTATIONS, renvois de toute nature en général / BRULANTES/ manger, après : Frans Vermeulen - [1]
ES : ÉRUCTATIONS, renvois de toute nature en général / PYROSIS, renvoi de gorgées acides, aigreurs : Georges
Vithoulkas - [1]
ES : ÉRUCTATIONS, renvois de toute nature en général / PYROSIS, renvoi de gorgées acides, aigreurs / manger,
après : Frans Vermeulen - [1]
ES : INDIGESTION / mangé, après avoir trop : Georges Vithoulkas - [1]
ES : LOURDEUR, poids, oppression / dormir, qui empêche de : Pétroz - [1]
ES : PIERRE, sensation d'avoir une/ manger / après: Frans Vermeulen - [1]
ES : PYROSIS, sensation de brûlure / manger, après : Georges Vithoulkas - [1]
AB : BORBORYGMES / matin / lever, après : Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / allongé / amél: Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / assis / courbé / amél: Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / marchant / agg en: Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / marchant / amél: André Dubois - [0]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / pliant en deux / amél: Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / pression / amél: Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / Côlon / descendant, dans la région du : Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / Côlon / transverse, dans la région du: Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde/ Intestins : Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / CONTUSE, comme une meurtrissure, sensibilité à la pression / Iléo-caecale, intestinale, de la région: Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / CONTUSE, comme une meurtrissure, sensibilité à la pression / Iléo-caecale, intestinale, de la région / marchant, agg en: Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / CRAMPE, colique, épreintes : Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / CRAMPE, colique, épreintes / manger / après : Frans Vermeulen - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / DÉCHIRANTE: Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / DÉCHIRANTE / allongé, amél: André Dubois - [0]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / DÉCHIRANTE / assis, courbé, amél: André Dubois - [0]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / DÉCHIRANTE / dehors, vers le: André Dubois - [0]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / DÉCHIRANTE / marchant, agg en: André Dubois - [0]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / DÉCHIRANTE / pliant en deux, amél: André Dubois - [0]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / DÉCHIRANTE / Intestins étaients déchirés, comme si les : Georges
Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / PRESSIVE / assis / courbé, amél: Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / PRESSIVE / dehors, vers le : Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / PRESSIVE / marchant, en : Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / PRESSIVE / pression, amél : Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / PRESSIVE / Abdomen, dans la partie supérieure de l' : Georges
Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / PRESSIVE / Côlon transverse, tout le long du : Frans Vermeulen -[1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / PRESSIVE / Épigastre: Georges Vithoulkas - [1]
AB : DOULEUR, mal au ventre, douleur sourde / TRACTION vers le bas, "bearing down" : Georges Vithoulkas - [1]
AB : FLATULENCE : Georges Vithoulkas - [1]
AB : FLATULENCE / manger, après: Frans Vermeulen - [1]
AB : INCARCÉRATION de gaz, vents: Frans Vermeulen - [1]
AB : INCARCÉRATION de gaz, vents / côlon descendant, dans le: Frans Vermeulen - [1]
AB : INFLAMMATION (péritonite, entérite, etc) / Colon, caecum (colite, typhlite) : Georges Vithoulkas - [1]
AB : MÉTÉORISME, distension : Frans Vermeulen - [1]
AB : MÉTÉORISME, distension / douloureux : Frans Vermeulen - [1]
AB : MÉTÉORISME, distension / manger / après: Frans Vermeulen - [1]
REC : CONSTIPATION : Henri Duprat - [1]
REC : CONSTIPATION / enfants, chez les: Frans Vermeulen - [1]
REC : INVOLONTAIRE, selle : Pétroz - [1]
REC : PROLAPSUS : Georges Vithoulkas - [1]
REC : VENTS / nauséabonds: Georges Vithoulkas - [1]
REC : VERMINOSE : Henri Duprat - [1]
SEL : EXCORIANTES, âcres, brûlantes, etc : Georges Vithoulkas - [1]
SEL : LIQUIDES, fluides : Georges Vithoulkas - [1]
VS : MICTION / GOUTTE A GOUTTE / distension vésicale, avec: Georges Vithoulkas - [1]
GF : DOULEUR / Vulve / règles, pendant : Frans Vermeulen - [1]
GF : ÉRUPTION / pustules / Règles / pendant : C. Knerr- [1]
GF : ÉRUPTION / pustules / Règles / pendant / vulve, sur la : Georges Vithoulkas - [1]
GF : INFLAMMATION / Vulve : Henri Duprat - [1]
GF : INFLAMMATION / Vulve / règles, pendant les: André Dubois - [0]
GF : LEUCORRHÉE : Henri Duprat - [1]
GF : PRURIT / Vagin / grossesse, pendant la : Frans Vermeulen - [1]
GF : PRURIT / Vagin / règles / pendant: Georges Vithoulkas - [1]
GF : RÈGLES / abondantes: Henri Duprat - [1]
LAR : INFLAMMATION / Trachée (trachéite) : Henri Duprat - [1]
LAR : INFLAMMATION / Trachée (trachéite) / chronique: Georges Vithoulkas - [1]
LAR : PRURIT / Larynx: Henri Duprat - [1]
LAR : VOIX / enrouée : Henri Duprat - [1]
RES : ASTHME : Georges Vithoulkas - [1]
RES : RALES (crépitants ou ronchi): Georges Vithoulkas - [1]
TX : AIR / froid / humide, et: Georges Vithoulkas - [1]
TX : GRASSE : Georges Vithoulkas - [1]
TX : HUMIDITÉ, agg dans une pièce humide : Georges Vithoulkas - [1]
TX : MUCOSITÉS, suite de / Thorax, dans le : Georges Vithoulkas - [1]
TX : TEMPS / brouillard, agg : Georges Vithoulkas - [1]
TX : TEMPS / humide : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : ABONDANTE : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : FILANTE : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : GLAIREUSE : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : MUCOSITÉS / matin / lever, après: Georges Vithoulkas - [1]
EXP : MUCOSITÉS / fluides : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : MUCOSITÉS / jaunâtres : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : MUCOSITÉS / purulentes : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : MUCOSITÉS / putrides, nauséabondes, d'odeur : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : MUCOSITÉS / sanglantes, striées de sang : Georges Vithoulkas - [1]
EXP : ODEUR / fétide : Henri Duprat - [1]
TH : BRONCHECTASIE : Georges Vithoulkas - [1]
TH : CATARRHE bronchique, encombrement : Frans Vermeulen - [1]
TH : DOULEUR / sommeil / dormir, qui empêche de: André Dubois - [0]
TH : DOULEUR / sommeil / pendant: André Dubois - [0]
TH : DOULEUR / Seins / règles / pendant : J.-H. Clarke- [1]
TH : DOULEUR / Seins / règles / pendant / toucher, au: Frans Vermeulen - [1]
TH : DOULEUR / PIQUANTE lancinante, point de côté / dormir, qui empêche de: Georges Vithoulkas - [1]
TH : EMPHYSÈME : Henri Duprat - [1]
TH : ÉRUPTIONS / Seins / règles, pendant les : William Boericke - [1]
TH : ÉRUPTIONS / Seins / Mamelons / règles, pendant les : Frans Vermeulen - [1]
TH : INFLAMMATION / Bronches (bronchite) : Georges Vithoulkas - [1]
TH : INFLAMMATION / Bronches (bronchite) / catarrhale chronique : Henri Duprat - [1]
TH : INFLAMMATION / Bronches (bronchite) / chronique: Georges Vithoulkas - [1]
TH : INFLAMMATION / Seins : William Boericke - [1]
TH : INFLAMMATION / Seins / lait / sevrage, après : Henri Duprat - [1]
TH : OPPRESSION / dormir, qui empêche de: André Dubois - [0]
TH : PALPITATIONS cardiaques / manger / après: Georges Vithoulkas - [1]
TH : TUBERCULOSE pulmonaire : Henri Duprat - [1]
TH : TUMÉFACTION / Seins : William Boericke - [1]
TH : TUMÉFACTION / Seins / lait / sevrage, après : Henri Duprat - [1]
TH : TUMÉFACTION / Seins / règles, pendant: Frans Vermeulen - [1]
TH : TUMÉFACTION / Seins / Mamelons / règles, pendant: Frans Vermeulen - [1]
MB : AMAIGRISSEMENT / Mbres inf : Henri Duprat - [1]
MB : CHOCS dans les membres, sensation de / Mbres inf / Pied / endormant, en s': Georges Vithoulkas - [1]
MB : CONTRACTION, rétraction des muscles et tendons / endormant, en s': Georges Vithoulkas - [1]
MB : DOULEUR / Mbres inf / temps / changement de: Georges Vithoulkas - [1]
MB : DOULEUR / Mbres inf / temps / humide / chaud, et: Georges Vithoulkas - [1]
MB : DOULEUR / Mbres inf / Cuisses / règles / pendant: Henri Duprat - [1]
MB : DOULEUR / Mbres inf / Hanches / tournant dans le lit, en se: André Dubois - [0]
MB : DOULEUR / Mbres inf / Jambes / Tendon du muscle psoas-iliaque: Georges Vithoulkas - [1]
MB : DOULEUR / DÉCHIRANTE / Mbres sup / Doigts / EXTENSION / ongles, sous les : Georges Vithoulkas - [1]
MB : DOULEUR / DÉCHIRANTE / Mbres inf / Hanches / rhumatismale: Georges Vithoulkas - [1]
MB : DOULEUR / PRESSIVE / Articulations / chaleur humide, agg: André Dubois - [0]
MB : DOULEUR / PRESSIVE / Articulations / dehors, vers le: André Dubois - [0]
MB : DOULEUR / PRESSIVE / Articulations / marche, agg : André Dubois - [0]
MB : DOULEUR / PRESSIVE / Articulations / mouvement / agg : André Dubois - [0]
MB : DOULEUR / PRESSIVE / Articulations / temps / changements, de , agg: André Dubois - [0]
MB : DOULEUR / PRESSIVE / Articulations / temps / froid et humide, agg: André Dubois - [0]
MB : ÉRUPTIONS / Mbres inf / Cheville / herpès : Henri Duprat - [1]
MB : FAIBLESSE / Mbres inf / Jambe : Frans Vermeulen - [1]
MB : FAIBLESSE / Mbres inf / Jambe / Genou : Frans Vermeulen - [1]
MB : INFECTIONS / panaris : Henri Duprat - [1]
MB : MARCHE / retard à l'apprentissage de la : Georges Vithoulkas - [1]
SOM : BAILLEMENT / sommeil, pendant : Frans Vermeulen - [1]
SOM : INTERROMPU / soif, par suite de (soif qui empêche de dormir): Pétroz - [1]
SOM : PERTURBÉ : Georges Vithoulkas - [1]
SOM : RÉVEIL / froideur, suite de : Constantine Héring - [1]
SOM : RÊVES / changer / souvent de place : Frans Vermeulen - [1]
SOM : RÊVES / tempêtes / orage, tonnerre : Frans Vermeulen - [1]
P : ÉRUPTIONS / HERPÈS : Henri Duprat - [1]
P : ÉRUPTIONS / PRURIT : Henri Duprat - [1]
P : RIDÉE, plissée: Henri Duprat - [1]
P : SÈCHE : Henri Duprat - [1]
GE : MATIN (5 h à 9 h) / réveil, au: Henri Duprat - [1]
GE : ALIMENTS / eau non potable, suite d'absorption d' : Henri Duprat - [1]
GE : ALIMENTS / excès alimentaires suite, d' (gros mangeur, gloutonnerie) : J.H. Clarke - [1]
GE : ALIMENTS / froides, boissons / agg : C. Knerr - [2]
GE : ALIMENTS / viande / agg : Frans Vermeulen - [1]
GE : AMAIGRISSEMENT : Georges Vithoulkas - [1]
GE : ARTÉRIOSCLÉROSE (sclérose des artères) : Georges Vithoulkas - [1]
GE : CHALEUR / vitale, manque de : Frans Vermeulen - [1]
GE : DÉVELOPPEMENT (physique ou psychique) / croissance / arrêt de la, nanisme/ jambes ne s'allongent pas aussi
vite que le reste du corps, les: Constantine Héring - [1]
GE : DÉVELOPPEMENT (physique ou psychique) / lenteur, retard / apprendre pour / marcher, à : Georges Vithoulkas
- [1]
GE : DOULEUR / apparaît / graduellement / pour disparaître / graduellement: Henri Duprat - [1]
GE : DOULEUR / direction de la douleur / dehors, vers le : Frans Vermeulen - [1]
GE : DOULEUR / DÉCHIRANTE / temps froid et humide, agg : Georges Vithoulkas - [1]
GE : DOULEUR / PIQUANTE lancinante/ temps froid et humide, agg : Georges Vithoulkas - [1]
GE : DOULEUR / PRESSIVE / extérieur, vers l': Frans Vermeulen - [1]
GE : ÉCOULEMENTS, éliminations, sécrétions, excrétions (coryza, diarrhée, épistaxis, éruption cutanée, hémorroïdes,
règles, transpiration) / amél: André Dubois - [0]
GE : FIXER le regard, agg : Georges Vithoulkas - [1]
GE : GLOUTONNERIE (excès alimentaires, repas trop arrosés, bringue), suite de: Frans Vermeulen - [1]
GE : HYPERCHOLESTÉROLÉMIE (cholestérol augmenté): Georges Vithoulkas - [1]
GE : HYPERTENSION artérielle: Georges Vithoulkas - [1]
GE : HYPOTENSION orthostatique : Georges Vithoulkas - [1]
GE : LISANT, agg en: Georges Vithoulkas - [1]
GE : MAIGRES, minces : Georges Vithoulkas - [1]
GE : MALNUTRITION/ enfants, chez les
GE : MANGER / après: Frans Vermeulen - [1]
GE : MARCHANT / agg en: André Dubois - [0]
GE : MÉDICAMENTS, agg, ne supporte pas les : Georges Vithoulkas - [1]
GE : OBÈSES : Pierre Schmidt - [1]
GE : PLÉTHORIQUES : Michel Guermonprez - [0]
GE : RÉGIME, écarts et changement de, agg: Georges Vithoulkas - [1]
GE : RÈGLES / pendant / amél : Georges Vithoulkas - [1]
GE : SECOUSSES internes / Muscles, myoclonies / sommeil / endormant, en s' : C. Knerr - [1]
GE : TEMPS / chaud et humide, agg: Henri Duprat - [1]
GE : TRAUMATISMES (chutes, contusions, coups) / complications post-opératoires / injection intrathécale de
produits de contraste, suite d' : André Dubois - [0]
GE : TRAUMATISMES (chutes, contusions, coups) / luxation : Henri Duprat - [1]
GE : VIEILLARDS : Georges Vithoulkas - [1]

Références
Allium sativum - Matière médicale - Dr William Boericke - 1927
Allium sativum - Traité de matière médicale homéopathique - Dr Henri Duprat - 1948
Allium sativum - Synoptic 2 - Frans Vermeulen, Dr Edouard Broussalian et Dr Jean Claude ravalard - 2004
Allium sativum - Matière médicale homéopathique - Dr Michel Guermonprez, Dr Madeleine Pinkas et Dr
Monique Torck - 2005
Une bonne vivante - Dr André Dubois - 19
ème
Congrès du C.L.H.- 2008
Allium sativum - Matéria médica viva - Dr Georges Vithoulkas - 2010
Alliinase - Wikipédia - 20 novembre 2010
Ail cultivé - Wikipédia - 31 octobre 2011
Mythes et Liliacées - Dr Pierre Popowski
PCKent2 - Logiciel d'aide à la décision homéopathique - Nicolas Massonat - www.evidence-sarl.com

Edouard Troesch - 13 novembre 2011 - edtro@no-log.org

Merci pour vos retours! Quand bien même il […]

Mammite traînante

non ,il faut attendre il y a juste risque quelle f[…]

enfant 15 ans choree

Merci Terrassienne

Hôpitaux indiens accueillant les étudiants

Merci Isaure, je pense que c'est une très b[…]