Page 1 sur 1

Pense-bête Kalium bromatum

Publié : 09 sept. 2019, 22:28
par Terrasienna
C'est un peu léger pour enrichir la bibliothèque, mais ce remède largement prescrit de façon routinière par les pluralistes est un gros remède psy que l'on néglige. Cela fait 2 fois que je prescris sulfur au lieu de kali brom.
De tous mes cas de kali brom, le dernier était particulièrement didactique. C'était une jeune fille de 11 ans, pas d'acné, joviale, timide. Quelque chose était étrange dans son récit, elle exprimait le fait de ne pas se sentir à l'aise la nuit si elle n'était pas recouverte de ses draps. Tout cela raconté sur un ton presque anodin. En insistant là dessus, sort "je ne me sens pas en sécurité sans mes draps". Il s'agissait en fait de la peur d'être surveillée. Ces patients là sont tellement obsessionnels, complexés, qu'ils redoutent absolument d'avouer pour ne pas qu'on les prenne pour des fous. Je prépare le sulfur qu'elle refuse de prendre :D
ils sont forts nos patients! donc j'ajoute mentalement la rubrique peur d'être empoisonnée à cette notion d'insécurité pour aboutir à kali brom. J'avais tenté sulfur avec une petite arrière pensée pour stramonium, car c'est plutôt la peur de la nuit qu'elle a exprimée. Elle a confirmé la peur d'être seule.
Dans le synoptic 1 le gros diagnostic différentiel est pulsatilla, mais je les trouve trop sthéniques, volontaires, pour penser à puls.
Donc même si le patient ne triture pas le mouchoir que vous lui tenez, ne vous parle pas de ces obsessions, le kali brom peut quand même être indiqué chez des personnes sensibles, nerveuses, parfois sous neuroleptiques. Kali brom peut ressembler à un stramonium si vous ne parvenez pas à saisir tout ce qu'il cache, mais le côté obsessionnel finira par fuiter.

Re: Kali brom

Publié : 10 sept. 2019, 22:41
par Edouard Broussalian
C'est l'un des aspects
L'autre point essentiel c'est la culpabilité sous toutes ses formes. L'impact sexuel du bromure est bien connu et chez les femmes c'est l'un des premiers médicaments d'anorgasmie.