#68866
Christian42 nous propose la traduction du premier chapitre du livre de Frederica Gladwin, The People of the Materia Medica World (écrit en 1921)
C'est aussi l'occasion de parler un peu d'Argentum metallicum, un médicament assez mal connu.
Alors place à l'histoire de ces personnages riches en symptômes. Once upon a time Mr. Nitric acid went ...


Il y a bien longtemps de cela, M. Nitric acidum décida de prendre femme, et jeta son dévolu sur Mlle Argentum metallicum.

M. Nitric acidum était un homme brun aux yeux et aux cheveux noirs. De teint basané, il avait l’aspect maigre et famélique que Jules César détestait.

Tout le monde se demandait ce que l’on pouvait bien trouver d’admirable chez Mlle Argentum metallicum. Grande et mince au teint pâle, voire cireux, elle n’avait rien d’une beauté, même si ses manières pouvaient parfois séduire. Elle n’arrêtait pas de lancer des plaisanteries qui la faisaient beaucoup rire, et elle aimait beaucoup parler. Avec son esprit très clair, elle se débrouillait fort bien dans les discussions. Elle parle et chante souvent en public, mais ne peut pas compter sur sa voix, qu’elle a trop forcée dans le passé. C’est si vrai que quand ses amis attendent avec impatience qu’elle s’exprime en public, sa voix lui fait défaut et elle ne peut pas prononcer un mot à haute voix et encore moins chanter, tant elle est enrouée. Parfois même, quand elle tente de chanter, sa voix se dédouble à sa grande surprise, et à l’étonnement de l’assemblée.

M. Nitric acidum est une forte tête particulièrement obstinée. Il n’a jamais manqué une occasion d’essayer de convaincre Mlle Argentum metallicum qu’ils devaient unir leurs destinées, et, en lui cachant soigneusement quel genre d’individu nerveux, irritable et insatisfait il était, il a enfin réussi à la convaincre.

Mon but ici n’est pas de décrire le mariage ni la vie conjugale de notre couple, mais bien plutôt de parler de leur fils Argentum nitricum.

Du point de vue du caractère, il n’avait ni la force de son père, ni celle de sa mère ; il était incapable de se mêler autant qu’eux de la vie des autres.

Argentum nitricum avait-il un ennemi ? M. Natrum muriaticum n’arrêtait pas de tenter de lui nuire ou de détruire le fruit de son travail, exactement de la même façon que son père, M. Nitric acidum tournait sans cesse autour de M. Mercurius en essayant de causer sa perte.
[*]

Argentum nitricum n’a pas fait de bons débuts dans cette vie. C’était un bébé un peu fripé, rabougri comme un petit vieux et de santé fragile. Rien d’étonnant à cela, puisqu’il héritait de la psore de sa mère et, de l’autre côté, des deux miasmes chroniques de son père. Dans ces conditions, comment aurait-il pu être en bonne santé ? C’était bien trop demander.

Ses ennuis commencèrent très vite après la naissance et se focalisèrent sur ses yeux. Ophtalmie néonatale, diagnostiqua le docteur. L’écoulement aussi abondant que purulent s’accompagnait d’un ulcère de la cornée. Le pauvre bébé eut beau pleurer et faire toute une scène, il ne parvint pas à faire comprendre à l’infirmière qu’il avait besoin d’air frais. Elle pensa qu’il s’agissait d’un accès de coliques du nourrisson dues à des flatulences – car il en avait souvent, et semblait moins pleurer une fois qu’il avait évacué ses gaz par le bas comme par le haut. Après cet épisode, il eut toutes sortes de problèmes avec ses yeux. Son père et sa mère, qui avaient tous deux souffert d’ophtalmie néonatale à la naissance, étaient restés fragiles des yeux toute leur vie – celui-ci ayant davantage tendance à l’ulcère que celle-là. Sous cet aspect, Argentum nitricum ressemblait davantage à son père.

Tout au long de sa petite enfance – et même après – Argentum nitricum fut accablé de coliques. De grandes quantités de gaz s’accumulaient dans son estomac et son abdomen avant de s’échapper bruyamment par en-bas comme par en-haut, ce qui le soulageait. Quand parfois les gaz restaient incarcérés, l’abdomen était distendu et la souffrance insupportable. Cette colique, il la tenait de son père. Quand il arrivait à M. Nitric acidum d’en être atteint pendant sa promenade, il se pliait en deux de douleur – et c’était pire le matin. Alors, son abdomen se distendait, et il n’était pas rare que l’on entendît les gargouillis et autres borborygmes produits par les gaz. Lors de sa deuxième année, Argentum nitricum ne coupa pas à la diarrhée estivale. Sa mère se gavant inconsidérément de confiseries, le pauvre gamin en paya le prix. Quand ses selles ne ressemblaient pas déjà à de l’herbe hachée remplies de mucosités, elles viraient au vert dès qu’elles entraient en contact avec l’air, et étaient expulsées avec force flatulences par son abdomen distendu.

Argentum nitricum adore les confiseries, mais il ne peut pas en consommer sans être immédiatement victime d’une crise de diarrhée.

Pendant son enfance, Argentum nitricum souffrit de chorée, à cause de laquelle il lui arrivait de redresser convulsivement ses jambes, de lancer sans le vouloir ses bras en avant ou vers le haut et de voir ses doigts et ses orteils se rétracter tout seuls. Aujourd’hui, il est parfois l’objet de crises d’épilepsie. Quand une crise menace d’éclater, il s’en rend parfaitement compte, car ses pupilles se dilatent un ou deux jours avant. Ces attaques se produisent en général pendant la nuit ou au lever. La première a eu lieu après une grosse frayeur. Son père et sa mère souffrent également d’attaques d’épilepsie. La première chose que M. Nitric acidum remarque quand une crise se prépare, c’est qu’il a la sensation qu’une souris lui grimpe le long du côte droit juste avant de perdre conscience et de convulser. Il se sent mieux quand il fait un tour en calèche. M. Nitric acidum est amélioré par le mouvement régulier des calèches. Quant à son épouse, lorsqu’elle fait une crise d’épilepsie, elle entre dans une rage folle et veut frapper tout ce qui bouge autour d’elle.

Argentum nitricum n’a aucune des joyeuses dispositions de sa mère. C’est un hypocondriaque sombre et nerveux. Il évite de regarder par la fenêtre, parce qu’il craint d’avoir envie de se jeter dans le vide. Il évite de passer dans un certain endroit de la rue, parce qu’il a peur d’y faire une chute. Il a l’impression d’être abandonné et méprisé. Il est persuadé qu’il a une maladie épouvantable et qu’il va mourir ; il envisage de se suicider, mais ça ne marchera pas ; il n’en peut plus ; s’il regarde vers le haut, sa tête se met à tourner, et il pense que les bâtiments vont s’écrouler sur lui. Il est incapable de marcher dans le noir ou les yeux fermés, parce que ça lui donne le vertige et le fait tituber.

Chaque fois qu’il est malade, Argentum nitricum est nerveux et il a mal à la tête. Dans la plupart des cas, il a le vertige et n’a pas les idées claires. Quand, par hasard, il n’a rien, il est si hypocondriaque qu’il se croit tout de même malade. Sa faiblesse d’esprit et sa mémoire défaillante lui viennent de son père. Plus M. Nitric acidum réfléchit intensément, plus ses idées le fuient. De surcroît , il est abattu, nerveux et désespéré. Il n’a pas envie de travailler. Il a beau ne pas être malade, il pense qu’il ne va pas tarder à mourir.

Argentum nitricum est toujours fatigué, et il a l’impression qu’il a beaucoup marché. Même s’il a l’impression que ses jambes sont quasiment paralysées, il panique tellement quand il fait un tour en calèche qu’il est obligé de descendre et de marcher vite pour récupérer. Sa mère est elle aussi aggravée par les déplacements en calèche, mais c’est parce que tout mouvement l’aggrave. Bien qu’amélioré quand il monte en calèche, son père est aggravé par la marche. Il a aussi mal aux jambes que son fils Argentum nitricum, et a l’impression qu’il ne parvient pas à avancer. Comme sa mère, Argentum nitricum a toujours envie de dormir, mais il ne parvient pas à trouver le sommeil à cause de ses démangeaisons cutanées.

Argentum nitricum n’a pas d’appétit et est vite rassasié. Sa mère, elle, a toujours faim, même lorsqu’elle a l’estomac plein. Son père est affamé, mais vite rassasié.

Argentum nitricum a des névralgies qui ne sont pas spécialement vives, mais qui affectent une grande partie de son corps. En cela, il est l’opposé de son père qui ne supporte pas de souffrir et fait toute une histoire dès qu’il a la moindre douleur.

La plupart des problèmes d’Argentum nitricum commencent à gauche. Ceux de sa mère restent d’un côté, ou démarrent d’un côté pour passer de l’autre. Les douleurs de son père peuvent commencer des deux côtés, mais quand elles commencent à droite, elles migrent à gauche.

Argentum nitricum a toujours très envie d’air frais, qui l’améliore. Si par hasard il ne peut pas ouvrir la fenêtre, il commence à s’agiter. Son père, par contre, n’aime pas du tout le grand air et ne s’y sent pas bien du tout. Argentum nitricum, lui, est moins bien la nuit et le matin. Quant à son père, il est mal fichu le matin, le soir et la nuit.

Argentum nitricum a le souffle court et souffre souvent de palpitations. Il tient cela de sa mère, dont le cœur est sans arrêt en train de trembler, de palpiter, de tressauter ou de la tracasser d’une manière ou d’une autre.

Dans la famille, tout le monde pleure. Argentum nitricum n’arrête pas de pleurer, désespéré qu’il est par son état de santé. Sa mère passe son temps à pleur
er pour des broutilles, et le père a de violentes crises de larmes, tellement il est mécontent de lui-même.


* Faut-il voir dans cette curieuse révélation une analogie avec les réactions observées entre les corps chimiques ? L'acide nitrique est en effet le seul acide capable de dissoudre le mercure métallique, en formant une solution de nitrate mercurique et en libérant des fumées rousses de dioxyde d'azote. (Note de Athelas)
ventdebeaute, Terrasienna, nico_juju et 8 autres aimais cela
#68903
Merci à tous de vos encouragements. Et merci à Athelas de m'avoir suggéré de traduire ce livre.

Prochain portrait, Calcarea phosphorica. Le pauvre !

Tous ces personnages sont des héros qui vont au sacrifice de la guérison des autres... La totalité de la misère humaine pour rétablir la santé de l'humanité, tout un programme !

A bientôt pour de nouvelles aventures !
Yohann, dge aimais cela
#69115
nico_juju a écrit : 01 févr. 2022, 08:18 Ca a l'air sympa dans leur famille ! :lol:

Merci pour la traduction ! ;) J'attends la suite avec hâte
Justement je voulais souligner qu'à la lecture de vos post sur le covid, je me disais que la votre devait être chouette! et encore plus après ces succès qui encouragent et mettent en confiance !
nico_juju aimais cela
impatiences

Bonjour, voici un cas qui parait facile ( type pho[…]

Salut Loub! Merci pour ce partage. Je ne sai[…]

Freinage sur plantes

Oui en effet Gilles, ce serait pour réduire[…]

.....ou bien mettre des poules dans le verger!