Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#29
La fièvre dans le répertoire de Kent

Par le Dr. E. Broussalian


La fièvre vue par un homéopathe

Le diagnostic du remède homéopathique s'établit le plus sûrement d'après les signes généraux du patient.

Outre les signes généraux psychiques, qui dominent bien évidemment le cas s'ils sont marqués, les signes physiques généraux sont de la plus grande importance.

La fièvre, en ce sens qu'elle représente une réaction de l'organisme dans sa globalité est un signe général.

Il existe deux façons d'exploiter ce symptôme :

Comme modalité, que l'on retrouve tout au long du répertoire ; tel ou tel symptôme étant aggravé pendant la fièvre. Cette modalité particulière donne aussitôt une valeur particulière au symptôme auquel elle s'applique.

En tant que symptôme général : toute une section lui est consacrée dans le répertoire de Kent. C'est l'occasion de l'explorer afin de mieux la connaître, afin de noter éventuellement les signes qui peuvent être caractéristiques parce que rares et étranges. Si l'on a la chance de découvrir un tel signe rare, il y a fort à parier que le remède indiqué se trouve dans la liste des remèdes le présentant. En effet, que demander de mieux qu'un signe général rare et particulier ?

Il convient de préciser ce que recouvre le mot fièvre, véritable fourre tout (ce fut l'une de mes bêtes noires lors de la traduction du répertoire).

La séméiologie du siècle passé distinguait trois phases du paroxysme fébrile:

le frisson (phase prodromale), suivi de la

la poussée thermique, suivie en général

de la transpiration (phase résolutive).

Au sens strict, le mot fièvre devrait recouvrir ces trois phases, couramment il désigne l'hyperthermie. En pratique si un patient a de la fièvre depuis plusieurs heures et qu'il a très soif, vous consulterez la rubrique soif pendant la fièvre. Cependant il faut bien s'assurer que la modalité fébrile s'applique bien au symptôme : ainsi certains patients fébriles ont la nausée qui monte en même temps qu'ils commencent à grelotter bien qu'étant fébriles. Il faudra alors consulter la rubrique nausée avant le frisson ce qui vous met souvent sur la piste d'Ars, Eup-per, Ip, etc.

Parfois, il faudra employer le terme avec un certain sens artistique comme dirait Kent. En effet, en anglais le mot heat désigne indifféremment chaleur ou fièvre (hyperthermie). Il arrivera donc que vous ayez recours à la modalité fièvre en dehors de tout contexte clinique fébrile infectieux ou autre. Je me rappelle ainsi le cas d'un patient qui avait souvent en milieu de matinée une sensation de malaise général, avec des nausées très gênantes accompagnées d'une sensation de chaleur. La rubrique nausée pendant la fièvre me fournit l'indication de Nat-m qui cadrait bien avec l' < vers 10 h et régla le cas.

Notez donc bien que le mot Chaleur peut être employé en lieu et place du mot Fièvre. Ainsi toute la section Fièvre peut être assimilée à la Chaleur. Par exemple le symptôme Chaleur des parties affectées (en dehors bien sûr de tout contexte inflammatoire qui n'aurait ici aucun sens), se trouve à Fièvre, localisation, parties atteintes. De même la rubrique des gens qui ont un coup de chaud en buvant de l'alcool se trouve à Fièvre, boire, vin.



Je vous fais grâce des 1250 rubriques concernant la modalité fébrile éparpillées tout au long du répertoire pour aborder une brève étude de la section Fièvre.

Tous ceux qui utilisent mon répertoire pourront facilement exploiter le Plan Synoptique qui permet de défricher cette jungle de 657 symptômes.


Les Modalités.

Souvent les modalités ont le mérite d'être clairement objectivables. De ce fait une modalité bien marquée, c'est un remède à moitié trouvé ! (proverbe édouardien).

Les modalités Horaires sont souvent importantes, à condition d'être clairement marquées et d'être imputables au malade et pas à une drogue qui termine son action. Il est clair que la fièvre peut remonter après qu'un cachet d'aspirine ait fini d'agir, si les prises se font à heure régulière vous vous retrouvez avec une fausse périodicité ou une fausse modalité horaire. Ainsi la fièvre d'Ars survient à minuit, celle de Bry à 21 h, celle de Cham à 9 h (ce qui est une bonne façon de séparer les deux remèdes chez un enfant). Les rubriques de Périodicité concernent plutôt le paludisme. Retenz que l'heure de début de la fièvre, comme n'importe quel autre symptôme, est importante.

Je passe rapidement sur les effets du mouvement, de la position, etc. pour arriver à la rubrique Chaleur. C'est ici qu'on trouvera la liste des remède ne supportant pas la chaleur, ainsi la sous rubrique < en se couvrant désigne les remèdes des malades qui ont besoin de sortir de leurs couvertures. La sous rubrique chaleur d'une pièce désigne le cas des malades qui veulent avoir de l'air, les fenêtres ouvertes. Petit traquenard répertorial, l'aggravation par les aliments chauds se trouve à la section Généralités, Chaleur, sensation de, aliments (une référence croisée permet de la retrouver aisément). Rapprochons ici la rubrique Lit, agg. Avec une rubrique assez extraordinaire : < après être sorti du lit.

La rubrique Découvrant est essentielle en pratique. On y trouve l'aversion pour se découvrir, l'envie de se découvrir, et la frilosité en se découvrant.

La rubrique Frilosité, avec : le patient ressent de la frilosité tout en ayant chaud. Cette rubrique générale ne préjuge pas du fait que le patient veuille se découvrir ou non.


Les types de fièvre et signes accompagnants

Vous trouverez dans le répertoire les définitions de Hectique, Rémittente, Intermittente et autres, ceci nous est de peu d'intérêt dans une approche didactique.

Le chapitre Succession des phases est déroutant. A lui seul je crois qu'il m'a pris des jours pour parvenir à le traduire et le mettre en ordre car dans le Kent d'origine, je mets au défi quiconque de m'expliquer clairement cet enchevêtrement de signes.

Il faut comprendre ici que la succession des phases s'applique au mot fièvre compris comme l'ensemble des trois phases du paroxysme fébrile.

L'accès peut débuter soit par le frisson, soit par la chaleur, soit par la transpiration (ce sont là les trois sous rubriques de base). Puis vous allez dans les sous rubrique pour préciser de quel signe est suivi le frisson, la chaleur ou la transpiration. La recherche de tels signes est difficile, d'autant que les patients n'y prêtent pas forcément attention. Mais cela vaut la peine de chercher car on entendra souvent les malades se plaindre d'avoir très froid puis de brûler de chaud, ce qui donne déjà une bonne liste pour commencer.

Un mot pour comprendre le sens de fièvre Interne, qui s'oppose à Externe. Dans le premier cas le patient ressent la chaleur à l'intérieur de son corps, dans l'autre c'est comme si la peau était brûlante ou la chaleur en périphérie. Toujours dans les nuances, la différence entre une fièvre Intense et Brûlante tient dans ce que la sensation de brûlure est ressentie par le malade alors que la fièvre intense est objectivée par le thermomètre.

Certains de nos étudiants ce sont étonnés de la rubrique Fièvre l'été, en argumentant fort justement que tout le monte a chaud en été. En fait cela concerne le paludisme chez certains patients dont les accès n'ont lieu que l'été.

Pour finir ce bref tour d'horizon, j'en viens à la transpiration qui est un signe important en pratique. Les gens qui suent pendant la fièvre ont leur rubrique à Transpiration, Chaleur fébrile, avec. Ici il faut faire attention : la rubrique Transpiration absente désigne l'absence de stade de sueur pendant le paroxysme fébrile. Si le malade ne transpire pas pendant la fièvre, il faut consulter la rubrique Fièvre Sèche. Dans le même ordre d'idée, l'absence de chaleur pendant la fièvre convient aux cas qui frissonnent et transpirent sans avoir d'hyperthermie. Enfin, la rubrique Frisson absent désigne l'absence du premier stade froid dans le paroxysme.

L'absence de transpiration des parties couvertes se trouve à Sèche, Couverte, des parties, où Thuj possède cette caractéristique.

Anecdote de Kent
Il y a ainsi une anecdote célèbre d'un cas de septicémie qui arrive à la polyclinique de Chicago en fin de nuit. Les étudiants l'examinent et étudient à fond son cas dans le répertoire pendant deux ou trois heures. Sur ce, Kent arrive pour la visite, entre dans la pièce, soulève les draps, examine brièvement la malade et dit "c'est un cas de Thuja". L'assistance, d'autant plus médusée qu'elle ne s'attendait pas à ce diagnostic, lui demande de donner des explications. Kent s'explique : "voyez comme elle transpire des bras qui sont hors des draps, sauf de la tête. Si vous soulevez les couvertures vous constatez aussi que les parties couvertes ne transpirent pas". Rubriques: Transpiration, Abondante des parties découvertes sauf la tête: Thuj. Fièvre Sèche des parties couvertes: Thuj.

Magistral non ?

Que ceci nous encourage à étudier la Matière médicale, l'Organon et le Répertoire qui forment le trépied d'une pratique fructueuse.
par vbouan
#1523
En effet "heat" et "fever" sont un veritable casse-tete.
Merci pour cette etude remarquable.
In fine, on peut regarder a fievre quand il y a "chaleur"
Est-ce que pour les frissons on regarde specifiquement dans "heat" ou "fever" ou peut-on aussi regarder dans "chill" pendant une fievre lorsque "froid" et "chaud" alternent ?
Je me rappelle une fievre ou des qu'on le touchait ou le moindre deplacement d'air provoquait le froid et les frissons, passant de chaud, suees, tres froid et frissons. Je ne sais plus s'il y avait des frissons pendant le chaud.
Mais c'etait tres difficile de reperer les phases successives, ca changeait tres vite.
Je ne trouve pas non plus dans le repertoire la transpiration soudaine abondante de tout le corps.

Veronique B.
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#1525
vbouan a écrit : Est-ce que pour les frissons on regarde specifiquement dans "heat" ou "fever" ou peut-on aussi regarder dans "chill" pendant une fievre lorsque "froid" et "chaud" alternent ?
Je me rappelle une fievre ou des qu'on le touchait ou le moindre deplacement d'air provoquait le froid et les frissons, passant de chaud, suees, tres froid et frissons. Je ne sais plus s'il y avait des frissons pendant le chaud.
Mais c'etait tres difficile de reperer les phases successives, ca changeait tres vite.
Je ne trouve pas non plus dans le repertoire la transpiration soudaine abondante de tout le corps.

Veronique B.
Je ne suis pas certain de bien comprendre la première question

Sinon Frisson / Frilosité/ Couvertures fait l'affaire, c'est un signe classique de Nux vomica

Section Transpiration/ Soudaine, vous avez la rubrique :-)
par Joséphine
Diplômé PH
#1529
Je n'ai jamais trouvé ce symptôme dans le Répertoire de Kent, mais peut-être ai-je mal cherché. Fièvre sans infection aucune, mais survenant en raison de la fatigue et du surmenage. Deux personnes que je connais ont ce symptôme, et les médecins allopathes ne veulent pas les croire.
Qu'en penses-tu Ed ? As-tu déjà vu des cas semblables ?
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#1537
Joséphine a écrit :Je n'ai jamais trouvé ce symptôme dans le Répertoire de Kent, mais peut-être ai-je mal cherché. Fièvre sans infection aucune, mais survenant en raison de la fatigue et du surmenage. Deux personnes que je connais ont ce symptôme, et les médecins allopathes ne veulent pas les croire.
Qu'en penses-tu Ed ? As-tu déjà vu des cas semblables ?
On rebondit toujours sur nos pattes. Tu as la rubrique dans Généralités/ EPUISEMENT, fatigue excessive agg
Image
par Afyon
-
#1914
L'histoire des stades, frissons, chaleur, transpiration est incompréhensible dans le répertoire. je me suis escrimé pour traduire les subtilités des rubriques et comme dit mon fils Edouard, j(y ai renoncé.
Je crois que ces rubriques ont été colligées pour les cas de paludisme où les succession s de stades de la fièvre devaient être les signes d'appel du remède. La quinine a du pousser au rencart ces rubriques inextricables.
UNE MIGRAINE INVALIDANTE

Je propose Nux-v, j'ai sélectionné :[…]

Vaccins - La maladie du doute

Je remontes ce sujet de 2012 ,trouvé par ha[…]

En effet, l'approche uniciste est passionnante, et[…]

La bascule

Soeur Ariane la voit venir ! Merci Catherine. Ce […]