par Choco05
Etudiant
#56115
Avec les mêmes symptômes retenus que beaucoup d'autres (prurit avec excoriation, crevasses au bout des doigts, aggravation chou), mon choix se porterait également sur Petroleum en 1ere intention.
Sans l'information sur les choux, j'aurais été bien embêtée de choisir entre Petr et Graph.
Pour différencier j'aurais plutôt cherché des histoires de nausées et d'aggravation transports, mais je comprends que le contexte culturel est très différent.

Je ne connais pas bien Petr par ailleurs, d'un point de vue miasmes ou se situe t'il ?
par Yohann
-
#56117
Il y 'a aussi...Sulf, avec les modalités suivantes avec lesquelles Terras. a peu être conclu le cas dans un premier temps:
PEAU/PRURIT/gratter/vif, jusqu'à excoriation 2
PEAU/ PRURIT/nuit ou G/SOM/pendant/agg 3
M/CREVASSES de la peau/ Doigts/Bout des 1
G/CANCER 2 d'où la coloration des yeux (conf. post d'Annick ci dessus),
Avant de le confirmer à travers un nouveau trait de Sulf qu'elle découvre ensuite chez ce patient, une obstination dans les idées, à travers ce "jamais de choux", quoi qu'il en soit: P/OBSTINÉ, ne démord pas 2.
Et enfin, à travers deux autres modalités encore plus marquées chez Sulf:
TRANSPI/SUPPRES de transpiration suite 3
TRANSPI/ODEUR /nauséabonde 3.
En cela, le fameux chou ne serait donc peut être pas une modalité en soi à répertorier mais plutôt une confirmation d'une certaine obstination propre aussi à Sulf. (version plus simple via Sulf cette fois ci...;) )
#56131
Bonjour

Vous étiez tous bien partis, bravo, et peut être que ça vous semblait un peu trop beau pour être vrai!
ATTENTION aux INTERPRETATIONS pour certains (excusable car c'était surtout les débutants). Vous partez complètement dans votre tête, le malade en face souffre concrètement.

De mon côté, il a fallu galérer pendant 1 bonne heure pour parvenir à dénicher ces quelques symptômes.
C'est un cancer, le patient était à peine au courant, donc cas DEFECTIF. Je suis partie comme vous sur les rubriques d'ictère tellement c'était impressionnant, de prurit un peu moins, mais je tournais en rond.

J'ai oublié de vous signaler pour situer le contexte, qu'il gardait des moutons depuis la fin de son travail.

En examinant rapidement le malade, et en tombant sur ces crevasses, c'était le CRABE. La rubrique étant courte, probablement très complète, et fiable car datant d'une période où les gens avaient un meilleur niveau de santé et ne se posaient pas tant de questions qu’aujourd’hui. Donc sur le plan hiérarchique, la rubrique était INCONTOURNABLE. C'était ma prise d'escalade du cas.

Mb crevasses de la peau/mb sup/doigts, bout des: aur-m., bar-c., graph., nat-m.3b, petr., sulph.88

Graphites et petroleum étaient à regarder en premier. J'ai vérifié nitric acid au testing également, au cas où, tellement le patient était fermé.
Le patient était quand même psorique, il vit dans une région d'un niveau de santé excellent. Aussi, seul ce qui venait assez spontanément était fiable quand il arrivait à décrocher un mot...
Graphites est en général plus ouvert, et je n'avais absolument rien à me mettre sous les dents pour graphites.
En croisant cette rubrique des crevasses avec le fait de se découvrir les pieds, le seul autre symptôme à peu près net, il me restait sulfur et petroleum. Découvrir les pieds est un symptôme objectif, donc fiable, et même s'il peut être ancien, en général il correspond à l'actualité du cas.
Il n'y avait pas de mal des transports, mais les hommes oseront rarement avouer un tel symptôme dans la région.
Les goûts et désirs alimentaires sont très fiables sur ces niveaux de santé. La délicatesse tient au fait que sans mourir de faim, ils ne peuvent pas trop suivant les milieux ou les générations se montrer difficiles avec la nourriture. Donc lorsque qq de cet âge, dans ce milieu, ne mange pas un aliment aussi simple que le chou, souvent présent dans des plats typiques, perso je prends la rubrique "agg". J'ai donc pris choux agg. C'était mon 3eme symptôme pour avoir un trépied, également le moins sûr.
Par ailleurs ce passé de "querelles" en quelque sorte penchait indirectement pour petroleum également sur le plan psychique. je pense que sulfur aurait été plus ouvert, plus facile à interroger.

Les crevasses étaient tellement étonnantes au vu du contexte, que le sulfur de toutes façons ne me semblait pas suffisamment couvrir ce symptôme important. Ecoeurée de n'avoir eu aucune modalisation sur l'ictère ou le prurit, je n'ai même pas vérifié si ça collait. Le médicament me semblait un polychreste assez large pour tenir le choc, et je le savais indiqué dans les cancers.

Donc on est parti là dessus; 4 secousses, 1 goutte, un verre, 1 goutte. Aggravation les 3 premiers jours, puis le patient s'est mis à mieux dormir. Il m'appelait ensuite à chaque fois qu'il dormait moins bien pour me dire que le médicament ne marchait pas.... C'est pour cela que je lui ai demandé de m'envoyer une photo de ses yeux, et qu'une amie médecin plus proche de lui l'a revu en consultation pour me confirmer une nette amélioration.
Les 2 premières prises étaient à 15 j d'écart, puis très vite, il est passé à une semaine, et on est arrivé à une goutte directement de la bouteille à la 3eme ou 4eme prise. Il n'a plus de prurit, dort et moins d'ictère.
Ce n'est pas étonnant vu le contexte d'avoir besoin de répéter aussi fréquemment une 10M. La tumeur est importante et invalidante. Le niveau de santé étant très élevé dans le coin, sachant qu'il habitait loin, on ne pouvait pas mégoter sur la puissance de dynamisation.

Il lui est difficile d'imaginer qu'on puisse avoir un progrès continu dans le temps. Je réalise à quel point pour beaucoup de gens, cette notion d'amélioration progressive dans la durée, remède après remède, est totalement en dehors de leurs conceptions.
C'est tellement agréable de trouver un remède facilement pour quelque chose d'aussi grave!
#56138
juste pour préciser: l'ictère est un signe de la maladie, ainsi que le prurit. Ces deux symptômes sont en rapport avec l'augmentation de la bilirubine. Ce sont des signes en rapport avec la lésion, c'est pour cela que leur valeur est moindre.
#56153
Emile, je vais passer au vous puisque j'avais utilisé le tu jusqu'à présent.. désolée :oops:
C'était un de mes premiers patients envoyé par une collègue médecin absolument incroyable (en fait le point commun à tous ceux qui choisissent l'unicisme, c'est de sortir de l'ordinaire). Le bouche à oreille commence à faire son effet. J'ai un ou deux cas incroyables et un ou deux autres pas du tout confortables à suivre du fait de la gravité de leur situation. Mais je vous garantis que lorsqu'il s'agit de payer les soins de sa poche, le plus économique est l'homéopathie. J'ai notamment une personne endettée à force de payer médecins et médicaments sans trop de résultats qui commence à aller mieux avec... aconit!

PS lorsque les douleurs sont fortes, et que les gens stoppent les morphiniques et autre cortisone, on a besoin de doses puissamment élevées et répétées fréquemment pour maîtriser tout cela, sauf si les gens sont extrêmement sensibles ou si le niveau d'énergie est trop bas. l'articulation entre les centesimales et les LM n'est pas encore claire pour moi, mais ça progresse!
PPS Sur ce cas, on a la chance d'avoir besoin d'un remède unique qui fonctionne dans la durée. Ce n'est pas la règle.
par Emile
-
#56157
Emile, je vais passer au vous puisque j'avais utilisé le tu jusqu'à présent.. désolée :oops:
Ah mais je pensais au collectif d'homéopathes avec Édouard dans le Vous ! ;) Sinon dans mon précédent message, j'avais bien employé l'équivalent du Tu : "Ce monsieur a bien fait de venir te consulter malgré les apparentes barrières à se faire comprendre !".

Désormais je réserverai le Vous à Hahnemann lorsque, in petto, je m'adresserai à lui :) .

J'ai ressorti l'exemplaire de "Némesis Médicale" d'Ivan Illich que j'avais acheté au moment de sa parution (1975) : le relire à travers une bonne culture homéopathique lui donne encore plus de pertinence !
#56188
Pour une fois, j'ai pris le temps de répertoriser. Comme ça, à froid, chez moi, cool... J'affronte le répertoire !
J'ai fait ce qu'il ne faut pas faire : 6 rubriques (puisque pas de CRABE) avec la transpiration abondante et nauséabonde (2), crevasses bout des doigts (1), désir choux (1), prurit intense (1), yeux coloration jaune(1).
Je suis partie sur les crevasses, et j'ai trouvé Petroleum, mais dans le tropisme... pas de notion de foie/glandes.
J'ai vu Conium, et j'ai trouvé :
- chez Vithoulkas du prurit intense, et 107 rubriques de prurit dans le PcKent ;
- des crevasses que sur les lèvres dans Con, mais 186 rubriques de PEAU dans le PcKent dont beaucoup d'ulcères.
Le petit post de Terrasienna, après les premières réponses, qui reflète la réalité de la consultation : qu'est-ce que vous me parlez de choux alors que moi je viens pour des démangeaisons ? m'incite à confirmer CONIUM MACULATUM.
par Yohann
-
#56284
Bonjour Terrasienna
Merci pour ce cas clinique ainsi que pour toutes vos explications détaillées. Encore une petite question...
Qu'entend nous finalement par la modalité "Gen/choux/agg" ? Le patient ayant emporté avec lui son secret, nous a t-elle alors servi ici surtout de "modalité corbeille" dans le doute, toujours subsistant chez ce patient, entre aversion aux choux sans aggravement suite aux choux, ou au contraire aggravement sans aversion ou bien les deux, aversion et aggravement ?...
Pourtant, ces deux modalités générales, "aversion" et "aggravement", sont bien distinctes dans tout le répertoire.
Ainsi, nous distinguons bien entre Es/aversion/chocolat et Gen/chocolat/agg, Es/aversion/beurre et Gen/beurre/agg et ainsi de suite...
La modalité "agg" ne semble donc généralement pas comprendre la modalité "aversion" et vice versa.
Ne connaissant pas précisément la nature de ce rejet du chou chez ce patient, aversion ou aggravement, comment est-il donc possible de prendre tout de même ici en compte la modalité "Gen/choux/agg" sans risquer de trébucher sur une interprétation malencontreuse ?
A fortiori la prendre comme troisième pied du "trépied" ?... :shock:
Merci beaucoup pour votre réponse...
par Yohann
-
#56286
Bonjour Terrasienna
Merci pour ce cas clinique ainsi que pour toutes vos explications détaillées. Encore une petite question...
Qu'entendons nous finalement par la modalité "Gen/choux/agg" ? Le patient ayant emporté avec lui son secret, nous a t-elle alors servi ici surtout de "modalité corbeille" dans le doute, toujours subsistant chez ce patient, entre aversion aux choux sans aggravement suite aux choux, ou au contraire aggravement sans aversion ou bien les deux, aversion et aggravement ?... 
Pourtant, ces deux modalités générales, "aversion" et "aggravement", sont bien distinctes dans tout le répertoire.
Ainsi, nous distinguons bien entre Es/aversion/chocolat et Gen/chocolat/agg, Es/aversion/beurre et Gen/beurre/agg et ainsi de suite...
La modalité "agg" ne semble donc généralement pas comprendre la modalité "aversion" et vice versa.
Ne connaissant pas précisément la nature de ce rejet du chou chez ce patient, aversion ou aggravement, comment est-il donc possible de prendre tout de même ici en compte la modalité "Gen/choux/agg" sans risquer de trébucher sur une interprétation malencontreuse ?
A fortiori la prendre comme troisième pied du "trépied" ?... 
Merci beaucoup pour votre réponse...
#56295
@Yohann En fait, j'ai triché à but pédagogique. D'où ton interrogation légitime. Je suis partie uniquement de la rubrique des crevasses, et connaissant suffisamment la matière médicale de petroleum, le lien se faisait aisément avec les pieds découverts et le côté querelleur en plus de l'aspect psorique. Pas de réponse pour le mal des transports, et de manière générale ce patient se plaignait très peu. Donc la question des choux a été posée. Le fait de ne pas en manger du tout, vu le contexte, était très étrange. J'ai donc arbitrairement casé tout cela dans la rubrique imaginaire "sensibilité aux choux". Ce qu'on devrait peut être faire d'ailleurs avec le PC kent, car c'est les rubriques alimentaires sont à la fois très fiable et induisant facilement en erreur si l'on se bloque sur un désir ou une aversion.

Bravo, Emile, où as-tu trouvé cela ?[…]

Procédés de dilution

En fait je découvre que la méthode[…]

Est-ce l'enjeu du XXIÈME siècle? U[…]

Merci beaucoup pour toutes ces réponses.