par Florence
-
#35567
LE REGIME CAMPBELL de T. Colin Campbell (Les Arènes, 2014)


Il risque de passer inaperçu (en dépit du fait de sortir dans une maison d'édition "jeune" et "déjà" rompue aux bons coups médiatiques), et pourtant il est, à mes yeux, franchement valable, pour qui s'intéresse à la santé publique et davantage (mécanismes sociaux en cours), au réductionnisme scientifique, - notamment en science médicale.
Contrairement à la petite présentation qui en est faite sur le site des Arènes (d'une nullité crassouille), si la promotion d'une nourriture végétale et entière en est le terreau, c'est tout autre chose qui est démonté et décrit au cours des pages : sans esprit polémique, avec une analyse efficace et les quelques chiffres parlants nécessaires, et même une pointe d'ironie ( :) ).
C'est peut-être un livre de vulgarisation (de plus de 400 pages tout de même ! mais écrites en langue simple et facile), et plus certainement le témoignage d'un homme qui en a vu et qui tire des conclusions de sa vie de chercheur et de sa propre évolution (radicale).
Je souhaite préciser que Colin Campbell, auteur du célèbre Rapport Campbell (que je n'ai pas encore lu), a rencontré dans ses première études scientifiques... réductionnistes, les effets cancérigènes pour la santé humaine des protéines animales. D'autres données gênantes, voire aberrantes, qui ont focalisé son attention, puis son travail, ont été le moteur de son parcours.



Voici le sommaire du régime Campbell :

- Introduction

PARTIE I : ESCLAVES DU SYSTEME

1 - Le mythe du système de soins de santé moderne

2 - Toute la vérité

3 - Mon parcours d'hérétique


PARTIE II : LE PARADIGME, UNE PRISON

4 - Le triomphe du réductionnisme

5 - Le réductionnnisme envahit la nutrition

7 - La biologie réductionniste

8 - La génétique contre la nutrition, partie 1

9 - La génétique contre la nutrition, partie 2

10 - La médecine réductionniste

11 - La supplémentation réductionniste

12 - La politique sociale réductionniste

PARTIE III : LE POUVOIR SUBTIL ET SES TENANTS

13 - Comprendre le système

14 - L'exploitation et le contrôle de l'industrie

15 - La recherche et le profit

16 - L'importance des médias

17 - La désinformation gouvernementale

18 - Aveuglés par les "porteurs de lumière"

PARTIE IV : CONCLUSION

19- A nous de jouer.
(...)


Nota : Le réductionnisme en prend pour son grade ! :P
Le livre ne le condamne pas pour autant, of course !



Voici également un extrait.

Page 207 :
"La médecine réductionniste

(...)

Dans les chapitres précédents, j'ai démontré que le réductionnisme fausse la pratique scientifique, en particulier en ce qui concerne le fonctionnement de notre corps. Si les seules victimes étaient les manuels de biologie et les examens de fin d'année de chimie organique, ce serait triste, mais pas tragique. Le problème, bien sûr, c'est que la théorie scientifique et la vision que le public a de la science déterminent la manière dont notre société enseigne, finance et rémunère la pratique de la médecine. Dans le présent chapitre, nous allons voir que tout dans notre façon d'envisager et de traiter la maladie porte l'empreinte du réductionnisme.
J'ai commencé ce livre en développant l'idée que quelque chose clochait dans notre système de "soins de santé" aux Etats-Unis n'a en réalité pas grand-chose à voir avec la santé. Un nom plus-à-propos serait le "système de soins de la maladie", car il ne fait que répondre aux maladies, les gérer, produisant les résultats coûteux et décevants que nous avons fini par accepter, et même attendre, sans savoir qu'il existe une autre solution, bien meilleure. De nombreux experts médicaux et hommes politiques ont avancé des propositions visant à améliorer les soins de santé et réduire leurs coûts, mais la grande majorité d'entre elles reviennent à une cautère sur une jambe de bois, au lieu de s'attaquer à la cause profonde du profonde du problème : son mode de fonctionnement réductionniste. (...)"


On serait tenté de conclure le joli constat et la bonne réponse par... l'homéopathie !
Mais nutrition (ou hygiène de vie) et homéo, ne sont-elles pas les deux jambes qui font marcher allègrement ?

CECI ETAIT DONC UN CONSEIL d'achat et de surtout de LECTURE ! Le réductionnisme en prend pour son grade
;)
par Florence
-
#35568
Il y a une petite faute de frappe à la fin (j'ai réécrit une partie du texte et oublié de gommer).
Donc vive l'holisme (et le réductionnisme) !
A plus !
Avatar de l’utilisateur
par Nath MF
-
#35572
[quote="Florence"]
Mais nutrition (ou hygiène de vie) et homéo, ne sont-elles pas les deux jambes qui font marcher allègrement ?

Tout a fait convaincue personnellement. c'est même ainsi que j'envisage l'apport de la naturopathie, en l'axant exclusivement sur la prévention via la nutrition. C'est une question clé de notre santé.
Pour soigner, il n'y a selon moi que l'homéopathie qui tienne la route, mais je trouve qu'il est dommage de ne pas aborder aussi la question de la prévention.
Et à rajouter aux avantages d'un tel régime végétal, le fait d'arrêter de faire souffrir les animaux. Les conditions de production de la viande, des œufs, des produits laitiers etc. sont devenus inimaginables de cruauté. Il n'est pas difficile de trouver des documentaires, notamment sur Arte, qui le prouve.
Le régime Campbell est très interressant, mais tous n'y souscrirons pas facilement.
En revanche, même sans être dogmatique, le simple fait de diminuer sa consommation de viande, en passant par exemple de deux fois par jour à deux fois par semaine, et de privilégier des éleveurs locaux, qui respecteraient un minimum les bêtes en ne les parquant pas dans des hangars qui ressemblent à des camps de concentration, et le monde changerait.
Ce n'est pas nouveau, mais le régime Crétois, ou méditerrannéen, est un bon exemple d'équilibre alimentaire non végétarien, mais ou les produits animaux restent minoritaires, et les conséquences positives d'un tel régime restent d'actualité.
Quelques soient nos choix personnels alimentaires, je pense qu'il est possible d'en tenir compte et de le considérer comme un facteur essentiel de santé complémentaire de l'homéopathie.
par Florence
-
#35606
Bonjour Nath,

J'ai changé de régime alimentaire cet été. Les questions que pose ce que l'on mange sont une vastitude de plus pour notre intelligence... J'évite d'entrer dans la publicité de choix, même si j'ai acquis une conviction que je mets désormais à l'épreuve des faits quotidiens.
On s'attaque assurément à notre fond culturel le plus enfoui, mais le voyage est très très très intéressant, effets sanitaires compris.

J'avoue refuser de placer la nourriture comme acte préventif. D'une part, parce que se nourrir est vital, premier. D'autre part, par usure personnelle contre ce mot "prévention" : celle qui nous veut du bien, et qui parle au futur, lui ? encore et toujours hypothétique, et si galvaudé en notre société de projection continue (moteur social : ce sera mieux demain ! Et aujourd'hui ? Et que faisons-nous vraiment ?).

Colin Campbell s'attache à la génétique, franchement réductionniste et "préventionniste", qui nous promet monts et merveilles, après tant d'autres recettes moléculaires sorties des laboratoires.... Il néglige cependant les nano-technologies (après avoir écouté Roger Lenglet, on peut le comprendre, puisque l'approche industrielle s'est opérée sur l'ensemble des champs de production humaine et silencieusement).
J'en ai parlé a minima hier sur le topic de Michel (Additifs / Discussions générales).

Se pose aujourd'hui la question "d'endiguer" (je ne sais même pas quel mot utiliser) ce qui menace de tout saccager.
Quelle va être la réponse de la nature à tant "d'outrages" ?
Et j'assume ce terme, qui ne fait que parler de dépassement, de démesure, d'hubris : les nôtres.
Ma passion immodérée pour la nature campagnarde, ma recherche aussi à son endroit me font craindre le pire.
Et les semonces coléreuses d'Edouard Broussalian, sa qualification de "crime contre l'humanité" pour ce qu'effectue la médecine actuelle (c'est ce que j'ai compris, du moins), crime qui déborde évidemment sur les espèces vivantes planétaires, ses conclusions sont à prendre au pied de la lettre, d'autant plus qu'elles paraissent démesurées... "Crime contre l'humanité", oui, comme il y a mensonge par omission, intentionnalite ou non dans l'acte.

Sur les pas d'Annie Le Brun, je rumine la sagacité de Gûnther Anders, philosophe désespéré et lucide, observant notre incapacité contemporaine à jauger ce que nous avons mis en branle, et à nous représenter les conséquences de nos agissements (nucléaire, chimie de synthèse, et plus humainement, guerres, course au profit).

Campbell dit avoir essayé "par le haut" de modifier les tendances lourdes : inutilement ! Il imagine le sursaut par chacun, en conclusion de son livre. Que faire ? Avec mon irrémédiable esprit dialectique, et avec un scepticisme solide contre le "haut" institutionnel que j'ai d'ailleurs du mal à identifier supérieur au vu des domaines qui me sont chers, je préfère le nombre et l'unité, l'engagement particulier et l'organisation spontanée. C'est beau de rêver ? Et ça urge !

Ecoutez Lenglet sur les nano-produits, Nath... c'est tord-boyau mais panoramique et plombant.
Quant au Régime Campbell, c'est un bon livre qui parle de tout ce qui démarre avec la nutrition institutionnelle, culturelle (?).

Et quand il souligne que ne manger que "végétal entier" règlerait quasiment la problématique climatique, celle-là même qui va permettre à nos pouvoirs, déclarés ou cachés de planifier (et réduire / détruire) plus encore nos vies sous peu ! No comment ! :sick:
par Florence
-
#36578
Le premier livre de Colin Campbell est tout aussi intéressant que le second.
L'Enquête Campbell (anciennment Rapport Campbell).
Il s'attache à reprendre les recherches scientifiques (celles de l'auteur comme de bien d'autres chercheurs) mettant en lien alimentation et maladies particulièrement contemporaines, tout en élargissant le regard sur l'ensemble du monde de la nutrition et de la santé aux Etats-Unis. Certains mots sont perçants, d'autant plus que le bilan critique du "système" n'est pas encore élaboré par le chercheur (objet du deuxième livre si mal traduit par "Le Régime Campbell"), et les "citations" de Platon, en conclusion, incroyables...
Les 1000 pages totales sont haletantes.
Je recommande absolument L'Enquête Campbell et Le Régime Campbell, quelles que soient les manoeuvres marketing de la maison d'édition.
Et pardonnez mon anti-"préventionnisme".
Oui, j'en ai des boutons qui grattent, et donc des croûtes (avec ou sans accent circonflexe).
:sick: :crazy:

Ed ne mentionne t il pas que la question ne devrai[…]

Merci beaucoup VeroB pour nous avoir fait connait[…]

Bravo à Anne et à Annick qui ont tro[…]

quelle rubrique ? ...

TH : PALPITATIONS cardiaques / audibles : CHT : P[…]