par Emile
-
#54418
Il a fallu pas loin de 4 années avant que ce travail ne soit publié.

Received:
16 February 2014
Accepted:
24 November 2017
Published online:
20 December 2017
par Anne
Diplômé PH
#54420
le lien ne marche pas chez moi, même en le copiant dans la barre de recherche :roll:
par Emile
-
#54422
Anne a écrit : 07 févr. 2018, 11:50 le lien ne marche pas chez moi, même en le copiant dans la barre de recherche :roll:
Voilà voilà, cela vient… ;)
par Emile
-
#54423
Emile a écrit : 07 févr. 2018, 12:40
Anne a écrit : 07 févr. 2018, 11:50 le lien ne marche pas chez moi, même en le copiant dans la barre de recherche :roll:
Voilà voilà, cela vient… ;)
Bon, j'espère que cette fois le Pdf en pièce jointe va passer ... ;)
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par Emile
-
#54424
Deux articles dont un cité par le précédent, sur le même sujet.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Avatar de l’utilisateur
par Belladonna
Diplômé PH
#54425
Le lien marche il suffit d'accepter l'exception de sécurité :vous en risquez rien a aller sur le site
il ya une video qui resume l'article
par Terrasienna
Staff
#54426
Super, merci Jean!
C'est plutôt bon signe qu'il ait fallu 4 ans pour publier ce travail. Après, ce qui sous tend cette publication est l'apparition et l'utilisation de médicaments type chimères, beaucoup plus chers et pas forcement plus efficaces, non?
par Emile
-
#54429
La vidéo met l'accent sur le fait qu'une solution aurait été trouvée pour contrer le mécanisme de transformation de cellules endormies (passées en senescence sous l'action d'une chimiothérapie) en cellules-souches cancéreuses très agressives.
Mais l'article détaille avant tout ce mécanisme de transformation pathologique et j'ai le sentiment que les 4 ans d'attente après sa soumission l'ont été à fin de pouvoir écrire que l'idée d'une solution à ce problème était disponible. J'en veux pour argument la fin de l' introduction de l'article :
Therefore, pharmacological strategies to specifically eliminate senescent cells before a fraction of them may implement their acquired stemness capacity become, as previously reported by us regarding cancer(9) and by others regarding ageing-related pathologies(26,27), a critical therapeutic need.
Où les références 26 et 27 qui sont bien postérieures au premier dépôt de l'article, adressent cette question de la possibilité de contrôler le devenir des cellules sénescentes.

C'est un peu une illustration de l'adage des techniques managériales qui veut qu'on ne donne pas l'alerte sur un problème sans donner au moins l'espoir d'une solution. ;)
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Troesch
-
#54431
Salut les gens,

J'ai discuté avec la chef d'équipe qui travaille sur le cancer du sein chez moi au labo.
Elle m'a dit que les cliniciens savent cela depuis des années.
Avec ce papier, on a une validation scientifique de la chose.
En gros, les chimios qui sont utilisées pour traiter un cancer primitif favorisent l'apparition de métastases.
Merveilleux, non ?
Après, bien sur il y a toujours une histoire de fric derrière avec l'industrie pharmaceutique pour développer de nouvelles molécules "innovantes".
J'ai discuté avec Hinrich Gronemeyer qui est à l'origine de ce papier et qui est aussi chez moi au labo.
Il est d'accord avec moi pour dire que le cancer est une maladie multifactorielle et donc qu'il faut frapper de tous les côtés.
L'homéo est bien sûr très importante pour cela et en combinaison avec d'autres moyens d'actions on aura beaucoup plus de chances d'éradiquer un cancer.
Pour ma part, je pense que la 1ère des choses à faire c'est de prendre de 5000 UI de vitamine D/j de façon systématique quand on a une pathologie de ce genre. C'est ce que je fais moi-même depuis que j'avais un sarcome de Kaposi et un sida en 2011.
On commence à peine à comprendre depuis quelques années l'importance de la vitamine D au niveau immunitaire (infections, cancer, auto-immunité, sida).
Une excellente mesure de santé publique à prendre pour prévenir une grande partie de ces maladies serait une supplémentation systématique de toute la population avec 2000 UI/j.
Bon, je dois avouer que c'est beaucoup moins rentable que les 11 vaccins obligatoires :lol: ;)
Et puis pas m'importe quelle vitamine D non plus !!!
Pas d'Uvedose par ex qui contient comme conservateur du butylhydroxytoluène qui est un perturbateur endocrinien et qui, d'après le Centre international de recherche sur le cancer, peut favoriser le développement de tumeurs déjà existantes.
L'autre problème avec les vitamines synthétisées chimiquement c'est la conformation tridimensionnelle de la molécule. Si elle n'est pas conforme à celle qui est naturelle, l'activité biologique peut-être plus faible voir nulle.
Un autre angle intéressant est la piste métabolique et le jeûne. Grâce à Valter Longo, un chercheur américain précurseur dans le domaine, on a maintenant une explication scientifique de comment et pourquoi le jeûne est efficace sur la cancer.
Vous trouverez ci-dessous des liens très intéressant sur le sujet.
Je pourrais en parler des heures mais je suis au boulot là et il faut que je m'occupe de mes bactéries ;)
A bientôt
Ed

Le jeûne, une nouvelle thérapie :
http://guerir-du-cancer.fr/le-jeune-une ... -therapie/

Cancer, la piste oubliée :
https://www.youtube.com/watch?v=seqy8EJYBII

Le jeûne thérapeutique en cancérologie : mode ou réalité ?
http://www.sciencedirect.com/science/ar ... 621500031X

Protective effects of short-term dietary restriction in surgical stress and chemotherapy
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28216454

Targeting Cancer Metabolism : Dietary and Pharmacologic Interventions
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27872127

Fasting and Caloric Restriction in Cancer Prevention and Treatment
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27557543

Designing a broad-spectrum integrative approach for cancer prevention and treatment
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26590477

Dysregulated metabolism contributes to oncogenesis
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26454069

Fasting induces anti-Warburg effect that increases respiration but reduces ATP-synthesis to promote apoptosis in colon cancer models
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25909219

Starvation promotes REV1 SUMOylation and p53-dependent sensitization of melanoma and breast cancer cells
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25614517

Fasting: molecular mechanisms and clinical applications
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24440038

Dietary protein restriction inhibits tumor growth in human xenograft models
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24353195

Fasting enhances the response of glioma to chemo- and radiotherapy
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22984531

Starvation, detoxification, and multidrug resistance in cancer therapy
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22391012
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#54438
Je suis toujours à l'affût de données qui pourraient me conforter dans mes hypothèses de chimiste.
En effet, Edouard nous indique qu'un perturbateur endocrinien, le butylhydroxytoluène (ou butylcrésol), favoriserait le cancer.
J'essaye de raccrocher les wagons :
De très nombreuses publications montrent que les cellules cancéreuses prolifèrent en présence d'un excès de glutathion, mais aussi que l'apoptose des cellules cancéreuses augmente quand la quantité de glutathion diminue en présence de donneurs de monoxyde d'azote.
D'autre part, Koppenol (http://www.scielo.br/scielo.php?script= ... so&tlng=en) indique
1. que le NO donne in vivo à vitesse presque infinie des peroxynitrites
2. que les peroxynitrites régissent in vivo avec le glutathion GSH pour l'éliminer en l'oxydant en GSSG
3. mais aussi que les peroxynitrites cellulaires, en présence CO2, sont des agents de nitration très puissants

Quels sont les composés organiques très facilement nitrés (voir toute la littérature en chimie organique) : ce sont les cycles aromatiques activés, tels les alkylbenzènes (l'ibuprofène par exemple) et les phénols (il y en a un paquet parmi les médocs)
On a montré par exemple que le paracétamol est partiellement nitré in vivo (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articl ... 129651.pdf)
le butylhydroxytoluène est bien entendu un phénol.
Une dernière chose : il a été montré que les peroxynitrites sont également à l'origine de la synthèse des prostaglandines ("The Organic Chemistry of Biological Pathways", seconde édition du 11 janvier 2016 par McMurry et Begley).

La logique de tout cela est la suivante :
Un gamin fait une fièvre, il prend le plus souvent de paracétamol + de l'amoxicilline. La fièvre tombe très facilement en général. C'est bizarre l'amoxicilline est la seule pénicilline qui présente un groupement phénol. N'agirait-il pas plutôt comme un antiinflammatoire?
Que font ces phénols : ils sont nitrés par les peroxynitrites qui apparaissent dans le phénomène inflammatoire, et donc les consomment. Ainsi, ces peroxynitrites éliminés, les prostaglandines ne peuvent plus se former et donc la fièvre et la douleur disparaissent.
Chaque fois que la personne souffre ou a de la fièvre, le même processus recommence, et globalement, il y a déplétion chronique en peroxynitrite, ce qui entraîne logiquement une diminution des capacités apoptotiques de l'organisme, et simultanément l'augmentation du taux de glutathion cellulaire.
C'est sûrement simpliste comme mécanisme d'apparition du cancer, mais il me semble logique de l'envisager.

Autres phénols bien connus : pratiquement tous les AINS, les perturbateurs endocriniens, les œstrogènes de synthèse ou non...
par Emile
-
#54453
Comme quoi la mode irréfléchie des anti-oxydants mis à toutes les sauces, tel le fameux Glutathione qui a pu même être proposé en injections intraveineuses car n'est-ce pas : le stress oxydant est notre ennemi public numéro 1, peut vite nous rappeler ce constat de Jacques Prévert :
On a beau avoir une santé de fer, on finit toujours par rouiller.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#54454
Merci d'avoir proposé cette pièce jointe. Il s'agit effectivement d'un des documents que j'ai compilé.
Une anecdote : un professeur de Liège, nutritionniste et fan des antioxydants, serait décédé à 45 ans d'un cancer de la gorge (pas de référence, mais un oui-dire).
Ce n'est pas très rigolo, tout cela.
Tant qu'ils ne comprendront pas que seule l'homéo est capable d'apporter des solutions...

Je vais tenter une réponse. Je propose ST[…]

J'ai lu très vite et en diagonale.... L'&ea[…]

Je ne réponds pas complètement &agra[…]

PULS ou pas PULS

ça me pose une question ... N'est-ce pas[…]