Page 1 sur 1

Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 29 sept. 2018, 16:33
par Clo
Image

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 30 sept. 2018, 18:58
par annick
Merci Clo pour ce beau billet

Enfin un scientifique qui reconnaît que notre connaissance de la plupart des médicaments est empirique.

Même si on tente de justifier leur prescription par des « études en double aveugle contre placebo » qui n’aveuglent que les naïfs du scientisme.

Même si on l’habille d’un verbiage de pharmacologie : pharmacodynamie, pharmacocinétique, interactions, effets indésirables….Cela fait sérieux, mais on reste sur notre faim : que sait-on vraiment sur l’action profonde de la drogue et des dégâts à longue terme sur le niveau de santé ?

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 30 sept. 2018, 21:19
par Françoise
Merci Clo.
Ca fait du bien de lire dans un grand quotidien enfin un peu de raisonnable concernant les médicaments des laboratoires pharmaceutiques et l'homéopathie.

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 01 oct. 2018, 08:08
par Edouard Broussalian
Très bien écrit en plus! Clo si tu avais un meilleur scan?

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 01 oct. 2018, 09:55
par Maugeais
Je n'arrive pas à lire le texte, pouvez vous le passer sous une autre forme, merci.
Cordialement,
Pierre

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 01 oct. 2018, 15:08
par Emile
Maugeais a écrit : 01 oct. 2018, 09:55 Je n'arrive pas à lire le texte, pouvez vous le passer sous une autre forme, merci.
Cordialement,
Pierre
Labos_Contre_Homeopathie.pdf

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 01 oct. 2018, 16:09
par Clo
Les laboratoires contre l'homéopathie par PHILIPPE PIGNARRE


Et si on commençait par se débarrasser de tous les médicaments inutiles et dangereux ? Au mois de janvier de cette année, la très sérieuse revue Prescrire en dressait une liste de quatre-vingt- dix ! Combien coûtent-ils à l'Assurance-maladie ? Quel est le prix payé par ceux qu’ils rendent malades ? C’est la première réaction que l'on pourrait avoir face à ceux qui sonnent l'hallali contre les remèdes homéopathiques qui, eux, au moins, ne présentent pas de danger.
Le plus important pourrait cependant ne pas être là, mais bien plutôt dans cette sorte de rage que déclenche tout ce qui échapperait à « la science ». Car, n’en doutez pas, les médicaments, c’est de la science ! La preuve ? Ils ont été testés contre un placebo ou un médicament dit de référence. Double bénéfice de cet argument : 1. les médicaments ne posent pas de problèmes (oubliées les affaires à répétition comme celles du Mediator); 2. on sait pourquoi les remèdes homéopathiques marchent : c’est « l’effet placebo ».
Dès qu’on y regarde d'un peu plus près, les choses se compliquent sacrément. Les études comparatives en double aveugle (contre placebo ou médicament de référence) me semblent justement être la démonstration qu’on n’est pas vraiment dans ce qui mériterait le nom de science. Si notre connaissance de la biologie du corps humain était ce que les naïfs (les vrais) croient on n’aurait pas besoin de recourir à cette misérable procédure empirique. On saurait pour des raisons « scientifiques » pourquoi un médicament ne peut qu’être efficace. Allons plus loin : on n'a, en général, que des hypothèses sur les raisons pour lesquelles un médicament « marche ». Le plus souvent c’est par hasard que l’ on s’est aperçu que telle molécule produisait tel effet. Et la plupart des nouvelles molécules sont testées sur des modèles animaux en tentant de retrouver un effet produit par des médicaments déjà utilisés.
Ce n’est pas sans conséquence: il y a un gouffre entre la procédure qui nous permet d'attribuer le titre de médicament à une substance (les études comparatives) et la science biologique . On pourrait voir dans ce gouffre une des raisons pour lesquelles si peu de nouveaux médicaments sont aujourd’hui inventés. Comme le disent eux-mêmes les industriels avec un mot savant, les progrès sont devenus « incrémentaux ». Miracle de la communication ! Ne vaudrait-il pas mieux dire « imperceptibles » ? Car un médicament ce n’est pas comme une automobile, ça ne s’améliore pas par petites touches. Cela n'empêche pas les industriels en panne d'invention d’exiger des prix exorbitants pour leurs « nouveautés » et de se battre pour contrôler les circuits de vente par tous les moyens.

LE CRI DE RAGE, « C’EST L’EFFET PLACEBO »
Mais ce n’est pas tout : qui réalise les études comparatives ? Qui décide du médicament auquel on se comparera, des doses qui seront testées, de la longueur de l’étude, des caractéristiques des patients recrutés, de leur nombre, bref de tout ce qui fait que les résultats peuvent changer du tout au tout ? Les industriels, et eux seuls ! Ainsi, un grand laboratoire décide de ne tester son antidouleur que pendant un an. Tant pis s’il est censé soulager une pathologie chronique, le problème est que son efficacité décroît d’une telle manière après ce laps de temps qu’aucun subterfuge ne réussit à lui faire gagner la course comparative. Les industriels du médicament se sont battus pendant des années, en particulier en France, contre l’obligation des études comparatives. Le compromis obtenu fait que si elles sont obligatoires, ils en sont seuls responsables. Et il a fallu en permanence, depuis trente ans, multiplier les contrôles pour empêcher les industriels de manipuler les données à leur gré. Ce qui n’empêche pas que, avec la régularité d’une horloge, un nouveau scandale « sanitaire » surgisse presque tous les ans, illustrant dans bien des cas le laxisme (ou l’incompétence, voire la corruption ?) de ceux qui sont chargés de surveiller.
Mais il y a peut-être plus grave encore. Le cri de rage. « c’est l’effet placebo », vient toujours couronner l’appel à la guerre.
Mais qu'est-ce que l’effet placebo ? C’est l'effet « blouse blanche », nous disent les bouffis d’orgueil qui croient ajouter ainsi à leur compétence scientifique l’aura du guérisseur, pourtant persécuté depuis le temps des sorcières jetées au bûcher. C'est l’effet « symbolique », disent les férus de psychanalyse, sans élaborer beaucoup plus. Avez-vous déjà entendu un patient dire : « l'ai été guéri par l'effet placebo » ? Evidemment non. Le vocable est dévalorisant. Il abaisse le patient (ce naïf) et élève celui qui l'emploie.
Bref, constatons-le, on ne sait pas ce qu’est « l'effet placebo », sinon que cela revient à guérir « pour de mauvaises raisons » ! Mais si l'on ne sait pas ce qu’est l'effet placebo, alors on ne sait pas ce qui peut le « minimiser » ou le « maximiser », comme le faisait déjà remarquer, il y a longtemps, le philosophe François Dagognet. On ne sait pas non plus si tous les éléments qu’il faut éliminer de la scène pour faire une étude contre placebo (par exemple, certaines différences biologiques, psychologiques ou comportementales entre patients qui ont tant d'importance pour les homéopathes) ne sont pas justement ce qui permet d’augmenter ou de diminuer cet effet. Quand on sait que des classes entières de médicaments (comme beaucoup d'antidépresseurs) sont à peine, pour le dire poliment, plus efficaces qu'un placebo, on a le droit de rire.
Les études contre placebo, dites en double aveugle, sont aujourd’hui présentées comme le nec plus ultra de la démarche scientifique dans un nombre croissant de domaines (des médicaments à la psychanalyse, en passant par les électrosensibles). C’est une illusion : elles signent plutôt notre incapacité à explorer positivement les raisons pour lesquelles les patients cherchent, par exemple avec l'homéopathie, à guérir. Elles sont le symptôme de nos ignorances scientifiques.
Laissons les homéopathes et ceux qui sont satisfaits de leurs remèdes trouver les moyens d'explorer les raisons de leur bonheur. Ce n’est pas en leur déclarant la guerre qu'on les aidera à le faire de façon intelligente et créative. ♦


PHILIPPE PIGNARRE - Après avoir travaillé pendant dix-sept ans dans l'industrie pharmaceutique, il est aujourd'hui directeur de collection aux éditions La Découverte

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 02 oct. 2018, 06:43
par Emile
Cette tribune met à nu l'inanité des prétentions hégémoniques de l'industrie pharmaceutique à dire le vrai scientifique en matière de médecine par les médicaments.

Par contre, je suis tout de même surpris que du côté de l'homéopathie, son auteur ne semble pas avoir une connaissance, même de base, des principes qui la fondent et qu'en tout cas il n'éprouve pas le besoin de les rappeler, ne serait-ce que succinctement.

Cette ignorance montre sa trace dans la conclusion « Laissons les homéopathes et ceux qui sont satisfaits de leurs remèdes ... » qui ignore tout de la condition première de pouvoir appliquer le principe de similitude pour qu'une guérison homéopathique soit possible. La référence implicite au primat du remède, dont on est satisfait ou pas, montre que l'auteur reste accroché au couple (maladie, remède) comme schéma d'organisation de la thérapeutique.

On a envie de dire à Philippe Pignare que cela fait plus de 200 ans que l'exploration des raisons de leur bonheur a été engagée par les homéopathes et qu'elle a conduit à dégager les lois de guérison d'Hahnemann et que les appliquer de façon intelligente et créative, c'est surtout leur être fidèle.

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 02 oct. 2018, 13:23
par Charles-Aconit
Emile a écrit : 02 oct. 2018, 06:43 Cette tribune met à nu l'inanité des prétentions hégémoniques de l'industrie pharmaceutique à dire le vrai scientifique en matière de médecine par les médicaments.

Par contre, je suis tout de même surpris que du côté de l'homéopathie, son auteur ne semble pas avoir une connaissance, même de base, des principes qui la fondent et qu'en tout cas il n'éprouve pas le besoin de les rappeler, ne serait-ce que succinctement.

Merci Emile, pour ces remarques. En fait, elles nous mènent vers un abord purement philosophique (et donc ensuite épistémologique) de la question.

S'inscrire dans la démarche du vitalisme d'Hahnemann est une véritable révolution intellectuelle ! Je reviens à cette nécessité (selon moi) dans la démarche scientifique d'avoir une approche philosophique, épistémologique et logique (de cette logique qui figure encore, je crois, dans les classes sup de philo).

Combien sont les scientifiques du domaine de la biologie, de la médecine (et de ce que l'on appelait autrefois les "sciences expérimentales") qui ont des connaissances solides en philosophie, épistémologie, logique ?

En des temps qui semblent si éloignés désormais a éclot la "révolution humaniste". Pour la première fois depuis l'antiquité naissait cette véritable révolution consistant à admettre que la recherche de la connaissance pouvait se mener en se libérant du dogme de la religion - et de surcroît cette libération pouvait se mener sans porter une atteinte à cette même religion en cherchant à l'éliminer. Je suis, par exemple, toujours admiratif de Montaigne qui, bien que très croyant, n'a quasiment pas teinté sa philosophie morale de religion ou de foi. On trouvera maints exemples chez d'autres humanistes...

Aujourd'hui, nous avons une "2e révolution humaniste" à mener : progresser dans la connaissance à côté de la religion et du dogme dominants contemporains : ceux du Dieu Pognon. Ce sera difficile. Car ce Dieu est beaucoup plus exigeant que celui de nos pères...

L'être humain est sur la voie d'une transformation progressive (et molle) par ce Dieu en outil à produire. Cela passe d'abord par l’hyper spécialisation : "occupe-toi de tes oignons et de ce pour quoi tu es formé... et produis !". Réfléchir ? Cela prend du temps ! Le temps, c'est de l'argent. Et ce temps volé au système, c'est son argent ! ...

"Allez, déconnez pas ! gardez vos yeux sur vos spectrogrammes : c'est tout ce qu'on vous demande... Quant à savoir ce qu'on peut faire de ces mêmes spectrogrammes... Bande de fourmis travailleuses, vous n'allez pas vous mettre à réfléchir en plus ?! Déjà que vous nous coûtez cher..." Signé : Dieu Pognon.

Y'a du pain sur la planche, les amis !

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 03 oct. 2018, 10:58
par VeroniqueB
""Combien sont les scientifiques du domaine de la biologie, de la médecine (et de ce que l'on appelait autrefois les "sciences expérimentales") qui ont des connaissances solides en philosophie, épistémologie, logique ? ""


Paul Trouillas, médecin et philosophe, vient de publier "du sang sur les idées", Manifeste de la philosophie expérimentale.

Ca en fait un :-)

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 03 oct. 2018, 12:44
par Charles-Aconit
VeroniqueB a écrit : 03 oct. 2018, 10:58 ""Combien sont les scientifiques du domaine de la biologie, de la médecine (et de ce que l'on appelait autrefois les "sciences expérimentales") qui ont des connaissances solides en philosophie, épistémologie, logique ? ""

Paul Trouillas, médecin et philosophe,(...)

Ca en fait un :-)
Il faut espérer qu'il y en ait plus qu'un ! On peut probablement penser qu'en chaque vrai homéopathe veille un philosophe, même s'il s'ignore en tant que tel !

Merci, Véronique, de nous allécher avec ce bouquin. Je vais me le procurer ! J'ai lu en résumé que l'auteur passait sous son examen critique Marx et Nietzsche... Le monde de la santé a t-il droit aussi au même examen ?

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 03 oct. 2018, 13:32
par VeroniqueB
C'est uniquement sur la philosophie.
Mais je pense que vous aimerez son raisonnement.
Et quand je lis certains passages....je ne manque pas de retrouver un certain parallèle avec la médecine.
Quelques titres de chapitres :
- l'expérience aperçue et délaissée
- De l'erreur à l'horreur : l'absence du principe d'expérience
- la théorie des trois filtres

Il y a un autre livre qui sort aujourd'hui :
"Demeure" de Francois-Xavier Bellamy
Il me semble que sa réflexion sur le progrès est bien intéressante ; est-ce la suite de la querelle des anciens et des modernes ?

J'espère que je ne disgresse pas sur notre forum

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 03 oct. 2018, 19:43
par Jean Umber
Il est important de réfléchir aux choix philosophiques faits par tout un chacun.
Je pense que la plupart des opposants à l'homéopathie sont des idéalistes au sens philo du terme : ils mettent en avant des dogmes.
Les homéopathes sont des réalistes qui analysent expérimentalement ce qui les entoure.

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 23 oct. 2018, 12:53
par Edouard Broussalian
Merci pour cette remarquable discussion et merci Clo d’avoir recopié le texte pour les mal voyants comme moi!

Re: Une tribune intéressante dans le monde de ce jour : LES LABOS CONTRE L’HOMÉOPATHIE

Publié : 25 févr. 2019, 10:22
par VeroniqueB
C' est loin de l' homéopathie encore, mais je découvre
un écrivain : Anne Lécu. Médecin et Philosophe. (Et de deux ! :D )
Son dernier livre : "Le secret médical".
Je ne l' ai pas encore lu.