Événements, émissions, parutions, réglementations,...
par Choco05
Etudiant
#58139
Allez, pour se mettre un peu de baume au cœur.

"D'abord ils vous ignorent, puis ils vous raillent, ensuite ils vous combattent et enfin vous gagnez"

Citation communément attribuée à Gandhi, (mais probablement énoncée par un syndicaliste américain , et largement reprise par Trump, ce qui lui enlève certes un peu de sa splendeur ;)

Sur le fond je suis d'accord avec Francisco, la guerre n'a jamais rien amené de positif, nous n'avancerons qu'en dialoguant. Mais pas avec n'importe qui.
Tout passe par l'éducation - depuis la base, et c'est là que le chantier est énorme, mais c'est aussi là que nous pouvons agir, je pense qu'une grande partie de la population n'a pas ou plus envie de se faire bousiller la santé ... Mais que connaissent ils (la majorité) pour l'instant : une discipline dans laquelle on prescrit autant de tubes de granules que de maux énoncés, avec la prescription 3granules de chaque toutes les 15mn.... Heureusement que ce n'est pas crédible... ! L'horreur c'est juste qu'on ose appeler ca homéopathie et c'est là qu'il faut informer et éduquer.
Quant à ceux (comme le bellâtre) qui sont auto-satisfaits d'être sourds muets et aveugles ... Ils ne valent absolument pas l'énergie qu'on dépense pour essayer de les éclairer... Et soyons honnêtes ceux-là on a pas non plus envie de les avoir dans nos rangs...
par Emile
-
#58149
[quote=Charles-Aconit
Ta remarque, Francisco, me touche. Parce que pour ma part j'ai été très choqué par un point, lors du débat. Ce sont les propos de la Pdte de la Société Savante d'Homéopathie (Dr Hélène Renoux ?)

Voilà une professionnelle qui se retrouve face à un bellâtre arrogant (je parle du représentant de Fakemed) faisant partie des exterminateurs non seulement de son métier, mais aussi de toute une conception philosophique, scientifique, éthique, morale, historique... bref de tout ce que peut représenter la vraie homéopathie. Et comment réagit cette représentante ? Par des tentatives de justification, en allant jusqu'à dire dans les yeux à ce bellâtre arrogant affichant un sourire sardonique : "il faut qu'on discute ensemble, il faut s'ouvrir les uns aux autres"... Discuter ?
Il me semble même que cette dame a même commencé par dire sur un ton de connivence, qu'elle n'approuvait pas la plainte en "Manque de Confraternité" déposée devant le conseil de l'ordre contre des médecins ne demandant pas moins que l'interdiction d'exercer pour les médecins homéopathes !
Sans doute une sorte de Syndrome de Stockholm chez une praticienne suffisamment peu sure d'elle-même pour n'avoir pas su montrer, ne serait-ce sur un exemple concret, ce dont l'homéopathie d'Hahnemann était capable.

Il faut à ce sujet (re)visionner le cours M3T21 Precellence des médicaments du 20/12/2012 où Ed analysait déjà cette attitude de soumission par opposition à celle d'Hahnemann, qualifiée de dure envers ses détracteurs, mais qui témoignait de sa force de caractère et sans doute de sa confiance en ses propre lumières.
par Francisco66
Etudiant
#58150
Houlà, je précise mes propos qui ont peut-être été mal compris.
Pour moi il n'est nullement question de se soumettre aux autorités qui veulent à terme interdire l'Homéopathie, mais avouons que nous sommes dans une situation difficile, puisque nous critiquons nous aussi nos confrères Homéopathes pluriscistes formés dans les facultés Françaises et qui traitent de manière symptomatique.
Alors comment prendre part aux débats actuels ? Comment dire qu'il n'y a pas une mais des pratiques homéopathiques et que seule celle qui applique les principes de l'Organon est la bonne. Le niveau des opposants est tellement affligeant, qu'il me parait impossible de faire comprendre ces subtilités à des médecins ignares et fiers de l'être. La première étape est peut-être de côtoyer les homéopathes pluricistes, leur montrer nos résultats et les amener à se remettre en question pour que les résultats thérapeutiques soient de moins en moins contestables. Un travail de Jedi en fait !
par Gilles63
-
#58178
meme avis que toi Francisco
Pour les docteurs homéopathes ,la solution viendrait peut etre par une derogation les autorisant à pratiquer les 2 médecines dans 2 cabinets separés ou de manière bien distincte avec un ecriteau
Ceci accompagnant la sortie des granules du champ de la medecine officielle ,le deremboursement et l'arret d'un enseignement bidon dans les facs
Ainsi les eleves non Dr ,formés ici ou ailleurs à la bonne pratique homeo ,pourraient s'afficher comme homéopathes unicistes en plus des Dr homéopathes
Au niveau clientèle ,le bouche à oreille fera vite le travail pour remplir les lieux d'exercice ,comme pour les rebouteux ,magnétiseurs....
#58180
Gilles63 a écrit : 30 janv. 2019, 10:23 Pour les docteurs homéopathes ,la solution viendrait peut etre par une derogation les autorisant à pratiquer les 2 médecines dans 2 cabinets separés ou de manière bien distincte avec un ecriteau
Je trouve ta remarque intéressante, Gilles. Comme médecin rattaché à l'Ordre, as-tu besoin d'une dérogation officielle pour cela ? Dérogation de quel organisme (l'Ordre) ? Si ce n'est pas le cas, qu'est-ce qui t'empêche de monter légalement une autre entité sociale (auto-entreprise ? ou autres...) avec le code NAF "autres professions de santé" et d'intituler ton activité comme "thérapeuthe hahnemanien" ? Évidemment, ne pas employer le terme "homéopathe" est frustrant !

Ce qui se passe au niveau de ce statut "homéopathe" (ni officieux, ni officiel) est très révélateur de l'hypocrisie de la Médecine Officielle : d'un côté, elle tente de faire des misères à ceux qui pratiquent l'homéopathie et qui n'ont pas un doctorat médical en faisant peser sur eux en permanence le risque de poursuites pour exercice illégal de la médecine ; et de l'autre côté elle pousse pour faire reconnaître comme charlatans les Dr qui exercent l'homéopathie alors qu'elle (la Médecine Officielle) la prétend "exclusivement médicale" !!!

Cette situation aporétique démontre selon moi qu'il y a clairement une volonté d'éradication assez sournoise. Et je ne crois pas que ce soit de petites mesures dérogatoires ou réglementaires qui règleront l'ambiguïté. A un moment donné, il faudra peut-être qu'il y ait un mouvement de masse : des patients et des praticiens .

Je reviens sur l'émission, sujet qui a lancé ce post, où il a été fait grand étalage d'un(e) patient(e) soigné(e) par un homéopathe et décédée "faute de soins efficaces" . Aurait-on oublié qu'il y a dans les Hôpitaux conventionnels des morgues ? Fait-on autant de "publicité" pour le cas des (milliers ?) de patients qui claquent dans les mains de la Médecine officielle ? C'est encore un des aspects de la manipulation hypocrite à laquelle est soumise l'homéopathie.

Dans ce problème de la défense de l'homéopathie, je vois deux volets : le volet purement "technique", et le volet purement "politique" (au sens étymologique : qui concerne le citoyen). Et il est probable que ces deux côtés ne soient pas parfaitement miscibles - ils réclament pour coexister des compromis, en quelque sorte.

Le volet purement technique plaide en la faveur de l'homéopathie (la vraie). Mais qui le sait ? (Je veux dire : combien de citoyens qu'on mène en bateau le savent ?). Parmi ceux qui se prétendent homéopathes, beaucoup (et loin s'en faut) ne recueillent pas notre approbation. Et c'est là qu'on va examiner le côté "politique".

Que les homéopathes (ou prétendus tels) soient hahnemanniens, pluricistes, complexistes, coluchistes, à relents anthopozozo, etc, aujourd'hui sous l'angle politique, ils sont tous dans le même wagon. Et j'emploie sciemment cette image de wagon en me rappelant qu'à une certaine époque : juifs, homosexuels, francs-maçons, slaves, bolchéviques, etc... tous étaient chargés dans les mêmes trains avec la même destination. Je rajoute aussi que d'autres que les homéopathes sont probablement déjà inscrits sur les listes des trains de nuit - je pense notamment aux herboristes au sujet desquels des discussions se déroulent au Sénat français, discussions qui font ressortir de nombreuses réflexions selon lesquelles il faudra en arriver à faire encadrer l'herboristerie par... la pharmacie ! Dame ! Un sachet de prêle peut être hautement toxique. :lol: Imaginez ! Une tisane de prêle par jour risque de faire plus de mal que les protocoles aveugles de carboplatine !

Où est-ce que je veux en venir ? Oui, "techniquement", nous avons des différences à faire valoir. Mais "politiquement", nous sommes dans le même wagon que d'autres "autres professions de santé" . N'aurions-nous pas un intérêt à nous grouper, à entrer en dialogue avec les "comités" de patients et de praticiens (de nombreux horizons) qui se montent un peu partout (comité anti-vaccins, etc...), avec les organisations que nous savons sensibles à la défense de l'homéopathie ?

L'idée peut paraître un peu folle... En préambule, je dirai que j'ai en horreur ce monde du lobbyisme, mais suis forcé de reconnaître qu'on y vit. On est un peu dans la situation de poètes auxquels on impose d'être au milieu d'un match de rugby permanent... Si nous ne rentrons pas dans le jeu, nous nous ferons défoncer ! Pourrions-nous au sein de PH monter un petit "comité de communication" qui prendrait contact avec des assos de patients, etc... on peut dire un petit comité de lobbying ? Je veux bien accepter que l'idée vous paraisse saugrenue... Mais quitte à faire partie du wagon, j'aime autant ne pas y monter trop résigné !

Bonjour, J'ai récemment terminé l[…]

Un pneumologue témoigne du Covid

Mme Henrion Caude est très alertée p[…]

nouveau membre

Bonjour Sissi, bienvenu et bonne lecture :)

Le règne de Knock

Ce que Jules Romain n'avait pas vu c'est que le m&[…]