par didier
-
#48417
Dr Edward de Beukelaer (Chilton Foliatt)


Mimi est un Epagneul de treize ans.
Elle est amenée le lundi 25 mars 02 au soir, en catastrophe : elle est paralysée et couchée sur le côté gauche, la température est de 41°. Elle est toute chaude, légèrement déshydratée, son dos est extrêmement douloureux au niveau des lombes et les réflexes des postérieures sont fortement diminués.
Le vendredi, tout allait encore bien. Elle a perdu l’appétit le samedi et ne se relevait plus depuis dimanche.
Le chien est hospitalisé par ma collègue et mis sous antibiotiques et anti-inflammatoires et perfusé.
Le lendemain, ma collègue m’appelle pour avoir mon avis sur le cas parce que rien n’a changé depuis la veille, malgré les doses importantes de médicaments. « A maladie sérieuse, “médecine sérieuse” » dit quelqu’un de bien connu au C.L.H.
Ce qui me frappe, c’est la faiblesse de la chienne, elle arrive à peine à lever la tête, on doit la soutenir pour qu’elle boive ; les pupilles sont d’ouverture inégale et ne réagissent pas à la lumière. Il doit y avoir une pathologie du dos, mais sans compression importante des nerfs parce que ses sensibilités superficielle et profonde sont conservées et les réactions des postérieures sont fort ralenties mais présentes, avec une force à peu près normale (une radio confirmera la fracture d’un bec de perroquet, longue de presque deux centimètres, située sur l’extrémité distale du corps de la vertèbre lombaire n°4, il y a plein d’autres signes de réactions osseuses le long de la colonne vertébrale).

Une première répertorisation sur les signes de la fièvre me donne un remède très connu pour sa fièvre (30 K, deux fois en une heure). Je n’étais pas convaincu que mon choix soit parfaitement homéopathique, mais je pensais qu’il allait bien faire ce dont j’avais besoin : baisser la fièvre, parce qu’il fallait que je prouve, dans ce cabinet vétérinaire où je viens juste de m’installer, que l’homéopathie sait y faire (la fièvre était le symptôme qui ennuyait le plus ma collègue).
Miracle pour ceux qui ne connaissent pas l’homéopathie, deux heures plus tard, la température est normale. Ma collègue prend alors la température toutes les heures pour se rassurer que la chienne n’est pas en train de mourir (le soir, elle raconte à son mari, son étonnement de ce qui s’est passé).

A la vue des radios, l’euthanasie était avancée par ma collègue comme étant la solution la plus honnête pour cette chienne qui pourra, selon les radios, probablement ne plus vivre sans douleur.
Comme j’ai prouvé ce que l’homéopathie peut faire, je demande, le mercredi, 48 heures de répit car une deuxième répertorisation m’a inspiré un autre remède.
Une condition est imposée à la poursuite du traitement : la chienne ne peut plus avoir mal et ceci sans l’aide de traitements allopathiques.
Tout traitement conventionnel est arrêté, et le deuxième remède (30 CH) est administré deux fois le jeudi matin (dès son arrivée par la poste).
A ce moment, la température de Mimi est toujours normale, elle a un peu moins mal, remange un peu, mais n’a pas vraiment de force, je trouve que l’amélioration n’est pas totale.

La prise du deuxième remède est suivie de quelques légers spasmes de la peau du cou et donne une impression de “fatiguer” la chienne pendant quelques heures. L’après-midi, elle se lèvera toute seule, et la douleur aura complètement disparu. Elle rentrera le vendredi chez elle, encore fatiguée mais heureuse (comme les propriétaires).
Je la revois dix jours plus tard. Elle s’améliore de jour en jour (la propriétaire a redonné le remède une fois quand Mimi semblait ne pas aller bien au bout de sept jours). Elle recommence à jouer dehors.
par Gilles63
-
#48467
En premier je pense à SYMPH mais
En répertoriant PULS est en tete pour le trauma des os et la fievre traumatique '+la fievre sans trop de soif) et il est confirmé par cette remarque du veto "Ce qui me frappe, c’est la faiblesse de la chienne, elle arrive à peine à lever la tête, on doit la soutenir pour qu’elle boive " alors qu'il trouve des reactions partout à l'auscultation
=>PULS ('comme une de mes chiennes qui a des douleurs atroces pour un rien à l'ecouter hurler et qui n'a plus mal après une caresse parfois)
.
Pour le 1er rem ,BELL (fièvre +sujet abattu) comme Mariline
par didier
-
#48616
Pas facile, il faut bien connaitre le répertoire et pouvoir faire le lien
solution DE L’ÉPISODE AIGU vétérinaire BELL ARGENTUM METALLICUM

Dr Edward de Beukelaer (Chilton Foliatt)


La première répertorisation est peu spectaculaire :
– generalities, weakness, fever, from
– fever, hectic
– eye, pupils, unequal
– eye, pupils, insensible to light.
Et sort naturellement Belladonna, ce qui fait l’affaire du vétérinaire, mais pas complètement de la chienne.

Ce qui me frappe le lendemain, c’est le manque de force de la chienne malgré la baisse de la fièvre.
Nouvelle répertorisation :
Ars-a Arg-m Carbo-v
– generalities, weakness, pain from 3 1 2
– generalities, weakness, paralytic 3 2 1
– fever, hectic 3 2 1

Je me suis dit que pour une atteinte des os et cartilages, Arg-m ne serait pas un mauvais choix.
En plus, je peux imaginer que la chienne a dû ressentir quand même une sorte de “choc” au moment de la “fracture” de cette excroissance osseuse.
Dans la matière médicale, je retrouve des douleurs du dos comme : “as if lumbar region has been knocked away”, “bruised in lumbar region, loins and neck < motion”, et “violent, deep pain in left lumbo-sacral region, unendurable on adduction of left thight”.
Le chien ne m’a pas raconté tout cela et je n’ai pas d’interrogatoire valable de la part du client. J’apprends uniquement par téléphone que le chien n’a pas vraiment montré des signes d’impotence du dos auparavant, qu’il est juste un peu moins actif qu’avant, ceci depuis un an ou plus.
Dans le Synthesis, je retrouve, en plus, le symptôme “eye, contracted, left pupil” 2ème degré, ce qui était le cas du chien.
Note : depuis cette “guérison miraculeuse”, on m’appelle Merlin dans le cabinet où je tente de démarrer une activité purement homéopathique. C’est ça l’humour anglais !



Commentaires : recul de quelques semaines
Le chien va toujours bien. Pendant le cours complémentaire, j’ai appris que la rubrique “hectic fever” est traduit par “fièvre oscillante”.
Le dictionnaire anglais (The Oxford Guide to the English Language) parle de “with feverish activity” (activité fébrile) traduit en français (Harrap’s) comme “agité, fiévreux , bousculé, mouvementé”.
Personnellement, je compren(ds)(ais) la rubrique comme “étant vraiment affecté par une fièvre importante”, ce qui était le cas du chien. Après réflexion, je pense que mon choix n’était pas mauvais et que la rubrique pourrait avoir un large éventail d’applications, allant de la fièvre intense avec abattement important (comme mon chien) jusqu’à une fièvre intense avec beaucoup d’activité physique ou d’autres symptômes.
En regardant chez Allen et les autres auteurs classiques (EH Radar), Arg-m est seulement mentionné à “hectic fever at noon, between 11 and 12 or 1pm” (et n’était peut-être pas à sa place dans la grande rubrique mais uniquement dans la sous-rubrique “noon” comme c’est le cas).
En lançant la recherche “hectic fever” dans EH, on la trouve un peu partout associée à d’autres symptômes plus ou moins graves. Parfois cela semble vouloir dire fièvre paroxysmale dans le sens “croissante”. Peut-être faut-il retenir qu’on parle d’une fièvre qui affecte le patient ; elle a une activité fébrile sur le malade.
Si on regarde les rubriques “fever intense” et “fever paroxysmal”, Arg-m n’est pas présent. Je trouve la fièvre, exprimée par ces rubriques, un peu plus sage, mais celles-ci auraient aussi bien pu être choisies dans ce cas clinique. A ce moment, je n’aurais pas trouvé Arg-m comme remède.
Voilà un sujet qui pourrait provoquer des réponses de la part des lecteurs !

Bonjour a tous! Restez optimiste et forts interieu[…]

Covid-19 anosmie - agueusie

Bien sûr l'anosmie brutale qui est le prem[…]

La Chimie Organique pour les Nuls en deux volume[…]

Procédés de dilution

En fait je découvre que la méthode[…]