par didier
-
#48432
Intro
Je vous présente ce cas que j’ai trouvé dans une revue je trouve que c’est assez spectaculaire et on réalise qu’il n’y a pas vraiment de petits remèdes. Pour le trouver il faut être un expert de la matière médicale mais c’est l’occasion de mieux le connaître. J’ai beaucoup de similitudes avec le cheval car j’ai la même maladie c’est peut-être pour ça aussi que je le fais partager. On dit trop souvent que l’homéopathie n’est pas pour les maladies sérieuses. Une répertorisation le fait peu ressortir.


Présentation du cas:
Télémaque est un étalon Alezan né en février 85 en Lusitanie.
Je le vois pour la première fois en février 98. Mme I., sa propriétaire, l’amène de l’autre bout de la Belgique, là où la mer du nord met fin à notre plat pays.
La consultation va se dérouler pour moitié dans mon cabinet et pour l’autre, dans le parking devant la maison.

Télémaque est bien handicapé. Il souffre de COPD (chronic obstructive pulmonary disease), BPCO in french, c’est-à-dire que ses voies respiratoires s’encombrent progressivement de mucus et que la médecine orthodoxe, hormis des mesures palliatives, est bien incapable d’arrêter le processus.
De plus, notre sympathique quadrupède a un deuxième problème qui le gêne tout autant : il présente fréquemment de l’œdème important au bas des quatre membres. Pire aux postérieurs, le gonflement disparaît en prairie, après le travail. Il est aussi amélioré par la pose de bandes de repos.
Quand Mme I. fait l’acquisition de Télémaque, celui-ci a quatre ans et demi et il tousse déjà, rarement, sporadiquement, mais il tousse. Progressivement, cela s’aggrave. Néanmoins, Silicea agira correctement pendant deux ans, de cinq ans et demi à sept ans et demi ; Calcarea sulf, lui, n’a eu aucun effet.

Voilà pour le passé … Revenons au présent. L’endoscopie respiratoire récemment réalisée a confirmé visuellement ce qu’un simple stéthoscope avait révélé depuis longtemps : la trachée, mais surtout les bronches, sont encombrées de glaires.
Par trois fois, alors qu’il était chez un instructeur pour quelques mois, Télémaque a fait des crises dyspnéiques importantes.
C’est un étalon très doux, très facile, qui n’a jamais le moindre geste d’agressivité ; il n’est jamais de mauvaise humeur. « C’est la bonté devenue cheval ».
Il n’a pas peur des camions ou des tracteurs, mais il peut s’effrayer pour une broutille … par exemple, u n sac en plastique sur le chemin. Il a, par contre, une peur marquée de l’eau ; il freine des quatre fers, fait des écarts, fait n’importe quoi pour ne pas passer dans une flaque d’eau.
C’est un paresseux notoire ; il faut toujours le pousser à travailler. Pourtant, une fois en marche, cela va bien mais il faut trouver le bon bouton pour le faire démarrer.
Pour l’instant, son nez coule, mais c’est la première fois qu’on le remarque. Ses nasaux se dilatent de façon importante à chaque respiration.
Il mange lentement … mais grossit (vite !). En pâture, il prend un nombre non négligeable de kilos. Nous devons lui donner pas mal d’avoine, sinon il dormirait tout le temps. Il tousse surtout au début du travail. Sa peau est grasse et souvent couve rte de pellicules.
Quand il travaille, seuls le poitrail et l’encolure transpirent.
En prairie, il lui arrive souvent de se coucher et de dormir.
Pendant toute une période, il a refusé de sortir du box pour travailler.
Depuis toujours, quand il fait chaud, il est encore plus lent. Il est quand même plus tonique en hiver.
Il a des mouvements magnifiques, mais pas le tempérament … pourtant, une fois en marche, il est bon.
Il boit moins que les deux autres.

Dans le parking, attaché au van qui l’a amené, Télémaque est docile, calme et patient.
« Oh, en promenade, il apprécie la dernière place, mais il a peur d’être largué. Quand il rencontre des juments, il se montre ».
Ce 10/02/98, ma prescription sera Graphites 30 K qui va agir très bien pendant trois mois.
Pourtant, la XMK administrée téléphoniquement le 12/05, n’agira absolument pas sur le physique.
Lors de cette première consultation, j’écrirai en marge du dossier Puls, Carb-v, et X…

Je revois notre Lusitanien le 09/06/98.
Avec la 30 K de Graphites, son caractère a changé spectaculairement ; il avait envie de travailler, il appelait les autres, était plus vif. Pour la première fois, il s’est échappé du box pour suivre une jument en chaleur.
Cette XMK téléphonique n’agira pas sur le physique et va réduire à rien le résultat obtenu sur le mental par la 30 K ! Le cas semble même s’aggraver.
Il a refait des crises d’asthme, ne pouvait plus respirer, se couchait ; il pompait, se relevait, marchait, se recouchait … Il tousse à cracher ses poumons. Le monter est devenu impossible.
Samedi, la météo chaude et humide nous a semblé être la ca use d’une de ses crises d’asthme.
Il est plus lymphatique que jamais ; il refuse de m’accompagner ni pour aller, ni pour revenir de la prairie. Ses membres postérieurs sont gonflés. Il est trop gros ; il prend des kilos en prairie et on est forcé de l’y mettre car il y respire plus facilement.
Sa paresse est réapparue comme avant. Une fois qu’il est “réveillé”, il travaille bien, mais il essaie toujours de faire le moindre effort.
Tout est pire au démarrage, c’est la cravache et les éperons. A la fin de l’effort, il paraît plus en forme. Moi, j’arrêterais, lui pas ! Est-ce la peur de la correction ? Pour le faire avancer, les corrections doivent être sévères.
Quand on lui administre une piqûre dans l’encolure, c’est comme s’il ne sentait rien ; les autres réagissent, lui pas ! Mais c’est un comble, il a peur des tubes de granules.
Il est devenu très anxieux, il fait des écarts, il sursaute pour le moindre bruit.
La nourriture est très importante pour lui. Auparavant, il toussait au début du travail, maintenant, c’est tout le temps.
Carb-v 30 puis Sulf 30 K resteront sans effet.
par Gilles63
-
#48433
A la lecture du cas ,et vu les rem eliminés ,je pense ANT T
mais il ne me convient pas totalement
Avec une petite repert j'ai BROM en tete que je choisis
et BROM a :mouvement ailes du nez ,
amel par :exercice ,mouvement ,en mangeant ,
agg par :chaleur ,l'humide ,au repos
il a peur que quelqu'un soit derriere lui (est le dernier)
.
sinon il y a LYC qui ressemble pas mal mais est plus porté sur le foie que les reins
et IOD qui correspond pour les modalités et qui est le total contraire du cheval ;mange et boit beaucoup et maigrit
mais vu que les contraires peuvent correspondrent ,pourquoi pas IOD aussi
Avatar de l’utilisateur
par fantine
-
#48438
:-o :-o :-o :( Voilà une histoire belge qui n'a rien de drôle !
A la seule lecture du cas , n'importe qui mettrait ce cheval au repos ! Chez nous , PERSONNE ne s'avise de monter un cheval emphysémateux ( ou avec des difficultés respiratoires de cet ordre ) . Quant à dire qu'il est paresseux , sans envie de travailler , que son proprio essaye de courir avec une sangle serrée à bloc autour du thorax alors même qu'il ne peut s'oxygéner normalement , qu'il s'étouffe à moitié , et on en reparlera ...
Avant même d'administrer le bon remède , un peu de bon sens aiderait ce pauvre loulou !
Sinon , j'avais pensé à ictodes F , mais on ne retrouve pas la peur de l'eau ( ceci dit , plus de la moitié des chevaux détestent mettre les sabots dans la flotte et font des écarts pour l'éviter ; donc .. doit -on retenir ce " symptôme" ? ...
par didier
-
#48453
Merci Fantine de ton commentaire au plus près de la réalité. Oui, c'est même choquant cette insistance à faire comme si le cheval n'était pas malade.
par didier
-
#48475
Je suis pris de remords je vous préviens ne cherchez pas à résoudre ce cas parce qu'il faut pour cela changer de "crémerie". Je veux bien mettre la réponse, la démarche du vétérinaire si ça intéresse quelqu'un. Je suis d'accord pour effacer ce cas clinique si la réponse "Massiste" n'a pas sa place sur P.H. au moment de poster je n'ai pas pensé à la rubrique dérives de l'homéopathie
par didier
-
#48497
N°102 Les échos du C.L.H

solution du cas chronique vétérinaire

Marc s’améliore !


Dr Marc Brunson (Esneux)


Le 16/09/98, X 30 K est enfin administré … il traîne en marge du dossier à chaque consultation.
Le 19/10/98, l’auscultation est tout simplement parfaite ! A partir de là, Télémaque ne recevra plus que X en 30 K le 15/05/99, puis 200 K le 21/05/99.
Cela semble moins bien : X 4 CH, trois fois par jour du 29/05/99 au 01/06/99, puis en 7 CH, une fois par jour du 04/06/99 au 20/06/99, puis en 9 CH, deux fois par semaine du 14/07/99 au 05/08/99.
Depuis lors, Télémaque n’a jamais plus repris son remède. Il est en parfaite santé.

Je m’améliore. Ce cas Taraxacum n’est pas le premier que je rencontre ; j’ai en effet publié, il y a sept ans, un premier cas Taraxacum, un Siberian Husky, nommé Roscoe. Ce n’est qu’à la huitième tentative de prescription que j’avais administré le bon remède sur une mini grille de répertorisation.
Ceci dit en passant, Roscoe vit toujours et n’a jamais plus reçu d’autre remède que Tarax de temps à autre, mais à intervalle de plus en plus long.

Dans le cas de Télémaque, j’envisage de prescrire Tarax dès la première consultation. Je prescris quand même trois autres remèdes avant de me décider à administrer le bon, induit en erreur par deux pathologies marquées chez Télémaque qui, tant l’une que l’autre, ne figurent absolument pas dans la matière médicale de Tarax.
Parfois il nous faut être les pieds sur terre, parfois, à l’inverse, nous devons avoir la tête dans les nuages. C’était le cas pour guérir Télémaque.
Pas question ici de grille de répertorisation, il faut connaître le mental du remède et s’en contenter. Pas question de réussir ici, avec une grille classique.
C’est ce refrain qui revient à chaque consultation. « Télémaque est difficile à mettre en marche ; une fois qu’il travaille, cela ne pose plus de problèmes » qui, bien sûr, m’a mis sur la voie.
Voici, en quelques lignes, le résumé du travail présenté dans les Echos n°55.

1) On trouve dans le répertoire de Guy LOUTAN à la rubrique “commencer” : souffre de devoir faire l’effort de commencer à travailler = Tarax.
2) Et dans la matière médicale de Taraxacum : “indolent mais efficace une fois en route”.
3) Que dire à propos de la souche ? Qu’en Belgique, ses deux noms vernaculaires sont le pissenlit ou la chicorée, ce qui a valu à votre serviteur, des remarques virulentes de l’auditoire du congrès inter-écoles françaises de Reims, il y a plus ou moins trois ou quatre ans … « Taraxacum, ce n’est pas de la chicorée ! ! … c’est inadmissible de confondre … et patati et patata … ». Bref, soyez prudent quant à l’usage des noms vernaculaires … vous risquez une volée de bois vert !
Y a-t-il un seul homéopathe qui sache reconnaître Taraxacum le pissenlit que Larousse sème à tout vent depuis des décennies... elle, qui n’est ni jolie, ni parfumée. On la rencontre partout et tout le temps. Et on ne la voit pas ! Pourtant, elle joue, cette malheureuse ignorée, un rôle important et utile. Elle régénère le sol en en assurant le drainage vertical. Sa racine, unique et longue, sert de pompe et ramène en surface les éléments minéraux emportés par les eaux d’infiltrations et que consomment les autres plantes. Elle est ainsi au monde végétal, ce que le ver de terre est au monde animal.
Lorsque l’on veut s’en débarrasser mécaniquement, couper toutes ses feuilles ne suffit pas. La racine, à elle seule, peut reconstituer indéfiniment la plante, mais la partie aérienne constituée uniquement de feuilles, c’est-à-dire sans tige, ne peut générer de racine.
Trois choses ont frappé notre mémoire collective au sujet de cette plante :
– ses qualités diurétiques lui ont valu le nom de “pissenlit”, (cf l’urémie de Roscoe)
– la forme de ses feuilles, celui de Dandelion (dents de lion) (cf l’image de la langue de Taraxacum)
– et enfin, l’image de la dispersion de ses aigrettes emportées par le vent a depuis longtemps, frappé notre imagination (cf l’absolue nécessité d’inciter Roscoe pour qu’il bouge), (cf aussi la difficulté de mise en train de Télémaque).

Que connaissons-nous habituellement de Taraxacum, remède homéopathique ?
Quelques points d’appel très disparates :
– son tropisme hépato-digestif,
– l’aspect particulier de la langue, couverte d’un enduit blanc, se dépouillant par place (îlots rouges très sensibles), et lui donnant cet aspect en carte de géographie (tous symptômes au 3ème degré dans les répertoires),
– la froideur de la pointe des doigts,
– l’AGGRAVATION AU REPOS et l’AMELIORATION AU MOUVEMENT et à la marche, et leur corollaire, l’agitation des jambes.
Cette connaissance est-elle suffisante pour prescrire Taraxacum quand il est indiqué ?
Comme le montre le cas de Télémaque après celui de Roscoe, sûrement pas !

Dans la nature, la raison d’être de la chicorée (pardon ! du pissenlit !), n’est ni sa beauté ni son parfum, mais son activité utile, et Taraxacum semble avoir des problèmes avec “l’activité”.
Nous avons déjà vu que, comme les aigrettes de la fleur de pissenlit ont besoin d’un petit coup de vent pour être dispersées, Télémaque avait besoin, c’est le moins que l’on puisse dire, non d’un petit coup de pouce, mais d’un bon coup de pied au cul pour se mettre en route dans la vie. C’est le leitmotiv de ce dossier. On pourrait, de façon succincte, résumer Taraxacum, de cette manière : pour se réaliser, s’épanouir dans la vie, Taraxacum devrait “faire, agir”, mais il ne peut ou ne veut. S’il peut vaincre cette propre résistance, tout s’arrange.
. Voici quelques symptômes qui illustrent le problème de Télémaque et de Taraxacum :
– il peut bouger les membres, mais il a l’impression qu’ils sont comme liés ou sans pouvoir (“he can move limbs but they feel as if bound or powerless” 1-1 Hering T10 p.246);
– il est somnolent et bâille, quand il est assis (“sleepiness while sitting”, “yawning while sitting”);
– il a la peur et le dégoût du travail (“fear of work”, “loathing at work”).

Ceci l’amène à un état d’inertie étonnant (“dullness”, “indifference”, “tranquillity”).

Peut-être vit-il les petits bruits comme un rappel à l’ordre (“sensitive to noise crackling of paper”), mais surtout “starting from noise” comme Roscoe.

Ajout que l’on peut effectuer au 2ème degré dans nos répertoires.
Alors, il se remet en route (“indolence but works well after beginning” 1-1). Une fois lancé, Télémaque était infatigable.

Un vide énorme existe toujours dans les matières médicales synthétiques essentiellement physiques, - style Vannier, Boericke et consorts.
Voici ce que j’écrivais en septembre 97 : A quand une matière médicale synthétique du mental des remèdes ? C’est une tâche à laquelle le monde uniciste actuel s’est attelé depuis quelques années. Les choses bougent; elles bougent vite, même et, dans peu d’années, nous disposerons, c’est sûr, de matières médicales synthétiques où le mental sera cohérent, et non plus constitué de quelques bribes éparses, peu utilisables.

En fait, depuis que les idées nouvelles de Paschero sur les miasmes ont ouvert la voie à Masi pour entreprendre la relecture de la matière médicale suivant sa façon particulière, et que, dans la foulée, la relecture a continué à la fois de cette manière, mais aussi, en plus, en utilisant comme base de réflexion, la technique de l’individualisation de la souche, un plus grand nombre de remèdes est de mieux en mieux connu, malheureusement cette connaissance reste éparpillée ici et là dans tel ou tel périodique ou dans tel ou tel recueil de congrès, et de surcroît, parmi ces articles, certains sont longs, leur but didactique visant plus à expliquer la méthode utilisée pour relire la matière médicale que de livrer purement et simplement une synthèse facile à retenir (c’est un départ personnel que je décris là !).
Encore un peu de patience, les outils homéopathiques (matières médicales et ensuite les premiers répertoires, oublions Woodward, le marginal), évoluent déjà pour se retrouver en adéquation avec les objectifs conceptuels que Paschero, puis Masi, nous ont fixés en parlant de remèdes pour la vie.
#48539
Très intéressant !
Les modalités et la symptomatologie indiquent clairement un état sycotique, et bien entendu l'amélioration par le mouvement, les glaires, etc, tout ceci n'est en rien caractéristique du médicament mais seulement de l'état sycotique, du miasme chronique.
Ma première réflexion allait vers Pulsatilla tout simplement. Même la paresse à ce degré est couverte par Pulsatilla:

DÉGOUT
travail, du : (1)arg-n., (1)arn., (1)calc., (1)hyos., (1)kali-c., (1)nat-m., (1)petr., (2)puls., (1)ran-b., (2)sil., (1)sulph., (1)tab.1, (1)tarax.

La somnolence est aussi une caractéristique majeure de Pulsatilla.


Je prends dont acte de Taraxacum très joliment prescrit mais je voudrais avoir plus de recul, car à ma connaissance c'est surtout un antituberculeux. Qu'est devenu le cheval?
par Gilles63
-
#48540
Je viens de trouver cette rubrique ou TARAX est seul (ajout de Calvin Knerr):
PSY/PARESSE/mais travaille bien une fois lancé
et TARAX est dans : l'hydropisie externe suite de pb de foie
si j'avais était plus precis dans les rubriques de ma repert ,TARAX serait apparu
par Emile
-
#48542
Gilles63 a écrit :Je viens de trouver cette rubrique ou TARAX est seul (ajout de Calvin Knerr):
PSY/PARESSE/mais travaille bien une fois lancé
et TARAX est dans : l'hydropisie externe suite de pb de foie
si j'avais était plus précis dans les rubriques de ma répert ,TARAX serait apparu
Cette rubrique était déjà citée comme une des trois dans la section MIND du Hering (niveau 1):
| Undecided, shunning labor, but after beginning, works well.
Le Hering évoque la sycose pour ce remède à la section peau (niveau 2):
|| Unhealthy, pimply, sycotic skin.
C'est Hahnemann lui-même qui a introduit et dirigé le proving du médicament Taraxacum !
#48579
Oui il ne peut pas y avoir de valorisation générale faute de sous rubriques. Cependant on pourrait introduire un petit symbole pour signifier un degré anormalement élevé pour un médicament en fonction de sa fréquence dans le répertoire.

J'en profite pour redemander des détails car je ne crois plus à ces prescriptions miracles; Prises? Quantités? Dynamisation? Signes pathogénétiques? Délai d'action? Répétition???

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01165233/docu[…]

Châtaignier - maladie de l'encre

Je prendrais plutôt la rubrique "pieds […]

Présentation

Bonjour, je m'appelle Patrick je fais de la Micro-[…]

Nouveau membre : Fori !

Bonjour, Je suis très intéress&eacut[…]