par Emile
-
#57309
Le sujet était une dame âgée de 75 ans qui fut soudainement atteinte d'une maladie d'estomac et de vomissements de sang en grande quantité ; puis il y eut des selles sanglantes, qui furent d'abord profuses, devinrent ensuite moins abondantes et composées d'un mucus sanglant. Il y eut beaucoup de ténesme et de douleurs intestinales. — Aconit, Mercurius, Nux vomica, Ipéca, Hamamelis et Sulfur, furent tous essayés et choisis aussi bien que je savais le faire à cette époque, mais je n'obtins aucun soulagement, et, au bout de douze jours, ma malade tomba si bas qu'elle ne pouvait pas lever la tête de sur l'oreiller. Le nombre des selles était de 65 en 24 heures ! les douleurs, le nombre des selles, tous les symptômes, étaient aggravés du coucher au lever du soleil.

Durant toute cette maladie, la pauvre vieille avait été si incommodée par l'odeur de la cuisine qu'elle avait été obligée de fermer les portes entre sa chambre à coucher et la cuisine qui en était séparée par de grandes chambres.

Je ne savais pas aussi bien ma Matière médicale que maintenant, je ne fis pas attention à ce symptôme, et je ne savais d'ailleurs pas quel remède le possédait. Mais j'avais mon Manuel de Matière médicale de Lippe dans ma voiture, j'allai le prendre et m'assis auprès du lit, déterminé à chercher et à trouver ce symptôme particulier et persistant. Je commençai par Aconit et lus tous les symptômes de l'estomac de chaque remède, jusqu'à ce que je le lus en toutes lettres sous XXX. Je cherchai ce remède dans ma boîte de médicaments, mais il n'y était pas et j'étais à quatre milles de ma maison. J'avais une boîte des 200° atténuations de Dunham sous le siège de ma voiture où elle était depuis plus d'un an, mais je ne l'avais jamais employée, n'ayant aucune confiance dans les hautes atténuations. L'administrer était cependant ce que j'avais de mieux à faire pour le moment. Je fis fondre quelques granules dans un demi-verre d'eau froide et je prescrivis d'en administrer une pleine cuillerée à thé après chaque selle.

En retournant à ma demeure, j'arrêtai mon cheval deux ou trois fois ayant envie de retourner vers ma pauvre malade et de lui donner quelque médecine. Je me sentais coupable, mais je me disais : c'est bien dans la Matière médicale de Lippe, et j'ai employé des atténuations de Caroll Dunham ; il y a indication très nette pour l'administration de XXX et les autres symptômes ne le contre-indiquent pas. Je rentrai donc chez moi, mais j'en partis de bonne heure le lendemain matin pour faire amende honorable de mon imprudence de la veille (si ma cliente n'était pas morte). Imaginez ma surprise, lorsque j'entrai dans la chambre de la malade et que celle-ci, tournant lentement la tête sur l'oreiller, me dit avec un sourire: Good morning, Docteur ! et les jours précédents j'avais constamment été accueilli par des gémissements. Je me sentis mal moi-même, et je tombai sur une chaise près du lit.

• Vous semblez mieux, lui dis-je?

• Oh ! oui, Docteur.

• Combien avez-vous pris, de la dernière médecine?

• Deux doses.

• Comment, deux doses seulement ?

• Oui, et je n'ai eu que deux selles après votre départ.

Elle ne prit rien de plus, se rétablit rapidement et fut parfaitement bien pendant 5 ans: finalement, elle mourut à 80 ans.

Je n'eus jamais plus forte surprise et fut convaincu malgré moi. Depuis j'ai guéri plusieurs cas de dysenterie d'automne avec ce remède à la même atténuation et d'après la même indication.

Alors qui va réussir à trouver XXX sans consulter son Lippe ?
par annick
Membre d'honneur
#57310
Colch ?

Sensibilité aux odeurs
GE : ÉVANOUISSEMENTS, défaillance, lipothymie / odeurs, suite d' / aliments qui cuisent : (3,3)colch., (1,1)ip.
Diarrhée de l'automne
Vomissements sanglants
Selles sanglantes
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#57311
Sympa Emile, merci.
J'espère que ce quizz donnera l'envie de lire davantage l'auteur class de ce classique, le restant vaut vraiment la chandelle pour débuter, mais pas seulement !
par Gilles63
-
#57318
dans les rem de gene par odeur de cuisine ,il y a STANN qui me fait tilt en 1er vu que qu'elle fut clouée au lit en douze jours (vu que IP n'est pas le bon)
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#57321
J'ai le Nash (principes...). Donc je ne répondrai pas! :D
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#57323
J'avoue que c'est ce texte (et d'autres dans le même bouquin) qui m'a convaincu de l'approche hahnemannienne. On voit là un vrai médecin, qui tient le bon symptôme, mais qui ne connaît pas encore suffisamment sa MM, qui va prendre du temps pour rechercher le remède. Et de plus, être convaincu de l'efficacité des 200èmes.
On ne peut rester indifférent à la démarche !
par didier
-
#57324
Bonjour,

Ce dont je suis sûr c'est que j'ai déjà lu ce texte, cette histoire tellement étonnante. Je crois me souvenir du remède donné ... je vais faire comme Jean pour laisser chercher ceux qui ont envie de participer à ce quiz.
Avatar de l’utilisateur
par cyril.sf
Diplômé PH
#57325
bonjour à tous
COLCHICUM pour l'hypersensibilité aux odeurs de cuisine, l'aggravation nocturne et l'aspect dysentérique .
Médicament d'hypersensibilité en général sur lequel je me suis beaucoup penché pour une patiente qui avait des vomissements en début de grossesse ( je faisait fausse route pour cette patiente, mais j'ai bien appris sur ce remède ) ;)
par Yohann
-
#57326
Oui, Colch semble effectivement si bien correspondre...Et pourtant, peut-on renoncer à un degré si terrible d'épuisement, proche de l'évanouissement, après les selles ?...

Je n'ai trouvé que Ars répondant à la modalité:

ÉVANOUISSEMENTS, défaillance, lipothymie
 diarrhée/après

Le reste me semble aussi correspondre.
par annick
Membre d'honneur
#57327
Yohann a écrit : 19 oct. 2018, 13:24 Oui, Colch semble effectivement si bien correspondre...Et pourtant, peut-on renoncer à un degré si terrible d'épuisement, proche de l'évanouissement, après les selles ?...
Chez une femme de 75 ans après 12j de dysenterie la fatigue me semble faire partie de la maladie
Ici je ne crois pas qu'il y ait évanouissement mais une très grande faiblesse

Colch est dans les rubriques : faiblesse dans le choléra, faiblesse pendant la selle, après la selle
par Yohann
-
#57328
Relier ce terrible épuisement uniquement à la fréquence des selles et à son âge avancé reste également dans le domaine des hypothèses.

Kent parle de terrible degré d'épuisement pour Ars et pas uniquement d'évanouissement.

Dans le répertoire, Colch n'apparaît pas dans cette modalité à ce degré, seul Ars y demeure.

D'autre part, puisqu'elle est arrivée à ce point de ne plus pouvoir se lever du lit, je me demande, sans vouloir trop m'avancer, si ses selles ne lui sortent pas aussi involontairement, vu leur fréquence et le fait qu'elle soit constamment allongée, ce qui renforcerait Ars tel que le décrit Kent. Tout cela est donc à vérifier beaucoup plus sérieusement. ;)
par didier
-
#57329
Il faut surtout attendre la réponse de ce cas clinique. Personnellement je pense que la réponse donnée par Annick convient tout à fait.
Ici c'est l'aggravation par les odeurs de cuisine qui fait choisir Colchicum, même si l'état clinique de la patiente peut indiquer ARS étant donné la gravité.
Souvent c'est un petit détail qui va faire pencher la balance.
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#57330
Yohann a écrit : 19 oct. 2018, 14:48 Relier ce terrible épuisement uniquement à la fréquence des selles et à son âge avancé reste également dans le domaine des hypothèses.

Kent parle de terrible degré d'épuisement pour Ars et pas uniquement d'évanouissement.

Dans le répertoire, Colch n'apparaît pas dans cette modalité à ce degré, seul Ars y demeure.

D'autre part, puisqu'elle est arrivée à ce point de ne plus pouvoir se lever du lit, je me demande, sans vouloir trop m'avancer, si ses selles ne lui sortent pas aussi involontairement, vu leur fréquence et le fait qu'elle soit constamment allongée, ce qui renforcerait Ars tel que le décrit Kent. Tout cela est donc à vérifier beaucoup plus sérieusement. ;)
Bonsoir Yohann,
j'observe depuis un moment tes commentaires et posts sur le forum, notamment tes réponses aux quizz. Permets moi s'il te plaît de t'adresser quelques remarques, en toute sympathie.

Tout d'abord tu fais, toi le premier, beaucoup trop d'hypothèses, peut-être sans même t'en rendre compte. Tu en fais la démonstration ci-dessus. On a tous tendance à en faire malheureusement, et surtout à préférer nos propres hypothèses, parce qu'elles nous plaisent davantage que celles des autres. Ce n'est pas un reproche compte tenu de ton niveau d'avancement des cours, mais tu dois te garder d'en faire trop, discipliner ton esprit actif, et te concentrer sur l'essentiel, autrement cela va vite te jouer des tours car en homéopathie il s'agit d'un écueil majeur. Je recopie ici les paroles de Hahnemann :
"Il faut alors imposer silence à l'imagination s'abstenir des conjectures, éviter les interprétations, les explications, les spéculations." C'est un extrait de l'observateur en médecine, un petit texte que j'ai recopié sur le forum il y a peu.
Ces paroles de Hahnemann sont bien sûr à replacer dans le contexte de son époque, où les théories spéculatives des courants médicaux fleurissaient, qui l'amena à découvrir l'homéopathie et à la développer. Un exercice intéressant consiste à lire quelques pages des manuels de médecine des contemporains de Hahnemann qu'on peut trouver sur internet, pour se faire une idée de leur mode de pensée et de leur raisonnement (j'avoue pour ma part que parfois c'est vraiment abscons). Qu'opposer à cela sur le plan homéopathique de nos jours ? Déjà la simplicité et le bon sens. Tu dois en premier, quand cela est faisable, déterminer quels symptômes tu peux raccorder à la maladie sans prendre trop de risque. Ces symptômes sont la plupart du temps, et notamment dans les hauts niveaux de santé, sans réel intérêt homéopathique. Je t'assure qu'aucun médecin ne considérerait sérieusement la fatigue de cette patiente, comme n'étant pas le résultat de la maladie après douze jours de douleurs et des dizaines de selles toujours sans soulagement qui l'affaiblissent de plus en plus. Souviens toi aussi du principe du rasoir d'Occam qui peut t'aider à hiérarchiser les symptômes.
Par ailleurs dans ton désir de corroborer Arsenicum album tu sélectionnes par extrapolation une rubrique qui n'a rien à voir avec le cas.

Nash, quand il est confronté à ce cas, probablement dans les années 1870, même s'il utilise pour la première fois une 200è, n'est pas un débutant à proprement parler. Je peux t'assurer qu'il connaît relativement bien la matière médicale d'Arsenicum album, compte tenu de l'enseignement qu'il a reçu. On s'attendrait à ce que ce remède ait été essayé, c'est quasi un classique auquel on pense systématiquement. S'il ne l'a pas prescrit, c'est parce que rien ne l'indiquait. chez Arsenium album la faiblesse, voire l'épuisement, survient rapidement, on réalise que ce n'est pas tout à fait le cas ici. La matière médicale de Lippe que Nash consulte, tu la trouveras ici :
http://www.homeoint.org/seror/lippe_text_book_mm/
Il ne te reste qu'à faire comme Nash, et vérifier pour ton propre compte à Arsenicum ce qu'il a dû rechercher page par page, dans la rubrique Appetite and Taste.

C'est bien d'envisager plusieurs remèdes, et notamment des polychrestes en premier, qui nous tirent d'affaire dans bien des circonstances. C'est encore mieux ensuite si tu peux les comparer pour un symptôme donné. C'est bien de chercher toujours si on a pas mieux et de défendre son choix (sous réserve de ce que j'ai dit plus haut). Mais ici, ce qui perturbe Nash, ce n'est pas la fatigue, c'est ce fameux symptôme caractéristique, extérieur (a priori) à tout lien de cause à effet physiologique ou physiopathologique, que le patient crie depuis le début de sa maladie, inchangé en dépit de l'administration des autres remèdes administrés précédemment, ce qui renforce d'autant plus sa valeur. Nash sait tout cela, il sait qu'il doit placer ce symptôme, qui existe par lui-même si je puis dire, au dessus de tous les autres et baser sa prescription dessus en trouvant un médicament qui le possède dans sa matière médicale. Il est embêté parce qu'il sait qu'il doit rechercher "un plus petit" remède, moins connu de lui, mais il n'a pas le choix. Emile pour faire plus court n'a pas cité le préambule que Nash fait avant de présenter son cas. J'espère que tu iras le rechercher, et que tu le liras en langue anglaise, car la traduction française a appauvri son texte, c'est souvent le cas . Les symptômes dans le texte original anglais sont exprimés avec plus de clarté et de précision. Dans le répertoire tu dois bien comprendre que très souvent un symptôme donné d'un remède va être découpé en plusieurs rubriques, cela afin de faciliter l'utilisation du répertoire et pour des raisons de classifications et de regroupements. Par exemple tu retrouves bien Ars. au 3° dans la rubrique odorat/hyperosmie, sensible à l'odeur/des aliments, mais il manque la nuance que ne t'apporte pas le texte en français. Le résultat est que celui-ci a moins le mérite de nous faire creuser les méninges. :-)

J'espère que tu utiliseras pour la suite à bon escient ces éléments de méthode, et en tout cas, garde ton esprit alerte et critique !
par Yohann
-
#57334
Bonjour Athelas,

Je ne sais trop comment vous remercier d'avoir tant investi dans cette reponse si detaillee. J'en suis meme, pour ma part, tres gene, il ne fallait pas tant vous deranger...

Je ne peux que vous envoyer un tres grand MERCI et vous promettre d'en tenir compte a l'avenir...Du moins d'essayer...

L'Homeopathie authentique et ses fideles representants sont surement tres fiers de votre patience et de votre souci de perfection jusqu'aux plus petits details.

Un texte de ce genre, a mon humble avis de debutant, repousse beaucoup de reticents et d'hesitants en tout genre et il est surement beaucoup plus efficace que beaucoup d'autres reponses chargees de colere, que j'entends malheureusement trop souvent, bien inutiles et ne faisant que raviver la flamme de l'opposition.

S'efforcer de montrer les bienfaits de la reelle Medecine en guise de reponse aux attaques non fondees, comme vous le faites, vous et vos collegues, demeure la seule et unique maniere de convaincre les personnes qui ne prennent pas encore conscience de l'importance de la decouverte et de son influence capitale sur la sante.

Ceci etant, puisque vous m'encouragez parallelement a ne pas renoncer a la bonne critique constructive, permet moi de douter encore de l'originalite de la modalite de depart de notre cas supposee par la majorite des participants a ce cas clinique.

De la meme maniere que vous me rappelez a l'ordre concernant l'etat d'epuisement de cette pauvre dame que l'on ne doit pas prendre en compte ici, je ne peux me retenir d'objecter concernant cette fameuse sensibilite d'odeurs de cuisine qui s'est developpee chez cette pauvre dame depuis le debut de sa maladie, constitue t-elle vraiment, quant a elle, une modalite si inusee que cela ? N'est il pas comprehensible dans notre cas, qu'une telle dame, d'un age avance, baignante dans tant de selles et de vommissements de sang et de mucus toute la journee, souffrante de tant de douleurs au ventre, s'inccommode tant des cuissons et tente de s'en y eloigner comme la peste ??? Une simple indigestion suffit parfois , on le voit bien, a nous eloigner completement de toute odeur de friture etc...

Ce symptome constitue t-il donc vraiment ici la fameuse modalite de depart ou "CRABE" comme elle est communement surnomee ?

Permettez moi d'en douter.

Encore une fois merci Athelas pour tout votre investissement !

Sur le conseil de Clo, j'ai essayé de fai[…]

Avant de diffuser ce post j'ai fait une recherche […]

Il n'y a aucun souci Jen , c'est une mépris[…]

Présentation

Bonjour Patrick Suis très content de t'accu[…]