#64296
L. est une femme de 39 ans, douce, hypersensible ++, allant au bout de ses convictions.

Cela fait environ un mois et demi qu’elle souffre d’une très forte douleur à l’index gauche irradiant jusqu’à l’épaule.

Tout a commencé alors qu’elle peignait les murs de son salon. En s’acharnant énergiquement à démonter son vieux rouleau de peinture, en dépit des recommandations de son mari, elle se fait très mal au bout de l’index gauche en serrant et tirant au delà de ses forces le vieux manche en bois usé. La douleur intense est pressive. Elle ne remarque cependant aucun signe extérieur apparent.

Environ 20 min plus tard, elle ressent pourtant subitement une douleur piquante au bout de l’index gauche qu’elle trouve maintenant enflé. Elle décide d’examiner son doigt de plus près. Elle explore donc le bout de son doigt, à l’aide d’une aiguille, espérant extirper peut-être une écharde qui se serait logée sous la peau à son insu. Sans succès. Elle ne trouve strictement rien.

Le lendemain matin, au réveil, elle ressent, une nouvelle douleur intense qu’elle qualifie de rhumatismale. Démarrant au bout de l’index gauche, elle traverse la paume, le poignet, pour remonter et longer le bras jusqu’à atteindre l’épaule.

L. est agitée intérieurement. La nuit, ne trouvant point de position confortable, il lui arrive parfois de rester éveillée jusqu’au petit matin. La zone douloureuse est sensible au moindre mouvement, à la moindre pression.

A l’examen, son médecin ne remarque rien de particulier si ce n’est qu’une légère tuméfaction de la paume. Il lui prescrit 8 jours d’antibiotique et l’envoie chez le chirurgien pour un examen plus poussé.

L. arrive chez le chirurgien avec la même douleur rhumatismale irradiante intense après l’échec du traitement antibiotique. Seule l’eau chaude, si possible, brûlante, la soulage. Le spécialiste ne remarquera rien de plus que le médecin. Il exclura l’intrusion d’un corps étranger qui serait à l’origine de cette douleur rhumatismale remontant jusqu’à l’épaule. Il lui propose d’ailleurs d’effectuer une échographie de toute la région douloureuse pour confirmer son diagnostic et la rassurer.

L’échographie ne montrant finalement rien d’anormal, il la libère en lui prescrivant, au préalable, un antalgique. L. quitte le chirurgien soucieuse, préoccupée, elle n’est pas convaincue. En effet, l’antalgique ne calmera pas sa douleur.

Désespérée, L. me demande de lui trouver d’urgence un remède homéopathique qui pourrait enfin soulager sa douleur.

Je lui propose de tenter X.
La réaction est pratiquement immédiate.
La douleur rhumatismale irradiante disparaît complètement et définitivement en quelques heures.

Une tuméfaction légèrement rouge, dure et douloureuse apparaît cependant près du poignet gauche. De même, le bout de son index gauche est enflé et lui fait mal. Une douleur piquante, aggravée à la pression, très proche de celle qu’elle a ressentie le premier jour.

L. me contacte paniquée. Je tente de la calmer et lui propose de poursuivre dorénavant le traitement sous forme de frictions.

Quelques jours après, plus de traces de tuméfactions ni de douleurs.

J’ai eu récemment L. au téléphone, elle se sent à merveille. Elle a repris ses activités et dort enfin la nuit d’un sommeil profond.

Quel est donc le remède X qui a libéré L. de cette mystérieuse douleur ?
Anne aimais cela
#64302
L'intitulé du cas évoque "une douleur rhumatismale " . Je ne comprends pas trop ce qui permet de la qualifier de " rhumatismale " , puisqu'on retrouve une étiologie mécanique avec un mode d'apparition brutal . ( ? ) -
Sinon , je serais tentée de proposer " silica "
- Cause : effort physique
-Esprit obstiné ( 2 )
- hypersensibilité
-douleur doigt piquante ( 2 )
- l'irridiation verticale
- douleurs déchirantes poignet - paume
- douleur épaule ( 2 )aggravation par la pression ...

- Amélioration par la chaleur ( pas autant que " ars " c'est vrai .. )

Et en plus , silica est un grand remède de ... rhumatisme pour le coup .. ;)
Anne aimais cela
#64303
Moi je voyais Silicea, parce qu'il semble qu'une petite écharde de bois
se soit tout simplement logée dans le bout du doigt.
Avec Sil., elle revient près de l'endroit où elle est entrée....
Je me fais peut-être juste une petit histoire....
Anne aimais cela
#64305
Pardon j'ai lu trop vite.

Alors j'opte pour Ars qui a cette douleur qui remonte à l'épaule.
Elle a bien cette agitation la nuit....

Et comme je me raconte encore une histoire, peut-être y avait-il
un vieux reste de peinture au plomb sur son vieux pinceau ?
#64306
Mieux vaut s'en tenir à la description exacte du cas . Sinon , on peut imaginer tout et n'importe quoi , et on va dans le mur !
On comprend sans équivoque possible que c'est sur un effort trop important et prolongé que cette dame s'est blessée . ( oui , elle semble " déterminée " , voire têtue ? ...
#64307
Exit silica à la réflexion - quelque chose cloche dans l'amiance du cas . La " douceur " n'est sans doute qu'apparente , et le caractère bien trempé . Elle fait ici les choses en force et brutalement . Cette idée est mentionnée chez Arsenicum par Boenninghausen : " Mad brutal obstinacy " - Et bien sûr cette surprenante amélioration par des applications quasi brûlantes ( sur kek' chose de déjà trés enflammé ) . Cette modalité particulière évoque trop facilement arsenicum , et on peut flairer le piège , mais ici , il semble finalement justifié ..
Agnes ASTIER aimais cela
#64313
Ars recouvre bien cette histoire de douleur irradiante vers l'épaule, l'amél par le chaud, l'inquiétude
J'envisagerai aussi Hyper pour cette douleur névralgique, algique
Mais je crois finalement que je donnerai Silicea, douleur piquante, amél par le chaud, rayonnante, et bien que personne n'ai vu d'écharde persiste le doute, ou bien il y a eu écharde, et la douleur persiste même si elle est sortie...
Belladonna, Gilles63, Agnes ASTIER et 1 autres aimais cela
#64340
Je penserais à Hyper.
Cas aigu donc importance du facteur étiologique
Étiologie d'hyper : traumatisme des régions riches en nerfs sensitifs en particulier les doigts (doigts écrasés).
< effort ("tirant au-delà de ses forces).
Héring : Mechanical injuries, wounds by nails or splinters in feet ; needles under nails ; squeezing or hammering of toes and fingers ; when the nerves have been lacerated, wounded, or torn, with excruciating pains.
Élancements le long des nerfs ce qui pourrait expliquer l'irradiation à l'épaule, douleur irradiante.
< mouvement.
Par contre je ne couvre pas la modalité > chaleur. De plus pour hyper, on parle d'élancements piquants, de douleurs lancinantes le long des nerfs ce qui n'est pas décrit ici ??? :cry:

Je n'avais pas pensé à silica mais peut-être pour les raisons évoquées par les uns et les autres. Dans le synoptic, sensation écharde.

J'donne ma langue au chat ;)
#64350
En première intention, je penserai aussi hyper pour le traumatisme du doigt, douleur intense névralgique.

Par contre, Amel par la chaleur, l'agitation la nuit et l'irradiation à l'épaule : ARS si hyper ne fonctionne pas :)

comme dit VeroB ce sont les KN qu'on a, pas cell[…]

quelle rubrique ? ...

TH : PALPITATIONS cardiaques / audibles : CHT : P[…]

sans faire compliqué : arnica pour oed&egra[…]

J'ai lu très vite et en diagonale.... L'&ea[…]