#58859
Cher Dr Broussalian, je vous dois une fière chandelle, car grâce à votre travail et votre dévouement, j'ai eu le bonheur non seulement de guérir d'un eczéma rebelle mais de voir ma santé s’améliorer considérablement et surtout d'apprendre ce qu'est vraiment l'homéopathie.

Cette présentation est un peu longue, mais je pense qu’elle pourrait être utile à ceux qui désireraient savoir ce qu’est vraiment l’homéopathie.

Je ne suis pas médecin et ne travaille pas dans le secteur de la santé bien que j'ai eu (et ait encore) l'occasion de travailler pour et avec des médecins, tous allopathes.

Je suis de la même génération que vous ; j'ai été confronté suffisamment de près à deux scandales médicaux pour comprendre à quel point l'industrie pharmaceutique est prête à tous les moyens pour asseoir sa dominance et éliminer tout ce qu'elle considère comme un ennemi.

Je n'ai donc pas été surpris d'apprendre par la lecture de vos livres l'histoire de la prise de contrôle de l'homéopathie par l'industrie pharmaceutique. La situation contemporaine montre que la réussite de celle-ci est presque totale. Ce seul fait est pour moi une preuve suffisante de l'efficacité de l'homéopathie compte tenu des deux expériences similaires précitées.

J'avais eu connaissance de votre travail de ré-information il y a environ quatre ans par la rencontre fortuite du site YouTube de Planète Homéo. A l'époque, je n'avais pas d'à priori sur l'homéopathie malgré une première tentative ratée de traitement homéopathique qui m'avait été prescrit par un médecin allopathe, il y a de cela au moins une trentaine d'année. Je sais maintenant grâce à vous que cette prescription ne pouvait qu'échouer, puisqu'elle était établie selon la "méthode allopathique" : plusieurs médicaments par jour à doses constantes. Je me souviens aussi que ces médicaments devaient être pris à heures fixes. Vous connaissez ce scénario mieux que moi. Excédé par la complication du traitement et l’absence de résultat, j'arrêtais celui-ci avant le terme prescrit. Une pareille méthode, si elle est inefficace d’un point de vue thérapeutique est certainement efficace pour détourner un patient de l’homéopathie.

C'est donc le visionnement de quelques-unes de vos vidéos et la lecture de quelques-uns de vos articles il y a cinq ans qui ont commencé à stimuler un regain d'intérêt pour l'homéopathie que je considérais comme trop difficile à aborder pour un profane. J’achetais même une traduction en anglais de la cinquième édition de l’organon car je ne pouvais alors pas acheter vos livres. La structure du livre est déroutante : elle est organisée en paragraphes qui ne semblent pas reliés les uns aux autres à première vue (peut-être est-ce voulu pour forcer l’attention du lecteur afin d’assurer la compréhension de l’œuvre ?)
Les aléas de la vie m’ont ensuite rapidement empêché de continuer l’exploration de ce territoire qui m’était encore quasiment inconnu. Mais vous allez voir que cette première prise de contact avec votre travail aura été déterminante pour ma troisième rencontre avec l’homéopathie.

En effet, je suis sujet à un eczéma atopique depuis des années, toujours aux niveaux des deux tibias et qui se manifeste en général en été et par temps chaud. Un simple effleurement de la peau suffit alors pour déclencher le phénomène. Il disparait habituellement spontanément au bout de quelques jours ou semaines, jusqu’à l’été dernier ou pour la première fois cet eczéma était nettement aggravé. Alors que les fois précédentes la peau rougissait à peine, sans vésicules visibles avec une démangeaison supportable, cette fois-ci les démangeaisons étaient intenses, constantes et de nombreux vésicules rougeâtres et épais étaient apparus, avec une extension aux chevilles. Au bout de deux semaines, la situation ne s’était guère améliorée. Pourtant, je n’avais pas l’attention d’aller consulter un médecin allopathe sachant quelle aurait été la solution proposée : corticoïdes, plus que probable. Le peu que j’avais appris par votre site Internet m’est revenu à la mémoire et je décidais de chercher sur Internet un remède homéopathique. J’en trouvais en effet un sur un site consacré à l’eczéma : staphysagria ; l’article disait qu’il était « le remède par excellence de l’eczéma » ce qui n’a aucun sens du point de vue homéopathique, mais je n’en savais rien à l’époque. Le dosage n’était pas indiqué ; je trouvais une indication sur un site de vente de parapharmacie : 3 à 5 granules par jour. Recommandation là aussi sans fondement valable, mais que j’adoptais par ignorance. J’allais en subir les conséquences par la suite.

J’achetais donc le médicament (15CH) en pharmacie et prenais une première dose de cinq granules. Et là le choc : les granules avaient à peine touché la langue que les démangeaisons qui ne cessaient pas depuis deux semaines disparurent presque entièrement et instantanément. Le lendemain, les démangeaisons s’intensifiaient à nouveau et l’aspect de la peau montrait une légère amélioration. Je prenais une nouvelle dose et constatait à nouveau le même phénomène : forte diminution instantanée des démangeaisons. Stupéfiant : je n’avais jamais ressenti une pareille vitesse d’action. Les jours suivants je répétais la prise de la dose et m’aperçus que l’eczéma s’étendait à d’autres zones du corps : dos de la main droite, le long de la clavicule droite avec extension au cou. L’aspect de la peau à ces endroits était différent : pas de vésicules, une simple rougeur et cette sensation urticante aggravée par le moindre contact. Je ne savais pas à l’époque que c’était le résultat de l’aggravation homéopathique et que j’aurais du cesser la prise du remède. Je vidais ainsi l’équivalent de deux tubes de granules. Malgré cela, l’eczéma a fini par disparaitre progressivement et complètement dans les semaines qui suivirent, et le meilleur était à venir.
Je pensais alors être débarrassé de cet eczéma pour longtemps, mais quelques semaines plus tard : réapparition de celui-ci, toujours devant les tibias. L’aspect de la peau était légèrement aggravé : vésicules en forme de croix et légère desquamation.
Cependant, les démangeaisons étaient supportables. Je reprenais le même remède mais cette fois-ci les démangeaisons ne s’atténuaient plus avec la prise du remède. Je décidais donc d’arrêter le remède après quelques jours. Cet eczéma « secondaire » a fini lui aussi par disparaitre lentement en quelques semaines. Après cette expérience édifiante, je me procurais le mois dernier vos livres de cours, ainsi que celui traitant des niveaux de santé et enfin les « Synoptic ».

Je disais que le meilleur était à venir : le mois dernier je me suis rendu compte que mon état de santé s’était amélioré et continue de s’améliorer à ce jour. Certaines douleurs musculaires chroniques ont disparues, l’aspect de la peau s’est amélioré, l’hypertension qui s’était installée depuis une dizaine d’année est aussi en recul. Au point de vue émotionnel et mental : l’irritabilité est en forte diminution, la capacité de concentration est améliorée. Le plus spectaculaire est peut-être l’’effet sur la vue : j’avais de plus en plus de difficulté à lire avec les symptômes de fatigue visuelle habituels : sensation de brûlures aux yeux, larmoiement, conjonctivites à répétition. Tous ces symptômes ont disparu avec l’amélioration de l’acuité visuelle. L’œil gauche présentait aussi une distorsion du champ visuel qui est maintenant en forte diminution. J’ai l’impression que la vue continue à s’améliorer lentement, et cela plusieurs mois après l’arrêt du remède. Autrement dit j’ai récupéré l’état de santé qui existait il y a une dizaine d’année (Vous n’aviez pas dit que l’homéopathie c’est aussi une machine à remonter le temps !)

Après l’étude des livres (je n’ai pas terminé celle du volume 2), la visualisation à nouveau de vos vidéos sur YouTube, je peux dire que cette expérience est une confirmation à posteriori de l’efficacité de l’homéopathie et de ses principes :

- Le hasard ou plutôt la Providence a voulu que le remède sélectionné était probablement un simillimum ; j’ai en effet constaté que la description des symptômes dans le « Synoptic 1 » correspond très bien à ma personnalité (ajoutez une pincée de silica pour compléter le tableau…)

- L’aggravation du symptôme morbide (eczéma) et le déclenchement du processus de guérison non seulement de celui-ci mais de l’ensemble de l’économie et pendant une période de plusieurs mois

- L’aggravation excessive du symptôme morbide suite au dosage bien trop important du remède

La méthodologie en homéopathique n’est pas sans rappeler les enquêtes de l’inspecteur Colombo : amener le patient à dévoiler le détail qui semble insignifiant et qui pourtant peut révéler la solution.

Je continue les cours et j’espère pouvoir aider aussi quelques malades ; en fait j’ai déjà commencé à proposer
un médicament en dose liquide et un en dose sèche pour deux cas différents ; deux amis qui ont bien voulu jouer le rôle de « cobaye ». Je sais que ce n’est pas raisonnable vu mon manque de formation et une expérience quasi-inexistante ; les premiers résultats sont cependant très encourageants bien que je rencontre déjà des difficultés.
Cela n’a été possible que grâce à votre admirable travail et votre dévouement à la recherche de la vérité.
Pour cela, on ne vous en remerciera jamais assez.
Agnes ASTIER aimais cela
#59013
Bonjour Tonino
Mes excuses pour le retard, j'ai été en voyage.
Je suis très touché par vos commentaires et surtout vos éloges imméritées, je ne peux pas et ne veux pas être comparé à Hahnemann qui a infiniment plus souffert que n'importe qui ici. Mais c'est sûr que cela fait très plaisir de voir que les graines semées germent ! Donc mille mercis d'être maintenant à bord.

https://www.molotov.tv/fr_fr/p/239021-49/axel-au-[…]

Un très beau cadeau

Je rappelle qu'on est là pour parler Homeo […]

Bonjour

Bienvenue sur la Planète Homéopathie[…]

Nos bons sénateurs donnent un coup de main […]