Défendre l'homéopathie véritable : une lutte permanente.
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#14691
http://www.allodocteurs.fr/actualite-sa ... 11.asp?1=1#

J'ai trouvé cette vidéo affligeante de médiocrité, tant d'un côté que de l'autre, Mme Jeulin-Flamme étant éclipsée par le remuant Jean Jacques Aulas, qui aux anges pavane :

"moi aussi j'ai mon diplôme d'homéopathie !"

ça c'est un argument !

Mais pourquoi alors a t-il donc dérivé ?

Je ne vois qu'une explication : comme dit si bien Édouard ceux qui parlent de l'homéopathie (et l'enseignent ?) sont souvent ceux qui en savent le moins.
par didier
-
#14734
Athelas a écrit :http://www.allodocteurs.fr/actualite-sa ... 11.asp?1=1#

J'ai trouvé cette vidéo affligeante de médiocrité, tant d'un côté que de l'autre, Mme Jeulin-Flamme étant éclipsée par le remuant Jean Jacques Aulas, qui aux anges pavane :

"moi aussi j'ai mon diplôme d'homéopathie !"

ça c'est un argument !

Mais pourquoi alors a t-il donc dérivé ?

Je ne vois qu'une explication : comme dit si bien Édouard ceux qui parlent de l'homéopathie (et l'enseignent ?) sont souvent ceux qui en savent le moins.
J.J Aulas a voulu prendre les homéopathes à leur propre jeu, c'est la seul raison de son diplôme d'homéopathie. juste pour parer l'argument du genre"mais vous vous permettez de critiquez sans connaitre l'homéopathie".
si, si j'ai mon diplôme.
#14741
didier a écrit :
Athelas a écrit :http://www.allodocteurs.fr/actualite-sa ... 11.asp?1=1#

J'ai trouvé cette vidéo affligeante de médiocrité, tant d'un côté que de l'autre, Mme Jeulin-Flamme étant éclipsée par le remuant Jean Jacques Aulas, qui aux anges pavane :

"moi aussi j'ai mon diplôme d'homéopathie !"

ça c'est un argument !

Mais pourquoi alors a t-il donc dérivé ?

Je ne vois qu'une explication : comme dit si bien Édouard ceux qui parlent de l'homéopathie (et l'enseignent ?) sont souvent ceux qui en savent le moins.
J.J Aulas a voulu prendre les homéopathes à leur propre jeu, c'est la seul raison de son diplôme d'homéopathie. juste pour parer l'argument du genre"mais vous vous permettez de critiquez sans connaitre l'homéopathie".
si, si j'ai mon diplôme.
Ca confirme ce que je pense de l'enseignement en France...
Et par ailleurs je vous parie 100k Euros que c'est du bluff. Saurait il me donner l'idéal thérapeutique ? Me définir l'homéopathie ? On peut rire.
Qui se souviendra de cette tache dans 20 ans?
par didier
-
#14752
Je n'ai même pas essayé de comprendre...
Ca confirme ce que je pense de l'enseignement en France...
Et par ailleurs je vous parie 100k Euros que c'est du bluff. Saurait il me donner l'idéal thérapeutique ? Me définir l'homéopathie ? On peut rire.
Bien sûr que non, d’ailleurs, il ne s'en cache pas. Pour ma part, c'est un détracteur.
Il est cité par exemple,tiré du premier lien;
Certains qui se veulent pragmatiques se disent que puisqu'elle peut faire du bien à certains, pourquoi ne pas laisser faire, je me range à l'avis de Jean-Jacques Aulas : « Si pour guérir, on doit abdiquer toute lucidité, est-il sûr que l'on y gagne au change ? ».

Il est la caution "scientifique"étant donné qu'il a beaucoup écrit aussi sur l'effet placebo et que l'homéo qu'il a apprise relève surtout de ce phénomène.
http://lhomeopathie.fr/apropos.php

Je me souviens juste d'un texte d'une pseudo étude sur la santé d'enfants de maternelle, je crois traités par allopathie et homéopathie, on évaluait dans les deux groupes, le nombre de rhinos et bronchites, otites...
Au final, l'homéopathie avait une petite >.
J.J Aulas renvoyait les deux pratiques dos à dos. D'où vient cette différence? Ce n'est les homéo qui font bien, ce sont les traitements en excès par exemple antibiotiques qui en abaissant les défenses immunitaires etc...
On n'écrit pas sans cesse sur l'effet placebo sans raison. Je n'ai jamais été fan :lol:

Il n'y a qu'à voir ce droit de réponse à propos du livre de Jean Jacques AULAS « De granules en aiguilles… L’homéopathie et l’acupuncture évaluées »,
http://www.entretiens-internationaux.mc ... ml?lang=fr
#14761
Sincèrement, ne vous donnez pas autant de peine avec des gens bidons comme ça les amis. Si un jour ya un débat je me le fais quand vous voulez, apprenez votre boulot, faites le correctement et c'est tout ;)
par Francis D
-
#14825
Didier a raison. Aulas est un médiocre qui n'existe qu'en démolissant tout ce qui contredit la médecine officielle. Il n'a passé (peut être) un diplôme bidon que pour s'en servir contre les "hérétiques". Pas étonnant qu'il trouve grâce auprès de "journalistes" aussi douteux que Michel Cymes dont les liens (antidéontologiques pour un journaliste digne de ce nom) avec l'industrie pharmaceutique et les lobbies médicaux sont connus (Voir sa participation à la campagne pour l'inutile, coûteux et dangereux dépistage sytématique du cancer de la prostate.
par LAGUENS
-
#14978
Toute excessive, toute agaçante que soit la critique de notre confrère Aulas, elle n' en contient pas moins, comme toute critique, un fonds de vérité qu' il serait maladroit, AMTHA, d 'occulter:
"J.J Aulas renvoyait les deux pratiques dos à dos. D'où vient cette différence? Ce n'est les homéo qui font bien, ce sont les traitements en excès par exemple antibiotiques qui en abaissant les défenses immunitaires etc..."

Une de choses qui font ma fascination est de constater à quel point autant détracteurs que thuriféraires de l' homéo ( et ceci vaut d' ailleurs pourtoutes les techniques de soins) tombent souvent dans les mêmes travers, dont les plus fréquents sont d' une part la pensée "globalisante", binaire, manichéenne, et d' autre part la simplification de raisonnement qui fait que l' on passe allègrement de la séquence "ce qu 'on a fait ou prescrit au malade" => "observation d' une amélioration" à la conclusion "alors ce que j' ai fait /prescrit est efficace".

Alors que, nous devrions nous en rappeler , l' amélioration d' une maladie en général tient,
- au traitement , certes (enfin , parfois)
- à l' inénarrable effet placebo (dont variante: la méthode Coué)
- mais aussi...
- à la variabilité naturelle de la maladie
- aux variations d el' environnement du patient (dont hygiène etc)
...et là dedans on peut compter, effectivement l' arrêt des thérapeutiques précédentes qui ont pu être plus nocives à ± long terme qu' utiles.
L' un de mes enseignants en PCEM nous disait que la science est en fait une école d' incertitude ou de certitudes provisoires.
Le seul truc dont nous pouvons être tout à fait sûrs, dans notre beau métier, c' est que nos patients ne sont pas éternels (et nous non plus...)
le reste est du domaine , comme diraient les militaires, du "risque calculé" ;)
Bien cordialement
#15013
LAGUENS a écrit :Toute excessive, toute agaçante que soit la critique de notre confrère Aulas, elle n' en contient pas moins, comme toute critique, un fonds de vérité qu' il serait maladroit, AMTHA, d 'occulter:
"J.J Aulas renvoyait les deux pratiques dos à dos. D'où vient cette différence? Ce n'est les homéo qui font bien, ce sont les traitements en excès par exemple antibiotiques qui en abaissant les défenses immunitaires etc..."

Une de choses qui font ma fascination est de constater à quel point autant détracteurs que thuriféraires de l' homéo ( et ceci vaut d' ailleurs pourtoutes les techniques de soins) tombent souvent dans les mêmes travers, dont les plus fréquents sont d' une part la pensée "globalisante", binaire, manichéenne, et d' autre part la simplification de raisonnement qui fait que l' on passe allègrement de la séquence "ce qu 'on a fait ou prescrit au malade" => "observation d' une amélioration" à la conclusion "alors ce que j' ai fait /prescrit est efficace".

Alors que, nous devrions nous en rappeler , l' amélioration d' une maladie en général tient,
- au traitement , certes (enfin , parfois)
- à l' inénarrable effet placebo (dont variante: la méthode Coué)
- mais aussi...
- à la variabilité naturelle de la maladie
- aux variations d el' environnement du patient (dont hygiène etc)
...et là dedans on peut compter, effectivement l' arrêt des thérapeutiques précédentes qui ont pu être plus nocives à ± long terme qu' utiles.
L' un de mes enseignants en PCEM nous disait que la science est en fait une école d' incertitude ou de certitudes provisoires.
Le seul truc dont nous pouvons être tout à fait sûrs, dans notre beau métier, c' est que nos patients ne sont pas éternels (et nous non plus...)
le reste est du domaine , comme diraient les militaires, du "risque calculé" ;)
Bien cordialement
Bonjour

Ton commentaire susciterait de longs développements. Permets moi juste d'essayer de t'éclairer fraternellement.

Ta pensée montre que tu es en recherche mais que l'on ne t'a pas donné d'outils pour sortir de cette espèce de no man's land. Clairement, et ne dis pas le contraire :-), tu n'as jamais eu la chance d'étudier l'Organon, cela se voit comme le nez au milieu de la figure, ni les niveaux de santé.

Ces deux références donnent des points de repères extrêmement clairs pour juger si l'amélioration est due ou non à un effet placebo. Aucun médecin habitué à revoir ses cas selon les critères simples et stricts de Hahnemann ou des niveaux de santé ne pourrait se tromper dans l'évaluation du cas.

Il devient aisé de détecter une simple amélioration par suite d'un effet placebo.

Il devient aussi aisé de savoir si la maladie naturelle a progressé ou si le patient s'est réellement rétabli.

Etc.

En somme, j'attends ici les commentaires des étudiants, je pense qu'ils sont les mieux à même de juger si je raconte ici des histoires ou pas...

Et en attendant, pourquoi ne pas te prendre le premier mois de formation ;-)


Pour en revenir à Aulas, il est aisé de pourfendre les faux homéopathes qui nous déshonorent tous les jours en prescrivant 'importe quoi n'importe comment. Mettre en défaut un véritable hahnemannien, c'est une toute autre histoire.
par Francis D
-
#15030
Voici mon commentaire d'étudiant, puisque, après une longue carrière de pluraliste je suis un débutant en homéopathie hahnemanienne, grâce à ce merveilleux site.

D'abord, pour en finir avec Aulas, qui se vante d'être diplômé d'homéopathie. S'il a vraiment eu un diplôme "d'homéopathie pluraliste", comme moi, il est impossible qu'il n'ait pas eu au moins quelques résultats en prescrivant des médicaments homéopathiques à ses patients. Il se moque d'Arnica. L'a-t-il donné comme moi à un gosse qui était tombé la tête la première dans l'escalier de mon cabinet? L'hématome gros comme un oeuf de pigeon qu'il avait sur le front a fondu, et complètement disparu en 20 minutes. N'importe qui peut faire ça, surtout avec un "diplôme". Si Aulas ne l'a pas fait, ne l'a pas vu, n'a eu aucun résultat avec aucun médicament médicament homéopathique, même en pratique pluraliste, c'est qu'il n'a jamais essayé. Il n'a passé son diplôme que pour s'en servir d'argument: -"Moi aussi, je connais l'homéopathie!" Mais s'il connaît, comment se fait-il qu'il ne soit pas capable de faire ce que font les mères de famille?

On pourrait penser qu'avec toutes ses connaissances, si Aulas n'est pas aussi performant qu'une non diplômée, c'est qu'il est idiot. Mais comme il n'est pas complètement idiot, il ne reste plus qu'une solution: il est de mauvaise foi. Et discuter avec lui, c'est perdre son temps.

La question de l'efficacité de l'homéopathie est vite résolue, dans les cas aigus (je me limite à ça, car mon statut de débutant ne me permet pas de parler des chroniques, par manque d'expérience).

Depuis que j'applique la répertorisation et la méthode d'Hahnemann, j'obtiens des résultats dont je n'aurais jamais rêvé quand j'étais pluraliste.

L'effet placebo existe, mais dans ma pratique personnelle, je le repère vite. D'abord, l'effet placebo n'est pas durable, alors que la guérison l'est. D'autre part, l'effet placebo marche la première fois, mais jamais un précédent échec. C'est pourquoi j'ai toujours considéré comme une preuve certaine d'efficacité de l'homéopathie les nombreuses fois où, après m'être trompé lors de la première prescription, et n'avoir obtenu aucun résultat (pas d'effet placebo), j'ai obtenu un résultat spectaculaire en donnant le bon médicament à la deuxième prescription.

Exemple: le 8 mars dernier, j'ai soigné un adolescent malgache en pleine crise de paludisme. Je ne détaille pas ici tous les signes (je ferai un quizz, c'était facile), mais il tremblait tellement lors des frissons qu'il ne sentait plus ses mains! Première prescription à 21 heures, je me trompe bêtement de médicament. Je revois le malade à 2 heures du matin: aucune amélioration de son état, sa fièvre a baissé de 39°5 à 39°2, mais tous les signes cliniques sont inchangés, il va mal. Je rectifie le tir et donne un deuxième médicament mieux choisi. A 7 heures du matin, le jeune est debout, sans fièvre, tous les signes cliniques ont disparu, il n'y a plus qu'un léger mal de tête. Je ne redonne rien, lui demande de patienter un peu. La céphalée s'est estompée progressivement, pour disparaître en milieu de journée. Il n'a fait aucune récidive fébrile jusqu'à aujourd'hui (14 mai), et en ce qui concerne la gravité, le palu à Mada, c'est généralement causé par le Plasmodium Falciparum.

Voilà, suivre les cours d'Edouard et s'informer sur le site, ça permet de révolutionner sa pratique.

Ah, oui, j'oubliais, j'ai quand même un joli cas de maladie chronique. L'an dernier, toujours à Mada, j'ai soigné une jeune fille drépanocytaire homozygote: 14 ans, 1,20 m, 25 Kg, taux d'hémoglobine 6g/100 ml (la moitié de la normale). D'abord avec China, puis avec Bothrops 30 CH.
Elle faisait auparavant deux crises par mois, avec des douleurs terribles surtout dans le dos et les os, les articulations. Depuis le traitement par Bothrops, elle n'a plus fait une seule crise, et elle a arrêté le traitement en septembre. Elle a repris les cours de gym à l'école (qu'elle avait dû abandonner l'an dernier). Sans traitement, elle n'a toujours pas eu de nouvelle crise (au 14 mai).

Voilà. Je plains vraiment les obtus comme Aulas qui, pour faire les malins, se privent de la joie de guérir les malades.
par LAGUENS
-
#15044
Eh bien non, je ne suis pas spécialement en recherche ni spécialement insatisfait de ma pratique, désolé de te décevoir sur ce point. j' ai des tas d' autres facettes de la pratique de généraliste qui occupent mon temps et mon attention.
ET j' ai lu l' organon, si, si...

Bien cordialement
par Gyromède
-
#15055
LAGUENS a écrit :Eh bien non, je ne suis pas spécialement en recherche ni spécialement insatisfait de ma pratique, désolé de te décevoir sur ce point. j' ai des tas d' autres facettes de la pratique de généraliste qui occupent mon temps et mon attention.
ET j' ai lu l' organon, si, si...

Bien cordialement
Vous êtes au moins en recherche d'une solution plus satisfaisante et pérenne que l'emploi principal de saignées pour soigner vos patients atteints d' hémochromatose. Lire le dernier Organon d'Hahnemann est une chose, en étudier le texte et les commentaires qu'il a suscité, y confronter les siens, pour en déceler les nœuds de sens en est une autre, comme dans tout travail d'appropriation d'une pensée.
Nouvelle !

Bonjour à vous, Merci à tous pour vo[…]

Bonsoir à la communauté ! Je viens […]

La pilule de l'obéissance

Les gamins ont besoin de se défouler. Nous […]

Aide pour suivi de dose...

oui, il y a un truc avec la posologie. Pourquoi ne[…]