Page 1 sur 1

Une aide soignante remporte son combat contre les vaccins...

Publié : 15 avr. 2013, 13:50
par Edouard Troesch
Image

Une aide soignante remporte son combat contre les vaccins obligatoires

egora.fr - 25/03/2013

Le juge des référés du tribunal administratif de Pau a accordé à une aide soignante la suspension d'une décision refusant de considérer comme une maladie d'origine professionnelle les conséquences d'une sur-vaccination dans le cadre de son emploi.

Cette aide-soignante, Martine Sempietro, 47 ans, en congé maladie depuis 2006 pour un accident du travail lié à une chute, ne recevait plus, depuis le début du mois de mars, qu'un demi-salaire, son employeur estimant qu'elle était victime d'une maladie ordinaire.

Le tribunal a fait droit à sa demande en ordonnant à son employeur, le centre hospitalier d'Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), de suspendre la décision ayant eu pour conséquence le versement de ce demi-traitement, dans une ordonnance rendue jeudi.

La professionnelle avait chuté en 2006 alors qu'elle était pompier bénévole. Son avocate Me Denise Pombieilh avait alors expliqué que “ses jambes ont lâché”, sa maladie, la myofasciite à macrophages, qui se rapproche de la sclérose en plaques, pouvant entraîner ce genre de symptômes.

Mme Sempietro avait été soumise à des vaccinations obligatoires répétées à compter de 1983, notamment contre l'hépatite B, comprenant de l'aluminium. A la fin de l'année 2012, l'aide-soignante avait observé une grève de la faim de 24 jours avec des membres de l'association E3M (malades de la myofasciite à macrophages et leurs proches) pour réclamer une recherche renforcée sur l'aluminium dans les vaccins, ce a quoi s'est engagée l'agence du médicament (ANSM).

Le tribunal s'est fondé notamment sur une expertise réalisée en juillet 2011. Grace à cette décision, Mme Sempietro touchera l'intégralité de son salaire et bénéficiera de la prise en charge des frais liés au traitement de sa maladie jusqu'à ce que l'affaire soit examinée sur le fond, s'est félicitée l'avocate.

Le juge a également condamné l'hôpital à verser 1 000 euros à Mme Sempietro pour ses frais de justice.

L'aide-soignante a obtenu trois expertises médicales rattachant sa maladie aux administrations successives de vaccins adjuvantés sur hydroxydes d'aluminium. Une quatrième expertise conclut en revanche à l'absence de cause certaine, directe et exclusive.


Une Béarnaise en grève de la faim : elle estime sa maladie due à un vaccin

Sud Ouest - 27/11/2012 - Marcel Bedaxagar

Ancienne soignante à l'hôpital d'Oloron, Martine Sempietro a été obligée de se vacciner contre l'hépatite B, ce qui aurait déclenché une forme de myopathie.

Aux grands maux les grands remèdes. Parce qu'ils en ont marre de ne pas être entendus, 14 malades et leurs proches ont décidé d'entamer une grève de la faim place de la Bourse à Paris. Parmi eux, Martine Sempietro, une habitante d'Agnos âgée de 46 ans. Cette maladie, c'est la myofasciite à macrophages, une forme de myopathie inflammatoire. Pour la Béarnaise et pour ceux qui ont lancé ce jeûne, cette maladie provient d'un vaccin contenant de l'aluminium.

« Dans mon cas c'était un vaccin contre l'Hépatite B, obligatoire depuis 1991 pour toutes les personnes travaillant dans le domaine médical », explique cette aide-soignante du centre hospitalier d'Oloron.

Des douleurs intenses

« Je suis tombée malade en 2006 et c'est le CHU de Bordeaux qui a identifié la maladie grâce à une biopsie musculaire. » Martine Sempietro a dû cesser le travail immédiatement car les effets de la maladie sont désastreux. « Ce sont des douleurs musculaires et articulaires intenses, avec des troubles cognitifs et de la mémoire », décrit-elle. « La recherche a démontré que cette maladie passe par le foie et la rate et qu'elle remonte au cerveau », poursuit la Béarnaise que nous avons jointe par téléphone à Paris, hier matin.

Ce cas n'est pas isolé en France et une association, E3M (1) relie tous ces malades. C'est elle qui a lancé cette grève de la faim. « Nous voulons que les vaccins sans aluminium soient remis sur le marché », résume Martine Sempietro. « Nous voulons aussi que l'État continue à financer la recherche et la renforce », espère-t-elle. Car pour l'heure, aucun traitement n'a encore été trouvé.

De nombreuses démarches ont été entreprises par l'association. La dernière, vendredi, au ministère de la Santé. Mais aucune n'a encore abouti. L'arme de la grève de la faim est donc utilisée en dernier recours. « Nous sommes devant la Bourse et nous allons nous relayer, par groupes de 5 ou 6. Moi, je commence mercredi », souligne l'Agnosienne.

Maladie et accident du travail

Pour Martine comme pour d'autres malades, un autre combat découle de cette maladie. « En 2006, j'ai été reconnue comme étant victime d'un accident du travail. Mais j'ai reçu une lettre du directeur du centre hospitalier qui me dit que je passerai en arrêt maladie simple », se désole-t-elle. Car les couvertures ne sont plus les mêmes et cette mère de deux enfants n'aura plus qu'un demi-salaire. « J'ai saisi le tribunal administratif pour que l'accident de travail soit retenu », annonce-t-elle.

Directeur du centre hospitalier d'Oloron Philippe Gizolme confirme. « La procédure suit son cours. Les experts diront s'il y a une relation de cause à effet entre ce vaccin et la maladie de Mme Sempietro. Nous sommes attentifs à son cas », affirme-t-il.

Mais une lueur d'espoir point depuis la semaine dernière. « Le 21 novembre, le Conseil d'État a reconnu le lien entre la myofasciite à macrophages et la vaccination pour une malade », se réjouit Martine Sempietro qui ne pouvait rêver mieux en terme de jurisprudence.

(1) Association d'entraide aux malades de myofasciite à macrophages.

Re: Une aide soignante remporte son combat contre les vaccin

Publié : 19 sept. 2013, 18:01
par Claire64
Bonsoir,

Je suis atteinte depuis cet été par d'une Encéphalomyélite myalgique, le diagnostique est tombé par hasard .
Une fibromyalgie sévère et des douleurs inexpliquées m'enferment dans une situation de handicap depuis des années.
Je n'ai aucun soulagement ...
J'ai eu tardivement le vaccin de l’Hépatite A et bien d'autres ..

Le centre anti douleur avait évoqué une possible Miophaciite à Macrophage sans pour autant faire des investigations...

Votre combat m'interpelle étant de la région ..

Je suis bien évidement très touchée par votre parcours ..

Solidairement
Claire64

Re: Une aide soignante remporte son combat contre les vaccin

Publié : 20 sept. 2013, 15:50
par Edouard Broussalian
Je vous souhaite de trouver un homéopathe qui soit ... un vrai. Je compatis sincèrement.