par Pascal06
Diplômé PH
#23377
Un autre, tout aussi ...ahurissant !


Vaccin contre la grippe A et narcolepsie : une étude confirme le lien

Afficher sur une seule page
Imprimer
Facebook
Google
LinkedIn
Twitter
Envoyer cet article
version PDF

En 2009, 5,7 millions de Français se faisaient vacciner contre la grippe A (H1N1). Parmi eux, une soixantaine de personnes a ensuite développé des troubles du sommeil. Pour la première fois, une étude dont les résultats viennent de paraître dans la revue Brain, établit la relation de cause à effet.

Menée par une équipe de chercheurs français et financée par l'ANSM, elle confirme les soupçons qui pesaient contre le Pandemrix et le Panenza. Ces deux vaccins, utilisés pour protéger la population française de la grippe A (H1N1) dès l'hiver 2009, sont bien responsables d'une soixantaine de cas de narcolepsie chez l'enfant et l'adulte sur le territoire, et de près de 450 cas en Europe.

En France, 5,7 millions de personnes ont été vaccinées contre le H1N1. 4,1 millions avec le Pandemrix et 1,6 million (principalement des femmes enceintes et des nourrissons) avec le Panenza, qui diffère du premier par son adjuvant. L'un comme l'autre sont aujourd'hui officiellement mis en cause par cette étude lancée en 2010, dont les récentes conclusions devraient aider les malades à faire indemniser leur préjudice.

Des études épidémiologiques finlandaise et suédoise avaient déjà mis en évidence depuis 2010 un lien entre cette vaccination de masse et des cas de narcolepsie apparus chez les enfants. D'autres études menées en Angleterre et en Irlande avaient aboutit aux mêmes conclusions.

Dans son travail l'équipe française a comparé (dans le cadre d'une recherche plus vaste portant sur divers vaccins), 62 sujets atteints de narcolepsie-cataplexie confirmée à 135 contrôles appariés. La vaccination contre le virus H1N1 est apparue significativement associée à la survenue de cette affection neurologique rare avec un odds ratio de 6,5 chez les sujets de moins de 18 ans et de 4,7 chez les adultes.

Même si des biais ne peuvent être évidement exclus comme dans toute étude observationnelle, cette association robuste parait confirmer certains des travaux conduits dans d'autres pays.

Si certains sont reconnus handicapés à 80 % et perçoivent à ce titre une pension d'invalidité, ils n'ont jusqu'à présent reçu aucune indemnisation. L'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (Oniam) est déjà en train de réfléchir à une solution. Lors de l'achat des doses de vaccins à GlaxoSmithKline et Sanofi-Pasteur en 2009, la France a en effet signé une clause stipulant qu'en cas d'effets indésirables avérés, ce serait l'État - et non les laboratoires - qui prendrait en charge l'indemnisation des victimes.
#23585
Le pompon c'est que si indemnisation il y a, elle sera financée par tes impôts. En effet, lors de l'achat du stock de doses les labos se sont déchargés de toute responsabilité. Vive la France ! Vive la ploutocratie !

Bonsoir Belladonna et merci pour votre répo[…]

Présentation Jen34

Bonsoir Nico_Juju, Merci beaucoup ! :)

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01165233/do[…]

Le polycopié du Séminaire d'Argenteu[…]