Avatar de l’utilisateur
par Clo
Diplômé PH
#43728
Extrait d'une dépêche reçue sur la revue de presse de l'Etablissement dans lequel je travaille:

SUJET : INFECTIO MINISTERES VIGILANCE SANTE PUBLIQUE VACCINS PATIENTS-USAGERS MINISTERE-SANTE PEDIATRIE

Un débat public sur l'obligation vaccinale "tout au long de l'année" 2016 (Marisol Touraine)



PARIS, 12 janvier 2016 (APM) - La question de l'obligation vaccinale va être soumise au débat public "tout au long de l'année" 2016, a annoncé mardi la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Marisol Touraine, lors de la présentation de son "plan d'action vers la rénovation de la politique vaccinale".

Ce plan a été construit à partir du rapport sur la politique vaccinale remis à la ministre par Sandrine Hurel. Celle-ci a perdu son mandat de députée (PS, Seine-Maritime) fin août à la suite de la prolongation de la mission que lui avait confiée le Premier ministre Manuel Valls fin février 2015 (cf APM VIB8NTN0GW et APM MH2NKKUOP).

Dans ce document, Sandrine Hurel ne tranche pas la question du maintien ou de la levée de l'obligation vaccinale. Elle confirme, comme l'avait fait avant le Haut conseil de la santé publique (HCSP), que "la différentiation actuelle entre les vaccins obligatoires et recommandés n'est pas "pertinente", "ni sur le plan épidémiologique ni sur celui des objectifs poursuivis".

Marisol Touraine a annoncé mardi des mesures en matière d'information du public et des professionnels de santé, de pilotage de la politique vaccinale et d'approvisionnement des vaccins, mais a expliqué qu'elle soumettait la question de l'obligation vaccinale au débat public. "Si toute seule je disais 'Je supprime l'obligation', le taux de vaccination diminuerait significativement", a-t-elle justifié. Elle estime néanmoins que "la coexistence de vaccins obligatoires et recommandés nuit à la lisibilité de la politique vaccinale et contribue à alimenter le doute".

La ministre a indiqué que la concertation citoyenne qui sera organisée "tout au long de l'année" aurait également pour but de lever les inquiétudes, de mieux les comprendre et d'identifier leurs sources. Elle a cité la persistance des inquiétudes vis-à-vis des adjuvants aluminiques et "la frilosité face au vaccin contre le papillomavirus humain, alors même que les scientifiques sont unanimes".

La concertation citoyenne sera pilotée par un comité d'orientation indépendant présidé par le pédiatre et immunologiste Alain Fischer, professeur au Collège de France. Le médecin des "bébés-bulles" devra arrêter la composition de ce comité d'ici à fin mars. La ministre souhaite qu'il soit composé de personnalités de disciplines et de compétences variées, notamment de juristes et de sociologues.

Le débat public doit s'organiser en trois temps:

- En mars, une plateforme internet recueillera les contributions citoyennes, professionnelles, associatives et institutionnelles. A partir de mai, trois jurys, un de professionnels, un d'experts scientifiques et un de citoyens analyseront ces contributions sans "écarter les inquiétudes soulevées et les questions de fond que se posent les Français", a souligné la ministre.
- En octobre, les avis des jurys et le contenu des contributions seront rendus publics et un échange sera organisé.
- En décembre, le comité d'orientation devra formuler des propositions sur l'évolution de la politique vaccinale.

Dans son rapport, Sandrine Hurel envisageait trois scénarios d'évolution possibles: le maintien de l'obligation vaccinale, le maintien avec révision de la liste des obligations et la levée ou la suspension des obligations avec un renforcement de la surveillance du taux de vaccination et un contrôle des vaccinations à la scolarisation des enfants.

Merci pour vos retours! Quand bien même il […]

Mammite traînante

non ,il faut attendre il y a juste risque quelle f[…]

enfant 15 ans choree

Merci Terrassienne

Hôpitaux indiens accueillant les étudiants

Merci Isaure, je pense que c'est une très b[…]