#60298
Bonjours, j'aurais une question concernant les niveaux de santé. En théorie, que se passe t-il lorsqu'un patient du groupe C par exemple présente un cas trop complexe et donc un pronostique plutôt défavorable. Vithoulkas en présente un dans ses cas clinique avec ce patient atteint de sclerose en plaque, appartenant vraisemblablement au niveau 7 ou 8. ce dernier voit son cas compromis par la dépression qui accompagne sa maladie, la grande quantité de médicaments allopathiques qu'il a consommé par le passé, ainsi que par l'aspect héréditaire de sa maladie (d'après les observations de GV.)

Bien sûr dans ce cas, le patient a pu être traité (avec un seul médicament d'ailleurs ce qui est très impressionnant.
Néanmoins, dans un tel cas ou ce même patient n'aurait pas pu être traité, quelles serait les réactions potentielles à une dose bien adaptée ?

Le même genre de réaction que celles que l'on peut attendre chez un patient de fin de groupe D (courte amélioration sans aggravation initiale puis rechute ? Ou simplement l'absence de réaction à la dose avec un état en chute libre ?)
GuimsGamsADN aimais cela
#60302
Bonjour Alexei,
malheureusement votre question n'a pas de réponse.
En effet, la remontée à travers les niveaux de santé dépend également du niveau d'énergie dans lequel on est né, du contexte relationnel et environnemental dans lequel on évolue. Le miasme ou les différentes couches miasmatiques vont également colorer la réaction aux remèdes. Les antécédents également, puisque si le cas comprend des "couches" de maladies alternantes, la remontée sera plus complexe que si un seul remède ou un tout petit nombre de remèdes couvre le cas.
Enfin, suivant la capacité du patient à se faire suivre et aider et les capacités du thérapeute, le pronostic est modifié. C'est tout le problème de l'homéopathie, gérer de nombreux paramètres complexes en même temps, sinon vous retombez dans un paradigme allopathique avec un système de bijection. Plus simple à gérer. Plus facile à interpréter. Moins de chance de guérison.

Concrètement, on finit quand même par se faire une idée en observant les réactions du malade aux premières doses. Si celles ci sont franches et positives, le pronostic est très favorable. sinon, ce sera plus compliqué...
Agnes ASTIER aimais cela
#60306
Pour compléter le propos je dirais aujourd'hui que les chances de guérison sont sans doute augmentées si le sujet se retrouver dans une bel environnement, au calme, avec une belle vue et a respirer de l'air non pollué.
Avec ces bas niveaux de santé je découvre que Hahnemann avait encore une fois raison, et que j'ai eu tendance à surestimer le pouvoir de nos doses en négligeant de précieux alliés.
comment comprendre " constitution" ?

Ca nous obligerait à nous étendre lo[…]

suite de la description du chien Orson en vue d'un[…]

et bien merci. Je vais compléter par intern[…]

bonjour

Bonjour, premièrement désolé[…]