par Danny Bud
-
#60740
J’ai 40, et je suis papa d’une fille de 8 ans.
Je vais tenter de vous décrire mon cas le plus précisément possible, sans être trop verbeux et en espérant ne pas abuser de votre temps.

Enfant, j’étais anxieux et nerveux. Assez maigre, mais pas particulièrement fragile, hormis maux de ventre (dus à l’anxiété) et des rhino-pharyngites régulières, jusqu’à il y deux ans. Angoisse (voir stress chronique) et nervosité, conservées à l’âge adulte. Prends tout à cœur, perfectionniste et hypersensible.

Opéré d’une orchidopexie (testicule gauche non descendu) à 7 ans puis d’un kyst à l’œil quelques années plus tard. Pas d’autre opération.

Dépression + burnout/boreout en septembre 2017, après 10 ans dans la même société familiale.
Nouveau travail, prenant psychologiquement à partir de février 2018.

Ce qui mène à vous : surdité brusque idiopathique de l’oreille gauche le 05/11/18.

Les quelques semaines précédant l’accident : ralentissement d'une consommation régulière d'alcool à partir de septembre 2018 (de 3/4 verres le soir à 4/5 verres semaines) et jusqu’à fin décembre ou j’ai repris au même rythme. L’alcool étant un anxiolytique qui me permettait de me détendre et d’oublier. A la même période, modification du régime alimentaire (plus de fruits et légumes, moins de viandes, charcuterie, fromage...). Nouvel arrêt de l’alcool (3/4 verres par semaines) depuis 1 mois et demi maintenant.
Petit fumeur : 2 à 3 cigarettes jours.
Petit consommateur de cannabis (dose « homéopathique »), mais régulier (presque chaque soir).
Sportif régulier (cardio, CAP, vélo et natation + tir sportif et surtout sauna très régulièrement). Parfois oreille bouchée (droite ou gauche) si effort trop intense, mais qui se débouche rapidement. Ralentissement importante de l'activité sportive en même temps que l'alcool en 2018.
Narine (droite ou gauche) régulièrement bouchée, par intermittence. Rhino-pharyngites (2 à 3 fois l'an).
Pas d'antécédent familiaux niveau cardiaque, si ce n'est ma grand-mère qui a fait des infarctus et AIT il y a quelques années. Bonne tension. Papa décédé d’un cancer du poumon avec métastases osseuses en février 2005 (49 ans). Grand-père paternel décédé d’un cancer de la gorge, jeune (51 ans).
Dentition relativement saine (malgré quelques amalgames, un implant molaire haut gauche et incisive haut gauche dévitalisée). Douleurs dentaires marquées, 10 jours avant la survenue de la surdité brusque, d'abord molaires en haut gauche (implant) puis en bas à droite au même niveau. Même sensation que pour une carie (forte sensibilité au chaud/froid et à la mastication). Les douleurs ont disparu comme elles étaient venues.

Le 03/11 : cardio + effort sur les cervicales (tirage de corde), sauna/douche froide et le soir, self défense avec un geste mal maitrisé (sortie d'étranglement : pression soudaine au niveau du cou, la pomme d'Adam et la nuque, mais rien d'inquiétant sur le moment), puis tension exercée au niveau des cervicales, de l'épaule droite et du cou, sur un second exercice. 2h plus tard, vers 23h, démarrage des acouphènes pulsatiles (jamais eu d’antécédent) le samedi soir.

Le 04/11 : sauna l'après-midi. Toujours les acouphènes pulsatiles, avec plus ou moins d'intensité. Dans la nuit du 04 au 05, réveillé à 3h30 du matin avec douleur aux cervicales et au cou, et oreille gauche totalement bouchée / surdité brusque + perte d'équilibre. Prise d'un comprimé d’Ibuprofen (apparemment ototoxique) pour calmer la douleur et rendormi. Cophose de l'oreille gauche le lundi matin + perte d'équilibre.

Le 05/11 : ostéopathe l'après-midi (manipulation douce - sans craquement - des cervicales, occiput et mâchoires). ORL en urgence sur les conseils de mon généraliste. Je passe des tests auditifs : diapason sur le sommet du crâne (pas de diffusion à gauche) et audiogramme (rien du tout à gauche). Je suis mis sous Nootropil 800 (3* jours pendant 1 mois) et Solupred 20 mg (3.5cp le matin pendant 7 jours).

Dans la semaine : examens cardiovasculaires (échodoppler des cervicales, Holter), bilan sanguin complet (influencé par la prise de Solupred) et IRM le lundi 12/11 au matin. Pas d'éléments notables suite à ce bilan complet.

Le 12/11 fin de journée : second test auditif : un léger mieux au niveau de l'audiogramme (tonal et vocal), mais toujours 80% de perte.

Le 15/11 : nouvelle visite chez un second ostéopathe qui diagnostique rapidement une hypertonie de la mâchoire et remarque les signes d'un bruxisme centré diurne (serrement des mâchoires, langue dentelée depuis des années). Syndrome de Costen.

Le 26/11, consultation par un nouvel ORL qui confirme l'impact du bruxisme sur un déséquilibre de la trompe d'eustache + possible ischémie transitoire de l'oreille interne pour cause de trauma cervical liée à l'étranglement. Manipulation : pose d’un coton avec Lidocaïne dans le conduit auditif, 30 minutes, pour « détendre l’oreille » (sur le coup, vraie sensation d’amélioration au niveau auditif mais qui n’aura duré que quelques minutes), et mise sous Vastarel + Célestamine + décontractant (Séresta)), pendant 10 jours à 15 jours.

Le 06/12, nouvelle consultation chez le Dr Pandraud. Protocole : pose du coton de Lidocaïne durant toute la nuit, à partir de 19h. Il est retiré le lendemain à 13h45. Quelques insufflations nasales (poire de Politzer), pour débloquer les trompes d'Eustache (sensation de pression constante dans l'oreille). Pas d'effet sur l'audition cette fois (l'audiogramme réalisé "à la volée" ne montre pas d'amélioration).

A deux reprises (le 04/12 et le 10/12), manipulations par une ostéopathe au niveau de l'axe cranio-sacré (bassin, viscères, cervicales, mâchoires et crane). Très légères améliorations. Tests au diapason la seconde fois.

Le 27/12, 3e ORL qui m’indique que la seule solution était l’appareil auditif. Perte de l’audition de l’oreille gauche à 70% (essentiellement dans les aigus ou la surdité est profonde). Très peu de récupération depuis l’accident (de 90% à 70% seulement). Les acouphènes (chuintement + sifflements et parfois cliquetis à gauche, léger sifflement à droite) sont présents, mais pas insupportables. Selon l'ORL, il serait le résultat de la surdité, et non le contraire (pas un symptôme en soi). Grosse perte de confiance à ce moment-là.

Aujourd’hui, près d’un an après l’accident, les vertiges ont disparus presque totalement (parfois des petites pertes d’équilibre), mais surdité conservée à 70% (surdité profonde à partir de 4000hz). Acouphènes sont toujours présents.

A noter, prise de compléments alimentaires : Gingko, magnésium, mélatonine, TM petite pervenche, et « nerf auditif» en granule 9CH (3*3/ jours). Pas d’effet notable.

Il y a 6 mois, je tombe sur une étude US (https://aging-matters.com/aldosterone-t ... g-hormone/) qui vante les mérites de l’aldostérone concernant la surdité (hypoacousie) et les acouphènes, tant sur des sujets âgés que sur des patients victimes de surdité brusque. L’aldostérone doit être biocompatible pour évite les effets secondaires de la fludrocortisone. En faisant quelques recherches, je remarque qu’il existe de l’Aldostérone en granulés homéopathiques. Commandé à la pharmacie homéopathique centrale à Paris, au seul dosage dont il leur reste la souche : 15CH.

Tout d’abord, merci d’avoir eu le courage de me lire jusqu’ici ! 😊 J’ai quelques questions :
  • Est-ce que l’aldostérone 15CH vous semble pouvoir être utile à mon cas et si oui, à quel dosage ?
  • Auriez-vous un autre traitement à me conseiller, pour améliorer mon audition et réduire éventuellement mes acouphènes ?
  • Pourriez-vous me conseiller un bon médecin homéopathe uniciste, disponible, sur Paris ou dans le 92 ?
Un grand merci pour votre aide !
par Terrasienna
Staff
#60746
Bonjour

Votre observation est bien rédigée pour un novice. Bravo.
On ne pourra certainement pas vous traiter "sur papier" au vu de l'ancienneté des symptômes et des interventions intercurrentes, aussi nécessaires qu'elles aient été.
Arrêtez tout de suite aldostérone 15 et nerf auditif, et ce conseil vaut pour tous, bannissez impérativement tout ce qui est du ressort de produits du corps humain dynamisés.
au passage, contrairement à ce qu'on banalise aujourd'hui, eux consommation quotidienne de cannabis n'est pas une petite dose. Cela modifie forcement vos symptômes homéopathiques. Ce n'est pas mieux que l'alcool.
il ressort une grande anxiété de votre post, en préparation de votre consultation, vous pourriez essayer Aconitum napellus 30 CH, un globule dans un peu d'eau, une UNIQUE prise. voyez quels sont les effets sur vous, surtout sur le plan psychique. Rapportez les ensuite à l'homéopathe que vous consulterez.
Votre prise en charge nécessitera du temps, vous comprenez bien que l'oreille n'est rien d'autre que l'arbre qui cache la forêt.
par Danny Bud
-
#60752
Bonjour Terrasienna,

Et merci pour votre réponse rapide.

Je suis conscient qu'il est difficile, particulièrement en homéopathie, d'établir un diagnostic sur la base d'une simple description d’événements/ symptômes sur papier.

Je remarque d'ailleurs, à la relecture de mon post, que j'ai oublié un certain nombre de détails (notamment un taux élevé de LDL dans le sang et un niveau supérieur de Potassium au moment de la première prise de sang, deux jours après la cophose... ce qui m'a d'ailleurs amené à favoriser l'hypothèse de l'Aldostérone, en tant qu'hormone responsable de l'équilibre potassium/sodium dans l'organisme).

Toute la partie psychologique serait également à développer... mais vous avez totalement raison pour la grande anxiété. Le stress chronique est particulièrement oxydant, et j'ai pu voir que les victimes de surdité brusque (1 cas sur 5/10K personnes) avez des profils pas si éloignés... (le stress/l'anxiété étant des facteurs particulièrement favorables dans les cas idiopathiques).

Pour ce qui concerne votre remarque sur le cannabis, je suis obligé d’aller dans votre sens. Disons que pour le moment, c’est une zone tampon par rapport à l’arrêt d’une consommation quotidienne d’alcool, mais qui devrait faire également l’objet d’un sevrage à terme. Et je ne banalise pas son usage, car il est assez clair que (même à « faible dose »), le produit modifie plus ou moins sensiblement l’état de conscience de cela qui en fait usage. J’ai d’ailleurs arrêté à plusieurs reprises et pendant plusieurs mois d’en faire usage car cela m’amenait à des petites crises de paniques/paranoïa.

Au sujet de Aldostérone 15 et nerf auditif, je n’ai pas encore fait usage du premier (je préférais avoir un retour du forum avant) et j’ai arrêté nerf auditif (qui était de l’automédication) il y a déjà plusieurs mois. Je ne prends plus aujourd’hui que du Ginko le matin et de la mélatonine / magnésium le soir.

Enfin, au sujet Aconitum napellus 30, qu’est ce qui vous oriente sur ce traitement particulier ? Je suis prêt à tester, mais j’aimerais en savoir un peu plus sur votre avis 😊

Consultez-vous sur Paris/Région parisienne ? Ou avez-vous un uniciste disponible à me conseiller et qui pourrait m’aider par rapport à ce que vous savez de moi ?

Un grand merci pour votre temps et au plaisir de vous lire.
Bonne journée,
D.B

Terrasienna a écrit : 21 oct. 2019, 20:39 Bonjour

Votre observation est bien rédigée pour un novice. Bravo.
On ne pourra certainement pas vous traiter "sur papier" au vu de l'ancienneté des symptômes et des interventions intercurrentes, aussi nécessaires qu'elles aient été.
Arrêtez tout de suite aldostérone 15 et nerf auditif, et ce conseil vaut pour tous, bannissez impérativement tout ce qui est du ressort de produits du corps humain dynamisés.
au passage, contrairement à ce qu'on banalise aujourd'hui, eux consommation quotidienne de cannabis n'est pas une petite dose. Cela modifie forcement vos symptômes homéopathiques. Ce n'est pas mieux que l'alcool.
il ressort une grande anxiété de votre post, en préparation de votre consultation, vous pourriez essayer Aconitum napellus 30 CH, un globule dans un peu d'eau, une UNIQUE prise. voyez quels sont les effets sur vous, surtout sur le plan psychique. Rapportez les ensuite à l'homéopathe que vous consulterez.
Votre prise en charge nécessitera du temps, vous comprenez bien que l'oreille n'est rien d'autre que l'arbre qui cache la forêt.
par Terrasienna
Staff
#60754
les 2 grands types de médicaments pour ouvrir des cas, surtout si l'angoisse est au premier plan consistent en Aconit/ les solanacées
je ne peux pas vous expliquer en détail ce qui est de l'ordre de l'expérience. Sachez simplement que vous ne risquez vraiment pas grand chose en prenant aconit. Si même cela vous inquiète, débutez le en 9, il ne fonctionnera pas très longtemps, vous passerez alors tranquillement au 30.
par Danny Bud
-
#60755
Merci Terrasienna,

Je vais suivre votre conseil. Il faut d'abord que je prenne RDV avec un thérapeute, ou je peux travailler sur l'anxiété dès maintenant via Aconit 30?

Si vous ne souhaitez pas me communiquer le nom d'un ou plusieurs thérapeutes ici, peut-être en DM?

Bonne journée,
DB
Terrasienna a écrit : 22 oct. 2019, 13:45 les 2 grands types de médicaments pour ouvrir des cas, surtout si l'angoisse est au premier plan consistent en Aconit/ les solanacées
je ne peux pas vous expliquer en détail ce qui est de l'ordre de l'expérience. Sachez simplement que vous ne risquez vraiment pas grand chose en prenant aconit. Si même cela vous inquiète, débutez le en 9, il ne fonctionnera pas très longtemps, vous passerez alors tranquillement au 30.
par Danny Bud
-
#60759
Oui Terrasienna, moi également :)

Sans vouloir faire de l'auto-diagnostique tout azimut, mais en fouillant un peu dans la base Mélanie, je trouve pour :
  • Hypoacousie avec acouphènes
  • Anxiété avec colère, irascibilité
  • Serrage des mâchoires
  • Alcoolisme
  • Prurit région anale
--> Sulph

Terrasienna a écrit : 22 oct. 2019, 16:26 j'aimerais bien que l'homéopathe de Paris se dénonce ;)
par Terrasienna
Staff
#60760
magnifique, vous confirmez mon premier diagnostic d'aconit indirectement
plus sérieusement, vous ne pourrez pas vous passer d'un homéopathe même si vous trouvez vos remèdes.
Même moi, je demande conseil à des personnes plus expérimentées pour accompagner un cancer même si j'ai le/les remèdes
:)
par Danny Bud
-
#60761
Ah mais je ne souhaite surtout pas me passer d'un homéopathe :)
Mais j'avoue que je trouve le "faisceau d'indices" plutôt intéressant.
Il me manque juste "Surdité oreille gauche" dans la liste de Sulfure.

Par contre, j'ai du mal à me reconnaitre dans la description de Sulfure ici : https://planete-homeopathie.org/aconit- ... et-sulfur/
:shock:

Sur la prédominance des problèmes côté gauche : testicule gauche non descendu à la naissance, paupière légèrement tombante à gauche, problème dentaire à gauche (une couronne avant dernière molaire et incisive dévitalisée) et pour finir surdité brusque de ce côté aussi...

D.
Terrasienna a écrit : 22 oct. 2019, 17:40 magnifique, vous confirmez mon premier diagnostic d'aconit indirectement
plus sérieusement, vous ne pourrez pas vous passer d'un homéopathe même si vous trouvez vos remèdes.
Même moi, je demande conseil à des personnes plus expérimentées pour accompagner un cancer même si j'ai le/les remèdes
:)
par Danny Bud
-
#60763
Non, mais je vais y penser sérieusement :)
Terrasienna a écrit : 22 oct. 2019, 18:53 là on atteint la limite de vos connaissances pour vous répondre efficacement. Avez vous envisagé de débuter des cours? ;)
Agnes ASTIER aimais cela

Merci Terrasienna pour ce message de courage ! &Ag[…]

Eruption à début brutal

Merci Anne ;)

Coup de main pour DD aigu

Excusez-moi si je n'ai pas été assez[…]

PCKent Black commande groupée

Bonjour à tous, Avec la collaboration de J[…]