par yasumina
-
#63660
Dans le fond, ma question est:
quand les symptômes particuliers n'apparaissent pas clairement, peut-on prescrire dans un premier temps sur un croisement des symptômes des maladies décrites, ce qui me semble différent que de prescrire sur les symptômes d'une seule maladie?
Plusieurs questions s'ensuivent en prenant appui sur un cas réel:
- Comment différencier un lupus d'un psoriasis articulaire invétéré, résistant (à la cortisone massive :shock:) et évolutif ?
le parcours diagnostique officiel ne rassemble pas moins de 5 spécialistes et un bilan sanguin:
"dosage des auto-anticorps, anticorps antinucléaires, anticorps anti-ADN natifs, spécifiques du lupus lorsqu'ils sont présents. Une recherche négative n’exclut pas le diagnostic car ces anticorps anti-ADN natifs peuvent être absents lors d'une phase calme du lupus."
donc encore une possible histoire de faux-négatif ? (et de"trou" de la sécu)

- Le masque de loup est-il forcément pathognomonique du lupus? il y a aussi de faux amis (comme ce qui semblerait être une éruption récurrente de psoriasis sur le visage)

En médecine clashique, peu importe certainement puisque les 2 semblent aboutir à un ttt immunosuppresseur mais dans une démarche homéopathique, le diagnostic "technique"aurait-t-il donc seulement valeur de "témoin" pour l'évolution du cas?

Donc,
- alors que les symptômes cutanés, articulaires et les douleurs, tous les 3 plus qu'invalidants et épuisants depuis des années sont le motif de consultation majeur, doit-on envisager les deux familles de symptômes propres à chaque maladie (psoriasis et lupus) pour les différencier des symptômes propres au cas?
- dans ce cas, que j'ai en tête, il y a une polymédication depuis l'enfance (AB, cortisone, anxiolytiques parfois lourds) + alcool:
si je répertorie les 4 dans les plus grandes lignes: lupus+psoriasis+abus de remèdes allopathiques+alcoolisme= ars.
- est-il complètement inadéquat de commencer par ars. alors que le cas est complètement brouillé depuis longtemps et les symptômes particuliers très variés pour ensuite affiner? en fait, l'image globale me fait penser à aur-m. et ça semble cohérent.
- commencer en 30ch 1g du 1er verre -qté/+secousses si atteinte organique (peau +++)? j'appréhende vraiment de l'aggraver, c'est un "hypersensible": commencer par une olfaction?
merci!
par FloFed
Etudiant
#63663
Un cas bien complique! est ce que tu n'aurais pas pas assez de symptomes pour justifier de debuter par un petit Nux 30? j'imagine que c'est un frileux si Ars apparait; plus l'abus de medicaments et alcohol et la sensibilite? cela permettrait peut etre une entree plus en douceur et de confirmer ton Ars ou Aur ou autre par la suite?
par yasumina
-
#63665
oui, tout simplement merci!
pour l'exemple de répertorisation, je n'ai pris que les grandes lignes des maladies pour illustrer ma question
ars. sortait "théoriquement" d'ailleurs en refaisant l'exercice, c'est sepia qui sort en premier: connaître son outil...
c'est un cas parmi les compliqués que je côtoie et qui m'ont poussée à apprendre vraiment l'homéopathie mais j'aimerais bien qu'il consulte quelqu'un avant 2023...
par Terrasienna
Staff
#63668
Hello, non tu ne peux pas vraiment t'appuyer sur les symptômes des maladies, ils ne sont pas assez spécifiques. L'intervention de Flo me parait plus pertinente. La topographie articulaire étant en outre trompeuse pour n'importe quel homéopathe, les débutants a fortiori.
Trouve un symptôme spécifique de ton malade, pas de la maladie.Oublie tous ces débats, on s'en fiche, la preuve c'est que ça n'avance même pas les allopathes.(toi tu dois vraiment arrêter de te poser des questions compliquées...pense à un médoc en homéo...je dis ça je dis rien ;) )
Tout ce qui est relatif à la sphère cutanée et articulaire correspond à des symptômes à prendre avec des pincettes car trop périphériques. On les utilise uniquement si le niveau de santé est élevé, l'état émotionnel excellent, ce qui est plus qu'exceptionnel.
Avatar de l’utilisateur
par fantine
-
#63672
Pour rebondir sur ce que dit Terrasienna , je ne pense pas que le diagnostic apporte grand chose . Quelle qu'elle soit , il faut resituer la pathologie dans le contexte REACTIONNEL individuel du malade . Tenir compte au 1er plan de sa personnalité , , morphologie , sensibilité particulière etc ... On nous le rabâche à juste titre : " ce n'est pas une maladie mais un malade que l'on soigne " ! ! ! !
Ayant la (mal) chance d'être atteinte d'une spondylarthrite avec atteinte périphérique , j'ai autour de moi 2 autres femmes souffrant de spa , et présentant des symptômes quasi identiques . Mais notre façon , aux unes et aux autres , de réagir à la maladie , sont , elles , extrêmement différentes . Les modalités également . L'une est devenue obèse , l'autre quasi squelettique , et la 3e régresse en dormant avec son doudou ( à 32 ans .. ) - Si les 3 ont eu le même déclencheur , ( vaccin hépatite B ) , ce sont ensuie des causes trés différentes qui ont aggravé la maladie . Bref , tout celà pour illustrer le fait que CHAQUE malade a sa façon à lui de réagir ! et que c'est ça qu'il faut passer au crible - ça et rien d'autre -
Pas facile donc ( des homeos chevronnés dont André Saine n'ont jamais trouvé mon remède .. ) Autant dire qu'un débutant en homeopathie n'a aucune chance d'y parvenir ;)
#63681
Bon voici un défi qui sera intéressant de relever. Ces cas chroniques sont évidemment multi strates. Il faut trouver ce qui domine à l'instant T de la consultation et entrer par là.
En général je suis persuadé que s'il n'y a pas un signe caractéristique qui se découvre dans les premières 30 minutes alors 3 heures de plus ne serviront à rien. Le mieux sera de laisser décanter et de reprendre le cas. Je dis cela car finalement voir les gens des heures durant n'apporte rien de plus, on se plante aussi bien hélas.
Freew aimais cela
par yasumina
-
#63686
* En reprenant ce qui m'a été suggéré et merci pour tout ça, sur les signes généraux remarquables (donc ni symptômes cutanés, ni symptômes articulaires, ni effets secondaires de l'alcool mais là ça devient un demi-quelqu'un!) récurrents depuis plusieurs années malgré certains changements de vie importants à plusieurs niveaux, ça tourne vraiment autour d'ars. (à ma mesure).
* Les entretiens (verbaux) ne sont pas longs du tout puisque jusque-là ostéopathiques, il est très clair et il est aisé de le cerner. C'est un ami volontaire pour l'étude homéopathique de son cas sans demande immédiate de prescription, c'est donc mon cas d'étude avec sa permission et sans savoir encore utiliser ni la carte ni la boussole, je vois bien que je suis déjà passée plusieurs fois devant cet arbre!
* j'ai lu que ars peut être une bonne ouverture comme on pourrait utiliser nux-v ou staph selon les facteurs déstabilisants (Lamothe) mais que ars donne souvent des améliorations importantes dans les basses dynamisations et est (trop) souvent prescrit mais perdra de son efficacité dans de +hautes dynamisations du fait d'une prescription parcellaire (Hering):
oui?
* alors serait-il quand-même nécessaire de passer par nux-v?
* Aussi, un psoriasis flambant par poussées me fait penser à une psore (sycotisée voire +) alors qu'une forme de lupus, SPA, Lyme ou scoliose (dans ce que je vois au quotidien et pour faire référence au post de Fantine) me font penser directement à une strate ou un terrain d'entrée syphilitique.
oui?
* Lupus/psoriasis, les examens complémentaires (suite et fin):
je posais cette question longue et pénible parce que tant qu'à prescrire des examens (hors de ma compétence de toutes façons), autant inciter à faire les bons et à en faire moins.
:roll:
#63705
merci, et oui d'accord.
Clin d’œil:
reçu hier une femme qui a fait à peu près tous les examens possibles et imaginables pour écarter avec médecin traitant et rhumatologue TOUTES, vraiment TOUTES les maladies provoquant des douleurs articulaires! SPA, Lupus, Lyme, et j'en oublie.
Diagnostic par élimination: fibromyalgie! ... mais ça ne change rien à son affaire, évidemment.
Leçon retenue définitivement avec démonstration à l'appui . Encore un appui.
(pourtant ça n'est pas la première fois que je passe devant cet arbre...)
"c'est comme si je sentais tous mes muscles" en me montrant les insertions tendineuses un peu partout et elle est bien mieux allongée sur un plan dur ... etc. tout au long de la consultation.
Ça rentre petit à petit. En décantant, ça se simplifie.
Interview de Pr Henrion-Caude

Formidable interview au demeurant du pr Henrion-ca[…]

Journal d’un placébopathe

Bonjour Intéressant, mais comment faire so[…]

Helios

Chez Remedia, on a attendu 8 jours. C'est en effet[…]

syndrome des freins restrictifs

Oui tu as raison😊