par Freew
-
#63926
Je veux dire: qu'est-ce qui s'est réellement passé à l'Hôtel-Dieu ? Fut-ce un désastre pour le docteur Gras et ses collègues homéopathes ?
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#63929
Hello
C'est Alexandre Chargé qui mena l'expérience à l'Hôtel Dieu. Le Dr Gras rapporte simplement dans une lettre au Figaro les résultats de l'homéopathie dans l'Europe à l'époque.
En effet les résultats obtenus par Chargé à l'Hôtel-Dieu ne plaident pas en sa faveur. Il en a fait le récit complet dans un petit livre qui se lit facilement et que je conseille à tous, car il est très instructif : "Trois jours d'homoeopathie à l'Hôtel-Dieu de Marseille, pendant le choléra de 1855". Disponible sur Gallica par exemple.

A l'époque de la parution de l'article sur Egora j'avais voulu rédiger une réponse mais l'analyse objective de faits qui remontent à plus de 150 ans avec peu de sources disponibles est difficile, aussi je n'avais pas poursuivi.
Les homéopathes de l'époque n'ont pas à avoir honte. Si l'on regarde les statistiques de l'Hôtel-Dieu, qui n'apparaissent pas dans l'article d'Egora évidemment, on constate que la mortalité était catastrophique chez les allopathes chaque semaine. Il y a même une ou deux semaines si je me souviens bien où elle frôlait les 100%. Et, chose bizarre relevée par des homéopathes qui ont défendu Chargé (d'autres l'ont attaqué car il avait échoué et cela portait atteinte au crédit de l'homéopathie), la mortalité chez les malades traités par les allopathes descend fortement de manière incompréhensible la semaine où eut lieu l'expérimentation homéopathique, pour remonter ensuite. Ce qui laisse planer un doute sur ces trois jours, Chargé écrivit qu'on ne lui avait confié que les malades les plus graves, et c'est bien possible, on ne saura peut-être jamais la vérité.

Vous trouverez dans les articles de la presse de l'époque de nombreux témoignages spontanés de patients guéris par l'homéopathie, ne se privant pas parfois de comparer leur sort à ceux de leurs connaissances mortes sous traitement allopathique. Cela ne prouve rien bien sûr. Mais, à chaque fois que l'homéopathie est décriée c'est par la bouche d'un médecin allopathe de l'époque.

Quant à l'article d'Egora, il y aurait de très nombreux commentaires à faire dessus. Dès les premiers mots, le ton de la moquerie est en quelque sorte donné et il est clair que les choses sont présentées de manière à induire dans l'esprit des lecteurs une certaine idée négative.
On peut lire :
"J'ai guéri un malade devenu si vigoureux que sa femme en devint enceinte à 45 ans", fanfaronne, en 1832, le chef de file des homéopathes français, Sébastien des Guidi."
Et plus loin : "Leur chef de file, le comte et médecin Sébastien des Guidi, rapporte à son maître une guérison miraculeuse dans une lettre datée du 25 avril 1834 : "J'ai guéri un malade devenu si vigoureux que sa femme en devint enceinte à 45 ans, lui-même en ayant 64, se vante le noble d'origine napolitaine. L'enfant est venu au monde. On voulait lui donner un prénom. J'ai fait donner celui de Samuel."
Si vous regarder le CV de Sébastien des Guidi, vous avez vite compris qu'un homme de sa classe, de son rang, à l'éducation parfaite, et une moralité exemplaire, ne peut ni "se vanter" ni "fanfaronner", termes quasi insultants qui peuvent uniquement sortir de l'esprit crétin d'un journaliste payé pour faire un travail trop rapide et qui s'est servi de sources dont il n'a pas la capacité de critiquer.

Il n'y a plus qu'à retrouver la phrase exacte que Des Guidi écrivit à Hahnemann. Cette phrase je l'ai retrouvée dans les archives de l'institut Boch en Allemagne. La voici en intégralité, non tronquée. C'est une phrase d'amour, de reconnaissance, et bien sûr il n'y aucune once de vantardise.
" Après avoir guéri un malade qui souffrait depuis de longues années, il se trouva si bien et vigoureux que son épouse en devint enceinte à l’âge de 45 ans. Elle était restée 14 ans sans faire d’enfants, le mari en avait 64. L’enfant est venu très bien au monde il y a environ 8 jours, on voulait lui donner mon nom, je lui ai fait donner celui de Samuel. C’est à vous mon respectable ami que cet honneur était dû et me fais un devoir de vous en faire part pour vous prouver l’estime, l’attachement et l’amitié que je vous ai voués pour la vie. "

Si de nombreux médecins sont devenus homéopathes à cette époque, c'est parce qu'ils guérissaient là où l'allopathie échouaient. Et c'était le bien qui était apporté. Ils ne venaient pas à Hahnemann parce que c'était miraculeux, ils venaient parce que c'était leur vocation. Le miracle, c'est éventuellement uniquement dans l'esprit des patients guéris et qui du coup témoignent toute leur reconnaissance.
louise2, VeroniqueB, yasumina et 5 autres aimais cela
par Freew
-
#63930
Bonjour à tous,
Je ne m'attendais pas à une réponse aussi complète, Athelas !
Merci d'avoir pris cette peine. Mais je pense que tous ceux qui fréquentent le forum apprécient autant que moi la qualité de votre post.
Aspen, Jackie H aimais cela

Exit silica à la réflexion - quel[…]

Et un de plus ! Ah ben non, celui là &eacut[…]

Un peu cassé de partout...

Merci Annick pour ce cas et tous les autres. Sur[…]

et je rajouterai à la question de Christoph[…]