par Armel
-
#64717
Bonjour Maladie, c'est l'heure de se nettoyer?

Les décisions politiques sont mauvaises. L'expérience a montré que les mesures sanitaires imposées, ÇA NE MARCHE PAS (confinement et port du masque généralisé n'ont pas d'effets positifs sur la propagation des virus).

Les décisions politiques sont nuisibles: pour nos libertés de se déplacer, de se regarder, d'exercer quelque activité... qui sont à la base d'une vie digne de ce nom.

L'hypnose collective peut fonctionner un temps, mais elle repose toujours sur la complicité des sujets. Face à ce qui devient insupportable la prise de conscience amènera tôt ou tard une réaction collective populaire comme ces derniers jours en Italie.

J'attends ce moment où ensemble nous ferons corps! J'anticipe avec jouissance cette puissance renouvelée et féconde, car nous étions affaiblis depuis longtemps.
par Armel
-
#64723
Bonsoir Marc,

La réponse en 2 volets:

1 l'observation de pays étrangers :
- L'Argentine est en confinement depuis 7 mois avec port du masque obligatoire depuis 6 mois. La courbe en cloche s'est amorcée il y a 3 mois.
- La Suède n'a pas confiné avec un résultat semblable à celui de la France. Chez eux, pas de problèmes aujourd'hui.
- Hongkong et la Corée n'ont pas confiné et ont eu très peu de morts car ils ont isolé et soigné les malades.

2 Le traitement classique des épidémies (je ne suis pas spécialiste) :
- Les plans classiques recommandent l'isolement des malades, jamais des bien-portants (avec une attention pour les personnes fragilisées). Cela n'a pas été suivi par les gouvernants qui ont choisi d'innover.
- Des personnes contaminées se sont retrouvées confinées, en état de stress, et surtout non soignées par manque de tests à l'époque, mais aussi quand jugées trop âgées. Recommandation d'attendre que ça passe avec du paracetamol ou euthanasie au rivotril dans des Ehpad. J'y vois comme un scandale sanitaire. Malgré le confinement, beaucoup de décès, et d'éventuelles contaminations dans le milieu familial, ou en faisant les courses à l'hypermarché.
- Si on est en guerre contre le virus, on remonte le moral de la population, on lui donne des conseils d'hygiène de vie, en cas de carences on peut proposer des compléments en vitamines ou minéraux. On n'empêche pas les gens de prendre l'air. On ne les humilie pas avec des attestation à remplir comme des enfants. Surtout, au lieu de compter les morts, on compte les guérisons en testant aussi tous les moyens disponibles.
par Armel
-
#64724
Merdouille, ma réponse à ta question est très incomplète: j'ai essayé de me baser sur l'expérience de ces 9 derniers mois.

En fait je n'en sais rien, ce qui compte ce n'est pas le virus mais les malades.

Effectivement le confinement ralentit peut-être la propagation du virus, mais il nous affaiblit aussi par le stress. Et il y a des failles car on ne vit pas dans une bulle. J'aurais du évoquer le nombre de décès plutôt que la propagation du virus.

Si le confinement est total et individuel, en stérilisant l'alimentation et le reste (l'air, l'eau etc.) avec l'extérieur, peut-être que le virus ne se propagerait pas. Mais est-ce réaliste et souhaitable?
par Delphinium
-
#64726
En France, quoique le gouvernement prenne comme décision : c'est pas bien et même mal....Ce sont des cons...Et ma liberté ( de contaminer les autres, rien à foutre ! )....Mon plaisir ..blablabla
Ces décisions gouvernementales sont les mêmes partout dans le monde, sauf quelques pays, comme les États unis et le Brésil, lesquels ont dû malgré tout, revoir leur copie...Que faire quand on voit le nombre de morts qui passe de 30 par jour à environ 500 en très peu de temps ? ... la courbe de la deuxième vague exploser et s'apercevoir que ce virus revient après un cycle infecter la même personne ?
Si quelqu'un a la science infuse et est plus malin que tous nos dirigeants d'Europe, qu'il se fasse connaître ! Français = râleurs egocentriques et indisciplinés. Tout le contraire des pays asiatiques qui n'ont que quelques morts. Voir les graphiques sur le net.
par MarcR
Diplômé PH
#64728
Etant donné que les décideurs, avec la complicité consciente ou pas des législateurs, ont réduit l'homéopathie à peau de chagrin, il faut bien nous rendre à l'évidence que nous ne sommes plus en mesure de soigner les malades.
Bien sûr, si chaque médecin en exercice avait des connaissances moyennes en homéopathie, ce virus causerait bien moins de soucis.
Nous savons soigner ou au moins gérer vite et bien grippes et pneumonies, mais nous ne sommes pas assez nombreux et n'avons pas les mains libres. C'est très regrettable, mais c'est ainsi.

Or depuis longtemps, on essaie de séparer les malades et bien portants pour limiter les épidémies.
Le problème c'est qu'il semble que les malades sont déjà contagieux avant que les symptômes n'apparaissent, et il en est de même pour les porteurs asymptômatiques.
Du coup, comment isoler les malades alors que ceux qui semblent bien portants sont peut-être contagieux ?

On peut penser que l'accalmie estivale était due au fait que le virus n'aime pas l'été, mais il a continué à galoper en Amérique centrale et du sud.
Donc, pourquoi ne pas envisager la possibilité que le premier confinement n'aurait pas largement contribué à calmer le jeu ?

Après, c'est clair qu'il y a un gros impact économique et social. Les personnes en ehpad, souvent déjà relativement seules, se sont retrouvées complètement isolées, ce qui est terrible.
Je pense que cette épidémie nous montre que nous ne sommes pas les demi-dieux que nous pensons facilement être.
Un virus peut mettre notre organisation sociale en déroute, quelques gros cumulo-nimbus peuvent détruire une vallée alpine, un tremblement de terre, une année à criquets, un été trop sec, un printemps trop pluvieux, etc...

Mais nous vivons dans cette illusion que nous pouvons dominer la nature, comme si "elle" et "nous" étions 2 entités différentes et antagonistes.
Nous pensons pouvoir maintenir la mort, le malheur, la maladie et la souffrance à distance grâce à notre technologie.
Tant que des circonstances exceptionnelles ne se présentent pas, ça marche pas mal, mais pas toujours.

N'étant pas tout puissants, nous devons accepter de faire certains choix, notamment choisir entre notre sécurité et notre liberté.
Indépendamment de la question de l'homéopathie, nous devons choisir etre libres et accepter que les plus faibles meurent, ou vouloir sauver tout le monde, quitte à ce que cela entraine d'énormes difficultés pour tous.
La vérité est entre ces deux extrêmes. Pas facile de savoir où placer le curseur.

On peut accabler à tord ou à raison le gouvernement actuel, les qualifier d'amateurs, mais on peut aussi se demander : Et moi, je déciderais quoi ? Même les spécialistes épidémiologistes et infectiologues, les médecins de ville, ne sont pas tous d'accord entre eux. Alors quand on a fait l'ENA et qu'on n'est donc pas au top coté médical, que choisir ?
Les brésiliens n'ont pas confiné. Les anglais et américains ont beaucoup tardé. Il y a eu beaucoup de morts.

Si par miracle un politique de bonne foi pouvait tomber sur ce site, regardez les cas cliniques et donnez-nous une chance de remettre en piste une thérapeutique efficace et pas chère.
fantine, didier aimais cela
par Delphinium
-
#64730
Tout à fait d'accord avec toi , Marc !
Très belle réponse !
Consternant, ce dénigrement de l'efficacité de l'homeopathie et cette épidémie qui suit...Et c'est aussi rageant d'avoir les médicaments en regardant les morts s'accumuler.
Avatar de l’utilisateur
par Belladonna
Diplômé PH
#64738
Je rappelle qu'on est là pour parler Homeo . Il y a de plus en plus de sujets sur ce forum qui s'en éloignent.
Il y a quantité d'endroits sur le net pour s'echarpper sur le confinement ou pas , les masques ou pas, le vaccin ou pas
Ca serait bien qu'on reste ici centré sur l'homeopathie
VeroniqueB, cecile, Jrom aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#64742
A mon avis, l'homéopathie est justement au centre de ce problème de société, à cause d'une mauvaise direction prise par les théories thérapeutiques. C'est le rejet de l'homéopathie par ceux qui se targuent d'être des "rationalistes" (et qui sont loin d'être raisonnables) qui est à la source de tout ce b....

C'est tout de même un monde de se priver de cette ressource. Là justement, une jeune femme de 22 ans, migraine depuis 5 ans, toux grasse, grande fatigue, chez qui on a découvert une endométriose.
Comme ça, comment la soigner ?
Mais quand on sait qu'elle aime boire du coca glacé à longueur de journée, et ne supporte pas les orages, ça suffit pour n'importe qui ici pour prescrire phos. Eh bien, l'amélioration a débuté très nettement après une goutte de LM2 Chowdury (migraine, toux fatigue). Maintenant, pour l'endométriose, attendons un peu.
didier aimais cela
par Delphinium
-
#64744
Faire parler les chiffres de l'OMS en ne sélectionnant que ce qui arrange la théorie que l'on veut prouver : les Delepines comparent quelques pays seulement entre eux, oubliant sciement les Etats-Unis et le Brésil, par exemple, et qui n'ont rien à voir au niveau de leurs comportements. Comparer des peuples très disciplinés comme les Japonais et les allemands ainsi que ceux des pays du nord avec les pays latins qui eux ont le besoin de se toucher et de s'embrasser et ne respectent rien, c'est déjà tronqué et malhonnête. Par ce que oui, on peut se permettre de ne pas confiner avec les premiers, et les résultats sont bons. Les seconds, impossible : ils font la fête et des mariages ( 60 et 150 personnes parfois tout l'été ) ! Ça c'est du vécu. ...
De même, comment expliquer les courbes qui s'inflechissent drastiquement directement après le confinement des français italiens belges et espagnols ?
par Emile
-
#64747
Delphinium a écrit : 31 oct. 2020, 08:55 Faire parler les chiffres de l'OMS en ne sélectionnant que ce qui arrange la théorie que l'on veut prouver : les Delepines comparent quelques pays seulement entre eux, oubliant sciemment les Etats-Unis et le Brésil, par exemple, et qui n'ont rien à voir au niveau de leurs comportements. Comparer des peuples très disciplinés comme les Japonais et les allemands ainsi que ceux des pays du nord avec les pays latins qui eux ont le besoin de se toucher et de s'embrasser et ne respectent rien, c'est déjà tronqué et malhonnête. Par ce que oui, on peut se permettre de ne pas confiner avec les premiers, et les résultats sont bons. Les seconds, impossible : ils font la fête et des mariages ( 60 et 150 personnes parfois tout l'été ) ! Ça c'est du vécu. ...
De même, comment expliquer les courbes qui infléchissement drastiquement directement après le confinement des français italiens belges et espagnols ?
Il ne faut pas faire dire aux Delépine ce qu'ils ne disent pas !! :)

Le confinement à la française ne sépare pas les personnes infectées des personnes saines aux sein des logements et il favorise ainsi la contamination de ces dernières en l'amplifiant même par rapport à une situation de non confinement. Une fois arrivé à saturation, ce phénomène de contamination locale s'éteint faute de “combustible”, et c'est la vertueuse distanciation entre les groupes, appelons-les familiaux, assurée par le confinement qui reste seule active et conduit in fine à l'extinction de la maladie.

Nous savons tous que Hahnemann, face à la Tuberculose faisait aérer les logements insalubres surpeuplés (situation de confinement !) en faisant ouvrir grand les fenêtres, avant même de songer à donner un remède homéopathique (il faudrait retrouver où cela est rapporté).

Le terme "Confinement obligatoire" traduit mal la situation recherchée dans la lutte contre l'épidémie. Il faudrait plutôt employer un terme qui véhicule les notions de "Séparation", "Écartement" , "Distanciation" obligatoires.
par Delphinium
-
#64748
La conclusion précise quand même que le confinement n'a pas limité la mortalité.
Or c'est faux : il suffit de regarder les courbes de tous les pays qui ont confiné pour voir la vertigineuse descente peu après et aussi comparer TOUS les pays ensemble et non pas quelques uns hétéroclites et dont la démographie est également très différente.
J'appelle cela du trucage de statistiques pas très scientifique. Aucune rigueur dans cette démonstration, désolée
par Emile
-
#64749
Delphinium a écrit : 31 oct. 2020, 11:47 La conclusion précise quand même que le confinement n'a pas limité la mortalité.
Or c'est faux : il suffit de regarder les courbes de tous les pays qui ont confiné pour voir la vertigineuse descente peu après et aussi comparer TOUS les pays ensemble et non pas quelques uns hétéroclites et dont la démographie est également très différente.
J'appelle cela du trucage de statistiques pas très scientifique. Aucune rigueur dans cette démonstration, désolée
Avant de parler de trucage statistique, comme si c'était une évidence, je t'invite à étudier le papier auquel renvoie Gérard Delépine et que je mets en pièce jointe. La traduction en Français de son introduction est la suivante :

“Cette étude phénoménologique évalue les impacts des stratégies de confinement total appliquées en Italie, en France, en Espagne et au Royaume-Uni, sur le ralentissement de l'épidémie de COVID-19 en 2020. En comparant la trajectoire de l'épidémie avant et après le confinement, nous ne trouvons aucune preuve d'une discontinuité dans le taux de croissance, le temps de doublement et l'évolution du nombre de reproduction. En extrapolant les tendances du taux de croissance avant le confinement, nous fournissons des estimations du nombre de décès en l'absence de toute politique de confinement, et nous montrons que ces stratégies n'auraient peut-être pas sauvé de vie en Europe occidentale. Nous montrons également que les pays voisins qui appliquent des mesures d'éloignement social moins restrictives (par opposition au confinement à domicile par la police) connaissent une évolution temporelle de l'épidémie très similaire.”

Je peux t'assurer que la rigueur mathématique qui gouverne la discipline des statistiques, s’accommode mal d'une déduction aussi tirée par les cheveux que celle que tu pratiques avec :

Un :

“Il suffit de regarder les courbes de tous les pays qui ont confiné pour voir la vertigineuse descente (de la mortalité) .”

qui entrainerait la conclusion :

“Le confinement a limité la mortalité. (au sens de a fait mieux que ce que d'autres approches auraient pu faire”.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par Emile
-
#64750
Avant de parler de trucage statistique, comme si c'était une évidence, je t'invite à étudier le papier auquel renvoie Gérard Delépine et que je mets en pièce jointe. La traduction en Français de son introduction est la suivante :
“Cette étude phénoménologique évalue les impacts des stratégies de confinement total appliquées en Italie, en France, en Espagne et au Royaume-Uni, sur le ralentissement de l'épidémie de COVID-19 en 2020. En comparant la trajectoire de l'épidémie avant et après le confinement, nous ne trouvons aucune preuve d'une discontinuité dans le taux de croissance, le temps de doublement et l'évolution du nombre de reproduction. En extrapolant les tendances du taux de croissance avant le confinement, nous fournissons des estimations du nombre de décès en l'absence de toute politique de confinement, et nous montrons que ces stratégies n'auraient peut-être pas sauvé de vie en Europe occidentale. Nous montrons également que les pays voisins qui appliquent des mesures d'éloignement social moins restrictives (par opposition au confinement à domicile par la police) connaissent une évolution temporelle de l'épidémie très similaire.”
Je peux t'assurer que la rigueur mathématique qui gouverne la discipline des statistiques, s’accommode mal d'une déduction aussi tirée par les cheveux que celle que tu pratiques avec :

Un :

“Il suffit de regarder les courbes de tous les pays qui ont confiné pour voir la vertigineuse descente (de la mortalité) .”

qui entrainerait la conclusion :

“Le confinement a limité la mortalité. (au sens de a fait mieux que ce que d'autres approches auraient pu faire)”.
question rubrique ..

C'est un symptôme qui est très cert[…]

Médecine Tradi orientla et homeopathie?

Bienvenue Olivier. Je ne pense pas grand bien de t[…]

Hommage au Dr Georges Broussalian

J'ai été plus qu'ému en d&eac[…]

palliation de la douleur, effet immédiat !

Hé bé, je ne suis pas peu fier que t[…]