par Vincent W
-
#65891
Bonjour,

Petite question tirée de l'observation :
Je n'ai pas encore le niveau pour prescrire sérieusement de l'homéopathie, je continue encore donc mon activité de micronutrition et quelque chose me frappe. J'ai l'impression que cette discipline peut parfois améliorer un peu le niveau de santé, contrairement à ce que j'ai compris du cours. On arrive certes rapidement à un plafond que l'on ne peut dépasser, mais l'amélioration est claire selon les critères homéopathiques.

J'ai par exemple le cas d'un enfant que je suis depuis plus d'un an pour des intolérances multiples, avec de graves troubles digestifs et des troubles émotionnels et du comportement. Après des mois de traitement purement micronutritionnels, les signes digestifs se sont nettement améliorés, même si ce n'est pas parfait, idem pour les troubles émotionnels. Il commence par ailleurs à faire des angines fébriles à répétition, lui qui n'était "jamais malade".
J'en conclue à une petite augmentation du niveau de santé, avec l'apparition de symptômes superficiels à mesure que les symptômes profonds diminuent.

Cela me pose questions :
- ai-je tout faux dans l'interprétation ou suis-je forcément passé à côté de quelque chose ?
- peut-on améliorer un tant soit peu le niveau de santé par des méthodes nutritionnelles ?
- puisque nous avons vu en cours que la malbouffe et les additifs alimentaires néfastes, ainsi que l'abus d'alcool pouvait être pourvoyeurs de miasmes, est-ce que l'amélioration de l'hygiène de vie, les supplémentations et autres méthodes nutritionnels ne peuvent-elles pas créer l'effet inverse, ou limiter l'activité du miasme ?
- j'en profite pour poser un question sur quelque chose qui m'a étonné en cours : la supplémentation en vitamine D peut-elle supprimer des symptômes ? ou est-ce à cause des additifs éventuels ? Comment une molécule habituellement utilisée par l'organisme peut-elle supprimer un symptôme ?

C'est un peu logorrhéique, mais j'espère que cela reste clair :grimacing:
#65920
Bonsoir Vincent,

Il est difficile d'avoir du recul sur des disciplines que personnellement je ne pratique pas. En revanche, il est sûr qu'Hahnemann a toujours insisté sur l'hygiène de vie et que si cette dernière n'est pas au rendez-vous, il sera difficile de guérir le malade. Il est donc possible que la micro nutrition aide le patient. Reste à savoir jusqu'où et si cela peut être durable, ce dont je ne suis pas sûre sauf exception (c'est le cas des régimes sans gluten qui aident souvent mais qui ensuite ne suffisent plus).

Pour ce que j'ai compris de la supplémentation en vitamine D, c'est qu'elle booste en quelque sorte les enfants et qu'un enfant qui ne marche pas à 18 mois ET qui a été supplémenté en vitamine D, c'est un symptôme qui peut être vraiment pris en compte.

J'espère avoir été claire et avoir répondu à tes interrogations.
#65921
Bonjour,

Merci pour votre réponse.
C'est donc clair selon vous que les méthodes nutritionnelles sont indispensables chez un sujet ayant une mauvaise hygiène de vie. La micronutrition peut beaucoup aider dans ce cas.
En revanche, chez un enfant ce n'est pas le problème, c'est d'ailleurs ce qui m'a fait rechercher plus loin que la micronutrition : comment un enfant de quelques semaines peut-il développer d'aussi important troubles digestifs alors qu'il est allaité, aucun incident obstétrical, etc... ? J'en ai conclu que le problème était plus profond.

La question qui me reste est la même que vous j'ai l'impression, jusqu'où peuvent aller les méthodes naturelles dans la guérison et quel impact sur l'activité du miasme ?
Il n'y a pas guérison complète, c'est clair. D'ailleurs le petit que j'ai cité ne peut pas se permettre d'arrêter son traitement.

Très clair pour la vitamine D. Merci
#66076
Bonjour Vincent

Votre question est très interessante parce que de nombreux patients se la posent d'une façon plus ou moins claire.

Que ce soit la nutrition, le mode de vie, l'environnement émotionnel/physique ou la moralité, ces facteurs ont clairement leur place dans la dynamique de la maladie/guérison.
L'alimentation peut ralentir ou temporairement améliorer des troubles. Sur un niveau de santé élevé ou chez des enfants, cette correction peut mener à une pseudo guérison. Les années d'observation montrent cependant que les troubles qui s'étaient amendés reviennent malgré le régime après quelques années.
Je trouve personnellement que les personnes au mode de vie équilibré, ou qui veillent à leur habitat, leur eau, leur environnement gagnent du temps lors de la détermination d'un remède. A condition que ce ne soit pas vécu sur le mode obsessionnel (type orthorexie).
Sinon, plus le mode de vie est perturbé, plus il faudra de consultations pour trouver un similimum, plus il sera difficile pour le patient d'acquérir la persévérance nécessaire au traitement homéopathique des maladies chroniques, le processus de guérison sera plus long.

Hahnemann cite (je rapporte de mémoire, tiré des maladies chroniques)un exemple avec le jus de sève de bouleau. Une éruption réapparait après usage de celui ci. Effectivement, le niveau de santé se réhausse. Cependant, que ce soit des angines ou une éruption, qu'allez vous faire sans homéopathie? Difficilement autre chose qu'une suppression. Que ce soit par l'attente que ça guérisse "tout seul", ou par des plantes, une correction alimentaire, etc... L'homéopathie est la seule médecine capable d'apporter un supplément d'énergie à l'organisme, cette correction s'effectuant selon des règles et critères précis.

Hahnemann préconisait également le magnétisme pour les organismes de faible vitalité (ce qui concerne quasi tout le monde occidental actuellement). Cependant je vous recommande de bien choisir votre magnétiseur si tel était le cas, car nous touchons l'immatériel. A l'époque, il était assez simple de discerner les "bonnes" des "mauvaises" personnes. C'est plus difficile aujourd'hui dans notre monde déboussolé où toutes les opinions se valent, et où le niveau de santé de base bien plus faible.Le magnétiseur vous transfuse une énergie brute, il peut faire des suppressions ou vous donner des énergies assez spéciales.
L'ostéopathie me semble la thérapeutique complémentaire idéale de l'homéopathie. Le toucher intervient, elle accélère la libération des blocages énergétiques.
La médecine chinoise est interessante et apporte potentiellement une guérison selon les lois de Hering, cependant je la trouve utile surtout en amont ou si le médicament est difficile à trouver. D'après ce que j'en comprends, son objectif est de réharmoniser. Si vous êtes sous un remède bien ajusté, la guérison va s'effectuer en créant un déséquilibre plus superficiel. Le risque est la suppression majeure si une aiguille intervient pour corriger ce déséquilibre là.
Beaucoup d'autres thérapeutiques sont potentiellement suppressives car ne concernent qu'un petit morceau de l'organisme. Suivant les niveau d'énergie, elles déplacent souvent les pathologies, parfois apportent un peu d'énergie supplémentaire.
Je n'évoque pas dans ce champ les thérapeutiques qui jouent sur des énergies encore plus subtiles que l'homéopathie, ne disposant d'aucun critère pour les évaluer.

Quoi qu'il en soit, actuellement la mode est au "travail sur soi" pour se nettoyer, purifier, etc... L'homéopathie est souvent vécue comme peu interessante par tous ces patients en quête d'efforts pour se transformer car le travail se fait tout seul...selon des règles qu'on ne choisit pas. Echec et mat pour notre ego!
yasumina aimais cela
#66077
PS les miasmes n'ont rien à voir avec tous ces facteurs là.
C'est toute la question de Hahnemann avant qu'il ne trouve la réponse dans les maladies chroniques. il soignait des aigus, ou des états transitoires, sans parvenir à reellement une guérison définitive. Il a failli "jeter" toute l'homéopathie sur cette seule incapacité à traiter des maladies chroniques de façon systématique.
#66086
Je vais quand même vérifier si j'ai vraiment compris :
Même si ces médecines peuvent provoquer un "sursaut" de la force vitale, le gain ne peut être durable car la réaction due à ce sursaut (avec petite augmentation de la force vitale) ne pourra qu'être supprimé sans le recours à l'homéopathie.
De plus ces médecines n'ont pas d'effet en profondeur sur le miasmes.

Un peu comme si l'on utilisait uniquement des remèdes homéopathiques végétaux : cela traite superficiellement mais la maladie finit par revenir par l'activité du miasme qui n'a pas été délogé. C'est ce "retour du miasme" qui a failli mettre le Fondateur en échec.

Ainsi avec ce genre de thérapies, on a au mieux un traitement superficiel temporaire ou une aide au remède homéopathique, au pire une suppression.

Est-ce bien cela ?
Si oui, je connais un ostéopathe qui semble avoir de bons résultats sur des Lyme chroniques ou étiquetés comme tel, il pratique son art avec de l'isothérapie (quasi exclusivement, école du Dr Senn). Est-il également dans ce cadre ?
#66095
Exactement
Le magnétisme apporte de l'énergie, donc améliore potentiellement les niveaux de santé, mais ne jouera pas sur les miasmes. Tu verras le remède plus nettement, éventuellement avec un passage de la pathologie sur des plans plus superficiels.

Je mets la médecine chinoise à part.

Pour les autres thérapeutiques, le gain est minime, permet cependant d'éviter une dégradation de l'état de santé, ou apporte un minimum d'énergie. Ces thérapeutiques combinées à des efforts de "mise en ordre" de la vie par une bonne alimentation, un environnement adapté, le plein air, le respect de soi et des autres etc constituent un véritable potentiel de santé dans le monde actuel. Cependant, comme tu le dis bien, cela ne vaut guère mieux que les traitements par les végétaux au début de la pratique homéopathique d'Hahnemann.

Merci également d'évoquer la maladie de Lyme, qui mériterait un débat à elle toute seule. Toutes sortes de traitements fleurissent actuellement, et même avec un usage prolongé d'antibiotiques, on peut avoir le sentiment que "ça marche".

L'avenir permettra de trancher quant à mes hypothèses que voici:
1/ l'isothérapie, est utilisée de manière exceptionnelle par Hering, parfois utilisée de manière intelligente pour éliminer une chimio (Farokh Master l'utilise dans ce cas à titre thérapeutique), et je me pose la question de son intérêt en post vaccination covid. Cependant, ce n'est qu'une toute petite partie de la prise en charge thérapeutique. Répétée sans règles, sans prise en charge de la totalité du patient, on aboutit logiquement à des bêtises, pour rester soft.
2/Les antibiotiques. Certains ont vu une amélioration nette avec l'usage prolongé d'antibiotiques. Au delà du risque global d'augmentation d'antibiorésistance, on constate selon moi un déplacement des symptômes sur des plans plus profonds, mais moins gênants en apparence. On vit dans un tel monde de dingues, que des fixettes, et autres déconnections de la réalité limitées passent inaperçues, voire sont parfois confortables.

Le lyme correspond au miasme syphilitique, le plus facile à détruire, et donc le plus facile à supprimer. A quoi aboutit la suppression d'un miasme syphilitique, sur fond de matraquage prolongé de la psore? le cancer, la folie.
Je suis intimement convaincue, sans recul suffisant, que toutes ces thérapeutiques vont augmenter le risque de cancer chez ces personnes traitées. En attendant, lorsque tu passes derrière tout ça en homéopathie classique, bonjour la galère...
yasumina aimais cela
#66096
je mets la médecine chinoise à part, ainsi que toutes les thérapeutiques qui vont permettre de "débloquer" les noeuds énergétiques, sans que l'on sache exactement ce qu'il se passe, permettant ainsi une nouvelle circulation d'énergie. La médecine chinoise comporte 5 volets complémentaires, assez exigeants, mais qui apportent ensemble un gain significatif. En revanche elle n'a pas la possibilité d'éliminer un miasme définitivement, et sa capacité d'apporter de l'énergie est bien plus limitée.
#66097
Merci encore pour ces éclaircissements.

Déjà que c'est tout sauf simple d'arriver à la cheville de nos prédécesseurs (Lippe, Kent, Skinner, etc...), voilà qu'en plus nos patients sont encore plus compliqués qu'à leur époque et que ça n'est pas prêt de s'arranger...
On a du pain sur la planche, c'est rien de le dire.
VeroniqueB, Agnes ASTIER aimais cela
un arbre qui cache la foret

Bonjour je dirais aurum peur de la pauvret&eacu[…]

COVID exemple standard

Superbe merci beaucoup

Il y a déjà eu plusieurs cas de para[…]

Covid exemple standard

12 Avril 2021 - 12 : 16 ça va des haut[…]