par Terrasienna
Staff
#65894
Bonjour

Pourriez vous m'aider s'il vous plaît? Deux questions me perturbent:

1/ Auriez vous des informations sur la différence entre hydrophobinum et lyssin?
Je pensais qu'il s'agissait du même médicament. Or ces deux médicaments sont distincts dans les trousses de Fincke. De fait, j'ai testé les deux doses sur une patiente évidemment lyssin. (lyssin a bien fonctionné). Selon les réflexes autonomes, le lyssin passait, hydrophobinum, non, à mon grand étonnement.

2/Concernant ceux qui se sont faits vacciner contre le covid... je n'utilise jamais les isothérapiques, mais pour ce type de vaccin expérimental, intuitivement, je me dis que nos doses habituelles pourraient ne pas suffire. Auriez vous des infos sur l'utilisation de l'isothérapie dans ces cas là? Envoie t on une dose de XM une seule fois?

Merci à vous+++
Kathmandou aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#65897
Justement, à propos des vaccinés, avez-vous dans votre pratique rencontré des effets que vous avez gérés avec l'un ou l'autre remède dynamisé ?
par HERBADILLA
-
#65898
Il semble que ce soit à Hering que l'on doit la pathogénésie de Lyssin (hydrophobinum). Voici l'introduction à la MM de LYSSIN ds les Guiding Symptoms de Hering
(Suivant la suggestion de Ziemsen, dans son Encyclopédia, vol. 3, p. 472, nous remplaçons Hydrophobinum par Lyssin, car le nom d'hydrophobie, à proprement parler, se réfère à un symptôme occasionnel, et n'est pas une caractéristique de la maladie dont le nom classique est le nom grec Lyssa. C. Hering).

Bave de chien enragé. Nosode.

Pour la revue historique, voir la Monographie de Hering (North American Journal of Homoeopathy, 1879).
La première salive fut obtenue par Hering en Août 1833 (voir North American Journal of Homoeopathy, 1879), et expérimentée par lui-même la même année; puis par Schmid, un étudiant d'Allentown, en 1835; par Behlert sur de nombreux expérimentateurs, de 1835 à 1838; par Redman Coxe sur lui-même et sa famille, en 1853; par Knerr, avec une 300ème et une 600ème de Jenichen, sur une femme mordue par un chien, qui n'avait pas la rage, en 1869.
Les symptômes observés après morsure, et ceux de personnes atteintes de rage, rapportés de sources sûres, sont suivis d'un tiret ( _ ).
Les rapports cliniques ont été maigres jusqu'à présent, à cause de la publication relativement récente des expérimentations.

Edouard parle d'une origine un peu différente entre les 2 remèdes.
je n'ai pas retrouvé cette indication. Boericke - Clarke - Phatak - ne les différencient pas dans leurs MM.
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#65899
Tout cela est exact. Hering se servait de la salive du chien enragé, souche qu'il baptisa finalement Lyssinum. J'ignore qui ensuite constitua (si c'est avéré) une nouvelle souche à partir de la moelle d'un chien enragé et la baptisa Hydrophobinum, histoire d'embrouiller davantage les choses. Le plus simple serait de demander des infos à la Gudjons Apotheke.
un arbre qui cache la foret

je dirais aurum peur de la pauvreté pen[…]

Covid exemple standard

Bonjour ,comme les 2 pises de BRY200 avaient forte[…]

bonjour ,l'homeo n'etant pas une histoire de quant[…]

COVID exemple standard

Superbe merci beaucoup