par Leon
-
#71125
En homéopathie quand on parle d'aggravation après la prise d'un remède, est-ce que cela peut toucher aussi bien les cas chroniques que les cas aigus, ou bien est-ce surtout (comme je le pense) sur un cas chronique qu'on voit ce phénomène ?
Avatar de l’utilisateur
par nico_juju
Etudiant
#71126
Bonjour Léon,

Pour faire très simple, le vivant est un ensemble régit par une force immatérielle (ou force vitale) qui maintient constamment un équilibre subtil. La maladie n'est qu'un dérèglement de cette force immatérielle ce qui provoque des symptômes.
Tout est lié, une douleur d'un doigt provient d'un dérèglement bien plus profond et global.

En homéopathie, nous venons aider la FV en venant lui donner une très légère impulsion dynamique ce qui rétablira cet équilibre vital et guérira donc le malade.
Pour cela il faut connaitre précisément les effets des médicaments pour mimer un maximum l'ensemble des symptômes de la personne malade.

En cas de médicament pas totalement similaire ou administré en trop grande quantité, puissance, il peut y avoir des aggravation car le médicament n'est en faite qu'une maladie artificielle que l'on vient appliquer sur la FV, qui n'est plus capable de gérer.

Il existe principalement 2 types d'aggravations :
- aggravation similaire (ce sont des symptomes qui étaient déjà présents chez le patient), dose trop puissante ou en trop grande quantité, la FV est débordée.
- aggravation dissimilaire (ce sont de nouveaux symptomes qui n'ont rien à voir avec les symptomes préexistants), dans ce cas la prescription n'est pas ou plus du tout adaptée. Les nouveaux symptomes peuvent nous aiguiller vers un nouveau médicament.

Ces aggravations peuvent aussi bien arriver lors d'un traitement pour un aigue comme pour un chronique.
Dans tous les cas, une aggravation montre une susceptibilité de la personne malade à l'emprunte vibratoire du médicament.

L'un des gros bénéfices de la 6eme edition de l'organon de Hahnemann (et la dernière) est l'utilisation de l’homéopathie en dose liquide, qui diminue fortement le risque d'aggravation similaire.

https://planete-homeopathie.org/quand-e ... -de-prise/
par Leon
-
#71127
Je pensais à l'aggravation similaire.

Il me semble qu'en situation aigue, on est pas aussi regardant sur le contrôle de la quantité et que les répétitions peuvent être nettement plus rapprochées que lorsque on traite un cas purement chronique.
Avatar de l’utilisateur
par nico_juju
Etudiant
#71128
C'est le cas, en aigue tu es face a une explosion, tu peux te permettre de renouveler beaucoup plus souvent, si le cas en a besoin.
par Emile
-
#71129
Leon a écrit : 27 mai 2023, 09:43 En homéopathie quand on parle d'aggravation après la prise d'un remède, est-ce que cela peut toucher aussi bien les cas chroniques que les cas aigus, ou bien est-ce surtout (comme je le pense) sur un cas chronique qu'on voit ce phénomène ?
Bonjour,

Tu trouveras ci-joint un doc de synthèse que j'avais réalisé, à partir de mes lectures, sur le sujet.

Effectivement, il existe des cas aigus, comme des infections, dont on dit qu'ils "consomment de la dose".
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
nico_juju, Leon, narcisse.81 et 1 autres aimais cela

Merci pour l'info je me suis inscrite.

Helix tosta

J'ai pulvérisé Helix Tosta 6c sur l'[…]

stock médicaments

Bonjour Michèle, La dynamisation est bien e[…]

Je pars finalement sur CAUSTICUM , rem&e[…]