Événements, émissions, parutions, réglementations,...
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#17946
Francis D a écrit :Comment compte le Syndicat National des Médecins Homéopathes de France (SNMHF)?

Le SNMHF a publié sur son site un communiqué pour vilipender le "quarteron" de protestataires "qui ne représente qu'eux mêmes". Pour rassurer les homéopathes et leurs patients, le SNMHF, dans ce même communiqué précise:

"Moins de 200 souches ont été évaluées et seulement 27 - moins de 1% du volume des prescriptions - ont été retoquées".

Eh bien je ne trouve pas cela très rassurant: 27 retoquées sur moins de 200 souches évaluées, cela fait environ 15% de souches rejetées.
Surtout, le SNMHF représente qui là dedans?? Combien de membres dans une profession connue pour sa non syndicalisation? Par ailleurs e SNMHF est une entité de Boiron. Tu ça ne vous semble pas un peu pourri?
Avatar de l’utilisateur
par ByeBye01
Banni
#17948
"Moins de 200 souches ont été évaluées et seulement 27 - moins de 1% du volume des prescriptions - ont été retoquées". Francis


Oui, mais les enregistrements courent jusqu'à Juillet 2015, d'ici là, nous ferons le point sur les chiffres définitifs.
par Gyromède
-
#17958
Athelas a écrit :vidéo sur France 3 région

http://provence-alpes.france3.fr/2013/0 ... 78895.html
Ah mais c'est monsieur Didier Grandgeorge qui témoigne sur cette vidéo des problèmes de disponibilité de remèdes qui commencent à se poser. Voici un médecin qui semble conjuguer éthique et compétence.

Je me pose une question : quand l'administration européenne donne une AMM pour une médicament homéopathique est-ce que cette autorisation n'est valable que pour Boiron qui a déposé le dossier ou bien aussi pour d'autres potentiels fabricants ?
par Francis D
-
#17959
Justement, dans le style Colombo, je voulais demander: Qui a fourni au SNMHF le chiffre de 1% des ventes?

Puis celle-ci: Pour qui des souches qui ne représentent que 1% des ventes sont-elles des médicaments négligeables? Pour le médecin qui les prescrit? Pour le malade qui en a besoin? Pour le labo qui trouve ça insignifiant?
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#17960
Gyromède a écrit :
Athelas a écrit :vidéo sur France 3 région

http://provence-alpes.france3.fr/2013/0 ... 78895.html
Ah mais c'est monsieur Didier Grandgeorge qui témoigne sur cette vidéo des problèmes de disponibilité de remèdes qui commencent à se poser. Voici un médecin qui semble conjuguer éthique et compétence.

Je me pose une question : quand l'administration européenne donne une AMM pour une médicament homéopathique est-ce que cette autorisation n'est valable que pour Boiron qui a déposé le dossier ou bien aussi pour d'autres potentiels fabricants ?
Excellente question!
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#17961
Francis D a écrit :Justement, dans le style Colombo, je voulais demander: Qui a fourni au SNMHF le chiffre de 1% des ventes?

Puis celle-ci: Pour qui des souches qui ne représentent que 1% des ventes sont-elles des médicaments négligeables? Pour le médecin qui les prescrit? Pour le malade qui en a besoin? Pour le labo qui trouve ça insignifiant?
C'est l'éternelle question, en relation avec la notion de champ de conscience. Les enfants Mérieux, tout comme la famille Boiron, enfin tous les humains, auront un jour besoin d'un homéopathe. C'est une terrible cécité intellectuelle de ne pas percevoir cela.
Avatar de l’utilisateur
par ByeBye01
Banni
#17981

Je me pose une question : quand l'administration européenne donne une AMM pour une médicament homéopathique est-ce que cette autorisation n'est valable que pour Boiron qui a déposé le dossier ou bien aussi pour d'autres potentiels fabricants ?



Cette Directive européenne transposée en droit français concerne l’ensemble des laboratoires homéopathiques qui doivent chacun déposer à l’ANSM un dossier d’EH pour chaque souche et d’AMM pour chaque médicament pour continuer à les commercialiser.
Les dépôts ont commencé en 2001 et s’étendent jusqu’en 2015, selon un calendrier défini au départ.
http://www.medical.boiron.fr/medical/CM ... TATION.pdf
par Francis D
-
#17991
Gyromède a écrit :
Athelas a écrit :
Je me pose une question : quand l'administration européenne donne une AMM pour une médicament homéopathique est-ce que cette autorisation n'est valable que pour Boiron qui a déposé le dossier ou bien aussi pour d'autres potentiels fabricants ?
Je confirme, l'enregistrement n'est valable que pour Boiron, sur trois sites de fabrication à Sainte-Foix-les Lyon, Messimy et Montrichard.

Dans le domaine de la santé, comme dans les autres, la politique "européenne" vise à faire disparaître les petites structures au profit de grands monopoles, qui seuls ont les moyens financiers de payer les coûteux agréments ou accréditations qu'on leur impose par voie réglementaire.

Ainsi les laboratoires d'analyses médicales sont obligés de se regrouper pour pouvoir payer leurs frais d'accréditation. On peut se regrouper (médecins, labos, etc.) en SEL (Société d'Exercice Libérale). Naguère, les SEL, pour des raisons d'éthique, ne pouvaient avoir que des actionnaires médecins, pour éviter les dérives commerciales. C'est fini, grâce à "l'Europe", des actionnaires privés peuvent y investir! La santé sera rentable, ou ne sera pas.
par Gyromède
-
#18001
Il ne s'agit ni plus ni moins que de la privatisation forcée de biens qui étaient auparavant quasiment publics et accessibles à tous. De même qu'avant un paysan pouvait réserver une partie de sa récolte de graines pour les prochaines semailles et qu'aujourd'hui cela lui est interdit car il n'est pas accrédité.

Je souhaite à la Suisse de rester le plus longtemps possible en dehors de ce système européen qui devient un vrai cauchemar.
par Francis D
-
#18003
Je reprends l'histoire des souches. Ce que je lis sur le site du SNMHF est vraiment inquiétant. Ils disent (Dr JEULIN-FLAMME, Présidente) que l'évaluation des souches est une grande avancée, car ça permet de parfaire l'intégration de la thérapeutique homéopathique à la médecine officielle. Ils expliquent que les souches refusées par l'ANSM (Agence nationale des produits de santé), sont refusées parce que trop peu prescrites.
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#18004
Francis D a écrit :Je reprends l'histoire des souches. Ce que je lis sur le site du SNMHF est vraiment inquiétant. Ils disent (Dr JEULIN-FLAMME, Présidente) que l'évaluation des souches est une grande avancée, car ça permet de parfaire l'intégration de la thérapeutique homéopathique à la médecine officielle. Ils expliquent que les souches refusées par l'ANSM (Agence nationale des produits de santé), sont refusées parce que trop peu prescrites.
Bie d'accord avec toi, et je pense qu'il faut quand même relever le sophisme: "En effet, par leur validation par l’ANSM, les médicaments homéopathiques reçoivent un brevet officiel d’efficience" Ce que Jean a écrit Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle est désormais appliqué à l'administration...
par Francis D
-
#18006
Le SNMH tient à rassurer:

"Pour les autres souches non remboursées, contrairement aux rumeurs circulant, rien ne bougera avant 2015, date à laquelle les industriels pourront encore déposer des demandes d'enregistrement." (Ce n'est pas rassurant du tout, car il suffira de s'apercevoir en 2015 qu'elles sont "peu prescrites" pour les supprimer.) Car, continue le SNMH: "Mais encore faut-il qu'il existe pour ces souches des dossiers solides permettant d'argumenter et de défendre l'usage traditionnel de ces médicaments. Ce sera pour certaines souches probablement une pierre d'achoppement."

Et plus loin: "le médecin homéopathe ne pourra exercer que si l'industrie pharmaceutique perdure en France et il faudra que les médecins homéopathes regardent la réalité incontournable des chiffres: que prescrivons-nous réellement?" C'est beau comme du Boiron: les chiffres, les chiffres vous dis-je! Comme on ne retiendra que les souches (et les dilutions, voir plus loin) les plus prescrites la liste des médicaments correspondra aux prescriptions pluralistes (puisque les plus nombreuses statistiquement).

Car le SNMHF avoue, en parlant de Boiron: ils ont fait le choix de certaines dilutions par souche". Dans le nouveau catalogue de Boiron, ça donne ça:
Aralia racemosa, en tubes granules, 4, 5, 7, 9 CH, et en doses 9 CH, et c'est tout.
Clematis erecta, ou Grindelia: tubes 4, 5, 7 et 9 CH, pas de dose.
Iberis amara: tubes de 5 et 9 CH et rien d'autre, etc.

Est-ce rassurant de lire cet aveu du SNMHF: Ce que nous n'arrivons pas à savoir de façon officielle, facilement, au fur et à mesure, ce sont les souches avec refus par l'ANSM de l'enregistrement homéopathique et qui disparaissent définitivement."?

Et ce qui est irresponsable, c'est leur volonté forcenée, affichée, d'intégrer la thérapeutique homéopathique dans la médecine au niveau européen. C'est le rêve de Boiron (Voir "L'avenir de l'homéopathie"), mais c'est très inquiétant quand le SNMHF constate:

"Le refus d'enregistrement homéopathique d'une souche est appliquée à l'ensemble des laboratoires homéopathiques"!

Ainsi, si nous étions bien intégrés au niveau européen comme en rêve le SNMHF, l'interdiction dune souche en France s'appliquerait aux labos anglais, allemands, autrichiens, néerlandais! Vraiment génial! Heureusement que l'Inde n'est pas sur le point de rentrer en Europe, et que la Grande Bretagne est sur le point d'en sortir...
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#18045
Bien sûr, Edouard a parfaitement raison. C'est une supercherie.

Toujours remonter à la source et en faire une lecture critique par soi-même.

Voici pour ceux qui ne l'ont pas lu le lien du communiqué du syndicat national des médecins prescrivant de l'homéopathie. :shock:
(je reprends une formulation de leur communiqué)

http://www.snmhf.net/index.php?option=c ... Itemid=222

Bon il n'y a pas lieu de s'affoler selon ce syndicat.
Au contraire, ce sera mieux après :

"Sur le fond, le SNMHF considère que cette évaluation est un passage obligé autant qu’utile pour conforter la crédibilité des médicaments homéopathiques. En effet, par leur validation par l’ANSM, les médicaments homéopathiques reçoivent un brevet officiel d’efficience."

??

Je vous invite à relire les art. L5121-13 et L5121-14 du CSP qui expliquent ce qu'est un enregistrement homéopathique (EH).
Un EH n'a aucun rapport, de près ou de loin, avec une quelconque efficience. Bon sang c'est pratiquement juste un acte administratif ! Une vérification d'un dossier en règle auquel on ajoute un coup de tampon.

Et puis pourquoi employer ce terme d'efficience qui a un aspect économique avec la notion de rendement. Je trouve que c'est symptomatique de leur mentalité.
L'efficience c'est le apport entre le coût et les avantages (diminution morbidité,).
Ils en sont là, prescrire pour prescrire, c'est à dire "je vous prescrit de l'homéopathie" parce que cela va vous apporter un avantage. Où est la médecine homéopathique là-dedans, où est la recherche de la guérison.
par Emile
-
#18048
Faut-il comprendre que dans l'instruction d'une AMM par l'organisme certificateur, la capacité de la souche à produire la pathogénésie attendue n'est pas vérifiée ?

Hello Didier ! Quelle exellente nouvelle ! Je v[…]

Quelques nouvelles de Miko .. La biopsie pra[…]

Dr Georges Broussalian

Coucou à tous Un immense merci de tout votr[…]

c'est vraiment super et très encourageant p[…]