Règles du forum : Veuillez S.V.P. éditer vos répertorisations et indiquer le raisonnement qui vous conduit à choisir un médicament parmi ceux qui apparaissent.
Avatar de l’utilisateur
par Belladonna
Diplômé PH
#53935
Ed vous propose encore un excercice d'enchainement de médicaments

Madame V se portait bien puis le moral a plongé d'un coup depuis 10 ans.

Elle a commencé par mal dormir, et maigrir car elle ne mangeait plus. D'ailleurs malgré les drogues qu'elle prend, elle continue de se réveiller vers 1 ou 2 h du matin

Elle est pleine d'idées "noires", remarque le moindre grain de poussière chez elle. Sont apparues ensuite des idées suicidaires. Elle a déprimé à chaque décès d'un chien ou d'un chat.

Un fils lui crée beaucoup de soucis. Impossible de savoir ce dont il s'agit, ses réponses étant peu cohérentes. Elle dit "les problèmes ont commencé quand les enfants sont mis en otage".

Son traitement peut expliquer sa confusion:

Laroxyl 25 X 2

Laroxyl 15 gttes

Lexomyl 1/4 1/4 1/2

On envisage d'augmenter et d'associer avec un "régulateur d'humeur"

Son entourage la trouve impatiente, très agitée, elle ne tient pas en place. C'est normal dit-elle, car "j'ai la tête pleine de soucis".

Elle ne supporte pas les vêtements serrés autour du cou.

La langue est élargie, chargée, marque l'empreinte des dents.

Perfectionniste, etc

En l'interrogeant plus avant, j'apprends que sa mère s'est suicidée en 73. C'est peu dire qu'elle a été très marquée.

A été opérée d'un fibrome utérin

Aigreurs d'estomac.

Bouffées de chaleur.

Question : Quel remède R1 prescrivez-vous ? Quelle valorisation auriez-vous fait ? Quels symptômes auriez-vous choisis ?

Revue le 25 nov 96. Le remède R1 prescrit en M Kent le 13 Nov 96 provoque des réactions rapides. Deux heures après la dose: les yeux ont piqué, elle était "crevée", les pieds brûlaient, ses jambes s'agitaient toutes seules. Elle a observé la réapparition de plein de petits symptômes comme au début de sa maladie. Dont une douleur anale comme si quelque chose forçait pour sortir, ainsi qu'une sensation uréthrale désagréable après avoir uriné.

Les selles puent le soufre, sont de couleur jaune très clair.

Question : Que faites vous ?

Revue le 18 décembre. A dû prendre une XM le 13 décembre. En réaction: urines d'odeur très forte. Brûlures d'estomac. Se ronge les ongles. Les bouffées sont toujours là, et lui font sortir les pieds du lit la nuit. Elle présente une toux très << après les repas. Pour le reste l'état mental s'est considérablement >. J'attends que le tableau se précise.

Janvier : La toux persiste, et même s'amplifie. Elle se met à saigner du nez, en rapport avec les efforts pour tousser. A l'auscultation, nets râles du lobe inférieur droit. La langue reste élargie avec l'empreinte des dents. Les bouffées de chaleur sont toujours présentes. Se précise une très forte aversion pour le lait. Sifflements comme des cigales dans les oreilles.

Question : Quel remède R2 prescririez-vous le 6 Janvier.

A la suite de R2 elle a aussitôt presque complètement cessé de tousser. L'auscultations 3 jours après était normale, reste une toux < à l'intérieur. Elle s'est rappelé qu'enfant elle était très sujette aux bronchites et a même fait de l'asthme jusqu'à 15 ans.

Elle a une furieuse envie de chocolat noir. Elle boit de l'eau chaude citronnée. Dort très bien. N'a plus de bouffées de chaleur. Se ronge les ongles.

Maintenant, elle se "fout" des problèmes avec ses enfants, elle passe "dessus", "c'était idiot de me ronger pour cela". Elle a convoqué ses voisins avec lesquels il y avait de gros conflits. "Tous se règle, je me sens 10 fois mieux".

Il ne lui reste plus que Laroxyl 25 un jour sur deux. Et un demi Lexomyl le soir.

Il faudra finalement donner R3 pour que s'en aillent tous les signes respiratoires.

Revue le 7 mars: "Moi qui ne mouchait jamais, j'ai maintenant toujours le nez pris". Maintenant les pieds lui brûlent carrément, elle ne peut pas dormir tant qu'elle ne les a pas mis hors du lit. Le matin au réveil, elle a les pieds et les mains enflés. Cela la gêne pour fermer les mains. "Autrement, je ne me suis jamais sentie aussi bien de ma vie". Nouveau symptôme: très forte envie de choses sucrées, en plus du chocolat dont elle a encore envie, mais moins.

Question : Quel remède R3 prescririez-vous ?

A vous de jouer !
par annick
Membre d'honneur
#53946
-Suite de deuil (de la mère, réactivé à la mort des chats et chiens), suite d’anxiété
-Perfectionnisme, très pointilleuse pour le ménage
-Agitation
-Réveils 1-2h du matin
-Dépression, anorexie, amaigrissement…
-Langue chargée avec empreintes des dents
Tout cela m’évoque Ars pour R1

Aigreurs d’estomac, BDC sont compatibles
Ars n’est pas dans la rubrique Aggravé par vêtements au cou, mais dans Constriction du cou


-Toux aggravée après manger
-Lobe inférieur droit
-Hémorragies
-Fragilité bronchique enfant
-Ronger ses ongles (1°d)
-Envie de chocolat
-Aversion pour le lait
Tout indique pour R2 Phosphorus qui est en relation avec Ars


Pour R3 je propose Sulfur ou Puls
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#53947
Tu nous court-circuite grave, Annick ! :) En lisant le cas, les mêmes remèdes me sont venus à l'esprit.
Pour R3, le fort désir de sucreries me ferait préférer Sulph
par annick
Membre d'honneur
#53948
Jean Umber a écrit :T
Pour R3, le fort désir de sucreries me ferait préférer Sulph
Et la citronnade chaude Puls ......!
Avatar de l’utilisateur
par Jean Umber
Diplômé PH
#53949
annick a écrit :
Jean Umber a écrit :T
Pour R3, le fort désir de sucreries me ferait préférer Sulph
Et la citronnade chaude Puls ......!
Est-ce qu'on a tout pour les départager ? Si on cherche "tuméfaction des pieds agg chaleur, c'est Sulph qui sort.
Maintenant, comme la citronnade est une boisson acide, on peut aussi utiliser la rubrique "désir de sucreries et d'acidités, où sulph est au 3ème degré. ... :?
par VeroS
Diplômé PH
#54057
Je viens mettre mon grain de sel... Certes Annick et jean sont très convaincants mais je me demande si on ne pouvait pas tenir le raisonnement suivant...

R1 Nux si on ne garde que les sx récents et sûrs : qu’elle se réveille la nuit vers 1h-2h du mat est un symptôme clair car il résiste au traitement allopathique. Par ailleurs, on a eu une accumulation de médicaments allopathiques et Nux est bien indiqué dans ce cas et enfin, on a le tempérament porté au suicide, l’agitation et le côté tatillon. Poyr finir, Nux pour ouvrir me semble bien.
Si on tient compte aussi du fibrome utérin, des bouffées de chaleur et de la langue qui marque l’empreinte des dents, on voit Sepia dessous mais j’ouvrirai avec Nux qui précède Sepia.

Question 2 : je ne bouge pas, elle élimine ! Je reste sur Nux.

R2 : Sepia pour les raisons dites plus haut et l’aversion pour le lait etc même si Sepia ne se découvre pas les piesd du lit et n’a pas les selles avec l’odeur d’œuf pourri…
DD sulfur

R3 : Sulfur (pieds qui doivent être sortis du lit, envie de sucre qui augmente).
Avatar de l’utilisateur
par Belladonna
Diplômé PH
#54072
Question 1 : Ars est éminnement indiqué dans un contexte de deuil. Comme toujours, il faut être subtil pour manipuler les causalités car c'est nous qui déterminons arbitrairement que ce sont des causalités. Ici, l'usage de ces rubriques permet de valoriser artistiquement Ars.
"Soucis, pour des broutilles" où Ars est seul avec une énorme valorisation relative, "suites de soucis prolongés", et "Chagrin, suite de".

De la même façon, il ne faut pas hésiter à écarter la rubrique lésionnelle fibrome. Ce genre de rubrique doit être utilisée avec précaution, elle peut confirmer agréablement un remède indiqué d'après les signes généraux du cas ou bien servir à trier en dernier recours les quelques remèdes qui couvrent le cas.

Enfin, toujours dans l'optique d'Ars, le réveil aux heures classiques nonobstant le matraquage chimique est aussi un puissant argument.


Seconde question

Le fait que le cas soit en pleine réaction nous interdit d'agir tant que le tableau symptômatique n'est pas stabilisé. Wait and watch disait Kent. La chose la plus difficile à apprendre dans notre métier, c'est la patience.
Rappelons nous toujours qu'on s'est souvent mordu les doigts d'avoir répété trop tôt, mais qu'il n'est jamais arrivé d'avoir trop attendu.

Kent : «On ne répétera jamais assez que lorsque le patient présente les mêmes symptômes généraux et locaux dont il avait souffert autrefois, ce retour signifie, que la première prescription a été adéquate, que le cas est curable et que la deuxième prescription doit être une répétition de la première. Il faut donc considérer deux catégories d'anciens symptômes: les très anciens, d'il y a plusieurs années, qu'il faut laisser évoluer s'ils se reproduisent; les anciens, c'est-à-dire ceux que le malade présentait à sa première consultation et qui indiquent une deuxième prescription immédiate».

Troisième question:

L'apparition de nouveaux symptômes appartenant à un tableau neuf et qui ne fait que se préciser oblige à choisir un nouveau remède. La plupart du temps c'est un complémentaire. Je vais encore radoter: il faut savoir ces relations sur le bout des doigts, ainsi on n'est jamais pris au dépourvu. Tout baigne alors pour Phos. Le signe le plus caractéristique à retenir est bien entendu l'épistaxis avec la toux. Les modalités cadrent impeccablement, et de plus on a l'atteinte favorite de Phos (base droite). L'autre signe de valeur est l'aversion pour le lait: nouveau et marqué, c'est un signe général incontournable.

On notera que la patiente évolue favorablement selon la loi de Hering: amélioration de la sphère mentale, au prix de nouveaux symptômes plus superficiels. Il existe ainsi des interconnexions entre organes, nous y reviendrons une autre fois.

Enfin, il ne faut pas se laisser distraire par l'acouphène. A part les échos, et quelques autres bruits rares, les autres rubriques sont périlleuses car les patients sont souvent imprécis. Le même peut parler de grillons une fois et de bourdonnements une autre.


Quatrième question:

les symptômes deviennent de plus en plus superficiels, touchant cette fois les muqueuses. Tout indique Sulphur: donnons le !
PRESENTATION

Bonjour JL, Bienvenue parmi nous ! Justement, Ca[…]

J'ai vu également le Répertoire Hom&[…]

craquements et fissures

Menisque "comme s'il glissait" : Petr. f[…]

Ou bien les bretons seraient d'un miasme.....diff&[…]