par raphaelhz
-
#64687
Bonjour,

J'ai récemment terminé les niveaux de santé de Vithoulkas et j'ai bien sûr beaucoup de questions mais la première qui m'est venue est la suivante.

Dans le cas clinique qu'il nous expose sur un patient traité pour une sclérose en plaque, Vithoulkas évoque une comorbidité entre des symptômes dépressifs chez ce dernier (qu'il place dans le haut du groupe C) et sa sclérose en plaque. D'après lui, le pronostic de départ est moins bon à cause de cette comorbidité, car l'organisme va d'abord s'occuper des symptômes dépressifs qu'il va falloir faire remonter vers l'extérieur. Je ne comprends pas bien en quoi La sclérose en plaque pourrait empêcher ces symptômes de remonter vers l'extérieur.
Ensuite, ma deuxième question est la suivante. Avec ce genre de cas, (en suivant la logique de Vithoulkas), à quelle genre de réaction face à un remède "parfaitement" ciblé faut il s'attendre.

Merci d'avance et belle journée à toutes et à tous.
par Delphinium
-
#64694
Moi non plus je ne comprends pas pourquoi il est toujours question d'aggravation et jamais d'amélioration suivie de rémission ou de guérison comme je l'ai vécu avec mon simillimum. J'ai eu juste quelques réminiscences d'anciennes maladies aiguës pendant un petit laps de temps et ça a été réglé définitivement . Je pète la forme depuis 35 ans. :D
Je devais avoir un sacré niveau de santé alors...
#64697
Une autre manière de voir la chose c'est que l'organisme est déjà assez délabré pour être forcé d'ouvrir de symptômes sur le plan émotionnel, ce qui n'est pas de bon pronostic.
Pareillement un enfant autiste qui ne fait jamais de fièvre présente un pronostic bien pire qu'un autre capable encore de faire quelques otites.
Gilles63 aimais cela
par yasumina
-
#64702
Peut-on encore le formuler de cette façon?
les symptômes bruts à travers la manifestation lésionnelle organique "SEP" constituent un multi-blocage au traitement homéopathique: traumatique, mécanique, chimique etc... et donc à l'évolution des symptômes subtils dépressifs de l'intérieur vers l'extérieur; cette périphérie organique (=le plan tissulaire) étant déjà elle-même + que sursollicitée, n'a pas la capacité de produire de nouveaux symptômes liés à l'évolution centrifuge des symptômes dépressifs (comme une éruption par exemple-type).
?
à savoir si la SEP a provoqué la dépression ou si le patient présentait déjà un tempérament dépressif latent auquel cas le médicament soigneusement choisi améliorerait d'abord les symptômes subtils de toutes façons?
quelque soit l'ordre d'apparition?
Alors si la SEP a effectivement précédé la dépression, peut-on quand-même s'attendre à un meilleur vécu/ressenti des crises même si la destruction tissulaire ne peut pas encore être enrayée?

vive le tricotin mental.
par FloFed
Etudiant
#64703
raphaelhz a écrit : 24 oct. 2020, 13:33 Bonjour,

J'ai récemment terminé les niveaux de santé de Vithoulkas et j'ai bien sûr beaucoup de questions mais la première qui m'est venue est la suivante.

Dans le cas clinique qu'il nous expose sur un patient traité pour une sclérose en plaque, Vithoulkas évoque une comorbidité entre des symptômes dépressifs chez ce dernier (qu'il place dans le haut du groupe C) et sa sclérose en plaque. D'après lui, le pronostic de départ est moins bon à cause de cette comorbidité, car l'organisme va d'abord s'occuper des symptômes dépressifs qu'il va falloir faire remonter vers l'extérieur. Je ne comprends pas bien en quoi La sclérose en plaque pourrait empêcher ces symptômes de remonter vers l'extérieur.
Ensuite, ma deuxième question est la suivante. Avec ce genre de cas, (en suivant la logique de Vithoulkas), à quelle genre de réaction face à un remède "parfaitement" ciblé faut il s'attendre.

Merci d'avance et belle journée à toutes et à tous.
C'est un malade attteint d'une pathologie physique chronique tres avancee, donc deja prognostic moyen. Et pour epargner l'organisme sur le plan physique, la force vitale ouvre des symptomes sur le plan emotionel, mais ici pas seulement de l'irritabilite ou une tendance aux coleres, ce qui serait de meilleur prognostique (car atteinte moindre sur le plan emotionel); ici le plan emotionel est tres atteint, avec les symptomes de depression. L'organisme est donc en bas niveau de sante, groupe C mais avec une chance de remonter si traite avec doigte. La SEP ne presente pas un blocage vers la guerison mais une fois le plan emotionel un peu ameliore ce sera un point de passage oblige vers la guerison, il faudra que le traitement homeopathique / l'organisme, s'occupe de cette SEP: on deroule le fil des symptomes dans le sens inverse, en quelque sorte. Et meme si le traitement est optimal, on doit s'attendre a un gros aigu delicat a gerer lorsque l'organisme aura repris un peu d'energie et essaiera de repasser en niveau B.
yasumina aimais cela
par raphaelhz
-
#64705
Merci a tous. En fait, tout est question uniquement de niveau de santé ? Si le niveau de santé est suffisant, alors une guérison progressive sera possible ? Néanmoins cela va être très compliqué à gérer car il faut s'attendre à de gros aigus et du coup comme il y a déjà une pathologie lourde, ca risque d'être coton pour l'organisme ou je mélange tout ?

Dans le cas ou c'est trop complexe, à quoi faut il s'attendre, que le patient ne montre juste aucune réaction à aucun traitement ou qu'il présente juste de brèves améliorations sans aggravations initiales .

En gros, y a t-il une si grosse différence à être dans le groupe C mais avec des symptômes dépressifs que sans symptômes dépressifs en plus de la SEP ?

Enfin, quid de si la dépression était la avant et que la SEP s'installe ensuite.
par FloFed
Etudiant
#64710
raphaelhz a écrit : 27 oct. 2020, 18:29 Merci a tous. En fait, tout est question uniquement de niveau de santé ? Si le niveau de santé est suffisant, alors une guérison progressive sera possible ? Néanmoins cela va être très compliqué à gérer car il faut s'attendre à de gros aigus et du coup comme il y a déjà une pathologie lourde, ca risque d'être coton pour l'organisme ou je mélange tout ?

Dans le cas ou c'est trop complexe, à quoi faut il s'attendre, que le patient ne montre juste aucune réaction à aucun traitement ou qu'il présente juste de brèves améliorations sans aggravations initiales .

En gros, y a t-il une si grosse différence à être dans le groupe C mais avec des symptômes dépressifs que sans symptômes dépressifs en plus de la SEP ?


Enfin, quid de si la dépression était la avant et que la SEP s'installe ensuite.
Je me permets de remettre mon grain de sel:
Le corps est un systeme complexe, je ne pense pas qu'on puisse dire que 'tout est question de ' un parametre , comme le niveau de sante (d'ailleurs ce n'est qu'un modele, meme si c'est un beau modele); les traitements suppressifs dans le passe, les chocs emotionnels, le mode de vie ...etc rentrent tous dans l'equation. Je prends le niveau de sante comme guide, a quoi m'attendre en termes de reponses, aggravations possibles ou peu probables etc, et pour guider la dynamisation/prescription . Sans oublier le miasme actif dans tout cela ! sacre bouillon de culture!
Pour ce qui est de l'ordre d'apparition des symptomes, physique puis emotionel puis mental est l'ordre du moindre au plus profond. Je te renvois au commentaire de Ed plus haut, et au livre de Vithoulkas. Ca merite d'etre relu...
Enfin, un patient avec grosse pathologie qui fait seulement de breves ameliorations au traitement, puis ca rechute (niveau D): c'est potentiellement un cas incurable (surtout si les symptomes changent constamment) , et /ou il y a un gros blocage miasmatique.
par raphaelhz
-
#64714
oui merci, en fait ce qui m'échappe c'est plus dans le cas comme celui qu'il décrit ou un organisme (haut du groupe C) est donc encore théoriquement capable de remonter la pente, mais que trop de barrière se présentent, comme ici les symptômes dépressifs, etc ou comme vous le dites des chocs émotionnels etc. Dans un cas trop complexe, en imaginant que le pronostic soit trop mauvais malgré un niveau de santé acceptable, à quelle genre de réponse à des remèdes bien indiqués faut il s'attendre ?
question rubrique ..

Pour " BOUT du nez glacé " ([…]

Bonsoir à toutes les personnes de ce forum,[…]

C'est tellement vrai je suis dans ton fan-club Cyr[…]

Hommage au Dr Georges Broussalian

Je vous joins deux photos prises cet après[…]