par katherine09
Membre d'honneur
#66218
j'avoue que j'ai tres vite pressentie HELLOBORUS , L'AMBIANCE DU REMEDE
Ma Maman il y a une trentaine d'annee a fait un episode helloborus , je m'etais fourvoyee en donnant zincum
devant l'echec de ce remede en reprennant le cas , j'ai note que le tableau etait domine par
LA LENTEUR , diff a se concentrer , a penser , a desirer des choses
et associe a une certaine irritabilite
tout cela s'etait installee insidieusement ,
parallelement ma mere n'avait plus gout a rien
et se plaignait de raideur du dos et des membres , de LOURDEUR
HELLOBORUS L'A SORTIE DU TUNNEL , et maman est morte dix ans apres a 98 ANS avec toute sa tete

DEVANT FRANCOIS , JE ME SUIS RETROUVEE DEVANT le meme tableau
Emile, Agate, Eva2 et 1 autres aimais cela
par VeroniqueB
Etudiant
#66242
Peut-on dire que l'irritabilité vient du fait qu'il ne se sent pas
à la hauteur au milieu des autres ? En fait il est conscient de sa
lenteur d'esprit, plus ou moins, et ça l'énerve d'être comme ça.

C'est ce que j'avais compris d'une présentation d'Helleborus
(Paul Herscu). Mais ai-je bien compris ?
Ça m'intéresse de savoir si on peut le voir ainsi, ou si le
patient l'a ressenti ainsi, ou s'il était conscient de sa lenteur .
#66270
Un tout petit mot à mon tour si vous permettez.
Je trouve l'énoncé du cas remarquablement clair. Au départ j'avançais sur GELSEMIUM, et puis Athelas est venu tout bousculer en repérant la keynote qui illumine le cas, la douleur des articulations des doigts.
J'insiste sur le fait qu'on doit faire une photo à la fois avec du recul pour saisir l'ambiance du cas: ici le ralentissement, l'espère de raideur/sidération, et aussi avec un gros plan sur le symptôme étrange, qui n'a rien à voir avec le reste et surtout pas avec la pathologie.
Si l'on fait varier à volonté l'éclairage et l'angle de projection de la lumière sur un sujet on peut certainement arriver à y voir n'importe quoi. C'est le principe de la paréidolie, une tentative désespérée de notre cerveau à donner un sens à ce qu'on voit. C'est certainement à cause de cela que le débutant va commettre l'une des erreurs fatales qui consiste à identifier "de force" un remède que l'on connaît déjà. On se force inconsciemment à retrouver ce qui est déjà connu.
L'art de se laisser porter par le cas c'est justement de se laisser imprégner par l'ambiance tout en guettant LE signe particulier qui va soudainement "faire prendre la mayonnaise", "solidifier le tout".
Notre cher Athelas a été brillantissime. Je ne vais pas encore fondre de contentement ... mais je fonds quand même de voir combien d'étoiles sont nées.
Grande observation de Kat que je remercie vivement!
Agnes ASTIER aimais cela

Depuis le début c'est un montage mé[…]

Bonsoir, d'abord, mes condoléances pour vo[…]

alors qu'il est question de levée des breve[…]

Bonjour à Toutes et Tous, Le printemps arr[…]