par Delphinium
-
#63009
bonjour,
je suis très intéressées par cette possibilité de friction, afin de prolonger l'effet d'une dose liquide. Merci pour ces précisions. Après avoir donné une goutte d'une goutte de nux, le cas a fort bien réagit avec petite aggravation des symptômes principaux suivie d'un commencement d'amélioration. Une semaine vient de passer.
Serait-ce donc bien vu que je lui demande de faire une friction issue de la préparation initiale, après deux secousses ?
par MarcR
Diplômé PH
#63013
( A Vannes, la nouveauté c'est la prise de la goutte du verre .. on touille avec son doigt, on le lèche et on se frictionne la lèvre supérieure avec le reste...)
Pour avoir vu une aggravation catastrophique et finalement la patiente qui nous a lâché, je vous déconseille vraiment de faire ça sur vos patients. Il faut dire que c'était une 50.000.
Du coup, la friction pour calmer le jeu avait provoqué des symptômes cutanés et pas du tout arrangé les choses.
Donc, ne jouez pas les casse-cou, donnez d'une seule manière à la fois et gardez la friction pour freiner après une olfaction ou un prise per os, mais ne donnez pas des 3 manières en même temps : friction, per os et olfaction !
Il y en a qui ont essayé et ils ont eu des gros problèmes ...
Je ne sais pas si quelqu'un le fait encore.
par apus
-
#63015
Très choquant cette désinvolture !
Le terme approprié pour cette manière de "traiter " les patients n'est pas casse-cou mais apprenti-sorcier.
Casse-cou s'appliquerait à celui qui expérimenterait de la sorte sur lui-même.
par Delphinium
-
#63016
Je pense qu'il ne faut pas faire n'importe quoi en effet, mais là, il s'agissait d'une 50.000...
Le topo d'Annick, ( qui est quand même soi dit en passant, diplômée de PH ...) est très intéressant. Il n'est pas interdit je crois, de forger ses propres armes et d'acquérir de la bouteille à partir de sa propre expérience... Mais toujours en suivant bien sûr, les mises en gardes des aînés ;)
par yasumina
-
#63017
MarcR a écrit : 16 mai 2020, 11:36 je vous déconseille vraiment de faire ça sur vos patients.
merci pour cette information claire.
par apus
-
#63018
Je ne faisais en aucun cas référence au topo d'Annick qui est vraiment excellent, mais à ce Marc R rapportait à propos de Vannes.
par Terrasienna
Staff
#63019
Marc n'est pas désinvolte. L'écrit peut modifier les perceptions. L'aggravation fait partie de l'homéopathie, même si on vise toujours à la rendre la plus faible possible. Rien à voir avec les conséquences d'un médicament chimique. Ces dernières sont irréversibles.
par yasumina
-
#63020
La subtilité de prescription est complexe à saisir... Dans le même thème, j'ai une autre question, un peu du même ordre.

En "laissant fondre sous la langue" des tubes entiers comme on y est habitués en France, il est donc fort probable, puisqu'il y a trop de quantité, de développer une pathogénésie du médicament, surtout s'il est bien indiqué et si en plus il n'y a pas assez de dynamisation, donc une aggravation semblable sans forcément s'en rendre compte (pas ou peu marquée) puisque les symptômes restent "cohérents" alors peu remarquables et sans amélioration notable ni durable. Alors on le reprend, on le reprend, on le reprend parce l'homéoapte (je laisse l'erreur de frappe, c'est pas mal!) est sûr de sa prescription et le patient est confiant dans son homéopathe.

Alors voilà ma question bête:
est-ce que ça n'oblige pas l'organisme à adopter alors une stratégie d'esquive de "l'agent agresseur"?
c'est tordu? ou alors c'est précisément ça, la difficulté de prise en charge des patients habitués aux "traitements homéopathiques"?
Je reste seulement dans l'hypothèse du médicament bien indiqué avec une bonne réaction supposée du patient au médicament.
Ça ne ressemble à aucune des éventualités, qui sont relatives aux LM je crois en +.
Alors autre question:
est-ce donc là l'intérêt de passer aux LM, que je ne saisis vraiment pas encore?
par MarcR
Diplômé PH
#63021
Apus, pour ce qui est de la désinvolture ou de l'intention, Edouard testait cette posologie à l'époque. Je lui laisse donc le soin de te répondre.
Ceci dit, c'est en expérimentant qu'on découvre des nouvelles choses, telles que la friction que Terrasienna a trouvé et qui nous est tellement utile dans ses divers contextes d'utilisation.

Yasumina, la principale différence entre les LM et les centésimales tient en leur vitesse et durée d'action. Ainsi les LM ont en principe une action moins brutale mais plus profonde. Elles sont très bien pour traiter des chroniques. On peut les donner plus longtemps, voire plus souvent. Elles vont aller racler le miasme chronique avec régularité. Et elles ont été conçues pour être administrées en liquide.
Les centésimales sont plus proches du moteur 2 temps que du diesel. Elles agissent vite et fort, mais
- d'après certains, s'épuisent plus vite,
- d'après d'autres, ne doivent pas être renouvelées trop souvent.

Du coup on a certaines écoles comme chez Vithoulkas, qui donnent une centésimale en solide et attendent un bon mois que le cycle aggravation-amélioration se déroule, ce qui peut être très pénible en cas de grosse aggravation.
D'autres, comme Wurster, qui traitent des cancers, vont donner une centésimale par mois et répéter fréquemment les LM. Ils pensent qu'il ne faut pas répéter souvent les centésimales.

Pour ce qui est de la différence entre posologie liquide et solide, j'ai l'impression que le fait de repasser en liquide augmente considérablement l'efficacité du traitement.
En effet, si on prend 1 globule en 30CH, on constate rarement d'aggravation énorme, il faut le reconnaitre. Je l'ai fait sur moi et d'autres quand je n'avais pas de bouteille sous la main.
Par contre, si on fabrique une bouteille en y mettant 1 globule et qu'on donne 1 cuiller à café de la bouteille, l'effet va être largement aussi fort qu'avec le globule sec. Et même pire, j'ai déjà vu des accidents domestiques chez des patients où un conjoint a bu accidentellement la bouteille, et là on a de belles pathogénésies alors qu'il n'y a qu'un globule qui est passé par la bouteille, au lieu d'avoir été directement mis en bouche.

Pour ce qui est des répétitions intempestives en basse dynamisation, on va avoir 2 cas de figure principaux :
- la force vitale continue à capter le message, à réagir et finit en effet par développer une pathogénésie qui peut passer inaperçue. C'est pour ça que le suivi est important. En effet, si on a des symptômes du remède qui apparaissent sans que le patient ne continue clairement à s'améliorer, c'est le moment de stopper le remède et/ou de changer de dynamisation. Dans tous les cas, un truc qui ne coûte pas cher est d'arrêter pendant quelques jours et de voir comment ça se stabilise.
- la force vitale finit par être écrasée et on se retrouve avec 2 cas qui ne sont bon ni l'un ni l'autre :
- le remède risque d'avoir imprimé ses symptômes pour longtemps à l'organisme, qui désormais s'est vu greffer une nouvelle maladie
- l'organisme ne produit plus aucune réaction. Il risque de ne plus répondre à ce remède, ou pire encore, de ne plus répondre aux sollicitations homéopathiques !

Donc, j'en profite pour vous donner un petit truc qui m'a été utile pour y voir clair en aigu : si au bout de 2 ou 3 jours de traitement, vous avez l'impression qu'il faut monter, que les réponses ne sont pas claires alors qu'au début le patient avait semblé bien s'améiorer, arrêtez le traitement 12 à 24 heures et voyez si le patient a tendance à s'aggraver à nouveau ou au contraire à aller mieux. Si vous êtes dans le 2ème cas, c'est qu'il était passé de sa maladie à celle du remède sans qu'on s'en aperçoive ! Je me suis déjà fait avoir 2 ou 3 fois comme ça, surtout sur moi-même, heureusement.
Et en chronique, quand vous voyez que ça patine, soyez impitoyables dans les suivis. Un "je me sens plutôt mieux" ne vaut rien !
On doit vous dire : je respire mieux, je tousse beaucoup moins, je fais des nuits entières. Bref, il vous faut du concret !

Rappelez vous toujours qu'en homéopathie on fait moins de conneries en répétant pas assez souvent que trop !
Et comme Ed vous le dira des centaines de fois dans les cours : réfléchissez bien avant de lâcher un remède qui fonctionne.
Et comme il dit aussi : faites votre propre expérience, faites-vous votre idée, réfléchissez par vous-même, ne gobez pas tout, mettez les théories à l'épreuve des faits.

Ouf, fatigué. Ca en fait des règles à garder en tête, pas vrai ? Accrochez-vous, tout ça vaut bien plus que de l'or : Ca na pas de prix !
par OLAF
-
#63035
Merci Marc!

Est ce que Ed, peut nous dire (ou est ce expliqué dans les cours de deuxième année) qu'elle est la genèse de cette triple prise de dose , à savoir :
Quelques gouttes de la bouteille dans le creux de la main qu'on lape , frictionne et respire dans la foulée.
Y a t il un raisonnement particulier sur la pertinence de cette méthode ?
Hahnemann en parle t il quelque part dans ses écrits ?
En tout cas d'accord avec Marc et avec l'inventeur de la roue ... "c'est en expérimentant qu'on découvre !"
Merci aussi à Terrasienna car la friction m'a personnellement beaucoup aidée pour supprimer des symptômes lors d'une dose trop élevée.
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#63037
Merci à tous pour ces excellentes contributions. On ne doit jamais cesser d'expérimenter. C'est ainsi que Terrasienna a découvert l'effet calmant de la friction sur une aggravation similaire.
Administrer une trop grande quantité de dose peut toujours être chose risquée sauf dans un cas purement sycotique qui demande en général à être "gavé" de doses. Il est donc possible d'expérimenter de nouvelles posologies dans l'idée de pouvoir accélérer les résultats.
N'étant pas satisfait de la méthode décrite par Marc, je tente encore d'autres voies d'administration. Je vous le montrerai lors du séminaire.
Avatar de l’utilisateur
par Christian42
-
#69352
Deux ans après, le petit nouveau que je suis (pack 2) remercie chaleureusement Clo et Annick pour leur remarquable topo sur la friction, qui est d'une clarté limpide !

Après des aggravations fulgurantes à trois reprises, le chat échaudé que je suis craint l'eau froide. Même le 7CH en dose liquide m'aggrave un peu. Le 12CH m'aggrave très nettement, quand au 30CH, c'est une catastrophe.

Je pensais en être réduit au 5e verre, mais votre exposé sur la friction m'ouvre des horizons pleins d'espoir. Je vais expérimenter la technique à la première occasion.

MERCI !!!
Avatar de l’utilisateur
par Clo
Diplômé PH
#69353
Rendons à notre regrettée Annick ce qui lui appartient, le topo est d'elle en totalité, la mise en forme n'est qu'accessoire.
Christian42 aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Christian42
-
#69354
Je rends bien volontiers à Annick ce qui lui revient de plein droit, tout en regrettant que je doive la regretter sans l'avoir connue.

Quant à mes remerciements pour Clo, je les maintiens, car sans une forme de qualité ile arrive que le meilleur contenu soit difficilement accessible.

Vive la clarté !

C'est une super offre mais encore un peu trop tot […]

L'ESRHU organise une journée avec Marc Henr[…]

vaccination pour AFrique

Bonsoir, Quelques années après le d&[…]

Que vous ont conseillé les organisateurs du[…]