par OLAF
-
#69516
Bonjour ,

En faisant une recherche pour m'éclairer sur le terme inimicaux via le forum je suis tombé la dessus

. "Inamicaux/incompatibles" :
pas conseillé d'enchainer avec si le remède précèdent a eu un impact
Ex : PHOS-CAUST
MERC-SIL

Quelqu'un parmi vous en sait il plus ?
Où Hahnemann parle t il de cela dans l'organon ? Est ce dans l'organon d'ailleurs? Est ce lui d'ailleurs qui en parle?
Doit on dire inimicaux (PC Kent) ou inamicaux (dictionnaire) ?
Quelles ont été les expérimentations et les expérimentateurs qui parlent du sujet ?

Merci d'avance
Olaf
Avatar de l’utilisateur
par Yaga
-
#69517
Dans le répertoire de Kent, dernier chapitre : Relations (relations médicamenteuses), il y a notamment une rubrique Inimical/Inimicaux pour certains médicaments.
par Pauline
-
#69518
Salut Olaf,
En fait j'ai fait pas mal de recherches au sujet des inimicaux après avoir eu une expérience ratée avec l'enchaînement silica/mercurius avant de connaître cette notion.
Les inimicaux se ressemblent beaucoup dans leurs symptômes mais s'enchaînent très mal car si l'un améliore le cas, cela veut dire que l'autre va forcément l'aggraver. Donc si ton cas est bien amélioré par silica, et que sous certains aspects il t'évoque mercurius, c'est par sa ressemblance de symptômes, mais surtout ne l'enchaine pas. En revanche j'imagine que tu peux tenter le silica si le mercurius a aggravé le cas.
Pour le terme correct je ne peux t'aider (j'emploie inimicaux).
Une réunion avec l'association des étudiants de Planète Homéopathie avait été organisée avec Bénédicte sur le thème des relations entre les remèdes. Peut être que tu peux la retrouver?
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#69520
Probablement le travail a été initié par Boenninghausen-Jahr d'un côté et Hering de l'autre.
Farrington en parle très peu.


Dans Essentials of homœopathic materia medica (2ème éd., 1894, p21) Dewey écrit :

"What are Inimical remedies ? Drugs which have a relation of enmity towards each other and which do not follow each other well.
Give three examples of Inimical relation : Apis and Rhus tox, Phosphorus and Causticum, Silicea and Mercury"


C'est Boericke qui en dit le plus : (A compend of the principles of homoeopathy, 1896), p47-48

"Inimical relation is the very opposite of the concordant and complementary. There seems to be a lack of harmony between certain drugs as is also seen in certain chemical affinities. This may be so marked that when following each other in the treatment of a case, disturbance shows itself and the cure is interfered with and the whole case mixed up. Such a relation seems to exist between Apis and Rhus, between Causticum and Phosphorus ; Mercurius and Silica ; Sepia and Lachesis and others. Do not give these remedies after each other. It is well to note these inexplicable conditions of drug action, based on friendly or inimical
relationship.
If it be remembered that drugs are embodied forces, distinct entities with distinct powers to modify human life as manifested in functional activity and organic changes we can readily see that certain forces can work advantageously side by side ; their joint result, thus following each other, being greater than either one singly ; and again certain others cannot do so, but mere contact or propinquity upsetting the orderly progress of the case."

Du coup vous avez cet article de Mohr (élève de Hering) daté de 1879 dans The Hahnemannian monthly, p.470-475, suivi de la discussion d'un certain Duncan p.677-679
https://www.google.fr/books/edition/The ... g2AQAAMAAJ
VeroniqueB, Anne aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Françoise
Diplômé PH
#69521
Ci-jointe la seule traduction de l'article de MOHR, vu ce qu'il dit du papier de Duncan, je n'ai même pas lu. Je vais le faire quand même !

Les médicaments incompatibles de la Matière Médicale Homéopathique.
par CHARLES MOHR, M.D. ,PHILADELPHIA,PA.
(Lecture faite à l’Homeopathic Medical Society du Comté de Philadelphia.)





Les remèdes incompatibles de la Materia Medica homéopathique, dont je vais parler sont ceux qui ont été dénommés par les quelques personnes qui ont écrit sur ce sujet, les remèdes inimicaux.
Mon but n'est pas d’apporter quelque chose de nouveau, car je n'ai qu'une expérience limitée, mais je désire inviter à la discussion, et par la discussion, obtenir des informations qui ne pourraient être obtenues autrement. J'utilise le mot incompatible plutôt qu'inimical, parce qu'à mon avis il est meilleur et qu'il nous permet, dans une classification des relations entre les médicaments - une question qui prend chaque jour plus d'importance - d'appliquer le terme compatible à tous les médicaments que nous connaissons. Ces deux relations ont été décrites pour la première fois par Hahnemann comme " freundlich " (comme ami) et " feindlich " (comme ennemi), et je pense que les deux mots que je propose expriment le mieux l'idée en anglais.
Le mot incompatible, appliqué aux médicaments, est utilisé par les allopathes lorsqu'ils parlent de ces " substances qui ne peuvent être prescrites avec une autre sans interférer avec sa composition chimique ou son activité médicinale ". "Ils reconnaissent deux types d'incompatibilité, physiologique et chimique. Dans leurs ouvrages de Materia Medica et de thérapeutique, la première est rarement abordée, mais de longues listes d'incompatibilités chimiques sont données dans les comptes rendus des différents médicaments. Avec l’incompatibilité chimique, nous, homéopathes, aurons peut-être plus à faire à l'avenir que dans le passé, car il devient à la mode dans la pharmacie homéopathique de faire des combinaisons. En ce qui concerne cette nouveauté, je n'ai qu'à dire que ma prédilection va à la substance unique bien éprouvée et appliquée ; mais si, en combinant deux ou plusieurs produits chimiques, nous pouvons avoir un remède pour un ensemble de symptômes qu'il est impossible de guérir avec une seule substance, adoptons la combinaison ; mais utilisons-la d'une manière hahnemannienne.
Avec la soi-disant incompatibilité physiologique, nous avons beaucoup plus à faire, et pourtant, dans la Pharmacopée des États-Unis (homéopathique), publiée par Duncan Brothers (probablement le pire livre jamais publié par notre école), tout ce sujet est balayé en quelques mots, et il est déclaré à tort que les incompatibles sont "des médicaments qui s'opposent fréquemment les uns aux autres". C'est faux ; ils ne le font jamais, mais augmentent toujours les symptômes jusqu'à ce qu'un antidote soit appliqué. Comment savoir si un médicament est incompatible ? Sur cette question, j'invite à la discussion. On peut dire d'une manière générale, comme le fait Hering, que les substances qui sont trop semblables dans leur action, surtout dans les symptômes éloignés, sont incompatibles.
Rhus tox. et Apis dans les maladies de la peau, Cinchona et Selenium dans leurs effets sur l'appareil sexuel, Mercurius et Silica dans les processus suppuratifs. De cette similitude, Farrington, dans la préface de ses comparaisons très pertinantes (voir l'appendice du American Journal of II. JI. M., volumes vii , viii), dit : " Il y a une sorte de similitude qui n'est pas calculée pour guérir, mais plutôt pour aggraver. Ignatia et Nux vom., bien que très semblables, ne sont nullement antidotes ou utilisables l'un après l'autre. Leur ressemblance semble être trop semblable ou équivalente, plutôt que seulement similaire. Pour établir une comparaison, il semblerait qu'il s'agisse d'un mariage entre un frère et une sœur."
Je pense que nous accordons trop peu d'importance à la relation entre les médicaments, et que nous mettons souvent en danger la santé et le confort de nos patients en négligeant les observations minutieuses qui permettraient de déterminer si les médicaments sont compatibles ou incompatibles. Et puis, nous avons trop tendance à négliger de nous référer à nos anciennes ordonnances avant de prendre une décision et de donner un autre remède, et ainsi prescrire parfois sans le vouloir un médicament qui aggravera les symptômes-mêmes que nous cherchons à guérir. Le pire, c'est que certains d'entre nous pensent que cette question de la relation entre les médicaments, du moins à des doses dynamisées, n'est qu'une création fantaisiste d'un individu trop zélé. Je me souviens très bien, il y a quelques années, d'avoir discuté de ce sujet avec un confrère qui me disait : " Je ne fais jamais attention à cette question des inimicaux, et je donne souvent Rhus et Apis, ou Causticum et Phosphorus, l'un après l'autre, ou même en alternance". Lorsque l'occasion s'est présentée, j'ai donné à une patiente du dispensaire (pour des raisons purement scientifiques) Apis après l'avoir placée sous l'influence de Rhus tox. Cette femme était sujette à des rhumatismes et à des inflammations érysipélateuses. Quand elle a pris le traitement, elle souffrait d'un prolapsus utérin. Les symptômes nécessitaient l'administration de la toxine rhumatoïde et, pendant six semaines, elle a été entièrement libérée de tous les symptômes, à l'exception des maux de dos, dus sans doute au prolapsus, qui n'a pas cédé au médicament. Un pessaire fut alors utilisé comme support mécanique, et le mal de dos s'améliora. C'est alors que j'ai donné Apis, et, malgré le pessaire, le mal de dos, ainsi que beaucoup d'autres anciens symptômes, se sont réveillés à tel point que pendant des mois elle a sévèrement souffert, et aux anciens symptômes s’en sont ajoutés certains d'origine ovarienne, qui se sont avérés assez pénibles.
Je me condamnais considérablement pour avoir testé la relation sur elle, mais je regrettais beaucoup de ne pas avoir pu faire l'expérience sur mon ami qui "n'a jamais prêté attention aux produits inimicaux". Je me réfère ici au cas que j'ai publié dans le HAHNEMANNIAN MONTHLY, vol. i, p. 18, date janvier 1879, 1879.] dans lequel j'ai démontré la relation incompatible de Nux vomica et Zincum met, et je pense que la partie instructive de l'histoire du cas clinique rapporté à cette société par le Dr. C. E. Toothaker, lors de notre réunion de mars, était qu'il nous a donné la preuve présumée que Nux vom. et Zincum sulf. sont également incompatibles, et c'était la raison pour laquelle le cas a donné tant de problèmes au médecin. Très probablement, quelques doses de Bellad. auraient guéri, ou peut-être Hepar, si un antipsorique avait été nécessaire, ces deux remèdes étant fréquemment utiles après Zincum .
À l'automne de 1876, j'ai traité une dame, par ailleurs en bonne santé, pour un "tourniole" ordinaire (paronychie). Je m'attendais à guérir le pouce endolori en quelques jours, ayant dans de nombreux cas guéri des plaies similaires en peu de temps grâce à un remède bien choisi. Six semaines après le début du traitement, j'étais toujours à la tâche, essayant de guérir, et dégoûté et déçu, j'ai découvert le secret de mon échec en me référant à mon journal, où à ma grande surprise j'ai découvert que j'avais, sans y penser, donné du mercure le 17 novembre 1876, le médicament précédent ayant été Silicea . Ces remèdes sont incompatibles, et la dame a souffert pendant six mois, non pas d'un seul pouce comme au début, mais de deux pouces suppurants, douloureux et déformés. Je ne saurais dire si le Kali carb. et le Spongia sont incompatibles, mais un cas de goitre exophtalmique, depuis complètement guéri avec le Kali carb. a démontré que le Spongia ne convenait pas à ma patiente. Et permettez-moi de poser une autre question : " Certaines des aggravations que nous constatons après l'administration d'un remède ne sont-elles pas dues à une certaine idiosyncrasie du patient, rendant le remède inadapté au patient, plutôt que réellement incompatible avec le médicament employé auparavant ? » Sur ce point, j'invite à la discussion. Mais revenons à notre cas. La dame avait reçu Spongia pendant quelques mois sans aucun bénéfice. Une étude attentive des symptômes m'a conduit à donner Kali carb. Presque immédiatement les symptômes subjectifs ont disparu, et en temps voulu la santé s'est améliorée et les signes objectifs ont commencé à s'atténuer. Après quelques mois, les choses se sont apaisées, et ne voyant pas d'autre remède indiqué, l'hypertrophie de la thyroïde et l’exophtalmie étant restés en statu quo pendant plusieurs mois, je décidai d'essayer Spongia, dont je donnai une dose de 8000ème, et en moins d'une semaine tous les symptômes pénibles enlevés par le Kali carb. étaient revenus ; la dyspnée et les palpitations étaient toujours présentes, la même aggravation à 2 heures du matin, obligeant le patient à se redresser pour respirer, et une baisse de l'état de santé général ; ces symptômes ont persisté sous placebo pendant deux semaines, puis j'ai repris le Kali carb. et le soulagement a été immédiat. Qui ne s'est pas souvent posé la question de savoir quand donner Rhus ou Apis, Causticum ou Phosphorus ? Ces remèdes, et d'autres trop semblables, sont souvent indiqués de manière égale. Supposons qu'on ait donné Rhus au lieu d'Apis, ou Causticum au lieu de Phosphorus, que faut-il faire ? La connaissance du médicament à interposer nous est alors d'un grand secours. Entre Causticum et Phosphorus, Nux vomica est utile ; entre Apis et Rhus tox, Pulsat. ou Sulph. est nécessaire ; entre Mercur. et Silic. Hepar fait l’affaire. Mais, pour autant que je sache, il y a très peu d'informations sur ce point dans nos ouvrages, et ce manque de renseignements m'oblige à proposer une troisième question, à savoir : « Lorsqu'un remède (autre que ceux mentionnés) a été administré alors que son semblable incompatible aurait dû l'être, quel médicament a-t-on trouvé utile d'interposer pour prévenir l’aggravation ? » .
J'ai étudié tous les ouvrages à ma disposition sur le sujet présenté ici, et le résultat de mon enquête est donné dans la liste ci-jointe, à laquelle je suis sûr que beaucoup d'informations utiles pourraient être ajoutées, si nos praticiens plus âgés et doués d’un bon sens d’observation nous donnaient les résultats de leur expérience.



INCOMPATIBLES.

Acetic acid. - Amanita (Agaricus), Arnica, Bellad. (céphalée), Borax, Caustic., Lachesis, Mercurius, Nux vomica, Ranunculus bulb., Sarsaparilla.
Allium sat. - Aloes, Cepa, Scilla.
Amanita.- Vinaigre et Eau de Cologne (provoque des malaises), Amm . mur .
Ammon . carb. - Lachesis.
Anantherum. — Vins et liqueurs.
Antimon. tart. - Kali sulph.
Apis mel. - Rhus tox.
Argent. nitr. - Coffea (augmente les céphalées nerveuses).
Arnica. - Vin (augmente les effets indésirables), Hydrophobin.
Aurum met.— Whisky (cécité après consommation quotidienne).
Belladonna. - Vinaigre (céphalée), Dulcam.
Borax. – Vinaigre, Vin.
Bovista. - Coffea.
Camphor.- Nitrum.
Cantharis. — Coffea, Huile (augmente les effets pernicieux).
Causticum. - Acides, Coffea, Phosph.
Cepa. - Allium sat. , Aloes, Scilla.
Cinchona. - Digitalis (aggr l’anxiété), Selenium.
Cistus. — Café (responsable de diarrhée).
Cocculus. - Coffea.
Coffea cruda. - Cantharis, Caustic., Coccul., Ignatia.
Digitalis. — Cinchona (aggr l’anxiété), Spir. nitr. dule.
Dulcamara. - Bellad., Lach.
Ferrum. - Syphilinum.
Ignatia.-- Coffea, Tabacum, Nux vom.
Kali carb. - Spongia (?).
Kreosote. — Carbo veg.
Lachesis.— Acetic ac., Amm. carb., Dulcam., Nitric ac., Psorinum .
Ledum. - Cinchona.
Mercurius. — Silica (Merc. cor. est antidoté par Silica).
Millefolium.-- Café (provoque une congestion de la tête).
Nitric acid.-- Lachesis.
Nitrum. — Camphor (aggr les douleurs).
Nux vomica.-- Acides, Ignatia, Zincum.
Phosphorus.-- Causticum, Rhus tox. (?)
Podophyllum.-- Sel (aggr l’action).
Ranunculus b. - Alcool, Spir. nitr. dulc., Staphis., Sulph., Vinaigre, Vin.
Rhus tox.-- Apis, Phosph. (?)
Sarsaparilla.— Vinaigre (commence par aggr les effets).
Selenium. - Cinchona, Vin.
Sepia.-- Lachesis.
Silica – Mercurius (doses dynamisées).
Staphisagria.— Ranunculus bulbosus.
Zincum .-- Chamom., Nux vom., Vin..
Anne aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Françoise
Diplômé PH
#69522
Oui, le Duncan en question utilise son droit de réponse (et pour cause) et utilise le terme de la guerre des mots, condamnant le choix d'incompatible (de Mohr) au profit d'inimical (utilisé par Hering).
Rien de bien intéressant autrement !
Parasites chat

Bonjour à tous, Nous venons d'accueillir u[…]

À Jean-Pierre, quel nom pour notre pratique[…]

Mounir

Bonsoir Mounir, Bonne découverte alors :)

AVC

PCKent a des rubriques Aphasie et Apoplexie d[…]