par VeroniqueB
Etudiant
#72708
Je fais part d'une toute petite observation clinique, que je pense
appropriée dans les névralgies.
Alors que j'ai pris Hypericum 9 CH pour un doigt pincé (main droite),
la douleur d'une tendinite poignet-pouce (poignet droit) installée depuis
quatre mois, s'est dissipée.
Hasard ou pas ?
Il faut une deuxième observation pour la noter vraiment.
je vous tiens au courant si j'ai une autre observation.
J'ai pu annulé mon rendez-vous pour une infiltration.
Eurêka !
N.B. : le diagnostique était tendosynovite de Quervain.
Kathmandou, THELMA, nico_juju et 1 autres aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Christian42
-
#72711
Merci Véronique. :clap:

Il y a deux jours de cela, ma femme (83 ans) a eu une douleur violente dans le rachis cervical, qui descendait du côté droit, le long du bras jusqu'à la main. Elle souffrait énormément.

Je l'avais déjà soignée avec succès pour diverses douleurs dans cette zone, dont Kalmia, pour une douleur de type électrique descendant jusqu'au petit doigt de la main droite, puis, avec Sanguinaria, pour une vive douleur à l'épaule et au deltoïde droits.

Et voilà qu'il y a deux jours, le douleur reprenait, mais sans les caractéristiques de Kalmia et Sanguinaria. Bien que n'étant pas médecin, je l'ai examinée, et ai constaté une petite boule molle au niveau des vertèbres cervicales, qui roulait sous les doigts et semblait très molle, voire liquide. Cela m'a immédiatement fait penser à un traumatisme de la colonne et des nerfs de la région.

Je lui ai donc tout de suite donné Hypericum 1000K, 8 globules secs (il était tard et je n'ai pas eu la patience de faire une bouteille.) Vingt minutes plus tard, la douleur et la boule avaient toutes deux disparu.

Ma femme a bien sûr pris RV avec son rhumatologue pour examen et diagnostic médical. Mais que serait-il passé s'il avait dû aller à l'hôpital avec ce tableau ? Plus je découvre l'homéopathie, plus je suis émerveillé par ses extraordinaires propriétés, que des personnes non informées pourraient être tentées de considérer comme magiques !!!
Kathmandou, VeroniqueB aimais cela
#72741
Vous l'attendiez tous, voici KALMIA LATIFOLIA, immense remède de névralgies en tout genre avec une diathèse rhumatismale et cardiaque !
KALMIA LATIFOLIA.pdf
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Emile, Christian42, VeroniqueB et 1 autres aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Christian42
-
#72744
Merci, Kathmandou, Kalmia mérite en effet plus d'attention que celle qui lui est accordée dans les MM (on ne le trouve par exemple que dans le tome 2 de Synoptic).

Deux détail cependant :
- en ce qui concerne la névralgie cervico-brachiale, on la trouve des deux côtés, même si le côté gauche est majoritaire. Personnellement, je préciserais, avec, par exemple : "Névralgie cervico-brachiale, surtout à gauche". Cela aurait le mérite de ne pas exclure le côté droit.
- ensuite, j'ajouterais les douleurs de "type électrique", ce qui va bien avec l'aggravation par temps orageux (cf. Rhod.)

Mais de toute façon, bravo :clap: pour ce magnifique travail de bénédictin !
Kathmandou aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Kathmandou
Etudiant
#72747
Tu as parfaitement raison Christian, la latéralité est rarement exclusive et ne doit pas contrindiquer un médicament s'il y a des KN.
Dans ces cartes mentales j'ai choisi de mettre celle qui sort le plus souvent (3ème ou 2ème degré) car c'est parfois juste sur la latéralité qu'on va pouvoir faire un DD (par exemple avec Spigélia).
Je n'ai pas d'expérience clinique de KALMIA mais à voir le tableau, on peut tout à fait imaginer qu'il puisse correspondre à des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde, fibromyalgie, spondylarthrite ankylosante et que sais-je encore.
par narcisse.81
Etudiant
#72751
Salut Christian,

Pour confirmer ce que tu mentionnes, il faut faire attention à la division des Synoptic 1 et 2. Qui laisserait à penser que seuls les médicaments du Synoptic 1 sont à considérer. Dans le Synoptic 1, on trouve effectivment les grands polychrestes. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut considérer les médicaments du Synoptic 2 comme mineurs. Ce serait une faute majeure que de penser ça. Et je crois qu'Edouard n'était pas très satisfait de ce split en 2 livres.

Salutations,
Stéphane
#72778
Un immense remède, la morphine des homéopathes.
Les névralgies, sciatalgies , asthme, d'origine traumatique (chutes sur le dos, accidents de voiture, coup du lapin...) relèvent d'hypericum dès lors qu'il n'y a pas de paralysie, la douleur irradie et remonte le long du trajet du nerf (ou descend dans les jambes).
Toutes les blessures des doigts et orteils par écrasement, dilacération, morsure, pénétration de clou, d'aiguille (ponction lombaire) relèvent d'Hypericum qui suit bien Ledum et prévient le tétanos.
hypericum perforatum.pdf
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
VeroniqueB, Clo, JLHOMEO et 4 autres aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Christian42
-
#72788
Immense, il n'y a pas d'autre qualificatif. Le remède de la substance nerveuse elle-même, et de toutes ses souffrances.

C'est le bouquet final, Kathmandou ! Bravo et merci pour ce maginfique arc-en-ciel ! :clap:
VeroniqueB aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Kathmandou
Etudiant
#72791
oui c’est précisé sur la carte mentale
VeroniqueB aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Kathmandou
Etudiant
#72807
Voici un encore un immense médicament bien plus riche en vertus curatives qu'on ne le soupçonnerait si l'on se limite à l'indication la plus connue qui est celle du mal des transports.
Dans ses symptômes nerveux Cocculus indicus ressemble beaucoup à Gelsemium et à Ignatia.
Cocculus est LE remède emblématique des gardes-malades, des bonne-sœurs infirmières, des bénévoles sans frontières, des mamans épuisées par les nuits sans sommeil passées au chevet des bébés et enfants malades.
Il faudra y penser aussi quand toutes ces personnes que la société désigne comme "aidants" décompensent.
Psychologiquement, existentiellement, ce qui caractérise Cocculus est son dévouement, son altruisme qui confinent au don sacrificiel de sa personne, et qui sera à différencier de l'anxiété pour autrui d'un Carcinosinum, l'empathie d'un causticum, la compassion de Phosphorus.
Quelques éléments parmi d'autres de compréhension de la problématique de Cocculus :
"Toute joie est coupable, s'il y a des gens qui souffre" Guy Loutan ; syndrome du sauveur ; désir de réparation sous-tendu par un sentiment de culpabilité ; soulager toute la misère du monde etc...
Pour ce qui est des symptômes physiques, Cocculus balaye tout le spectre des pathologies du système sensitif et moteur : des tremblements aux convulsions en passant par les crampes, de l'engourdissement à la paralysie. Difficile de synthétiser tout cela dans une carte mentale.
Hodiamont nous explique que cette abondance de symptômes contradictoires découle d'un phénomène d'intoxication bulbo-médullaire qui est la clé du remède :
En réalité il convient de se rappeler ici cette loi générale que toute intoxication du système nerveux provoque habituellement une période primitive d’excitation sensorielle et motrice, et une période secondaire d’anesthésie et de paralysie, lorsque l’intoxication est plus poussée. Ce phénomène est très marqué chez Cocculus, où la période d’engourdissement est précédée d’une période de forte hyperesthésie, et où la période paralytique est précédée d’une phase d’excitation motrice intense. En outre les deux phases ne sont pas simultanées pour le système sensitif et pour le système moteur. Il en résulte que nous pourrons observer un système sensitif excité alors que le système moteur est atonique ou inversement. Ceci tient à ce que les connexions médullaires sensitivo-motrices sont fortement modifiées, parfois comme interrompues ; les réflexes sont souvent ralentis, parfois même absents : c’est l’effet d’interruption médullaire du remède. Pour mieux comprendre la symptomatologie du remède il convient donc d’en subdiviser l’étude comme suit :
1° symptômes relevant de l’intoxication du système nerveux central et principalement du bulbe ; en particulier de la Xème paire.
2° Système sensitif : a) symptômes d’excitation, b) symptômes d’anesthésie.
3° Système moteur : a) Symptômes d’excitation, b) symptômes paralytiques.
Hodiamont, Remèdes végétaux

Vous l'aurez compris, ce remède mérite d'être étudié en détail car l'éventail infini de ses indications ( de la crampe des écrivains à la paraplégie !) pourrait le hisser au rang des polychrestes à l'instar de Gelsemium.
cocculus indicus.pdf
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
nico_juju, VeroniqueB, Anne et 1 autres aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Kathmandou
Etudiant
#72810
La médecine populaire rurale connaît bien le plantain comme vulnéraire de premier choix pour les petites plaies, piqûres d'insectes et autres brûlures, il est aussi utilisé pour calmer la toux et faciliter l'expectoration dans les bronchites.
Mais saviez-vous que le plantain dynamisé est un remède de névralgies avec tropisme dentaire et auriculaire ?
Vous pourrez peut-être le débusquer sur une modalité étonnante de l'odontalgie : amélioré en mangeant , sur de nombreux concomitants ainsi que des symptômes mentaux assez caractéristiques que je vous laisse découvrir à partir de cette carte mentale.
Pensez d'abord à PLANTAGO lorsque votre patient est un gros fumeur bien intoxiqué avec une augmentation de toutes les éliminations ( urine, diarrhée, transpiration, catarrhe nasal)
plantago major-1.pdf
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
LaurieC, narcisse.81, Clo et 1 autres aimais cela
Présentation HeleneSC

Bienvenue Hélène. Bravo à vo[…]

Une nouvelle : Pascale

Pascale, bonjour, bienvenue ;)

Les névralgies

La médecine populaire rurale connaît […]

Présentation de floreartemesia

Artemesia Bonjour Moumen, tout d'abord, merci po[…]