Événements, émissions, parutions, réglementations,...
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#42615
Relisez et méditez toujours les Aphorismes 1 à 70. Sans les avoir intégrés, vous serez condamnés à n’être que des caricatures d’homéopathes. Point par point, presque impitoyablement, l’homéopathie révèle l’absurdité de l’ancienne thérapeutique :

- On ne soigne pas de maladies, mais des malades ;

- La partie malade n’est rien d’autre que l’expression d’une totalité qui la seule à prendre en compte ;

- L’organe malade n’est qu’une dangereuse illusion dictée par le sens commun. En réalité, c’est l’endroit où le désordre général choisit de s’exprimer avec le plus de force, selon l’hérédité de chacun et le miasme actif ;

- L’approche réductionniste n’est qu’un leurre. La science moderne ne parle plus de dépression mais de perturbation de tel neurotransmetteur. Personne ne semble réaliser que cela revient à expliquer la marche parce qu’on dispose de deux pieds. Et après ? Pourquoi les neurotransmetteurs sont ils déséquilibrés ? Si ces découvertes avaient le moindre cachet de vérité, alors elles deviendraient intemporelles et valables en tout lieu. Non, il s’agit de théories, et on base le traitement des malades sur des idées ! Les astronomes sont des millions de fois moins nuisibles que les médecins car au moins ils ne peuvent pas tripoter le mécanisme supposé des étoiles, ni par exemple pousser les planètes hors de leurs orbites.

- La médecine classique passe son temps à confondre les causes et les conséquences. Elle s’auto-hypnotise en clamant de nouvelles découvertes qui ambitionnent de comprendre la maladie à l’aide d’explorations toujours plus fines, mais qui ne relèvent rien d’autre que les conséquences matérielles lointaines d’un désordre qui n’est que purement dynamique.

- Tant que la médecine restera matérialiste, il ne pourra jamais en sortir quelque chose de bon, car elle s’acharnera à réprimer les conséquences du désordre général dynamique. Une telle médecine est réduite à acheter du temps face à la progression centripète inexorable de la maladie. C’est la même chose que d’emprunter pour payer les intérêts d’une dette, puis d’emprunter encore pour payer les intérêts des intérêts. L’effondrement est inéluctable, on se contente de temporiser pour des coûts toujours plus exorbitants.

- Tant que la médecine restera focalisée sur le symptôme à détruire, elle continuera à tester des drogues sur les malades, réduits à des objets de soins. Seule l’approche rationnelle de l’homéopathie permet de déduire que nous devons explorer la capacité présente en toute substance à produire un désordre général.
Une adorable furie

peut etre SPIG

https://www.facebook.com/100027249187714/videos/7[…]

05 Décembre 2020 - 14 : 22 ajouts : ? -[…]

question rubrique ..

Je suppose qu'il n'y a pas que le nez glacé[…]