par Pearl
-
#61310
Merci pour ton petit mot, Julien. Je comprends tout à fait ton point de vue mais je n’ai pas le choix vu que :
- Ici en Belgique, il est impossible d’obtenir le nom d’un homéopathe belge chevronné susceptible de soulager mes 2 problèmes chroniques installés depuis plusieurs années. (S’il y a un belge parmi vous qui est disposé à essayer de m’aider, qu’il n’hésite pas à me contacter).
- Les agendas des homéopathes étant très chargés (car ils utilisent pour la majorité à la fois l’allopathie et l’homéopathie) et par conséquent leur temps de consultation très limité (ainsi que leur expérience en homéo).
La fonction « recherche » ne fonctionnant pas, je me permets de poser mes 4 questions auxquelles il a peut-être déjà été répondu sur le forum. Désolée si c’est le cas.
Ma 1ère question est « Combien de remèdes existe-t-il au total ? »
Ma 2ème. Actuellement sans emploi, j’ai tout le temps de me consacrer à la recherche de mon simillimum. Je préfère potasser un répertoire entre les mains plutôt qu’une version informatisée. Le répertoire du 17/11/1998 (Kent/Broussalian) est, je suppose, le bon manuel à adopter ? et qu’il est facile d’emploi, à la portée d’un néophyte ?
Je pense être la mieux placée pour avancer dans cette 1ère approche de choix du remède. Le praticien a besoin d’une série de réponses avant de pouvoir m’orienter vers tel remède plutôt qu’un autre, tandis que moi je pourrais peut-être plus rapidement ‘me reconnaître’ parmi toutes les spécificités des différentes substances, si je les avais sous les yeux pour les comparer les unes aux autres. Pour avoir été l’objet de 3 entretiens de ce type, je connais un petit peu la façon dont se mènent les entretiens (symptômes, élément déclencheur, ce qui aggrave et améliore, les heures auxquelles cela se manifeste ou empire, retentissement sur mon caractère, etc)
Ceci dit, il est évident que pour la 2ème partie du processus (choix de la dynamisation, de la bonne formule (granules, gélules, globules, liquides, …, des jours de prise, etc) et du suivi (apparition éventuelle de nouveaux symptômes, aggravations possibles, absence de résultat), la prise en charge par un professionnel me serait tout à fait indispensable. A moins que vous sachiez me conseiller sur cet aspect ?
3ème question : que pouvez-vous me dire au sujet de Psorinum ? N’est-ce pas un remède de dernier recours lorsque d’autres ne guérissent pas ? Ne pourrais-je pas commencer par celui-là pour provoquer une réaction ? (J’ai fait 2 consultations chez 2 homéopathes différents pour mes troubles mais les 2 remèdes essayés n’ont donné suite à aucune réaction (positive ni négative) J’aurais sans doute dû poursuivre, me direz-vous. Maintenant, je suis prête à m’obstiner et être suivie sur une plus longue période.
Dernière question : pouvez-vous confirmer qu’il faut des mois ou années pour guérir des maux installés depuis plusieurs années (même s’il ne s’agit pas de ‘graves’ maladies) Avez-vous connu des exceptions de cas rapidement résolus ? Et après combien de remèdes doit-on s’estimer incurable ?
Avatar de l’utilisateur
par Edouard Broussalian
Staff
#61312
Bonjour Pearl
Mes propos n'ont rien de dénigrant ni d'agressif, ni de méprisant. Mais je pense que vous ne visualisez absolument pas la situation même si vous êtes motivée. A mon âge je ne sais pas encore quel est mon simillimum.
La seule image qui me vienne c'est quelqu’un qui part pour le front avec un canif et un ouvre boite. Je suis désolé mais ce n'est pas comme cela que vous allez y arriver.
Gilles63 aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Julien
Diplômé PH
#61318
En complément à ce qu'écrit Édouard:

Question 1: plusieurs milliers.

Question 2: accessible physiquement oui mais pas utilisable par à un néophyte (car il/elle ne sait pas quoi chercher). On ne commence pas à regarder dans le répertoire avant la 2ème année de cours (càd avant d’avoir compris ce qu’est et n’est pas l’homéopathie).

Question 3: non, on ne prend pas psorinum sur si peu d’indications.

Question 4: plusieurs mois/années : oui – des exceptions : oui (mais en êtes-vous certaine d'en être une? les exceptions, par définition, c'est peu fréquent) – pour la dernière : pas de bonne réponse à une mauvaise question (ce n’est pas le nombre de médicament administrés qui déterminent l’incurabilité). Par ailleurs, la notion d’incurabilité est à manier avec beaucoup de prudence et dépend de chaque cas individuel.
Gilles63 aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Mulder
-
#61326
Bonsoir Pearl.

Je suis belge également et non diplômé (d'ici ou d'où que ce soit).

Vous semblez à bout et désireuse de trouver une solution par vous-même.
C'est une excellente chose de vous tourner vers l'homéopathie mais pas de cette manière.

L'homéopathie est tellement puissante et complexe qu'elle nécessite d'énormes connaissances. L'auto médication est encore plus difficile car l'analyse du cas est souvent faussée.

Vous êtes tombé sur deux homéopathes qui ont échoué, malgré deux remèdes différents, c'est bien triste mais dites-vous que l'accès à la profession n'est pas libre (l'accès aux études non plus d'ailleurs).
Cela veut dire que malgré leurs études et leurs pratiques, ils ont échoué, avec vous.
Ce n'est pas pour cela qu'ils sont mauvais ou que la Belgique ne dispose pas de bons homéopathes, c'est juste que la tâche (à savoir la guérison) n'est pas si facile.

Vous pouvez lire les milliers de page de matière médicale en espérant tomber sur votre remède mais je pense que vous serez mort(e) avant d'avoir trouvé le bon; non pas par la maladie mais par la vieillesse. Il n'existe d'ailleurs pas une matière médicale mais des dizaines, avec dans chacune d'entre elles, des détails que vous ne trouverez pas dans les autres.

Même avec un bon logiciel permettant de croiser les remèdes possibles suivants vos symptômes, le lapin ne sortira pas du chapeau. Si, en +, vous avez des problèmes chroniques, cela engendrera de facto d'autres symptômes par la suite (Hering) qui demanderont (ou pas) la/les prise(s) d'un ou plusieurs autres remèdes.

Meilleurs voeux malgré tout, ne baissez pas les bras, et longue vie au forum.
Gilles63 aimais cela
par Emile
-
#61328
Edouard Broussalian a écrit : 09 janv. 2020, 16:44 Bonjour Pearl
Mes propos n'ont rien de dénigrant ni d'agressif, ni de méprisant. Mais je pense que vous ne visualisez absolument pas la situation même si vous êtes motivée. A mon âge je ne sais pas encore quel est mon simillimum.
La seule image qui me vienne c'est quelqu’un qui part pour le front avec un canif et un ouvre boite. Je suis désolé mais ce n'est pas comme cela que vous allez y arriver.
De toute façon on relève souvent de l'aphorisme 171 de l'Organon qui dit entre autre :
Dans les maladies chroniques non vénériennes, donc celles qui sont dues à la psore, il est souvent nécessaire, pour effectuer une guérison, de donner successivement plusieurs remèdes antipsoriques, chacun d'eux étant choisi homéopathiquement en fonction de l'ensemble des symptômes qui subsistent après l'action du remède précédent.
par Pearl
-
#61336
Un grand merci pour vos réponses. Je vais donc suivre vos avis et m’en remettre à un nouvel homéopathe en étant suivie cette fois sur une plus longue période.

Pour mon information, j’ai toutefois encore 2 questions :

1. Il y a plusieurs années, il me semble avoir lu qu’on peut chercher au répertoire directement par les aggravations/améliorations (même sans tenir compte du symptôme) Est-ce bien le cas ?
Par exemple, si trop de remèdes correspondent au symptôme et que leurs spécificités ne concordent pas de façon évidente avec mon cas, vous pouvez affiner votre choix en cherchant par quelque chose de rare et bizarre comme, tout à fait au hasard (ce n’est pas du tout mon cas) une aggravation les jours de pleine lune ou que sais-je.

2. Les antidotes :
Personnellement, en ‘chipotant’ de mon côté, lors d’une aggravation ingérable seule, j’avais utilisé avec succès SULFUR pour contrer les effets du remède mais je dois aller m’en procurer en gélules à fabriquer loin de chez moi, sans pouvoir les conserver chez moi à l’avance car possible perte de leurs propriétés selon la pharmacienne, et je dois le prendre sur plusieurs jours pour qu’il me ramène à mon état initial. C’est donc une formule un peu contraignante.

Un homéopathe m’avait dit de boire beaucoup de café pour annuler l’effet indésirable du remède. Est-ce que ça marche ?

Je pense que vous préconisez de respirer du Vicks, c’est bien cela ?

Je vous remercie déjà pour votre réponse ci-dessous et ne me remanifesterai sur ce forum que si je suis un jour guérie.
par Pearl
-
#61530
Bonjour, me revoilà avec une très bonne nouvelle. J'ai pris il y a 3 jours un globule dissout dans l'eau d'un remède X en 30 CH qui me procure une grosse amélioration de +- 85 % (trop long à expliquer comment j'estime ce pourcentage). Auriez-vous la gentillesse de me dire ce que je dois faire maintenant pour maintenir cette amélioration et idéalement tenter d'arriver à une guérison de 100 % ? Je prends une plus haute dilution ? Laquelle et quand ?
par Gilles63
-
#61531
Tant que l'amel se poursuit je ne reprend pas
Par contre si ça stagne à 85% ,alors le moment est peut etre venu de reprendre le rem X dans la meme dilution ,mais en dynamisant un peu plus et prendre un peu plus de quantité
si aucun effet de cette prise ,alors il est temps de passer à une dilution plus puissante
et garder en memoire que X est peut etre seulement un bon simile et n'arrivera pas à guerir totalement
Voila mon avis de simple passionné d'homeo uniciste
par Pearl
-
#61562
Je lis sur un autre sujet de votre forum que Fluor. Ac. est le remède le plus "chaud", ce qui m'amène à demander quel est le remède le plus frileux ? Sachant qu'un symptôme général de cet ordre peut être aussi important qu'un symptôme local, cette information peut m'être très utile. Merci.
par VeroniqueB
Etudiant
#61563
Pour avoir les remèdes frileux, il faut prendre la rubrique
Générale "Manque de chaleur vitale"
Prendre les remèdes au degré 3.
Puis prendre la rubrique
Général "Chaleur aggrav." et les soustraire
de la liste 1. Ainsi il ne devrait rester que les
frileux.
Gilles63 aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Kathmandou
-
#61568
Pearl a écrit : 18 févr. 2020, 13:25 Je lis sur un autre sujet de votre forum que Fluor. Ac. est le remède le plus "chaud", ce qui m'amène à demander quel est le remède le plus frileux ? Sachant qu'un symptôme général de cet ordre peut être aussi important qu'un symptôme local, cette information peut m'être très utile. Merci.
Cependant, dans un cas clinique, le Dr Broussalian prescrit Fluor Ac. chez une jeune femme frileuse, l'exception étant que des années de maladie chronique peuvent priver un remède de toute sa chaleur vitale, si je me souviens bien.
Une femme à secourir.

Cette période prolongée d’in[…]

Oui cela s'envenime : Pris à partie depui[…]

L'agité du bocal

Merci d'avoir détaillé Gilles.

Il y a une excellente biographie aussi dans le der[…]