Avatar de l’utilisateur
par Tonino
-
#63940
Qu’on ne s’y trompe pas : ce titre quelque peu provocateur n’est pas destiné à choquer ni à insulter quiconque sur ce forum.
L’argument du placébo est probablement celui qui est le plus souvent utilisé et répété ad-infinitum par les détracteurs de l’homéopathie, en particulier par le collectif « fakemed » qui a été instrumental dans la décision du gouvernement de dérembourser les médicaments homéopathiques (avez-vous remarqué que l’emblème de cette association est un blaireau ? Le hasard n’existe pas).

Comme le titre d’homéopathe est maintenant interdit par décret, j’ai décidé par dérision de le remplacer par celui de « placébopathe ». Ce néologisme n’est pas de moi ; je l’ai trouvé sur Internet et je ne sais pas qui en est l’auteur.

Voici un petit bilan de mes aventures en « placébopathie » un an et demi après ma rencontre fortuite avec l’homéopathie (présentation sur ce forum ici : https://planete-homeopathie.org/forum/v ... =50&t=6539).

J’ai acheté et lu tous les livres de Maistre (Yoda) Broussalian (Homéopathie, volumes 1 et 2 ; Organon de Lippe ; Le traitement des grippes et pneumonies, le répertoire et les synopsis) ainsi que « Les niveaux de santé » du Dr. Vithoulkas. Je suis maintenant en train de terminer la lecture du traité sur les maladies chroniques d’Hahnemann en traduction anglaise.

N’étant pas médecin, je ne me serais probablement pas lancé dans l’étude approfondie de l’homéopathie et encore moins dans la pratique de cette médecine si le Dr Broussalian n’avait pas écrit que même les débutants pouvaient « faire beaucoup de bien » (Homéopathie vol. 2, E. Broussalian, p. 308), car la tâche est ardue et la pratique demande une expérience solide et beaucoup de rigueur.

J’ai commencé d’abord à m’intéresser à mon propre cas (maladies chroniques) pour les « travaux pratiques » après l’étude des volumes 1 et 2 d’ Homéopathie. Les débuts ont été bien entendu difficiles et j’ai commis toutes les erreurs les plus courantes : sélection incorrecte du médicament, dosage excessif, succession trop rapprochées des médicaments, etc.

J’en ai subi les conséquences avec l’apparition de symptômes parfois particulièrement pénibles à supporter ou rigolos comme des épisodes de visons brumeuses pendant plusieurs jours (Puls 200) et impuissance (Sulph 30). Malgré tout, le résultat au bout d’un an de traitement sont encourageants : la majorité de symptômes morbides récurrents ont disparus et l’amélioration sur les plan mental et émotionnel est certaine. En particulier, l’eczéma chronique qui a été le premier symptôme traité n’est jamais revenu.

Je me suis ensuite intéressé au cas d’un vieil ami qui présentait une dépression bien installée depuis deux ans. Après plus d’un an de traitement, sa santé s’est bien améliorée malgré une rechute à la fin de l’année dernière jugulée par Sulph et une meilleure sélection de médicaments. L’objectif principal de le sortir de sa dépression est atteint.

Ensuite et au total : un peu moins d’une dizaine de cas, chroniques et aigus. Les résultats sont encourageants, sauf pour un cas récent difficile où les médicaments sélectionnés n’ont eu aucune action. J’ai encore un denier espoir avec Iodium après la lecture du « proving » détaillé de ce médicament dans le livre des maladies chroniques de Hahnemann. La symptomatologie du malade correspond très bien ; je me suis alors demandé si la thyroïde n’était pas affectée. J’ai donc demandé un dosage de la TSH et effectivement, le résultat suggère une hypothyroïdie. Il n’a malheureusement pas encore pu prendre ce médicament suite à une nouvelle hospitalisation et la difficulté d’approvisionnement en pharmacie, car il semble que Boiron ne le propose plus.

- La dose liquide

A travers les écrits du Dr Broussalian, j’ai compris l’intérêt de la dose liquide et j’ai adopté cette technique très tôt et autant que possible. La méthode de préparation adoptée est celle proposée par lui dans une des vidéos du site Planète Homéo. Le dosage d’un médicament est un des points les plus critiques ; d’Hahnemann en parle souvent et il est probable qu’il y apportait une importance au moins aussi grande que la bonne sélection d’un remède. J’ai constaté rapidement comme indiqué dans les livres, que tout se passe comme si l’action d’un médicament ne s’effectuait qu’à partir d’un seuil minimal (le « quantum d’action homéopathique ») ; c’est particulièrement flagrant avec la dose liquide.

L’idée de la dose liquide consiste à fractionner la quantité de médicament contenue dans un granule après dilution de sorte que la « granularité du quantum d’action » est plus fine. J’ai constaté que ce seuil semble atteint la plupart du temps à la troisième dose et deux fois à la première dose (Lyc, Plan), en accord avec la littérature.

L’inconvénient de la méthode de prise de la dose liquide est qu’elle est trop compliquée à utiliser pour certaines personnes. Je me suis demandé alors s’il y avait un moyen de simplifier au maximum la prise d’une dose liquide et j’ai pensé que l’utilisation d’ampoules pharmaceutiques en verre teinté offrait une bonne solution avec les avantages suivants :

- Constance de la quantité d’eau. Avec la technique de la cuillère la quantité d’eau estimée au jugé peut varier du simple au double. Avec le système de remplissage des ampoules, la dispersion du remplissage est inférieure à 3%.
- Étanchéité quasi-parfaite de l’ampoule.
- Aucune manipulation du médicament par le patient.
- Les ampoules sont jetables et auto cassantes.
- Les ampoules sont prêtes à l’emploi. Il suffit de les utiliser dans l’ordre indiqué, ordre correspondant au nombre croissant de succussions.

Après mesure, la quantité moyenne d’eau dosée par une cuillère à café est de l’ordre de 4ml. J’ai donc approvisionné des ampoules de 5ml remplies à 3,5ml de façon à pouvoir appliquer les indispensables succussions. Le système de remplissage est le même que celui utilisé dans l’industrie pharmaceutique ; il a l’avantage de demander un minimum de manipulation du médicament. J’ai commencé à utiliser les ampoules depuis le mois de mai dernier avec les médicaments suivants : Hepar S, Kali Bi, Kali C, Sulph, Ars. Les résultats sont concluants sur une période d’une dizaine de jours maximum à raison d’une ampoule par jour (au plus).

J’ai construit quelques boîtes en bois (sans colle, vernis ou peinture) pour la conservation et le transport de sept ampoules dont voici la photographie du « prototype » :

Image

Les dernières versions sont suffisamment compactes pour être expédiées par la poste en lettre.

Les doses en ampoules sont préparées à la demande pour utilisation les jours suivants : Hahnemman écrit en effet dans « les maladies chroniques » que la dose liquide ne peut se conserver que quelques jours. Il est possible que dans une ampoule étanche la conservation soit plus longue. Tout ce que je peux dire pour le moment c'est qu’au bout d’une douzaine de jours, la dose ne semble pas avoir perdu son efficacité.

- Variante de l’éventualité 1 ?

Dans les premiers temps, Il m’est arrivé d’utiliser des doses de médicament excessivement fortes et j’ai constaté quatre fois (Staph, Puls, Phos-ac, Ars) une forte réapparition d’un symptôme initial une semaine à trois ou quatre semaines après l’arrêt du médicament. Cette réapparition en force de symptôme est citée dans « les maladies chroniques » d’Hahnemann à la page 120 et précise en effet qu’elle est due à une dose trop forte, et que la prescription d'un antidote peut devenir nécessaire. Il s'agit donc d'un cas de figure qui peut être nuisible à la santé du malade.

J’ai repris le graphique de l’éventualité 1 du livre « Homépathie » vol. 2 du Dr Broussalian pour illustrer ce cas de figure sans doute plus rare:

Image

Voilà pour ce petit bilan d’un an et demi de pratique d’une médecine étonnante et passionnante et qui m’a permis de soigner efficacement quelques personnes. Je remercie à nouveau le Dr Broussalian sans qui tout cela n’aurait pas été possible.
Avatar de l’utilisateur
par Tonino
-
#63950
Delphinium a écrit : 13 août 2020, 23:09 Bonjour
Intéressant, mais comment faire soi-même le remplissage des ampoules et comment les refermer ensuite comme celles qui sont en vente dans les pharmacies ?
:roll:
Bonjour,
Les ampoules sont livrées scellées à une de leur extrémité. Le moyen utilisé dans l'industrie pharmaceutique et que j'ai repris parce qu'il n'en existe pas d'autre aussi efficace, est d'appliquer une dépression (un vide partiel) dans un récipient étanche qui contient le médicament et les ampoules à remplir. Pour que le remplissage puisse se faire correctement, la vitesse d'établissement du vide partiel doit être suffisamment rapide. Un autre avantage de cette méthode est que la quantité de liquide propulsée dans les ampoules ne dépend pas de leur nombre. Le procédé est très rapide (une fraction de seconde à quelques secondes). Le scellement de l'ampoule est réalisé avec un banal chalumeau à gaz ; cette opération ne demande que quelques secondes.
N'ayant ni les moyens financiers ni la place pour acheter un matériel de remplissage industriel, j'ai acheté une petite pompe à vide (une centaine d'euros) et fabriqué le reste.
J'avais commencé par un remplissage à la seringue, mais c'est une méthode fastidieuse et lente avec le risque de cassure de la pointe et de répandre le médicament, ce qui m'est arrivé plusieurs fois.
par Delphinium
-
#63951
J'ai fabriqué un caisson pour debuller du silicone avec une pompe à vide qui sert aux installateurs de climatisation.
Est ce qu'elle conviendrait pour remplir des ampoules ? Et comment procéder techniquement ?
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
par Aspen
-
#63953
Tonino me semble un genie, vu ce qu'il est arrive à assimiler et lire en si peu de mois.

En plus son systeme d'ampoule est tres creatif et innovant.
Avatar de l’utilisateur
par Tonino
-
#63954
Delphinium a écrit : 14 août 2020, 11:35 J'ai fabriqué un caisson pour debuller du silicone avec une pompe à vide qui sert aux installateurs de climatisation.
Est ce qu'elle conviendrait pour remplir des ampoules ? Et comment procéder techniquement ?
La pompe conviendrait très probablement, car j'utilise un modèle à simple étage qui peut produire une dépression maximale de -29mmHg. Le système complet comprend en fait trois parties :
- La pompe
- Une chambre à vide similaire à celle que vous utilisez mais fabriquée en acier chromé et d'une contenance de 1,2l équipée avec un vacuomètre et deux vannes d'arrêt. Je l'ai achetée avec la pompe.
- Un bocal en verre pour le remplissage des ampoules. Il s'agit d'un bocal de 300ml utilisé pour les conserves alimentaires. Ces bocaux sont équipés d'un couvercle à visser avec un joint qui fournit une étanchéité suffisante. Le volume est suffisant pour 8 ampoules. J'ai équipé le couvercle avec un raccord pour connecter le bocal à la chambre à vide et un support pour les 8 ampoules fabriqué en polystyrène.

La procédure de remplissage set la suivante:
- Connexion de la pompe à vide à la chambre à vide et pompage de l'air jusqu'à temps que le niveau de dépression voulu soit atteint (j'ai trouvé que 24 à 25mmHg convenait bien avec le bocal sélectionné, la quantité d'eau utilisée et le volume d'eau désiré dans les ampoules).
- Fermeture des vannes de la chambre, et connexion de celle-ci au bocal de remplissage.
- Ouverture d'une vanne pour provoquer une dépressurisation rapide dans le bocal. L'air contenu dans les ampoules est chassé.
- Pressuriser le bocal et la chambre en ouvrant la seconde vanne: les ampoules se remplissent.

Cette technique est celle qui m'a donné les meilleurs résultats.

Des précautions minimales d’asepsie sont nécessaire avec un médicament (et de surcroît homéopathique). Avant chaque remplissage, j'ébouillante le bocal et son couvercle pendant au moins une demi-heure et je les rince avec l'eau qui sert à préparer le médicament. Hahnemann ébouillantait aussi tous les ustensiles qui lui servait à préparer ses médicaments.
Cette méthode permet aussi et c'est un point important, de neutraliser l'action d'un médicament précédent.
Le porte-ampoule est soigneusement rincé et séché. De même pour le couvercle du bocal de remplissage.

Il est préférable de travailler avec des gants jetables, car un contact accidentel avec le médicament est toujours possible.
Cela m'est arrivé avec la préparation d'ampoules avec Ars 200 ; je n'avais pas utilisé de gants et je me suis aperçu que quelques gouttes de liquide étaient tombées sur un doigt. Le lendemain matin, le "proving" involontaire commençait : sensation de faiblesse, manque d'appétit et vague nausée toute la journée, envie irrépressible de dormir (j'ai du aller me coucher l'après-midi) et enfin diarrhée pendant trois jours. J'ai eu un aperçu de ce qu'une personne empoisonnée à petite dose à l'arsenic peut ressentir.
Avatar de l’utilisateur
par Tonino
-
#63955
Aspen a écrit : 14 août 2020, 22:58 Tonino me semble un genie, vu ce qu'il est arrive à assimiler et lire en si peu de mois.

En plus son systeme d'ampoule est tres creatif et innovant.
C'est très gentil de votre part, cependant le seul génie ici c'est Hahnemann. Le champ qu'il a ouvert est tellement vaste que je suis persuadé que des découvertes sensationnelles en homéopathie sont possibles.
Avatar de l’utilisateur
par Tonino
-
#63960
Delphinium a écrit : 15 août 2020, 10:02 Le génie de Tonino n'est pas mal non plus...
Merci pour votre ingéniosité !
Merci pour vos encouragements, j'espère que les résultats thérapeutiques seront à la hauteur de ceux-ci.
Avatar de l’utilisateur
par Tonino
-
#63962
Si quelqu'un est intéressé pour tester cette technique de la dose liquide en ampoule, je peux préparer un lot de 7 ampoules avec le médicament désiré (sous réserve que je puisse me le procurer) et lui envoyer la boite par la poste (en lettre). Je vous demanderai simplement de me donner les résultats du traitement et de me renvoyer la boite vide qui est réutilisable.
Agnes ASTIER aimais cela
Avatar de l’utilisateur
par Tonino
-
#64019
Edouard Broussalian a écrit : 22 août 2020, 17:48 Bonjour et bienvenue
J'ai adoré ! Je me demande si c'est vraiment un plus mais c’est ingénieux et incroyablement pensé! On devra en discuter je pense lors du prochain séminaire :)
Merci Dr. Vos encouragements me vont droit au cœur. Je reste à votre disposition pour en discuter.
Je vais préparer bientôt un lot de Phos 200 et un autre de Lach 200. Cette présentation est mieux acceptée par certains malades et surtout évite les erreurs de dosage que j'ai constatées quelques fois.

Super un quiz aigu de saison ! pour X arriv&eacut[…]

Suite de chirurgie et oedème, comme dit An[…]

comme dit VeroB ce sont les KN qu'on a, pas cell[…]

quelle rubrique ? ...

TH : PALPITATIONS cardiaques / audibles : CHT : P[…]