Règles du forum : Forum testé en mode modération.
Le compteur de réponses reste (faussement) bloqué à zéro car les réponses deviennent invisibles ! Pas d'inquiétude !
Elles s'afficheront au moment de la correction finale.
par Aurelie
Etudiant
#68372
Je retente ma chance moi aussi ;)

Bon, je garde la même répertorisation mais finalement, je choisis BELL devant la chaleur en général du cas ( toujours trop chaud, céphalées Amel par la chaleur ) agg l'après midi, sensibilité aux stimulis ext, céphalées intenses surtout au niveau du front.
Aucun élément digestifs pouvant finalement mener le choix du remède vers NUX V et trop chaud pour NUX
par Yohann
-
#68373
-Psy: Oublier/céphalée, pendant: apis,bell ,calc,caps,glon.
-Te:Douleur/front/yeux/droit, au dessus de l’oeil droit: Bell 2/3.....
-Te:Douleur/front/extension/occiput, à l’: Bell 3/3...

- « Il doit s’allonger à cause de la céphalée sus-orbitaire» (Hering)
« Ces céphalées peuvent aussi être localisées dans les tempes ou le front, surtout la tempe droite, ou juste au dessus du sourcil droit...Classiquement les céphalées débutent vers 15 heures, toutefois, il est plus habituel de les voir débuter...entre 14 et 15 heures...Le mal de tête amène généralement le patient à vouloir s’allonger dans une pièce obscure et calme ...avec l’augmentation du stress ou l’utilisation de thérapeutiques médicales suppressives,la maladie s’intériorise pour évoluer vers des niveaux plus profonds de l’organisme, c’est à dire vers la sphère mentale-émotionnelle. ...Belladonna est un remède important dans la sinusite. La sinusite peut toucher aussi bien les sinus frontaux que les maxillaires.» (Vithoulkas)
-« Ses douleurs et ses maux apparaissent soudainement avec une grande violence...atteignent rapidement leur acmé, ont une évolution aiguë...Tous ces maux de tête sont soulagés par la pression extérieure...une pression progressivement croissante, appliquée sur la tête avec soin, les améliorera...» (Kent)
-GE:Douleur/apparaît/soudainement/pour/ graduellement, disparaître: Bell...

Commentaires
Et oui, tout indiquait a priori Belladonna, mais ce n'est pas lui ! Seule l'analyse fine des symptômes permettaient via une répertorisation correcte de trouver le remède. Les références solides sont toujours une excellente chose en homéopathie mais tu vois qu'elles ne doivent pas devenir pour autant une sorte d'argument d'autorité qui masquent la solution dans chaque cas particulier.
je n'ai pas compris le choix de ta première rubrique (?).
par Julien16
-
#68374
Bonjour,
Voici ma repertorisation ,dans l’ordre :

 PSYCHISME / ANXIÉTÉ (Voir Peur) /     travail, au sujet de son
On voit que le patient est préoccupé par le bon fonctionnement de son garage qu'il ne peut assurer à cause de ses céphalées

TETE / DOULEUR, céphalée en général / Front / EXTENSION /         occiput, à l'
Je n'ai pas trouvé de rubriques précisant l'apparition brusque avec l'augmentation des douleurs en 10 min jusqu'à devenir insupportablent puis la diminution lente etc... donc je suis resté sur l’essentiel

 TETE / DOULEUR, céphalée en général / enveloppant la tête /       amél (voir Chaleur-Amél, Bandage-Amél)

Deux médicaments sortent au coude à coude , NUX-V et BRY , pas facile pour moi de les départager ici, mais je partirais plutôt sur NUX-V car le patient semble autoritaire, il veut guérir vite. La sensibilité à la lumière et au bruit correspondent bien au médicament. Le fait qu'il soit impressionnable peut aussi faire penser à NUX-V qui est très facilement anxieux pour sa santé.
Il est aussi de mauvaise humeur pendant l’accès , cela colle bien avec NUX-V même si bryonia pourrait l'être aussi mais il souhaiterais plutôt qu’on le laisse tranquille.
Je laisse de côté la sinusite ne pouvant pas forcément l’exploiter , et peut-être qu'il s’agit d’un problème chronique beaucoup plus ancien qui appartiendrait à une autre couche, ce n’est pas précis ici.

Julien

Commentaires
Hello Julien je n'ai pas compris ta réflexion concernant la sinusite. C'est pourtant le problème actuel dont il souffre et qui est responsable de toutes ces douleurs.
Je me demande si la rubrique PSY : ANXIETE / travail, au sujet de son, ne concerne pas avant tout l'anxiété vis à vis de considérations financières.
par Bob Jacko
-
#68375
Bonsoir, voici ma répertorisation qui donne des résultats à peu près lisibles après avoir essayé beaucoup de choses.

 GENERALITES / DOULEUR / apparaît /       soudainement
 PSYCHISME / AGITATION, nervosité / céphalée /       pendant
 TETE / DOULEUR, céphalée en général / douleur /       dents, dans les, avec
 TETE / DOULEUR, céphalée en général / Côté /       droit
 TETE / DOULEUR, céphalée en général / chaleur /       amél (voir Bandage-Amél)
 GENERALITES / CHALEUR /     sensation de

De ces rubriques ressortent bell, ign, lach et plus loin éventuellement nit-ac.

Belladona est le médicament que ressort dans tous les essais que j'ai fait, mais ne correspond pas forcément au miasme sycotique indiqué la sinusite (ign), ni a la luèse indiqué par la mort des dents (lach). On voit qu'il y a une histoire de chaleur, une hypersensibilité émotionnelle et mentale indiquant un état psorique à l'oeuvre. Il se pourrait que ce soit un histoire de tuberculose indiqué par un début d'affection brusque qui ne retombe pas, après complications ou suppression au niveau des dents (syph + psore). Je n'ai pas encore de connaissances suffisantes pour y voir clair.

Devant un cas qui me parait embrouillé, je partirai donc sur le végétal qui ressort le plus, à savoir Belladona, en espérant soulager ce monsieur, et en tout cas en espérant y voir plus clair.
Exaceebation aigue d'un état chronique nouvellement degradé par le biais de l'opération dentaire, je dirai une olfaction de 200 ou 1000.

En tout cas c'est un tres bon exercice !

Commentaires
Hello Bob, j'avais dit 3 rubriques. L'exercice est encore meilleur en respectant les consignes ! ;) Pour l'instant met un peu de côté ces histoires de miasmes, et essaie de voir si tu peux être davantage précis dans la sélection. Qu'est ce que tu ne peux pas retirer ? Qu'est ce qui te paraît plus banal, commun, ou moins marqué. A+
Avatar de l’utilisateur
par fantine
-
#68376
La difficulté pour moi est de faire coller une rubrique avec l'état mental du bonhomme . Pas banal quand même , et plutôt radical , de se faire arracher les dents pour calmer une céphalée .. :-o ( " intrépide " ? ) et tout ça pour retourner trés vite travailler ! A ce point là , ça interpelle sacrément .
Donc je m'oriente vers Bryonia qui : - " veut retourner chez lui " ( à son travail )
- a des douleurs frontales améliorées parle repos et la pression ( ne supporte alors ni bruit ni lumiere )
- L'irradiation de la douleur vers l'occiput .

Bryonia est par ailleurs un remède pour les sinusites frontales !

Commentaires
Eh bien dans ce cas mets complètement de côté l'état mental : il n'est pas indispensable. Et de plus je n'arrête pas de le répéter ici et là, méfiez vous de vos interprétations. Je vais tâcher de vous présenter des cas où il n'y aucun background mental.
-
par OLAF
-
#68378
Hello Athelas,
Merci pour ce nouveau quizz.
Alors ......

Je commence par percevoir le cas , au 1er paragraphe l'insistance du commentateur/prescripteur sur l'importante notion de « travail « du malade, me fait tout de suite penser à Bryonia alba,

>>> PC KENT : PSY : TRAVAIL / parle de son

…mais comme dans la vie il n'y a pas que la perception mais aussi la répertorisation (but de l'exercice qui plus est) je m'y applique de ce pas;

1)TE : DOULEUR, céphalée en général / après-midi / 14 h

>>>> je suis surpris de ne pas y voir Bry mais bien Ars qui parle aussi de son travail

La rubrique étant peut être trop précise pour une première déduction, j'élargis ma recherche à la rubrique générale

2) TE : DOULEUR, céphalée en général / après-midi

>>>> Bell vient au 3° ça colle avec la douleur violente et prompt, agg bruit et la lumière mais pas avec la personnalité qui a toujours chaud , de plus Bell ne supportant pas la pression des parties douloureuses et on n' a pas de rougeur typique de Bell

Alors que Bry et Ars se tiennent au coude à coude au 1°

3) TE : DOULEUR, céphalée en général / violente

>>>> là Bryonia est plus net et en 3° tjs au coude à coude avec Bell mais que j'ai déjà écarté plus haut (je garde dans un coin de ma tête au cas où il ressort encore si nettement) et j’ai toujours Ars dans le coup

4) TE : DOULEUR, céphalée en général / allongé, doit s'
ou TE : DOULEUR, céphalée en général / allongé / amél

>>>> rubrique très proche, je garderais la 1er dans le sens ou il doit s'allonger IMMEDIATEMENT

allonger, doit s' : alum., am-c., anac., bell., bry., calc., calc-p., calc-s., chin., con., croc., crot-h., euphr., ferr., Ferr-ac., ferr-i., gels., graph., iod., kali-bi., kali-c., kali-p., kali-s., lach., lyc., mag-m., mosch., nat-c., nat-m., nat-p., nit-ac., nux-v., Olnd., Op., petr., ph-ac., phos., psor., puls., rhus-t., sang., Sars., sel., sep., sil., stann., Stict., sulph., zinc.

Ici Ars disparait au profit de Bry

Si je rajoute les 2 rubriques (légèrement interprétatives il est vrai) qui regroupe Bry au seul au 2° dans les deux rubriques

1) TE : DOULEUR, céphalée en général / Front / Yeux, au-dessus des / gauche, au-dessus de l'oeil / EXTENSION / à l'occiput et finalement au corps tout entier

2) TE : DOULEUR, céphalée en général / Front / Yeux, au-dessus des / gauche, au-dessus de l'oeil / allongé sur le côté gauche, amél

Alors en conclusion, je prescrirais : Bry 200- 4 frappes (+ 2 frappes à chaque prise) 1càc toutes les 2h maximum 3 prises /arrêt si amel de + de 50% des douleurs , téléphoner si RAS au bout des 3 prises

Moralité , je ne sais pas si le cas à réellement été retranscrit comme tel ou si volontairement il manque des passages du texte pour créer un quiproquo mais pour moi Bell, Ars, et Bry, n'ont jamais été aussi difficiles à partager Bry et Bell, ont l’avantage d’être des végétaux donc ils l’emportent dans le doute et passage à Ars si rien ne bouge


D’autre part ,je n’arrive pas à répertorier cette rubrique , qui je crois doit exister dans le pc Kent et qui correspond au passage du texte ???

"le malade veut être guéri tout de suite et insiste, en disant que pour lui il faut des remèdes forts, très forts; et qu'il ne faut pas se gêner pour les doses : « Docteur, allez-y carrément»."

Merci pour l’info ! >>>> Peut-être la rubrique IMPATIENCE

Erratum :

Dans ma recherche pour ce cas, je me demande s’il n’y a pas une petite coquille qui porte au doute dans le pc kent

Quand on sélectionne :

GE : CHALEUR / vitale, manque de / et pourtant la chaleur agg

Dans la sélection il affiche :

GE : CHALEUR / vitale/ et pourtant la chaleur agg

Du coup la rubrique prend le sens opposé

Quelqu’un pourrait-il m'éclairer sur la véracité de la rubrique ?

Autrement dit Bry est il un chaud qui est agg à la chaleur ou un frileux qui est agg à la chaleur ?

Belle journée à tous ;)

Commentaires
Hello Olaf, j'avais dit trois rubriques. Tu as du mal à départager parce que tu n'as pas pris les bonnes, c'est aussi simple que ça. En réalité Bryonia n'est pas dans le coup car il ne présente pas de céphalée périodique. Et on peut éliminer Bell en considérant que dans ce cas particulier il manque certains éléments habituels (état congestif, rougeur et chaleur, battements, excitation, etc.).
Pour répondre à ta question PCKent élimine simplement certains mots de la rubrique quand celle-ci est longue à écrire, de manière à ce qu'elle rentre facilement dans le cadre qui lui est réservé pour la répertorisation.
Tu peux rencontrer des sujets Bry qui sont frileux et tout en étant aggravés par la chaleur, ce n'est pas habituel, car Bry a rarement froid, d'où l'énorme valorisation relative quand tu en rencontre un qui a froid et qui est aggravé par la chaleur.
par OLAF
-
#68379
Je rajouterais que si c'est affaires sont menacées , peut être pourrions nous rajouté la peur de manquer qui appartient aussi à Bryonia
par alainr
-
#68380
Bonjour Athelas,
Merci pour ce cas toujours bien intéressant.

J'ai pensé à Chelidonium

J'ai retenu l'aggravation à 14 h dont la douleur se poursuit jusqu'en soirée
Aussi l'irradiation fronto occipitale vers l'arrière, irradiation en trait assez typique du médicament, surtout la douleur sus orbitaire droite
Il y a aussi le caractère périodique de la douleur
Amél au chaud, à la pression (oreiller)

voici mes rubriques :
TE : DOULEUR / après-midi / 14 h
TE : DOULEUR / Front / Yeux / droit...
TE : DOULEUR / EXTENSION / occiput

L'écoulement jaune semble aussi caractéristique, tout est jaune dans Chélidonium

Merci, et je me réjouis pour la correction

Alain

Commentaires
Hello Alain, tu te concentres trop sur la douleur et sa localisation somme toute banale dans ta répertorisation (voir correction générale). Et un écoulement jaune n'a rien de caractéristique dans le cadre d'une sinusite.
par JLHOMEO
-
#68381
Athelas,

J'ai omis de préciser dans ma répertorisation que les douleurs qui arrivent d'un coup et régressent très progressivement relèvent de PULSATILLA, mais PULS ne couvrent pas tous les symptômes du cas et on ne sait pas si la régression est due à l'impétuosité du patient ; s'il restait couché, qu'en serait-il ?

Commentaires
Je ne suis pas bien sûr de comprendre ta question. Les douleurs finissent par disparaître d'elles-mêmes, et dès qu'elles sont plus "tenables" le patient est debout.
par Tan
-
#68383
Bonjour à tous,

j'ai commencé à répertoriser les douleurs frontales mais cela n'a rien donné de probant car les symptômes sont trop communs ou non répertorisables . Ce qui semble plus caractéristique ce sont les symptômes mentaux. Je proposerais la répertorisation suivante :

PSYCHISME / ANXIÉTÉ (Voir Peur) / travail, au sujet de son
PSYCHISME / IRRITABILITÉ (Voir Colère, Impatience, Querelleur) / céphalée, pendant
GENERALITES / INTOXICATIONS ou abus chroniques / médicaments, abus de (Voir Réactivité-Excessive-Quand)

Le remède qui ressort de loin est NUX VOMICA dont le tableau "classique" ressemble au cas ici.

Amicalement

Commentaires
Hello Tan, c'est l'inverse : les symptômes mentaux sont difficilement répertorisables, car on a du mal à les cerner, et les symptômes physiques le sont, mais il faut les trouver ! Merci pour ta participation.
par Stéphane
-
#68385
Salut Xavier!

Alors, évidemment j’ai toujours les mêmes déficiences avec la répertorisation. Ne sachant pas encore comment établir une hiérarchie des symptômes, je m’emmêle un peu les méninges en essayant de trouver un médicament qui couvre tous les symptômes. Ça va s’arranger en avançant dans les cours.

Avec ce quiz, il m’a semblé que l’image de Nux-vomica se dessinait dès la première lecture. Les caractéristiques psychiques semblent coller, on a: l’hypersensibilité, l’aggravation à la lumière et au bruit, l’amélioration par la chaleur, la localisation des symptômes du côté droit, la sinusite, le besoin de s’envelopper la tête… En revanche, les heures auxquelles apparaissent les symptômes ne correspondent pas puisque Nux-vomica est aggravé le matin, la localisation et l’extension ne collent pas non plus.

Pourtant la localisation au-dessus du sourcil droit, l’irradiation à l’occiput et l’heure d’apparition des symptômes me semblaient être les caractéristiques les plus particulières mais je ne suis pas arrivé à faire une répertorisation avec ces symptômes. Je trouve soit des toutes petites rubriques; soit des médicaments rares; soit des médicaments qui ne couvre pas d’autres symptômes qui me semblent importants comme des médicaments froids ou des médicaments qui ont des caractéristiques psychiques très éloignées comme des médicaments dociles, timides, introvertis…; ou encore des médicaments qui me donnent une répertorisation avec des valorisations faibles.

Comme tu l’écrivais on cherche ce que l’on connait et je me suis peut-être bloqué sur Nux-vomica. Du coup, j’ai des tas de questions mais je sais déjà qu’Edouard y répond dans les cours. Je n’ai pas de répertorisation à te soumettre mais je voulais juste partager avec toi ma démarche et mes déboires...hehehe...

Commentaires
je ne me fais pas d'inquiétude à ton sujet, ça va venir. Prudence est mère de sûreté, et c'est déjà un bon point si ton hésitation parce que tu n'as pas une totalité signifiante te sert de garde-fou.
par mariline
-
#68386
Bonjour
Je suis resté sur la douleur de la tête en général, je n'ai pas trouvé dans le répertoire une rubrique pour la douleur frontale à deux heures de l'après midi.
j'ai pris dans le répertoire , ce qui me parait le plus curieux.

TÊTE - DOULEUR (= CÉPHALÉE EN GÉNÉRAL) - périodiquement - jour - tous les jours - heure; à la même:
TÊTE - DOULEUR (= CÉPHALÉE EN GÉNÉRAL) - coucher; se - amél.
TÊTE - DOULEUR (= CÉPHALÉE EN GÉNÉRAL) - bruit - agg.
Arrive en premier KALI-BI
C'est un remède de sinusite et les kali sont conformistes
Ce qui me gêne, c'est l’horaire d’aggravation, c'est plutôt 2 à 5 du matin pour ce remède
Je ne suis pas étudiante, je ne maitrise pas très bien le répertoire.

Commentaires
Hello Mariline, la plupart des gens qui souffrent de céphalée te diront qu'ils évitent le bruit pour être au calme. L'aggravation au bruit est un signe banal. Il faut qu'elle soit très marquée pour devenir intéressante. Merci pour ta participation.
Mariline, pense à mettre à jour ton mail sur ton compte forum stp, car l'actuel semble invalide. Merci
par Anne A
-
#68396
Une fois de plus, merci Athelas.
Voici ma proposition :

Concernant la douleur, je retiens :
- TE : DOULEUR / Front / EXTENSION / occiput, à l' : Bell au 3e degré, Prun aussi
- TE : DOULEUR / périodique / chaque jour : Bell 2e degré, Calc et Sep au 1er
(j'ai aussi évalué la rubrique TE / DOULEUR / périodique / chaque / à la même heure : Kali-bi au 3e degré avec VR mais douleur qui typiquement débute et cesse brutalement, ce qui n'est pas le cas ici ; Ars est contre-indiqué par le côté réchauffé du patient)
- GE : DOULEUR / apparaît / soudainement / pour / graduellement : Puls au 2e degré peu crédible, Bell au 1er degré

J'obtiens Bell / Sep / Calc. Bell est l'aigu de Calc, ce qui me plaît bien, les deux ayant cet état mental notable ici pour son entêtement à se faire arracher toutes les dents malgré l'avis divergent du dentiste :
- PSY : OBSTINE, ne démord pas : Bell / Calc au 3e degré

De plus, Bell est aggravé par la lumière et le bruit, amélioré en enveloppant la tête et doit s'allonger :
- TE : DOULEUR / lumière / agg par : Bell 3e degré
- TE : DOULEUR / enveloppant / amél : Bell 2e degré, pas de Calc
- TE : DOULEUR / allonger, doit s' : Bell uniquement au 1er degré, Calc au 2e

Sans oublier la violence du tableau. Je choisis Belladonna.

Commentaires
Tu écris : "Ars est contre-indiqué par le côté réchauffé du patient". Pourquoi cela ? Ici on est dans le cadre d'une sorte d'exacerbation du fond chronique,même si elle traîne peut-être alors il faut reléguer ce symptôme général au second plan. Sauf s'il est majoré++. Et ce patient pour autant peut très bien avoir besoin d'Arsenicum à ce moment puisqu'il est amélioré de toute façon par la chaleur.
Avatar de l’utilisateur
par Athelas
Diplômé PH
#68401
Bonjour les amis,
voici la correction enfin ! (J'ai un peu traîné.) Merci pour votre participation importante.

Pour ce dernier quiz j'ai moins de travail à fournir puisque son auteur a laissé une longue note concernant la manière de répertoriser, je n'ai plus qu'à la recopier. :)

Je dois vous confesser que je vous ai tendu quelques pièges qui semblent avoir bien fonctionné... Ha ha !

Tout d'abord j'ai omis de vous préciser l'auteur, ce qui aurait pu peut-être, peut-être pas, vous influencer.
Ensuite j'ai volontairement appelé le titre du quiz "douleurs frontales" pour que vous ne vous précipitiez pas sur les médicaments de sinusite (et c'est bien de ne pas le faire en homéopathie !). Or ce faisant beaucoup d'entre vous ont oublié que c'en était pourtant une, et la localisation au front au-dessus du sourcil dans ce contexte devient complètement banale. Vous pouvez l'oublier.
La plupart d'entre vous se sont précipités sur les caractéristiques de la douleur, et notamment cette irradiation du front à l'occiput. Allez comprendre les mystères du corps humain. Et pourtant n'importe quel ostéopathe féru d'anatomie crânienne, du mouvement respiratoire primaire, et peut-être de bien d'autres considérations physiologiques ou mécaniques, se ferait une joie de vous expliquer que finalement ce n'est peut-être pas si mystérieux que cela.
En outre regardez la rubrique mère : TÊTE : céphalée / front / extension / occiput.
Que remarquez-vous ? De nombreux médicaments sont capables de produire cette irradiation, ne pourrait-on pas en conclure qu'elle n'est donc pas aussi caractéristique ou étonnante qu'on pourrait le penser de prime abord ?
Regardez aussi : TÊTE : céphalée / occiput et front simultanément. Étonnant, non ?
Regardez maintenant : TÊTE : céphalée / front / extension / tempes. La liste s'est très réduite.
La discussion reste ouverte, selon le point de vue où l'on se place (homéopathique qui rejette les hypothèses / ostéopathique), selon la manière dont on aborde le phénomène, etc.

Par contre, et c'est là où j'ai été surpris, très peu d'entre vous ont accordé de l'importance à l'horaire. Ce patient a mal à 14H00 ! Ses douleurs démarrent toujours à 14H00 ! N'est-ce pas tout aussi surprenant ? Il est aggravé à 14h00, tous les jours en plus de ça. Il est fabriqué comme ça. C'est quelque chose de très personnel, d'intime. C'est bien plus en rapport avec sa réaction personnelle qu'avec la nature des douleurs liées à la sinusite. C'est quelque chose qu'un ostéopathe aurait probablement bien plus du mal à vous expliquer. Je ne sais pas comment vous le dire autrement : c'est un symptôme qu'on NE PEUT PAS OMETTRE. Dans le texte original du quiz l'auteur avait en fait écrit "Les douleurs, chose curieuse, commençaient toujours à deux heures de l'après-midi." J'ai effacé "chose curieuse", c'eut été trop facile de vous conduire directement sur le chemin.

Bien sûr je pense que beaucoup d'entre vous sont allés regardés la rubrique ou l'ont cherchée, mais ils n'ont pu faire quelque chose avec les médicaments proposés. Je pense que cela vient du fait que ces personnes ont cherché un remède convenant à un patient réchauffé. Il fallait mettre cet élément au second plan. Il était plus important de se dire qu'actuellement la chaleur améliorait le malade. Car autrement vous vous tirez une balle dans le pied : des médicaments pour patients réchauffés en général qui présentent une amélioration par la chaleur, j'ai des difficultés à en trouver !

Je vous suggère maintenant avant de découvrir la solution d'aller relire votre proposition et le commentaire personnel que j'y ai adjoint, plus ou moins long selon ce qu'il fallait vous dire. Je m'excuse si j'ai oublié certains d'entre vous. J'ai insisté de nouveaux sur la mise en garde que j'ai déjà faite à propos des symptômes mentaux et de l'utilisation des symptômes généraux.

Je laisse maintenant la parole au prescripteur :

"Quels sont les symptômes à prendre ici en considération ? Nous pourrions retenir : sinusite céphalalgique sus-orbitaire. Mais un tel procédé n'est pas celui que Hahnemann a tracé. Il nous faut rechercher les symptômes rares, étranges, caractéristiques du cas. Écarter d'abord les symptômes pathognomoniques et ne prendre en considération que les symptômes "exprimant" le malade.
Tout d'abord la localisation n'a rien ici d'important car ces douleurs frontales ont apparu après son premier traitement dentaire. Il est possible que par les voies lymphatiques ou par transmission de voisinage, il y ait eu infection de sinus. D'autre part dans les sinusites frontales , les radiations à la face n'ont rien de caractéristique, c'est un fait banal. Par contre celles de l'occiput sont intéressantes [Vous voyez donc que son avis diffère du mien]
Pour ces dernières le Répertoire n'indique, à part quelques petits remèdes au premier degré, qu'un seul médicament au deuxième degré : Lachesis [il a pris une rubrique précise : TÊTE : céphalée / front / yeux, au dessus des / extension / occiput], remède qui ne possède pas les autres modalités et que nous écartons. [Pourtant cela se discute !!]
La mauvaise humeur pendant l'accès, l'aggravation par la lumière et le bruit sont des symptômes trop communs dans ces états-là et peuvent être éliminés.
La qualité de la douleur qui augmente brusquement et diminue progressivement constitue un symptôme tout à fait intéressant. Malheureusement il n'a aussi qu'un seul remède au deuxième degré : Pulsatilla , [et encore on le trouve dans la rubrique générale], qui alors ne comporte pas du tout l'amélioration par la chaleur autour de la tête et quoique possédant aussi le caractère de la périodicité, ne l'est pas journellement, mais seulement tous les quinze jours.
Certainement ce qui nous frappe le plus c'est l'arrivée soudaine des douleurs à deux heures de l'après-midi ; puis, cette périodicité journalière, enfin ce caractère peu fréquent de s'entourer la tête avec un oreiller pour rechercher en quelque sorte un peu de chaleur. Nous aurons par conséquent :

1) céphalée à 14h00
2) céphalée quotidienne
3) s'emmailloter la tête, améliore.

Image


Le seul remède qui possède ces caractéristiques est :
ARSENICUM ALBUM

J'ajoute qu'il est intéressant et remarquable de constater que dans le Répertoire, parmi les remèdes indiqués pour la sinusite frontale, qu'Arsenicum est indiqué au deuxième degré. Mais ce n'est pas cela qui nous fit le choisir, mais bien les caractéristiques du malade."

signé Pierre Schmidt.


Je reprends la main pour écrire ces quelques lignes supplémentaires :

Vous voyez bien qu'il ne fallait pas se priver d'utiliser la courte rubrique céphalée / 14h00. On aurait pu proposer la répertorisation suivante qui permet de fusionner deux rubriques (et donc de proposer une rubrique supplémentaire) mais elle reste moins avantageuse car elle ne prend pas en compte l'horaire 14h00 et implique de différencier Arsenicum et Gelsemium (qui a surtout des douleurs qui irradient vers l'avant) :

Image


La rubrique TÊTE / céphalée / intenable est à rapprocher de GE : DOULEUR / intolérable.
Notez l'agitation sous-jacente, caractéristique du remède, qui ne peut pas s'exprimer tant que la douleur est trop forte mais qui se manifeste aussitôt qu'elle diminue : "se sent si nerveux qu'il éprouve le besoin de se lever dès que la douleur diminue".

Maintenant qu'on a trouvé le remède, je voudrais juste faire un petit mot, bien accessoire, sur la mentalité très perturbée de notre garagiste. Vous avez tous relevé cette histoire invraisemblable de dents arrachées. On se demande vraiment si elles y sont "toutes passées" ou s'il a seulement fait arracher les deux dents dévitalisées. Mais ce qui est intéressant de noter c'est l'expression employée par ce patient : ses dents ont été "momifiées", pour dire qu'elles étaient inertes, inanimées. Mais qu'exprime donc l'inconscient du patient dans le langage qu'il utilise à ce moment si ce n'est l'image précise de la mort, du cadavre, du pourrissement, de la contamination au sein même de son corps. Souvenez-vous qu'Arsenicum a une peur terrible de la maladie. Elle le contamine, et il peut contaminer à son tour. La maladie cohabite avec des pensées ou des rêves de mort : la vermine grouille autour de lui, son lit est couvert de vermines, etc. Il vit dans l'idée de la mort et de la maladie, d'où sa profonde anxiété. Ces peurs, cette insécurité peuvent générer des pulsions violentes : désir de tuer, désir de sauter par la fenêtre, désir de s'arracher les cheveux, de se lacérer. Tout un monde intérieur de tourments qui trouve un exutoire dans le garage, lequel a tout intérêt à reluire.

Je publierai le Follow up du cas un peu plus tard.
nico_juju, sin83, Aurelie et 3 autres aimais cela
Petite question LM…

Pour faire un petit suivi au bout de quelques mois[…]

J'ai tenté Arsenicum sur mon chat (femell[…]

Parasites chat

Bonjour à tous, Nous venons d'accueillir u[…]