Qu’est ce qui différencie un adulte d’un enfant ? La capacité à effectuer un choix en fonction d’une conviction intime, en assumant la responsabilité de ce choix tout en étant capable de supporter le deuil des autres choix auxquels on renonce. Cela implique aussi une démarche de recherche de la vérité, or ne nous répète-t-on pas qu’il n’existe pas de vérité, que tout est relatif, que toutes les opinions se valent ?

La société pousse les gens à demeurer des enfants, à se soumettre à ce qui est officiel, à ne rien remettre en cause puisque l’Etat incarne le Bien, à abolir toute réflexion au profit de la satisfaction des instincts les plus primaires ou de l’émotion. Probablement jamais encore dans l’histoire n’avons nous vu autant de gens convaincus de penser par eux-mêmes  alors qu’ils sont manipulés au dernier degré. Une telle situation est la marque d’une dictature raffinée qui avance masquée et qui n’a que faire de citoyens responsables. Le système exploite la peur qu’il instillle savamment dans l’esprit des patients au travers des médias de masse en alternant éventuellement avec un nouvel espoir qui fera se précipiter la consommation sur le dernier avatar de l’industrie. Le moindre bobo est perçu comme une épreuve inendurable, les maladies infantiles bénignes deviennent comparables à la peste bubonique, le moindre fébricule plonge les mères dans la panique. La réassurance s’obtient facilement  par la consommation médicale rendue anodine et remboursée, tandis que personne ne semble se douter que chaque nouvelle prescription dégrade un peu plus le niveau de santé. L’oie est ainsi plumée en douceur ainsi que Colbert l’écrivait à son maître.

Ceux qui résistent sont invectivés, taxés d’irresponsables, de  complotistes, et que sais-je encore ? C’est à vous que s’adressent ces pages !

Grand public